Editorial: la guerre est notre lot. Elle est surdéterminée. Au coeur de notre condition se trouvent la rareté et notre folie du toujours plus.

La guerre est une fatalité, c’est que je m’efforce de faire comprendre; c’est notre lot. L’agressivité est inscrite dans nos gênes individuels et inscrite dans les gênes des sociétés que nous formons. Il ne sert à rien de le nier, l’Histoire nous l’enseigne et seul l’angélisme idéologique propagé par les puissants avec l’aide de leurs larbins, permet de faire croire que « tout le monde est beau et que tout le monde est gentil ».

L’angélisme idéologique des puissants est un moyen de contrôle social; il leur permet de mettre entre parenthèses nos composantes héroïques, agressives et bellicistes, il leur permet de créer une pression sociale en faveur de la servitude , du renoncement ou de l’acceptation de l’inacceptable.

L’angélisme des institutions internationales issues de la Seconde Guerre mondiale a été un subterfuge, un paravent pour masquer la loi du plus fort, l’Amerique et imposer son ordre impérial issu de la Victoire.

La création d’une pression sociale en faveur du renoncement à la lutte est une découverte des sciences modernes de l’homme et de la société; les élites ont compris que vos semblables pouvaient, si ils étaient bien manipulés, les aider à vous contrôler! Les gardiens des camps peuvent être des prisonniers.

La pression du groupe vous fait tenir tranquille, et il suffit de tracer les lignes de partage, celles des camps du bien, -harkis des puissants- et celles des camps du mal, -individus rebelles insoumis-.

Ce que je décris au plan domestique et que vous reconnaissez sans difficulté comme ce que vous vivez, ce que je décris au plan domestique est utilisé/transposé au plan international, mondial, global

Les mêmes techniques de désignation, de partition et de rejet sont utilisées afin de créer un camp du bien et un camp du mal , lequel camp du mal est, bien sur celui qui conteste l’ordre établi.

Par construction, puisque ce sont les élites qui imposent les normes et les valeurs, ceux qui contestent les élites sont toujours dans le camp du mal, c’est leur fatalité!

Les Chinois sont forcément dans le camp du mal puisqu’ils contestent l’imperium et l’hégémonie américaine -hégémonie déclinante qui ne veut pas mourir-.

Les Russes sont dans le camp du mal car ils se sont opposés au pillage de leurs ressources et de leurs richesses dans les années 90 du temps d’Eltsine lorsque celui-ci s’est placé sous la coupe des Chicago Boys . Poutine ne peut être que dans le camp du mal puisqu’il a dit: « halte au pillage » et a refondé une société dure, hard, une société de Mecs.

L’Occident a reconstitué la Grande Alliance des années 20 contre la Russie, vous savez cette alliance qui s’est levée pour lutter contre le Communisme avec un bel ensemble. Lisez Jean Jacques Marie sur cette question. Les gouvernements anglais, français, américain, canadien, japonais, roumain, polonais, grec, tchécoslovaque, italien… ont alors engagé des moyens considérables pour renverser le régime issu de la Révolution d’Octobre

Le camp du mal est toujours celui qui conteste. Celui qui dérange l’ordre établi et proclame qu’en réalité c’est un désordre.

Le camp du mal conteste l’accumulation colossale des richesses par un groupe, il conteste la folie des inégalités, il proteste contre l’exploitation cynique des masses et leur paupérisation..

Le camp du mal c’est le rassemblement de ceux qui se voient privé de tout avenir meilleur, bref celui sur lequel les puissants marchent pour s’élever toujours plus haut et se rapprocher de plus en plus vers le sommet hiérarchique.

Car on vous fait vivre sur des mensonges, on vous fait croire que le monde est à plat, que c’est un maillage égalitaire, un tissu dont vous êtes les points alors qu’en fait le monde n’est pas un maillage égalitaire, pas un tissus non c’est une pyramide. Vous êtes les marches de la pyramide, ils marchent sur vous , sur votre dos, sur votre tête pour grimper le plus haut possible.

Et les élites le savent, le vivent et toute leur vie, dès leur enfance, est organisée pour continuer à monter, à prendre les places supérieures; ils vous font vivre dans un monde égalitaire alors qu’ eux vivent dans un monde follement, névrotiquement pyramidal!

Les classes dominantes ont peur des peuples puisqu’ils les lèsent, les baisent et les exploitent donc il leur faut développer des philosophies qui castrent les peuples, qui les féminisent, qui leur font tendre la joue gauche. Il leur faut diffuser des philosophies qui neutralisent l’agressivité normale et saine des sujets. Il leur faut des crétins comme Rousseau qui, au service des princes a prétendue que l’homme naissait bon et qu’il signait un Contrat Social!

L’angélismes idéologique sert les puissants , il leur permet de vous agresser de façon plus ou moins « soft » sans que vous vous rebelliez.

Ceci a été parfaitement illustré par le comportement de Macron -fondé de pouvoirs des élites du Pognon- ou de Trudeau: ils déclarent la guerre aux peuples mais en même temps ils propagent des idéologies qui désamorcent les réponses de ces peuples.

Ils marginalisent ceux qui ont encore de la dignité, de l’instinct de vie et qui relèvent la tête.

C’est le poids de cette idéologie de l’angélisme qui fait que les peuples baissent la tête, courbent le dos, et mettent un genou à terre alors qu’ils sont agressés.

Les terribles expériences des grandes guerres mondiales devraient faire réfléchir; après chaque guerre les peuples ont dit: c’est la Dernière, la Der des Der! Et bien ils ont eu tort car il n’ y a pas de Der , il n’y a que des successions de Der! Des préparatifs de Der!

Ici le régime capitaliste est touché à mort , il croule sous les dettes, il est ravagé par la spéculation et la fausse monnaie, il se disloque sous le poids de ses antagonismes internes , de l’excès de capital à rentabiliser, de l’excès de retraites que l’on ne peut payer, de l’excès de dépenses publiques que l’on ne peut payer que par les déficits et des déficits qui s’ empilent jusqu’à former des murs de dettes insolvables.

Le régime capitaliste ne peut plus se payer le luxe des partages équitables, des coopérations, des concertations, des dialogues, des consensus , il doit trancher, passer en force, imposer, prendre, s’attribuer, confisquer, il doit redevenir ce qui est sa logique première; prédateur.

Les dettes que l’on ne pourra jamais rembourser s’accumulent depuis depuis 30 ans, elles ne sont supportables que parce que l’on en a supprimé le coût, on a mis l’intérêt de l’argent et du crédit à zéro pour pouvoir empiler plus de dettes; mais on ne peut plus descendre ! Et déjà l’inflation destructrice est là!

Le monde fait le chasse neige, il pousse ses problèmes devant lui et ils s’accumulent, ils se diversifient, ils métastasent, ils mutent. mais au fond c’est toujours le même problème et ce même problème a un nom. Ce nom , c’est la rareté;

Au fond notre condition c’est la rareté, c’est la finitude; mais nos besoins, nos désirs nos prétentions , nos illusions sont infinies, illimitées.

Nous vivons dans un monde fini , dans le monde des hommes, mais nous voulons l’infini et l’éternité qui sont l’apanage des dieux.

Le monde est tragique, il est conforme à la tragédie grecque et c’est pour refuser de le reconnaitre que , périodiquement nous sombrons dans le drame, les drames sordides, la merde des guerres.

C’est pour cela que la guerre est notre lot : l’homme veut toujours plus .

Je vous repasse ci dessous cet article écrit en 2018, c’est l’un des multiples articles que j’ai écrit sous ce titre depuis 2009 au lendemain de la GFC; la GFC étant grande crise financière de surendettement qui a failli détruire tout le système et qui a été repoussée dans le futur.

Ecoutons Poutine:

« If someone makes a decision to destroy Russia, then we have a legitimate right to respond. Yes, it will mean a global catastrophe for mankind, for the entire world. But as a citizen of Russia and the head of Russian state I would ask: What is such a world for, if there were no Russia? »

« Si quelqu’un prend la décision de détruire la Russie, alors nous avons un droit légitime à répondre. Oui cela signifiera la catastrophe globale pour l’humanité , pour le monde entier. Mais en tant que citoyen Russe et en tant que chef de l’Etat Russe je pose la question: en quoi nous importerait le sort du monde  si la Russie n’existait plus ».

C’est la clarification ultime, simple de la position Russe, elle fait suite à l’exposé récent dont nous nous sommes fait l’écho, des progrès russes en matière d’armement, et de vitesse de riposte, elle fait suite à la désignation officielle en fin d’année dernière de la Russie comme ennemi stratégique des USA par le Pentagone :

La Russie n’envisage l’usage de l’arme nucléaire que dans une optique de riposte/réponse après avoir pris toutes les assurances et s’être assurée qu’elle était bien la cible visée a t- il précisé dans la partie du texte qui n’est pas retranscrite. Nous sommes dans le cadre de la décision prise par l’autre, il ne s’agit pas d’une simple menace. Il y a une différence entre une simple menace et une décision prise et des missiles en route,  envoyés.

La Russie sera claire, déterminée et cette fois elle ne se laissera pas prendre aux paroles, aux promesses non tenues comme celles faites lors de la chute du mur de Berlin, promesses faite par les officiels américains de ne pas tenter de profiter de la situation pour élargir les frontières de l’OTAN. Les Russes, Poutine et ses successeurs jugeront sur les faits: le départ vérifié des missiles ou autres.

Cette réponse sera totale, c’est à dire qu’elle signifiera la catastrophe pour l’humanité, il n’est pas question de gradualisme; évidemment, si on envisage le gradualisme, la dissuasion disparaît.

Moralement la Russie ne se posera pas de question humanitaire car à quoi bon se poser cette question puisque d’autres auront pris la décision de faire disparaître la Russie. Puisque la Russie sera rayée de la carte , alors elle n’a aucune raison de se préoccuper du sort du monde après elle.

Poutine, comme nous s’inquiète de  l’état folie américain. L’irrationnel domine, il a pris le contrôle de Washington, du Pentagone et des médias, lesquels sont tous aux mains du Big Business militaro industriel.

Les dirigeants américains sont aveuglés , on se sait pas très bien par quoi. Ils vivent dans l’illusion complète de  leur supériorité militaire alors que celle-ci a dans de nombreux domaines pris du retard, en particulier  dans la domination, dans la  maîtrise des airs. Ce ne peut être que l’irrationnel car les dirigeants américains trompent peut être les peuples par la propagande en construisant la Russie comme ennemi, mais ils ne peuvent se tromper eux même sauf à être fous, dérangés, ils savent que ce sont eux qui encerclent la Russie, eux qui grignotent l’espace autour d’elle, eux qui élargissent l’OTAN aux frontières de la Russie, eux qui ont fomenté lé coup en Ukraine, en Syrie après le Kosovo etc.

Les dirigeants américains ne peuvent être dupes eux même de leurs constructions; alors ? Le mystère est entier pour ceux qui réfléchissent un peu: que veulent les américains? Poutine pense que le souhait irrationnel des Américains est que la Russie disparaisse. Cela est possible dans un monde de  fous, mais ce n’est pas admissible/envisageable  dans un monde logique raisonnable.

je pense sur la folie américaine a plusieurs origine, énumération non limitative:

-le militaro humanitaire a touché ses limites, il s’est auto-démasqué

-l’échec jamais digéré du Viet Nam , il pèse encore et plus que jamais sur la classe militaro-industrielle

-la crise économique qui oblige  à l’élargissement impérialiste

-la remontée de la Russie sur la scène internationale , elle met les élites US en rage

-la dislocation domestique/sociale/politique  qui clive la société US et oblige à des fuites en avant

-l’épuisement des solutions néo-libérales mises en place en 1970 pour repousser les limites du capitalisme

-la fin de  l’espoir du « regime change » en Russie et la longévité de Poutine

-la sous estimation du potentiel scientifique et de la détermination russe

-la volonté des militaires du Pentagone de prendre une partie du pouvoir aux Etats Unis face à l’incompétence et à la déliquescence du civil

Et peut être in fine un calcul stratégique de long terme: la vraie  menace , la vraie, la seule contre les Etats-Unis c’est la Chine. Et pour se mettre position stratégique de faire face à la Chine les USA  ont besoin de s’assurer de la domination sur la Russie.

Je ne peux pour terminer m’empêcher de reproduire cette phrase prise  dans dedefensa.org

« je pense que les USA sont effectivement gouvernés « par la couardise et la frayeur », outre les excès hystériques de leur psychologie malade qui les poussent à menacer les plus forts de destruction en bombardant et en massacrant les plus faibles.

6 réflexions sur “Editorial: la guerre est notre lot. Elle est surdéterminée. Au coeur de notre condition se trouvent la rareté et notre folie du toujours plus.

  1. Article exceptionnel et d’une grand profondeur je suis d’accord avec le commentaire ci-dessus … Les américains (avec leur président sénile) devront faire très attention quand ils joueront leur prochain coup

    J’aime

  2. Monsieur Bertez, votre fil conducteur sur l’évolution du capitalisme et de ses implications sur le long terme est une véritable arme de destruction de la réalité fabriquée.

    Concernant le joueur d’échecs, Poutine, n’a t’il pas plutôt deux ennemis, un joueur de Poker et un joueur de Go, sur le court terme l’Occident, et sur le long terme les chinois.

    En intervenant maintenant, n’est-il pas entrain d’orchestrer l’accélération de la confrontation entre Occidentaux et Chinois, qui le mets à l’abri pour un temps d’une Chine qui pourrait avoir d’autres ambitions vitales de conquêtes pour sa population de ressources que les russes possèdent.

    Poutine est en train de provoquer ouvertement un deuxième front, doublement bénéfiques.
    Le sacrifice de ses avoirs importants est en fait un investissement de long terme.

    J’aime

  3. Il est toujours fascinant d’être spectateur d’une partie d »échecs et de voir une prise audacieuse.
    Ce que fait Poutine, cela ressemble à une mise en échec. Cela impressionne…
    Le camp américain va devoir beaucoup, mais alors beaucoup réfléchir avant de jouer…

    J’aime

  4. « Les dirigeants américains sont aveuglés , on se sait pas très bien par quoi. Ils vivent dans l’illusion complète de leur supériorité militaire »
    Cela s’appelle le déni de réalité.
    Le 24 avril 1945, les 1ers obus soviétiques tombèrent sur la chancellerie de Tonton Adolf !! Les obusiers n’étaient plus qu’à 15-20 km de leur cible. Cela n’empêcha pas Tonton Adolf d’expliquer qu’il allait gagner l

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s