Editorial: si vous me faites confiance lisez ce texte, tout ce texte.

Vous ne le savez pas, mais vous, je dis bien vous, vous êtes en guerre.

Non parce que vous l’avez déclarée, mais parce que vous êtes agressés.

Depuis de nombreux mois je m’efforce de vous faire comprendre qu’une guerre contre les peuples, contre les citoyens ordinaires a été lancée par les élites, les ultra riches, les dominants, les stake holders de Davos, très grand capital mondialisé.

Certains l’ont compris d’autres non; à mon avis 20 à 25% des gens en ont conscience et même sans pouvoir l’expliciter en ont conscience. Leur instinct de vie se réveille, ils se braquent, ils se cabrent et disent non.

Bien sur on les dénigre et on les salit mais en fait ils représentent les forces de l’instint de vie face aux forces de l’instinct de mort.

Tous le ressentent avec plus ou moins de lucidité; et a ceux là je dis que ce n’est que le début car les causes qui ont conduit à cette agression contre vous, ces causes vont croitre et embellir.

Le système dans lequel nous vivons est en difficulté , il est bloqué, il ne peut plus se reproduire et c’est parce qu’il ne peut plus se reproduire et qu’il connait sans cesse des crises et qu’il essaie de se sauver en faisant reporter les conséquences de ces crises sur vous. Ils , les dominants sont en crise, mais ils vous font payer leur crise , ils essaient de se sauver sur votre dos. Cela dure depuis plusieurs décennies, mais cela s’accélère.

J’ai pris il y a peu de temps une comparaison, elle est plus judicieuse que jamais, vous êtes leurs ennemis de l’intérieur, vous êtes leurs Russes.

Il leur faut vous mater, vous contrôler, vous disqualifier, vous nazifier afin que vous n’ayez plus votre mot a dire; ils vous agressent et bien sur si vous; vous vous rebellez vous devenez le terroriste qu’ils peuvent punir, contre lequel ils peuvent employer la force.

Eh bien la comparaison est là, vous êtes leurs Russes de l’intérieur; Ils font à vous et aux russes la même chose; il les encerclent, les asphyxient, les agressent, ils les disqualifient et quand ils se rebellent , essaient de desserrer l’étau, défendent leur pays, leur culture, leur façon,de vivre alors ils – les dominants- disent qu’ils attaquent, qu’ils commettent des crimes contre l’humanité; se défendre est devenu un crime contre l’humanité aussi bien pour vous que pour eux.

Réfléchissiez car ce n’est que le début d’un long combat, et sans être naïf tentez de saisir ce que Poutine vous dit sur ces sujets; car ce sont vos sujets, c’est de votre vie qu’il s ‘agit.

Depuis 2009 je répète que la politique menée par les élites conduit inéluctablement à la guerre, nous y sommes.

Ce n’est pas encore la vraie, la grande, l’affrontement entre le bloc occidental et le bloc Sino-Russe mais on est aux escarmouches.

Le monde est en crise voila ce qu’ils vous cachent et ils ont caché cette crise par la production de dettes et de faussse monnaie.

Cette possibilité touche à sa fin, car l’inflation arrive, donc l’histoire accélère.

Le butin se raréfie, les superprofits et même les profits tout courts seraient dérisoires si il n’y avait pas le crédit, les dettes les deficits et la fausse monnaie gratuite donnée aux riches.

Comme cela va cesser, il faut passer a autre chose: les guerres, la guerre.

En vous invitant à réfléchir et essayer de comprendre je n’ai aucun objectif personnel, aucun intérêt autre que celui d’essayer de faire progresser la verité dans ce monde de propagande pourrie.

Le monde est un monde capitaliste, c’est dire qu’il vit, s’organise, se bat pour le profit. Or voici la vraie évolution de la profitabilité du Capital! Même cela on vous le cache. Le système n’arrive plus à fonctionner sans subterfuges et la seule solution maintenant que les subterfuges sont épuisés, dans sa logique, la sienne, c’est la guerre.

Pour ceux qui ne peuvent pas accéder au site Web du Kremlin, voici les événements d’aujourd’hui. 

Je vous invite à lire ce texte, être citoyen c’est cela . travailler, donner de son temps pour être digne et libre.

Les infos à la télé c’est dérisoire, ici nous sommes dans le sérieux, dans ce qui compte . Tout est important dans le texte qui suit, car la cohérence est serrée, organique, pas rhétorique comme chez Macron mais il y a des passages sur lesquels il faut s’attarder.

La retranscription suivante est incomplète, mais une vidéo est disponible au lien suivant « Rencontre sur les mesures d’accompagnement socio-économique des régions » :

« Président de la Russie Vladimir Poutine :

Chers collègues, bonjour.

Assistent à notre réunion des chefs de gouvernement, des représentants plénipotentiaires présidentiels dans les districts fédéraux et des chefs de régions russes.

Nous nous réunissons à un moment difficile, alors que nos forces armées mènent une opération militaire spéciale en Ukraine et dans le Donbass. 

Permettez-moi de vous rappeler qu’au tout début de celui-ci, au petit matin du 24 février, j’ai nommé publiquement et ouvertement les raisons et l’objectif principal des actions de la Russie. Il s’agit d’une assistance à notre peuple du Donbass, qui pendant près de huit ans a été soumis à un véritable génocide par les méthodes les plus barbares – blocus, actions punitives à grande échelle, attaques terroristes et bombardements d’artillerie constants. Et pour quoi? Uniquement parce qu’ils recherchaient les droits fondamentaux de l’homme – vivre selon les lois et les traditions de leurs ancêtres, parler leur langue maternelle, élever leurs enfants comme ils l’entendent.

Dans le même temps, les autorités de Kiev ont non seulement ignoré et saboté la mise en œuvre du paquet de mesures de Minsk pour le règlement pacifique de la crise pendant toutes ces années, mais à la fin de l’année dernière, elles ont publiquement refusé de le mettre en œuvre.

Ils ont également commencé à mettre en pratique leurs projets d’adhésion à l’OTAN. En outre, les autorités de Kiev ont également fait des déclarations sur leur intention de créer leurs propres armes nucléaires et leurs vecteurs. C’était une vraie menace. Déjà dans un avenir prévisible, avec une assistance technique étrangère, le régime pro-nazi de Kiev pourrait mettre la main sur des armes de destruction massive, et sa cible serait bien sûr la Russie.

En Ukraine, il existait également un réseau de dizaines de laboratoires où des programmes biologiques militaires étaient menés sous la direction et avec le soutien financier du Pentagone, y compris des expériences avec des échantillons de coronavirus, d’anthrax, de choléra, de peste porcine africaine et d’autres maladies mortelles. Des traces de ces programmes secrets sont maintenant intensément tentées de dissimuler. Mais nous avons toutes les raisons de croire que dans le voisinage immédiat de la Russie, sur le territoire de l’Ukraine, en fait, des composants d’armes biologiques ont été créés.

Nos avertissements répétés selon lesquels une telle évolution constitue une menace directe pour la sécurité de la Russie ont été rejetés par l’Ukraine et ses patrons aux États-Unis et dans l’OTAN, avec un dédain ostentatoire et cynique.

Ainsi, toutes les options diplomatiques étaient complètement épuisées. Nous n’avions tout simplement aucune option pour résoudre pacifiquement les problèmes qui surgissaient sans que nous en soyons responsables. Et à cet égard, nous avons simplement été contraints de lancer une opération militaire spéciale.

L’apparition de troupes russes près de Kiev et d’autres villes d’Ukraine n’est pas liée à l’intention d’occuper ce pays. Nous n’avons pas un tel objectif, et je l’ai également déclaré explicitement dans mon allocution du 24 février.

Quant aux tactiques d’opérations de combat, qui ont été développées par le ministère de la Défense de la Russie et notre état-major général, elles se sont pleinement justifiées. Et nos gars – soldats et officiers – font preuve de courage et d’héroïsme, font tout ce qui dépend d’eux pour éviter des pertes parmi la population civile des villes ukrainiennes.

Je tiens à le dire pour la première fois : au tout début de l’opération dans le Donbass, les autorités de Kiev ont été invitées par divers canaux, afin d’éviter une effusion de sang insensée, de ne pas entrer dans les hostilités, mais simplement de retirer leurs troupes de le Donbass. Ils ne voulaient pas . Eh bien, c’est leur décision. La prise de conscience de ce qui se passe dans le monde réel, sur le terrain, viendra inévitablement.

L’opération se développe avec succès, dans le strict respect des plans pré-approuvés.

Je voudrais souligner que l’Ukraine, encouragée par les États-Unis et un certain nombre de pays occidentaux, s’est délibérément préparée à un scénario de force, de carnage et de nettoyage ethnique dans le Donbass. Une offensive massive dans le Donbass puis la Crimée n’était qu’une question de temps. Et nos forces armées ont déjoué ces plans.

Kiev ne se préparait pas seulement à la guerre, à l’agression contre la Russie, contre le Donbass, elle la combattait. Les tentatives d’organiser des sabotages et des terroristes clandestins en Crimée ne se sont pas arrêtées. Ces dernières années, les hostilités se sont poursuivies dans le Donbass, bombardant des implantations pacifiques. Pendant cette période, près de 14 000 civils ont été tués, dont des enfants.

Le 14 mars, comme vous le savez, une frappe de missiles a été lancée sur le centre de Donetsk. C’était une attaque terroriste sanglante qui a coûté la vie à plus de 20 personnes. Et de tels bombardements ont eu lieu ces derniers jours. Ils ont battu sans discernement, en carré, avec fanatisme et frénésie de condamnés, comme des fascistes qui, dans les derniers jours du Troisième Reich, ont tenté d’entraîner avec eux dans la tombe le plus de victimes innocentes possible.

Mais ce qui frappe dans son cynisme exorbitant, ce ne sont pas seulement les mensonges éhontés de Kiev, les déclarations selon lesquelles c’est la Russie (ils y ont pensé !) qui aurait lancé un missile sur Donetsk, mais aussi le fait que le monde occidental soi-disant civilisé, l’Europe et la presse américaine n’a même pas remarqué la tragédie de Donetsk, comme si de rien n’était.

Tout aussi hypocritement, ils ont détourné les yeux ces huit dernières années, lorsque les mères du Donbass ont enterré leurs enfants. Quand des personnes âgées ont été tuées. C’est juste une sorte de dégradation morale, morale, une déshumanisation complète.

La moquerie à long terme des habitants du Donbass ne pouvait plus être tolérée. Et pour mettre fin au génocide, la Russie a reconnu les républiques populaires du Donbass, conclu avec elles des traités d’amitié et d’entraide. Sur la base de ces accords, les républiques ont demandé à notre pays une assistance militaire pour repousser l’agression. Et nous avons fourni cette aide – nous ne pouvions tout simplement pas, nous n’avions pas le droit de faire autrement .

Mais ce que je veux souligner et vous demander d’y prêter attention, c’est que si nos troupes n’avaient agi que sur le territoire des républiques populaires, les avaient aidées à libérer leur terre, cela ne serait pas devenu une décision définitive, n’aurait pas conduit à la paix et n’aurait pas éliminé la menace qui pèse sur notre pays, déjà sur la Russie. Au contraire, une nouvelle ligne de front s’étendrait autour du donbass et le long de ses frontières, bombardements et provocations continueraient. Autrement dit, le conflit armé s’éterniserait, serait alimenté par l’hystérie revancharde du régime de Kiev, et l’infrastructure militaire de l’OTAN en Ukraine se déploierait encore plus rapidement et de manière plus agressive : nous serions confrontés au fait que les armes de choc et offensives des l’ Alliance sont déjà à nos frontières .

Permettez-moi de répéter que nous n’avions pas d’autre option pour nous défendre, pour assurer la sécurité de la Russie, que de mener une opération militaire spéciale. 

Et toutes les tâches définies, bien sûr, seront résolues. Nous assurerons de manière fiable la sécurité de la Russie et de notre peuple et ne permettrons jamais à l’Ukraine de servir de tremplin à des actions agressives contre notre pays. [Mon emphase]

Ce sont les questions fondamentales pour la Russie, pour notre avenir – le statut neutre de l’Ukraine, la démilitarisation et la dénazification – que nous étions prêts et sommes maintenant prêts à discuter lors des pourparlers. Notre pays a tout fait pour organiser et mener ces négociations, conscient qu’il faut saisir toutes les occasions pour sauver les gens et leurs vies.

Mais nous sommes convaincus encore et toujours que le régime de Kiev, auquel ses maîtres occidentaux ont confié la tâche de créer une « anti-Russie » agressive, ne se soucie pas du sort du peuple ukrainien lui-même. Le fait que des gens meurent, le fait que des centaines de milliers, des millions sont devenus des réfugiés, le fait que dans les villes tenues par des néonazis et leurs criminels armés sortis de prison, il y ait une véritable catastrophe humanitaire – tout n’a pas d’importance .

Il est également évident pour nous que les patrons occidentaux poussent simplement les autorités de Kiev à poursuivre l’effusion de sang. Ils reçoivent de nouvelles cargaisons d’armes, de renseignements et d’autres formes d’assistance, notamment l’envoi de conseillers militaires et de mercenaires.

Comme arme, ils ont choisi des sanctions économiques, financières, commerciales et autres contre la Russie, qui frappent maintenant les Européens et les Américains eux-mêmes, soit dit en passant, par la hausse des prix de l’essence, de l’énergie, de la nourriture, par la perte d’emplois associée à le marché russe. Et il n’est pas nécessaire ici, comme on dit, de passer d’une tête malade à une tête saine, en blâmant notre pays pour tout.

Je veux que les citoyens ordinaires des pays occidentaux m’entendent : ils essaient maintenant avec persistance de vous convaincre que toutes vos difficultés sont le résultat de certaines actions hostiles de la Russie, que vous devez payer de votre propre portefeuille la lutte contre la mythique menace russe . C’est tout un mensonge.

La vérité est que les problèmes actuels auxquels sont confrontés des millions de personnes en Occident sont le résultat d’années d’actions des élites dirigeantes de leurs États, de leurs erreurs, de leur myopie et de leur ambition. 

Ces élites ne réfléchissent pas à la manière d’améliorer la vie de leurs citoyens dans les pays. Ils sont obsédés par leurs intérêts acquis et leurs super-profits .

En témoignent les données des organisations internationales qui disent directement que les problèmes sociaux, même dans les principaux pays occidentaux, n’ont fait qu’empirer ces dernières années, que les inégalités, l’écart entre les riches et les pauvres se creusent, que les conflits raciaux et nationaux se multiplient feutre. Le mythe d’une société occidentale de bien-être, du soi-disant milliard d’or, s’effondre .

Permettez-moi de répéter qu’aujourd’hui, la planète entière doit payer précisément les ambitions de l’Occident, ses tentatives par tous les moyens pour maintenir son insaisissable domination .

L’imposition de sanctions est une suite logique, une expression concentrée des politiques irresponsables et à courte vue des gouvernements et des banques centrales des États-Unis et des pays de l’UE. 

Ces dernières années, ce sont eux qui ont dispersé de leurs propres mains la spirale de l’inflation mondiale, conduit à la croissance de la pauvreté mondiale et à l’augmentation des inégalités, à de nouveaux flux de réfugiés dans le monde. Et cela soulève la question : qui sera désormais responsable des millions de morts de faim dans les pays les plus pauvres du monde en raison des pénuries alimentaires croissantes ?

Je le répète, un coup sérieux a été porté à l’ensemble de l’économie et du commerce mondiaux, à la confiance dans le dollar américain en tant que principale monnaie de réserve .

Ainsi, les actions illégitimes visant à geler une partie des réserves de change de la Banque de Russie mettent un frein à la fiabilité des actifs dits de premier ordre. 

En fait, les États-Unis et l’UE ont déclaré un véritable manquement à leurs obligations envers la Russie 

. Maintenant, tout le monde sait que les réserves financières peuvent tout simplement être volées. Et voyant cela, de nombreux pays peuvent commencer dans un avenir proche – je suis sûr que cela arrivera – à convertir leur épargne papier et numérique en réserves réelles sous forme de matières premières, de terres, de nourriture, d’or et d’autres actifs réels, qui ne font qu’augmenter le déficit de ces marchés .

Je voudrais ajouter que la saisie des avoirs étrangers, des comptes des entreprises et des particuliers russes est une leçon pour les entreprises nationales, qu’il n’y a rien de plus fiable que d’investir dans son propre pays . Je l’ai dit personnellement à plusieurs reprises.

Nous apprécions la position de ces entreprises étrangères qui, malgré la pression éhontée des États-Unis et de leurs vassaux, continuent de travailler dans notre pays. À l’avenir, ils bénéficieront certainement d’opportunités supplémentaires de développement.

Nous connaissons également ceux qui ont lâchement trahi leurs partenaires, oublié leur responsabilité envers les employés et les clients en Russie, se sont empressés de gagner des dividendes fantomatiques en participant à la campagne anti-russe. En même temps, contrairement aux pays occidentaux, nous respecterons les droits de propriété .

Qu’est-ce que je veux souligner ? Nous devons clairement comprendre qu’un nouvel ensemble de sanctions et de restrictions à notre encontre aurait suivi tout développement des événements. Je veux souligner ceci . Notre opération militaire en Ukraine pour l’Occident n’est qu’un prétexte pour les prochaines sanctions. Oui, bien sûr, ils sont maintenant concentrés. Mais de la même manière, le référendum en Crimée, qui a eu lieu le 16 mars 2014, il y a exactement huit ans, au cours duquel les habitants de Crimée et de Sébastopol ont fait leur libre choix d’être avec leur patrie historique, est devenu la même [occasion] pour eux, pour les Occidentaux.

Je le répète : nous ne parlons que des raisons. Mais la politique d’endiguement, d’affaiblissement de la Russie, notamment par l’isolement économique, le blocus, est une stratégie consciente et de long terme. Les dirigeants de l’Occident eux-mêmes ne cachent plus que les sanctions ne sont pas dirigées contre des individus ou des entreprises, leur objectif est de frapper toute notre économie intérieure, notre sphère sociale et humanitaire, chaque famille, chaque citoyen de Russie.

En fait, de telles mesures visant à aggraver la vie de millions de personnes présentent tous les signes d’une agression et d’une guerre par des moyens économiques, politiques et d’information. C’est total, sans fard, et, je le répète, le soi-disant beau monde politique occidental n’hésite même pas à en parler en direct .

Tous les oripeaux verbaux sur le politiquement correct, l’inviolabilité de la propriété privée, la liberté d’expression – tout cela s’est envolé du jour au lendemain. Même les principes olympiques ont été bafoués. Ils n’ont pas hésité à régler leurs comptes avec les paralympiens, c’est tellement « un sport au-delà de la politique ».

Dans de nombreux pays occidentaux, les gens subissent aujourd’hui un véritable harcèlement simplement parce qu’ils viennent de Russie : ils refusent les soins médicaux, expulsent les enfants des écoles, privent leurs parents de leur emploi, interdisent la musique, la culture, la littérature russes. En essayant « d’abolir » la Russie, l’Occident a arraché tous les masques de la décence, a commencé à agir de manière grossière, a démontré sa vraie nature. Il n’y a que des analogies directes avec les pogroms antisémites que les nazis ont organisés en Allemagne dans les années 30 du siècle dernier, puis leurs hommes de main de nombreux pays européens qui ont rejoint l’agression d’Hitler contre notre pays pendant la Grande Guerre patriotique .

Une attaque massive a également été lancée contre la Russie dans le cyberespace. Une campagne d’information sans précédent a été déclenchée, dans laquelle sont impliqués les réseaux sociaux mondiaux et tous les médias occidentaux, dont l’objectivité et l’indépendance se sont révélées n’être qu’un mythe. L’accès à l’information est limité, les gens sont gavés d’un grand nombre de faux, de faux de propagande, autrement dit de « faux ». Il en est venu au point que l’un des réseaux sociaux américains a directement évoqué la possibilité de publications appelant au meurtre de citoyens russes.

On comprend la ressource de cet empire du mensonge, mais il est encore impuissant face à la vérité et à la justice. La Russie transmettra constamment sa position au monde entier. Et notre position est honnête et ouverte, et de plus en plus de gens l’entendent, la comprennent et la partagent .

Je veux dire très franchement : derrière les conversations hypocrites et les actions d’aujourd’hui de l’Occident soi-disant collectif, il y a des objectifs géopolitiques hostiles. Ils n’ont pas besoin, ils n’ont tout simplement pas besoin d’une Russie forte et souveraine, ils ne nous pardonneront ni notre parcours indépendant ni la défense de nos intérêts nationaux.

Nous nous souvenons comment ils ont soutenu le séparatisme, le terrorisme, encouragé les terroristes et les bandits dans le Caucase du Nord. Comme dans les années 1990 et au début des années 2000, ils veulent répéter la tentative de nous presser, de faire pression, comme ils disent, pour conduire après Mozhai, comme ils disent, pour faire de nous un pays faible et dépendant, pour violer l’intégrité territoriale, démembrer la Russie de la meilleure façon possible pour eux. Ça n’a pas marché pour eux à l’époque, et ça ne marchera pas maintenant .

Oui, bien sûr, ils essaieront de s’appuyer sur la soi-disant cinquième colonne, sur les traîtres nationaux, sur ceux qui gagnent de l’argent ici, ici, mais vivent là-bas, et « vivent » même pas au sens géographique du terme, mais selon leurs pensées, selon leur conscience d’esclave.

Je ne juge pas du tout ceux qui ont une villa à Miami ou sur la Côte d’Azur, qui ne peuvent se passer de foie gras, d’huîtres ou de prétendues libertés de genre. Ce n’est absolument pas le problème, mais, je le répète, le fait que beaucoup de ces personnes sont intrinsèquement situées mentalement là-bas, et pas ici, pas avec notre peuple, pas avec la Russie . C’est ce qu’ils pensent que c’est – à leur avis ! – Un signe d’appartenance à la caste supérieure, à la race supérieure. Ces personnes sont prêtes à vendre leur mère, si seulement elles étaient autorisées à s’asseoir dans le couloir de cette caste la plus élevée . Ils veulent être comme elle, l’imitant de toutes les manières possibles.Mais ils oublient ou ne comprennent pas du tout que cette soi-disant caste supérieure a besoin d’eux, voire pas du tout, comme matériel de consommation pour les utiliser pour infliger un maximum de dégâts à notre peuple .

L’Occident collectif tente de diviser notre société, spéculant sur les pertes au combat, sur les conséquences socio-économiques des sanctions, pour provoquer une confrontation civile en Russie et, utilisant sa « cinquième colonne », cherche à atteindre son objectif. Et le seul objectif, comme je l’ai déjà dit, est la destruction de la Russie.

Mais n’importe quel peuple, et plus encore le peuple russe, sera toujours capable de distinguer les vrais patriotes des racailles et des traîtres et les recrachera simplement, comme un moucheron accidentellement volé dans leur bouche, les recrachera sur le panneau. Je suis convaincu qu’une telle auto-épuration naturelle et nécessaire de la société ne fera que renforcer notre pays, notre solidarité, notre cohésion et notre capacité à répondre à tous les défis.

L’Occident dit collectif et sa « cinquième colonne » ont l’habitude de mesurer tout et tout le monde par eux-mêmes. Ils croient que tout se vend et que tout s’achète, et donc ils pensent que nous allons nous effondrer, battre en retraite. Mais ils ne connaissent pas bien notre histoire et notre peuple.

Oui, de nombreux pays dans le monde se sont depuis longtemps résignés à vivre le dos courbé et à accepter obséquieusement toutes les décisions de leur souverain, le regardant servilement dans les yeux. C’est ainsi que vivent de nombreux pays. Malheureusement, en Europe aussi.

Mais la Russie ne sera jamais dans un état aussi misérable et humilié, et la lutte que nous menons est une lutte pour notre souveraineté, pour l’avenir de notre pays et de nos enfants. Nous nous battrons pour le droit d’être et de rester la Russie. Un exemple pour nous est le courage et la persévérance de nos soldats et officiers, fidèles défenseurs de la Patrie .

Chers collègues!

Il est évident que les événements qui se déroulent tracent une ligne sous la domination mondiale des pays occidentaux à la fois dans la politique et dans l’économie. De plus, ils remettent en question le modèle économique qui s’est imposé aux pays en développement et même au monde au cours des dernières décennies.

Je souligne que l’obsession des sanctions des États-Unis et de leurs partisans n’est pas partagée par les pays où vit plus de la moitié de la population mondiale . Ce sont ces États qui représentent la partie à croissance rapide et la plus prometteuse de l’économie mondiale. Parmi eux se trouve la Russie.

Oui, ce n’est pas facile pour nous maintenant. Les sociétés financières russes, les grandes entreprises, les petites et moyennes entreprises sont confrontées à une pression sans précédent.

Le système bancaire a été le premier à être touché par les sanctions, mais les banques russes ont relevé ce défi. Travaillant littéralement 24 heures sur 24, ils continuent d’effectuer les paiements et les règlements des citoyens, pour assurer les activités des entreprises.

La deuxième vague de sanctions visait à provoquer la panique dans la sphère commerciale. On estime qu’au cours des trois dernières semaines, la demande supplémentaire de biens a dépassé un billion de roubles. Mais les fabricants nationaux, les fournisseurs, les entreprises de transport et de logistique ont tout fait pour éviter une pénurie à grande échelle dans les chaînes de distribution.

Je voudrais exprimer ma gratitude au monde des affaires russe, aux collectifs de travail des entreprises, des banques et des organisations qui non seulement apportent une réponse efficace aux défis des sanctions, mais jettent également les bases du développement durable de notre économie. Je voudrais mentionner séparément le gouvernement, la Banque de Russie, les chefs des régions et les équipes régionales et municipales. Dans les conditions difficiles actuelles, vous résolvez de manière responsable les tâches qui vous attendent.

Évidemment, il n’était pas possible d’organiser un blitzkrieg économique contre la Russie, de démoraliser notre société, de nous prendre en ronflant, donc nous verrons certainement des tentatives d’augmenter la pression sur notre pays. Mais nous surmonterons ces difficultés. L’économie russe s’adapte nécessairement aux nouvelles réalités. Nous renforcerons notre souveraineté technologique et scientifique, allouerons des ressources supplémentaires pour soutenir l’agriculture, la fabrication, les infrastructures et la construction de logements, et continuerons à développer les relations commerciales extérieures dans l’attente de marchés internationaux dynamiques et à croissance rapide.

Bien sûr, les nouvelles réalités exigeront des changements structurels profonds dans notre économie, et je ne cacherai pas qu’ils ne seront pas faciles, conduiront à une augmentation temporaire de l’inflation et du chômage.

Dans cette situation, notre tâche est de minimiser ces risques. Non seulement pour remplir strictement toutes les obligations sociales de l’État, mais aussi pour lancer de nouveaux mécanismes plus efficaces pour soutenir les citoyens et leurs revenus.

L’accent est mis sur la protection de la maternité, de l’enfance, le soutien aux familles avec enfants . Une décision a déjà été prise – comme vous le savez – d’introduire des paiements pour les enfants âgés de 8 à 16 ans inclus, qui grandissent dans des familles à faibles revenus, à partir du 1er avril. Le montant du paiement sera de la moitié à un minimum vital pour chaque enfant de cet âge. Maintenant, la moyenne nationale atteint 12 300 roubles. Ainsi, nous construirons un système d’accompagnement unique à partir du moment où la future mère attend encore la naissance d’un enfant, et jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de 17 ans .

J’instruis le gouvernement d’assurer le fonctionnement de ce système de manière à ce qu’il tienne compte rapidement de l’évolution de la situation financière des familles. Autrement dit, si les parents sont confrontés à la perte de leur travail ou à d’autres circonstances de la vie difficiles, la famille devrait commencer à recevoir une aide de l’État le plus rapidement possible.

9 réflexions sur “Editorial: si vous me faites confiance lisez ce texte, tout ce texte.

  1. Tout s emballe, mensonges, discriminations anti vaccins et anti russes, fausse monnaie, corruption et propagande à tout les niveaux.

    L occident s autodétruit car nous vivons au dessus de nos moyens depuis 40 ans.

    Nos très chers dirigeants sont en train de rendre la Russie responsable de notre inéluctable appauvrissement.

    J’aime

  2. C’est étonnant cette courbe de profitabilité qui diminue vers 1971 justement.1971 c’est la désindexation du dollar par rapport a l’or .
    On peut se demander si désindexer le dollar a fait baisser le taux de profitabilité ,ou si c’est parce que ce taux baissait qu’on a désindexé le dollar…

    J’aime

  3. Bonjour M. Bertez

    Résultat du harcèlement psychologique forcené entrepris il y a deux ans, selon une étude du Pew research center, 30% des américains sont désormais prêts à envisager une guerre nucléaire pour se débarrasser de Poutine!

    Il semblerait que la folie furieuse guette notre monde. Au point que le Pape s’en émeut.

    Dans son roman Un lieu incertain, Fred Vargas écrit : » Ainsi se dévoile peu à peu le grand continent inconnu de la démence, comme une carte qui s’étoffe à mesure des explorations. Nous y progressons sans visibilité, par la seule expérience….. » L’homme y ouvre des tunnels.

    N’ayant pu vaincre le Covid, traité comme un ennemi en une guerre déclarée par un petit chef de bureau qui s’y croyait, il est aisé de transférer la peur, l’aversion et la frustration sur une figure bien réelle et plus à la portée des imaginations pauvres et serviles qui vont chercher et nourrir leurs fantasmes dans les séries Z que propose le pouvoir.

    J’ai appris ce matin d’une amie qu’une cadre sup d’une grande entreprise qu’elle connait bien en était à rêver qu’elle tuait Poutine…. Voici un nouveau tunnel qui s’ouvre dans le continent inconnu de la démence .

    Cette fois, c’est voulu. Par des criminels.

    Cordialement.

    J’aime

  4. On peut penser ce qu’on veut de Poutine mais son discours est sincère et plein de vérités quand tout est devenu faux chez nous.

    Regardez le comportement des marchés. Il montre à quel point le fait de tout avoir transformé en papier permet encore de manipuler de mystifier.

    Avec des taux réels négatifs d’environ 5 %, voir l’or végéter à 1 900 USD est une blague. De même voir les grands indices revenus à moins de 10 % des sommets de la bulle centennale est la meilleure preuve que le système lutte pour sa survie.

    J’aime

  5. J’avais déjà lu ce texte sur Libération :

    https://www.liberation.fr/international/europe/cette-auto-epuration-naturelle-et-necessaire-de-la-societe-ne-fera-que-renforcer-notre-pays-poutine-le-fasciste-du-xxie-siecle-20220317_WBW45ABP75CE3JOWPR7UZJWBV4/

    Comparant à votre post, on s’aperçoit que la version de Libération est complètement caviardée des passages les plus intéressants, pour ne laisser que cette impression de régime paranoïaque aux abois. Un cas d’école de propagande intéressant.

    J’aime

  6. « Dans de nombreux pays occidentaux, les gens subissent aujourd’hui un véritable harcèlement simplement parce qu’ils viennent de Russie : ils refusent les soins médicaux, expulsent les enfants des écoles, privent leurs parents de leur emploi,…»

    On pourrait remplacer (Russe) par non-vacciné, quelque part tout est lié, il y a une guerre contre le peuple mais qui l’a voit ?
    Vous avez eu 2 ans pour vous préparez à cultiver la solidarité, à être résilient pour conserver votre liberté lors du prochain choc si vous n’avez rien fait il vous reste peu de temps, les élites vont bientôt recommencer à vous emmerdez.

    J’aime

    1. bonjour Jean,

      Pour compléter votre message, effectivement je lis depuis qq temps sur le forum de Covid-Factuel, de + en + de messages de personnes qui témoignent du refus de cliniques et d’hôpitaux français pr les opérer s’ils ne sont pas inoculés.
      Un exemple « Bonsoir, J’ai demandé aujourd’hui 16/03/ 2022 un rdv à une clinique privée pour une intervention chirurgicale non urgente. Je n’ai pas le pass vaccinal. Je reçois cette réponse “Le protocole de la clinique fait qu’il n’est malheureusement pas possible d’opérer les personnes non vaccinées. Nous vous recontacterons dès que cela sera possible.”

      Or ce refus de soin s’effectue en dehors de tout cadre légal. Il faut savoir que le site du ministère de la santé précise :
      https://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/parcours-de-sante-vos-droits/liberte-de-choix-et-acces-aux-soins/article/que-faire-en-cas-de-refus-de-soins-de-la-part-d-un-professionnel-de-sante
      « “Si vous vous estimez victime d’un refus de soins, vous pouvez saisir le directeur de votre caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) ou le Président du conseil départemental de l’ordre dont dépend le professionnel de santé qui a refusé de vous soigner.
      En effet, le professionnel de santé (médecin, chirurgien-dentiste…) en refusant de vous soigner, ne respecte pas ses obligations déontologiques et il encourt des sanctions disciplinaires qui peuvent aller jusqu’à l’interdiction d’exercer.
      De plus, la loi « hôpital, patients, santé et territoires » du 21 juillet 2009 a prévu que le directeur de la CPAM pourra infliger des sanctions financières à un professionnel de santé en cas de refus de soins.”

      Donc oui, en laissant les hôpitaux et cliniques refuser d’opérer les non-inoculés, l’Etat français est l’ennemi des citoyens dans mon genre (mais factuellement cela ne date pas d’hier !) et depuis qq temps, Poutine est lui, mon allié objectif.
      Un « monde à l’envers de plus » que ce great reset.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s