Document: Allocution du Ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov le 10 mars

c

Allocution du Ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et réponses aux questions des médias à l’issue de ses entretiens avec le Ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu et le Ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmitry Kuleba, Antalya, 10 mars 2022

10 mars 2022 22:12

Mesdames et Messieurs,

Aujourd’hui, j’ai eu une réunion avec le ministre des Affaires étrangères de la Turquie, Mevlut Cavusoglu. Après cela, nous avons tenu une réunion trilatérale avec le ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine Dmitry Kuleba à l’initiative de la Turquie. L’idée a été exprimée par le président de la République de Turquie Recep Tayyip Erdogan lors d’une conversation avec le président Vladimir Poutine. Nous avons accepté cette proposition de nos collègues turcs car nous sommes favorables à tout contact sur les questions fondamentales de la crise ukrainienne actuelle et sur les questions liées à la recherche d’issues.

La seule chose que nous avons précisée d’emblée, c’est que ces contacts doivent avoir une valeur ajoutée. Nous pensons qu’elles ne doivent pas être utilisées, en premier lieu par nos collègues ukrainiens qui essaient souvent de faire des choses comme ça, pour remplacer ou dévaloriser la principale voie de négociation existante, qui se déroule en Biélorussie entre deux délégations approuvées par les présidents de la Russie et Ukraine.

Notre réunion d’aujourd’hui a confirmé qu’il n’y a pas d’alternative à cette voie. 

Nous avons parlé de questions humanitaires, le plus souvent à l’initiative de nos amis turcs. Nous avons expliqué les mesures que nos militaires prennent sur le terrain pour aider à soulager le sort des civils, qui sont retenus en otage et utilisés comme boucliers humains par les soi-disant bataillons de volontaires et les forces de « défense territoriale » de l’Ukraine. 

Vous le savez pour un fait. Nos responsables, y compris au ministère de la Défense, font des déclarations aux médias à ce sujet plusieurs fois par jour. Nous avons réaffirmé que l’initiative russe concernant les couloirs humanitaires quotidiens reste efficace.

Nous avons rappelé à nos collègues que lors de la dernière série de pourparlers en Biélorussie, la délégation russe avait fait des propositions très précises, cette fois sous la forme d’un projet de document juridiquement contraignant, et que la délégation ukrainienne avait déclaré qu’elle les emmènerait à Kiev pour en discuter et fournirait une réponse concrète bientôt.

Nous voulons utiliser la plate-forme biélorusse pour engager une discussion sérieuse. Au lieu de rédiger des documents informels de toutes sortes, ce que nous voulons, c’est nous mettre d’accord sur des questions déjà reconnues et qui doivent être résolues dans le cadre d’un règlement global de la crise ukrainienne et des efforts visant à promouvoir la sécurité sur le continent européen en tenant compte des intérêts de tous les pays sans exception.

C’est l’essentiel de ce dont nous avons parlé lors de la réunion d’aujourd’hui. 

Je suis prêt à répondre à vos questions.

Question (retraduite du turc) : avez-vous déjà évalué les pertes de la guerre que la Russie a subies ? Sont-ils plus petits ou plus grands que prévu ? Envisageriez-vous la possibilité d’intervenir en dehors du territoire ukrainien étant donné que l’armée ukrainienne reçoit des armes de l’Occident, comme vous l’avez découvert ? Considérez-vous le déploiement des systèmes Patriot en Pologne comme une menace directe ? Les représailles militaires restent-elles une possibilité pour vous ?

Sergueï Lavrov : Je n’ai pas bien compris votre question telle qu’elle m’a été interprétée. Si nous parlons de l’avancement de l’opération militaire spéciale, c’est le ministère de la Défense et, surtout, le président de la Russie en tant que commandant en chef suprême qui partagent ces évaluations. Il a dit plus d’une fois que, dans l’ensemble, l’opération se déroule comme prévu.

En ce qui concerne les livraisons d’armes à l’Ukraine depuis l’étranger, nous constatons que nos collègues occidentaux ont pris des mesures très dangereuses, y compris l’Union européenne. En fait, ils ont encouragé la fourniture d’armes létales à l’Ukraine, y compris des milliers de MANPADS, qui peuvent être emportés n’importe où et tirés sur n’importe quel objectif « depuis l’épaule ». Cela viole tous les principes de l’UE et ses soi-disant « valeurs ». Les terroristes utilisent souvent ces armes pour menacer les avions civils. Où finiront ces milliers de MANPADS ? Nous posons cette question à nos collègues de l’UE chaque fois qu’ils commencent à parler de mettre fin à la politique visant à créer une menace pour la Fédération de Russie depuis l’Ukraine, qui dure depuis de nombreuses années maintenant. Nous attendons toujours une réponse. Comment ces MANPADS seront-ils contrôlés plus tard ? Les risques pour les avions civils persisteront pendant de nombreuses années non seulement dans l’espace aérien ukrainien, mais dans toute l’Europe.

Passons à la question de savoir si nous avons l’intention d’attaquer d’autres pays : nous n’avons pas l’intention d’attaquer d’autres pays. 

En fait, nous n’avons pas non plus attaqué l’Ukraine. Nous avons expliqué à maintes reprises que la situation en Ukraine a évolué de telle manière qu’elle constitue une menace directe pour la sécurité de la Russie. Personne n’a écouté malgré tous nos rappels, remontrances, appels et propositions durant toutes ces années. Le président Vladimir Poutine s’est prononcé à plusieurs reprises sur ce sujet. 

De nouvelles preuves qui sont maintenant découvertes sur les territoires libérés, en particulier dans les régions de Donetsk et Lougansk, démontrent qu’il y avait un plan détaillé pour attaquer ces républiques populaires ce mois-ci.

Nous sommes également indignés par ce que le Pentagone a fait dans les laboratoires biologiques créés avec son financement. 

Il utilise le territoire ukrainien pour mener des expériences avec des agents pathogènes qui peuvent ensuite être utilisés pour créer des armes biologiques. Les représentants de Washington ont publiquement réfuté les rumeurs selon lesquelles ils se seraient livrés à des activités interdites en Ukraine. Sans surprise, les pays de l’UE ont commencé à dire d’une seule voix qu’ils ne savaient rien des Américains travaillant sur les armes biologiques en Ukraine. De la même manière, il n’est pas surprenant que les représentants de l’ONU aient également déclaré qu’ils ne disposaient pas de cette information. Il va sans dire que les Américains l’ont fait dans le plus grand secret. Ils le font aussi dans d’autres pays post-soviétiques, avec leurs laboratoires d’armes biologiques encerclant la Fédération de Russie et la République populaire de Chine. Ils ne s’en tireront pas comme cela. Il y a la Convention sur les armes biologiques et à toxines, qui oblige les États à signaler toute activité sur leur territoire et en dehors de celui-ci.

Ceux qui fournissent des armes à l’Ukraine doivent comprendre qu’ils sont responsables de leurs actes. Il en va de même pour ceux qui encouragent l’envoi de mercenaires en Ukraine pour y combattre dans le respect des traditions extrémistes radicales et leurs bataillons introduits dans la vie quotidienne de l’Ukraine.

Question : La Russie a utilisé beaucoup de mots différents pour justifier l’invasion de l’Ukraine. Vous avez dit que c’était pour le peuple ukrainien. Mais comment pouvez-vous justifier le bombardement d’une maternité et d’un hôpital pour enfants ? Êtes-vous d’accord avec le président Zelensky pour dire que c’est une atrocité – cibler les mères enceintes et les enfants est, en fait, une atrocité ? Et aussi, pour le peuple russe lui-même, aujourd’hui la Russie fait face à un défaut de paiement de 40 milliards de dollars. C’est pire que ce que nous avons vu dans l’économie russe depuis 1917, lors de la révolution bolchevique. Comment allez-vous justifier auprès des gens chez vous que vous avez détruit leur économie pour une invasion qui, franchement, le reste du monde ne croit pas qu’elle devrait avoir lieu ?

Sergueï Lavrov : En ce qui concerne la maternité, nous avons entendu un tollé chargé d’émotion face aux soi-disant « atrocités » qui auraient été commises par les forces armées russes. 

Il y a trois jours, le 7 mars, notre délégation à la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU a fourni des faits prouvant que cette maternité avait été reprise par le bataillon d’extrême droite Azov, qui a ordonné à toutes les femmes enceintes, infirmières et autres membres du personnel de quitter la bâtiment. 

Vous pouvez tirer vos propres conclusions sur la manipulation de l’opinion publique dans le monde.

J’ai vu des reportages de votre réseau et d’autres médias occidentaux aujourd’hui. Ils sont très émotifs. Malheureusement, aucune attention n’est accordée à l’autre camp, ce qui aurait permis aux gens d’avoir une vision objective de la situation.

Quant à l’économie russe, eh bien, nous nous en occuperons nous-mêmes. Le président et le gouvernement y travaillent actuellement. Vous avez dit que nous utilisons beaucoup de mots différents pour justifier nos actions en Ukraine. Nous essayions depuis des années d’attirer l’attention sur la transformation de l’Ukraine en « anti-Russie ». 

Depuis le début des années 2000, l’Occident exigeait ouvertement avant chaque élection que l’Ukraine fasse un choix entre l’Occident et la Russie. Autrement dit, vous êtes soit avec nous, soit contre nous. Est-ce là les valeurs occidentales imposées au peuple ukrainien ?

Nous avons aussi vu d’autres choses. Lorsqu’un candidat pro-occidental a obtenu le plus petit nombre de voix, comme cela s’est produit en 2009, l’Occident a forcé la Cour constitutionnelle ukrainienne à adopter une décision sur le troisième tour de scrutin, en violation de la Constitution de l’Ukraine. Il y a eu beaucoup de manipulations au cours de ces « meilleures années ». L’Ukraine était constamment transformée en un instrument pro-occidental pour les expériences occidentales. En fin de compte, l’OTAN a exigé que l’Ukraine soit libre de rejoindre le bloc, des bases navales ont été établies en Ukraine et le déploiement de missiles, qui constituaient une menace directe pour la Fédération de Russie, a été discuté. 

Il s’est maintenant avéré que des laboratoires biologiques militaires y opéraient secrètement a l’insu du public Ukrainien et dans le reste du monde. 

Lorsqu’il a été suggéré que l’Ukraine renonce à son statut non nucléaire,

Ils ont répondu que n’importe quelle question pouvait être discutée, mais qu’il fallait retirer la question de l’élargissement de l’OTAN. Ils décideraient sans nous. Nous ne devrions pas nous inquiéter car l’élargissement de l’OTAN n’affecterait pas notre sécurité. Pourquoi l’OTAN devrait-elle prendre des décisions sur des questions concernant notre sécurité et nos intérêts en matière de sécurité ? 

Cela ne suffira pas. On ne parlera pas de la Russie comme ça. 

Nous n’allons pas justifier nos actions en Ukraine. Leurs objectifs sont parfaitement clairs : nous ne voulons pas la militarisation de l’Ukraine, qu’elle soit ou non membre de l’OTAN, car les systèmes [missiles] américains ciblant notre territoire peuvent y être déployés sans l’OTAN. 

Nous ne voulons pas que l’Ukraine devienne un État néo-nazi où des bataillons portant des galons SS défilent devant le président ukrainien et où ces militants sont entraînés à organiser des attentats terroristes. 

Nous voulons que l’Ukraine soit un État neutre. 

Le président Poutine a déclaré à de nombreuses reprises que tout en insistant sur le non-élargissement de l’OTAN, nous n’allons pas négliger les intérêts de sécurité de la nation ukrainienne. 

Nous sommes prêts à discuter des garanties de sécurité pour l’Ukraine ainsi que des garanties de sécurité pour les pays européens et la Russie. A en juger par les récentes déclarations du président Zelensky, la prise de conscience de cette approche est croissante, ce qui inspire un certain optimisme.

Quant à nos problèmes économiques, nous nous en occuperons. 

Nous avons rencontré des difficultés à toutes les étapes de notre histoire. Je peux vous assurer que cette fois nous sortirons de la crise avec un état d’esprit et une mentalité plus sains. Nous n’aurons aucune illusion sur le fait que l’Occident peut être un partenaire fiable qui n’abandonnera personne et ses propres valeurs en un clin d’œil. Pouvez-vous imaginer que les droits de propriété privée seront enterrés aussi facilement qu’un-deux-trois ? Avez-vous déjà vu la présomption d’innocence, pilier du système juridique occidental, être ouvertement ignorée et foulée aux pieds ? Je peux vous assurer que nous surmonterons cela. Et nous ferons également tout ce qui est en notre pouvoir pour ne jamais dépendre de l’Occident dans les domaines d’importance critique pour notre peuple.

Question : Le chef adjoint du bureau présidentiel ukrainien a déclaré que Kiev était prête pour un règlement diplomatique, mais que cela ne serait possible que par des négociations au niveau présidentiel. Considérez-vous opportun d’organiser une rencontre entre les présidents des deux États, maintenant ou à l’avenir ?

Sergueï Lavrov :Je pense que tout le monde sait bien que le président russe Vladimir Poutine ne refuse jamais de parler – à condition que le but soit de parvenir à des accords spécifiques. Nous ne voulons pas nous rencontrer pour nous rencontrer. Ce sujet a été abordé aujourd’hui. J’ai rappelé à M. Kuleba que nous sommes toujours prêts à nous rencontrer si cela aide à résoudre le problème. Cependant, ces dernières années, après le coup d’État anticonstitutionnel, les dirigeants ukrainiens préfèrent se réunir pour se rencontrer et simuler la prise de décision pour les caméras de télévision. Lorsque les accords de Minsk ont ​​été étroitement bloqués par le régime de Kiev, le président Vladimir Zelensky n’a cessé d’insister : rencontrons-nous, retrouvons-nous enfin. A notre tour, nous avons rappelé à nos collègues ukrainiens qu’un sommet format Normandie s’est tenu à Paris en décembre 2019, toutes ses décisions ont été transférées à Kiev, et aucun d’entre eux n’a été mis en œuvre. A quoi servait la réunion de Paris, s’il fallait un autre sommet pour que les décisions de Paris soient enfin mises en œuvre ? Ils ont cette tendance à substituer l’essence de tout problème par des effets extérieurs divers : ils ont également proposé d’élargir le format normand en y ajoutant les Britanniques, les Américains et les Polonais. Ils ont proposé d’inviter également la Turquie. Ils ont soit décidé de créer un groupe de contact parallèle, soit d’inviter des Français et des Allemands au groupe de contact. Le régime de Kiev a jailli d’initiatives. Lors de notre réunion d’aujourd’hui, nous avons réaffirmé que le président Vladimir Poutine ne refuse pas de rencontrer le président Vladimir Zelensky. J’espère que le besoin de cette réunion se fera sentir un jour. Mais avant que cela ne se produise, des travaux préparatoires doivent être achevés sur le site biélorusse. Trois tours ont déjà eu lieu. Nos propositions extrêmement précises ont été soumises à la partie ukrainienne. Ils nous ont promis de donner des réponses très précises. Nous attendons.

Question : Partout où la Russie vient avec la paix et la dénazification, des enlèvements et des tortures se produisent. Cela s’est produit en Crimée. Nous connaissons environ 200 Tatars de Crimée et le vice-président du Mejlis du peuple tatar de Crimée Nariman Dzhelyalov. Des femmes ont été enlevées aujourd’hui dans les territoires occupés au sud de la mer d’Azov. L’un d’eux est un député du Conseil régional de Zaporozhye, un Tatar de Crimée Leyla Ibragimova. Vous semblez avoir atteint un nouveau niveau. Vous n’avez pas kidnappé de femmes pendant ces huit années. Il est important que mes collègues de Turquie sachent ce que la Russie fait avec les Tatars de Crimée, pas seulement depuis huit ans en Crimée. Qu’est ce que vous avez à dire sur cela? Ce sont des faits. Je parle de ma région natale où j’ai passé mon enfance – Genichesk, Melitopol.

Sergueï Lavrov :Vous avez dit que c’étaient des faits. Je pense que vous auriez dû utiliser un mot F différent, qui est « faux ». Les ondes, Internet et tous les médias regorgent de contrefaçons. Je ne savais rien de cette histoire, de l’enlèvement présumé d’un représentant du corps adjoint, mais je connais d’autres histoires pour lesquelles le régime de Kiev est connu. Hier, j’ai appris que le député Yevgeny Shevchenko avait disparu. Vous l’avez encore trouvé ? Denis Kireyev, membre de la délégation aux négociations biélorusses qui a participé au premier tour, a été tué. Ils ont d’abord dit que les services de sécurité ukrainiens l’avaient exécuté sans procès ni enquête, pour trahison, puis il y a eu un rapport faisant état d’une confrontation. Si vous vous plongez dans ce genre d’histoires, vous pouvez trouver beaucoup de détails intéressants et scandaleux. Je crois qu’essayer de prendre un épisode, très probablement fictif, et l’utiliser pour attiser l’opinion publique, y compris ici en Turquie, afin de promouvoir une politique anti-russe, est une autre tentative déviter une conversation sérieuse, des négociations et des actions avec de tels effets externes. Je n’ai pas entendu parler de ces affaires impliquant des députés. Je vais me renseigner à ce sujet. J’ai cependant entendu parler de Shevchenko, qui a disparu à Kiev, pas à Zaporozhye.

Je pense que vous avez déjà été filmé et que la vidéo sera diffusée dans votre pays en fanfare. Vous avez atteint votre objectif.

Question : Il y a des voix au sujet de l’utilisation d’armes biologiques dans l’attaque. Que pouvez-vous dire à ce sujet ?

Sergueï Lavrov : Nous sommes alarmés par les informations récemment révélées selon lesquelles le Pentagone a établi plusieurs dizaines de laboratoires biologiques militaires sur le territoire ukrainien dans le cadre de son programme visant à mettre en place de telles installations partout dans le monde en violation de la Convention sur les armes biologiques et à toxines. Nous avons envoyé une enquête officielle et nous exigerons une explication.

Je n’ai aucune information quant à savoir s’ils ont déjà utilisé leurs armes. Mais il ne fait aucun doute que ces expériences étaient loin d’être pacifiques et que leur objectif était de développer des armes biologiques à vocation ethnique.

Question : Les États-Unis disent ouvertement que les ambassadeurs américains ont reçu des instructions pour convaincre les gouvernements nationaux de se joindre aux sanctions anti-russes. Avez-vous donné des instructions similaires aux ambassadeurs russes pour persuader les gouvernements de ne pas participer ?

Sergueï Lavrov : Dans toutes les situations, nous informons les ambassadeurs russes de notre position officielle et des faits, liés à toute situation dont traite le ministère des Affaires étrangères. Nous le faisons de la manière la plus détaillée possible. Les ambassadeurs russes informent consciencieusement les gouvernements des pays hôtes sur ces questions, afin qu’ils aient une image objective.

Ce n’est pas dans notre tradition de faire le tour du monde et de forcer des pays souverains, indépendants, membres de l’ONU, à exécuter l’ordre du Grand Frère. En fait, nous sommes des gens bien élevés, comme vous le savez. Les Américains ne cachent pas qu’ils exigent que la Turquie, l’Inde, l’Égypte, les pays d’Asie du Sud-Est et même la Chine se joignent aux sanctions unilatérales illégales des États-Unis. Il est impossible d’imaginer un tel manque de respect pour ces grands pays et civilisations. Cependant, les Américains n’ont rien laissé passer. Pour eux, tous les moyens sont acceptables pour porter la russophobie à des sommets sans précédent. Nous ne faisons pas de telles choses.

Question : Vous avez dit il y a quelque temps que la Russie n’avait pas l’intention d’envahir l’Ukraine. Je pense qu’aujourd’hui vous avez dit que la Russie n’avait pas envahi l’Ukraine, alors qu’elle l’a clairement fait. Vous avez également dit que la Russie ne ferait pas de mal aux civils, et des milliers de personnes ont été blessées, des maisons détruites et il semble que des hôpitaux soient attaqués. Pourquoi les Ukrainiens devraient-ils vous prendre au sérieux, avec tout le respect que je vous dois ? Pourquoi devraient-ils, et le reste du monde, croire un mot que vous dites ?

Sergueï Lavrov : J’ai mentionné les hôpitaux et les maternités, mais vous n’écoutez pas. Cela ne sera jamais montré et pas un seul média occidental ne rapportera que nous avons expliqué au Conseil de sécurité de l’ONU il y a trois jours ce qui était arrivé à cette maternité.

Quant aux affirmations sur qui fera quoi ou qui ne fera pas quoi, nous avons voulu régler ce problème diplomatiquement jusqu’au dernier moment. Nous avons présenté un document détaillé sur l’accord bilatéral russo-américain et un projet d’accord Russie-OTAN sur toutes les questions essentielles de sécurité européenne, qui prend en compte les intérêts de sécurité de tous les pays sans exception, y compris l’Ukraine. On nous a dit que l’Ukraine était « à eux », qu’ils décideraient du sort de l’Ukraine avec l’Ukraine et qu’ils feraient ce qu’ils voudraient. Ils ont également rejeté de nombreuses autres suggestions russes, dont une sur la prévention des menaces terrestres physiques contre la Fédération de Russie. Le président russe Vladimir Poutine a clairement expliqué pourquoi il avait pris la décision de lancer une opération militaire spéciale. lire le document russe personnellement et comprendre notre logique. C’est expliqué là. Nous aimerions voir une Ukraine amicale, démilitarisée et à l’abri du danger de la création d’un autre État nazi, une Ukraine qui n’interdira pas la langue russe, la culture russe et l’Église orthodoxe russe. Malheureusement, tout cela a été fait et se reflète dans la loi. Toutes nos admonestations au cours des huit années qui se sont écoulées depuis le coup d’État de Kiev et nos appels à nos collègues occidentaux pour qu’ils ramènent les autorités ukrainiennes à la raison se sont heurtés à un mur de silence. 

Prenez, par exemple, les choses les plus évidentes concernant la langue russe. Ils ont adopté la loi sur la garantie du fonctionnement de l’ukrainien en tant que langue d’État, qui déclare que seul l’ukrainien peut être utilisé, tandis que toutes les autres langues sont exposées à des préjugés d’une manière ou d’une autre, y compris en termes d’enseignement dans les écoles élémentaires et les universités. 

La Russie a exprimé sa préoccupation, tout comme la Hongrie, la Bulgarie et la Roumanie. Ensuite, les autorités ukrainiennes ont fait un tour simple en faisant une exception pour les langues de l’UE en vertu de cette loi discriminatoire. Plutôt élégant ! Le russe reste seul, privé de tous ses droits, même si ses droits sont garantis par la Constitution ukrainienne. L’Occident est devenu silencieux et détendu. 

Cela a montré une fois de plus ce que l’Occident veut précisément que l’Ukraine fasse. Sa mission est de travailler constamment contre la Russie et tout ce qui est russe. 

Ensuite, les autorités ukrainiennes ont fait un tour simple en faisant une exception pour les langues de l’UE en vertu de cette loi discriminatoire. Plutôt élégant ! Le russe reste seul, privé de tous ses droits, même si ses droits sont garantis par la Constitution ukrainienne. L’Occident est devenu silencieux et détendu. Cela a montré une fois de plus ce que l’Occident veut précisément que l’Ukraine fasse. Sa mission est de travailler constamment contre la Russie et tout ce qui est russe. 

L’attitude de l’Occident à l’égard du référendum en Crimée est également un exemple de politique de deux poids deux mesures. Il n’y a pas eu de référendum au Kosovo. L’OTAN, par ses bombardements, a délibérément créé une situation où elle allait provoquer la désintégration de la Yougoslavie. Lorsque la législature du Kosovo a déclaré l’indépendance, tout l’Occident (presque tout entier) applaudissait et soutenait cela comme une manifestation de la démocratie et de la liberté de choix. Mais pourquoi les Albanais peuvent-ils le faire alors que les Russes en Crimée ne le peuvent pas ? Les Albanais de Yougoslavie n’étaient pas seulement autorisés à le faire, ils étaient encouragés par tous les moyens à avancer dans cette direction, car l’objectif de longue date d’un certain pays à l’histoire riche – je fais référence à la Grande-Bretagne – a toujours été pour éviter que les Balkans, et d’ailleurs l’Europe dans son ensemble, n’aient des États trop grands. Nous le savons bien. Très probablement, le même objectif a également été poursuivi en ce qui concerne la Fédération de Russie.

Nous avons réalisé que le point en cause n’est pas du tout l’Ukraine. C’est une agression contre tout ce qui est russe – intérêts, religion, culture, langue, sécurité, etc. le monde dans le plein respect de ses intérêts légitimes.

Question : Tout à l’heure, le ministre ukrainien des Affaires étrangères a déclaré qu’il n’y avait aucun progrès vers un cessez-le-feu. Ma question est la suivante : y a-t-il eu des résultats positifs à cette réunion ? Quel est votre plan pour atténuer la crise ?

Sergueï Lavrov : Nous ne sommes pas venus ici pour remplacer la négociation sur le territoire biélorusse mise en place par le président de la Russie et le président de l’Ukraine. Toutes les questions pratiques sont discutées dans ce cadre . 

Nous avons expliqué dans les moindres détails ce qui est nécessaire pour mettre fin à cette crise. Les exigences comprennent la démilitarisation et la dénazification, la garantie du statut neutre de l’Ukraine et plusieurs autres choses.

 Ils ont une conversation sérieuse là-bas. Nous avons prévenu nos collègues au début de la réunion d’aujourd’hui que nous n’avons pas l’intention de créer une voie parallèle ici, ce que souhaite l’Ukraine. Ils préfèrent toujours remplacer les efforts spécifiques nécessaires pour remplir les accords par la création de nouveaux formats qui seront largement couverts par les médias et limiteront le travail réel.

Je ne suis pas surpris que Dmitry Kuleba ait déclaré que les négociations de cessez-le-feu avaient échoué. Il n’y avait aucune intention de s’entendre sur un cessez-le-feu. La partie ukrainienne est bien consciente de toutes ces propositions et de la séquence des étapes décrites dans ces propositions.

Si le but de la réunion était de poser des questions telles que « cessons le feu » ou « construisons les couloirs humanitaires non pas comme la Russie le propose mais comme le veut l’Ukraine », alors il ne s’agissait que de dire aux médias que toutes leurs nobles aspirations avaient échoué . Cela s’inscrit dans la logique de la diplomatie ukrainienne que j’ai déjà évoquée : miser sur les effets extérieurs pour créer une certaine apparition publique ici et maintenant au lieu de faire un vrai travail.

Question : Ma question porte sur l’embargo américain sur les importations de pétrole et de gaz russes. Quelle est la politique pétrolière de la Russie en Europe ? Comment la Russie réagit-elle aux sanctions de diverses entreprises et pays ?

Sergueï Lavrov : J’ai déjà dit que nous résoudrons ce problème – et la solution sera de ne plus dépendre de nos partenaires occidentaux, qu’il s’agisse de gouvernements ou d’entreprises qui agissent comme des outils d’agression politique occidentale contre la Russie au lieu de poursuivre les intérêts de leurs entreprises. 

Nous ferons en sorte que nous ne nous retrouvions plus jamais dans une situation similaire et que ni l’oncle Sam ni personne d’autre ne puisse prendre des décisions visant à détruire notre économie. Nous trouverons un moyen d’éliminer cette dépendance. Nous aurions dû le faire depuis longtemps.

Quant au pétrole et au gaz, nous le laissons à la discrétion et à la conscience de nos collègues occidentaux. Nous n’avons jamais utilisé le pétrole et le gaz comme arme malgré leurs accusations constantes. La première crise s’est produite en 2010, lorsque les autorités ukrainiennes ont commencé à voler le gaz transitant vers l’Europe après avoir cessé de payer le leur. Nous avons fourni du gaz de transit vers l’Europe sans faute en pleine conformité avec nos obligations (quantités et tarifs) et ils nous l’ont volé. Pensez-vous que l’Europe a fait quelque chose pour les contenir ? Pas du tout. L’Europe a commencé à dire que la Russie utilisait le gaz comme une arme – même si elle savait très bien ce qui se passait réellement. 

Dans les relations avec l’Ukraine, ils n’ont vu qu’un seul critère : comment pouvons-nous utiliser ce pays pour nuire à la Russie ? Ils ont commencé à dissuader la Russie avant même que cela ne soit officiellement annoncé. Voici un point intéressant qui en dit long sur les valeurs européennes. Ils nous maudissent par monts et par vaux. Ils nous ont assiégés avec des sanctions et ont interdit à leurs entreprises de rester en Russie. Cependant, ils disent qu’ils continueront d’acheter notre pétrole et notre gaz, sinon ils vont geler. 

Le vice-Premier ministre Alexander Novak, qui supervise le secteur de l’énergie, a expliqué en détail que nous n’essaierons pas de persuader qui que ce soit d’acheter notre pétrole et notre gaz. S’ils veulent trouver un substitut, ils sont libres de le faire. Nous aurons toujours des marchés pour notre gaz. Nous les avons déjà. .

Question : La Russie a-t-elle des lignes rouges concernant les pays qui envoient une assistance militaire à l’Ukraine ?

Sergueï Lavrov :J’ai déjà répondu à la question de savoir si nous allons réagir de quelque manière que ce soit aux actions des pays qui arment l’Ukraine. Nous estimons que ces pays représentent des menaces colossales pour eux-mêmes, en particulier lorsqu’ils transfèrent les armes les plus dangereuses, par exemple les systèmes portables de défense aérienne, et lorsqu’ils regardent, avec un total calme, les autorités ukrainiennes distribuer des centaines de milliers d’armes légères à des personnes au hasard, sans aucune identification. 

Nous n’avons jamais mentionné de plans concernant les pays membres de l’OTAN. Mais ma nouvelle collègue, la ministre britannique des Affaires étrangères Elizabeth Truss, en a parlé. Elle a déclaré que si le président russe Vladimir Poutine ne perdait pas en Ukraine, alors il auraient de nouvelles ses ambitions, et les États baltes et la Moldavie seraient ses prochaines cibles. Ce n’est pas nous qui le disons, mais Elizabeth Truss, qui est célèbre pour ses slogans. Quand elle prophétise une attaque contre les États baltes et la Moldavie, je pense que cela est tout à fait conforme à la culture, à la politique et à la diplomatie anglaises, car les Britanniques ont écrit un faux testament de Pierre le Grand, exactement de la même manière. Ça leur ressemble.

Question : Nous assistons aujourd’hui à des choses qui semblaient totalement inimaginables hier. Croyez-vous qu’une guerre nucléaire pourrait commencer ?

Sergueï Lavrov :Je ne veux pas y croire, et je ne le fais pas. Veuillez noter que dans le contexte des événements ukrainiens de ces dernières années, qui se sont aggravés ces derniers mois et semaines, le sujet nucléaire a été jeté dans ce discours exclusivement par des représentants occidentaux, principalement de l’OTAN. 

Permettez-moi de vous rappeler qu’une fois de plus, Elizabeth Truss (on semble beaucoup parler d’elle aujourd’hui) a déclaré qu’elle n’excluait pas un conflit entre l’OTAN et la Russie. Comment peut-on même penser une chose pareille ? Le secrétaire général Jens Stoltenberg (je dirais qu’il est devenu trop indépendant ces derniers temps, ne coordonnant pas ses déclarations avec tous les membres de l’OTAN comme prévu) a déclaré que si l’OTAN voulait déployer des armes nucléaires sur le territoire de ses membres d’Europe de l’Est, l’alliance le ferait . Mon collègue français, Jean-Yves Le Drian, a rappelé au président Vladimir Poutine que la France possède également des armes nucléaires. Soit dit en passant, le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a fièrement annoncé que l’Occident déclarait une guerre totale à la Russie (« Totaler Krieg », comme disaient les « non-Français »). Le président américain Joe Biden, lorsqu’on lui a demandé s’il existait une alternative à ces sanctions infernales, a déclaré que la seule alternative était la troisième guerre mondiale. Il n’arrête pas d’apparaître dans leur sous-cortex.

 Nous n’en avons jamais parlé. 

Question : Le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, a proposé plus tôt le Kazakhstan comme plate-forme de négociations entre la Russie et l’Ukraine. La Russie envisage-t-elle cette proposition et quand pourront se tenir les prochaines négociations entre les parties en conflit ?

Sergueï Lavrov :La Russie est reconnaissante à tous ceux qui, animés de bonnes intentions, offrent leurs services pour aider à résoudre la grave crise interne ukrainienne actuelle et qui sont prêts à aider à trouver une solution, en tenant compte des préoccupations de toutes les parties et sur la base d’un équilibre des intérêts. Le problème est que ces propositions (que, comme je l’ai déjà dit, nous sommes certains que nos amis turcs et nos amis kazakhs ont faites avec les meilleures intentions du monde) ne sont pas utilisées par la partie ukrainienne, qui continue de substituer toute action réelle à remplir ses obligations avec des effets externes. 

Je me souviens qu’ils voulaient délocaliser le Groupe de contact au Kazakhstan, alors que les accords de Minsk respiraient encore ; ils ont également suggéré la Turquie comme plate-forme. Je suis certain que le motif derrière tout cela a été leur réticence à faire ce qu’ils devaient, faire ce dont nous sommes convenus. 

Mais, comme l’a dit le président Vladimir Poutine, et comme nous l’avons répété, la Russie est prête pour une variété de formats s’ils ont une valeur ajoutée et ne sont pas convoqués uniquement pour parler davantage.

Question : La Russie est-elle vraiment sérieuse dans la recherche d’une solution négociée à cette crise ? Si oui, qu’avez-vous apporté à la table aujourd’hui, quels progrès, le cas échéant, avez-vous réalisés ?

Comment parler de diplomatie, de cessez-le-feu et de négociations, alors que les maternités sont frappées, alors que tant de civils meurent ?

Sergueï Lavrov : C’est la troisième fois que j’entends cette question sur la maternité, ce qui signifie que vous n’avez pas entendu ce que j’ai dit sur ce cas particulier , que vous et votre société, ainsi que tous les autres grands médias occidentaux, avez rapporté comme gros titres. Dans cette maternité, comme nous l’avons dit le 7 mars 2022, au Conseil de sécurité de l’ONU, il n’y avait ni femmes, ni enfants, ni personnel médical. Il a longtemps été pris en charge par le bataillon Azov et d’autres radicaux, qui y ont établi un point de tir, comme ils le font dans toute l’Ukraine, transformant les gens en boucliers humains et déployant des armes de frappe dans des immeubles résidentiels pour attaquer les positions des Russes. militaires et les milices de Donetsk et Lougansk.

Quant à nos propositions, que nous avons faites le 15 décembre 2021, elles étaient extrêmement sérieuses. Nous avons proposé de créer un système de sécurité, pas un système entièrement nouveau mais un système basé sur la mise en œuvre des décisions qui ont été convenues au plus haut niveau politique, y compris lors des sommets de l’OSCE à Istanbul en 1999 et à Astana en 2010, qui disait en noir sur blanc que tous les pays ont le droit de choisir des alliances, mais que personne n’a le droit de renforcer sa sécurité au détriment de la sécurité des autres. 

Cette formule a été coordonnée comme un tout. C’était le sommet de la diplomatie. Cette décision a été signée par les dirigeants de la Russie, de ses voisins et, excusez-moi de le dire, du monde libre. Aucun État ou groupe d’États, et aucune organisation en Europe n’a le droit de revendiquer la position dominante,

Lorsque nous avons proposé de signer un accord Russie-OTAN pour sceller les principes que j’ai mentionnés ici, les principes qui ont été énoncés dans les documents qui ont été signés au plus haut niveau, codifiés et devenus juridiquement contraignants, nous avons reçu des réponses formelles sèches de Jens Stoltenberg et Josep Borrell, disant que nous n’avions pas à nous inquiéter et qu’ils étaient prêts à parler avec nous. Le fait que nous n’ayons pas reçu de réponses des dirigeants de pays individuels mais des dirigeants de l’OTAN et de l’UE signifie que la Grande-Bretagne et les autres dirigeants occidentaux leur ont délégué leurs pouvoirs et les ont rendus responsables de la mise en œuvre ou de la non-mise en œuvre des promesses faites dans les documents du sommet de l’OSCE. 

C’est ce que vos dirigeants, les représentants de l’Occident ont fait à la diplomatie.

Nous voulons toujours que toutes les questions soient réglées diplomatiquement. Mais cette fois, nous avons expliqué très clairement la nécessité de la démilitarisation et de la dénazification de l’Ukraine. Cela doit se faire sans aucune procrastination. Les menaces directes militaires, culturelles, informationnelles, linguistiques et civilisationnelles contre la Russie, qui ont été créées sur le territoire de l’Ukraine, sont devenues parfaitement claires et immédiates. Si nous avions affaire à des gens intègres et honnêtes, le problème aurait probablement été réglé depuis longtemps et des accords de sécurité auraient été conclus. Mais nous ne voyons aucun partenaire prêt à jouer franc jeu avec nous. Plusieurs tentatives en ce sens ont cependant été faites.

Nous n’avons jamais voulu de guerre, et nous n’en voulons toujours pas. Nous voulons mettre fin à cette guerre, y compris dans l’intérêt des deux républiques qui ont refusé de reconnaître le sanglant coup d’État anticonstitutionnel de 2014 et du régime qui a regardé avec fierté et cynisme ses représentants brûler vifs des gens à Odessa, qui a envoyé des avions de combat pour bombarder centre de Lugansk, et qui a bombardé, attaqué et bombardé des quartiers résidentiels, des villages, des écoles et des jardins d’enfants au cours des huit dernières années. Il y a beaucoup de preuves, parce que nous et nos journalistes avons montré cela 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 (je m’incline devant tous ceux qui sont morts en faisant cela). Et pendant toutes ces huit années, les journalistes occidentaux ne sont presque jamais allés à la ligne de contact. Au lieu de cela, ils ont montré à quel point les gens vivaient bien dans l’autre partie de l’Ukraine. Quelque 70 ou 80 % des destructions se produisent sur le territoire des républiques populaires, ce qui montre qui est généralement le premier à attaquer. Une fois, des membres de votre société, la BBC, y ont passé plusieurs jours et, par la suite, je dois dire, ont produit un rapport relativement objectif. Mais je ne me souviens pas que quiconque en Occident ait couvert quotidiennement l’agression du régime ukrainien contre son propre peuple, son sabotage des accords de Minsk, qui ont été approuvés par le Conseil de sécurité de l’ONU, et son refus ouvert de mettre en œuvre ce document vital. 

Si nous examinons vos rapports actuels sur l’Ukraine et les comparons à ce que vous avez dit à votre public au cours des huit dernières années, cela fournira une image révélatrice de la liberté d’expression, de l’accès à l’information et de bien d’autres choses,

Ht, via le SAKER

Stop à la guerre de l’Empire à la Russie..

Une réflexion sur “Document: Allocution du Ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov le 10 mars

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s