Vision géopolitique du conflit entre l’OTAN et la Russie, position de l’Inde . Passionnant.

Cet article de grande tenue a été publié dans The Free Press Journal of Mumbai

Traduction BB

Les références des auteurs sont en pied d’article.

Par RKRaghavan et Ajay Goyal, Mumbai*
  

Nous sommes maintenant confrontés à une crise internationale de première classe – une crise d’origine humaine du genre de celle qui survient une fois tous les millénaires et provoque la chute des empires.

Nous ne sommes peut-être pas, comme certains observateurs le disent, en train d’assister à une guerre mondiale. Mais nous sommes face , certainement à une « guerre du monde ». 

Bien que les armes ne se soient pas encore tues, un nouvel ordre mondial est déjà là. 

Alors que la guerre se déroule en Ukraine, qui pendant des siècles a été un champ de bataille entre les armées européennes et russes, le vrai conflit se situe entre les États-Unis, ses alliés et la Russie. Les dirigeants des États-Unis et de l’OTAN ont déclaré à plusieurs reprises que l’alliance militaire occidentale, l’OTAN, n’a jamais été aussi unie qu’elle ne l’est maintenant.   

Les étudiants en histoire et en relations internationales réfléchiront à travers l’histoire pour juger si l’invasion russe de l’Ukraine était évitable et pourquoi, malgré leur énorme puissance, les États-Unis et l’Europe ne sont pas venus en aide à l’Ukraine. 

Le président Poutine avait tenté une ouverture diplomatique l’an dernière avec le président Joe Biden au sujet de la militarisation « de facto » de l’Ukraine par l’OTAN ; il avait souligné a affirmé la violation continue des accords de Minsk sur le statut du Donbass.  Poutine a répété les avertissements qu’il lance depuis près de quinze ans selon lesquels l’expansion de l’OTAN vers l’Est conduirait à un conflit. 

Les marchands d’armes, les fauteurs de guerre et les experts militaires occidentaux se tournent vers l’Ukraine depuis huit ans depuis le violent changement de régime de 2014 qui a évincé le président pro-russe de l’Ukraine du Donbass et a ouvert la voie à ce conflit.

La réalité est que ce conflit n’est guère une affaire bilatérale ou régionale. 

Vladimir Poutine l’a presque qualifiée de choc des civilisations et l’a formulé comme une confrontation entre la Russie et l’ordre mondial dominé par l’Occident dirigé par les États-Unis. 

L’économie russe, qui s’élève à 1 500 milliards de dollars, est près de 25 fois plus petite que le PIB combiné des États-Unis et de l’Europe, qui s’élève à 38 000 milliards de dollars. Ses dépenses militaires ne s’élèvent qu’à 50 milliards de dollars américains, contre 1 000 milliards de dollars américains par an, vingt fois plus, pour les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN. 

Qu’en dépit des menaces américaines de « sanctions infernales », le président Poutine ait initié cette invasion de l’Ukraine et risqué une confrontation directe avec le monde occidental témoigne de la perception de la menace par les décideurs russes.

Alors que les escarmouches se poursuivent dans une poignée de villes d’Ukraine, la Russie a clairement remporté une victoire militaire stratégique. 

La marine ukrainienne a cessé d’exister. Près de 80 % de l’armée de l’air et des défenses aériennes ukrainiennes sont neutralisées. Le commandement et le contrôle militaires sont détruits et les principales armées sont coupées des chaînes d’approvisionnement. 

Les Russes serrent lentement un nœud coulant autour des armées ukrainiennes à l’est, dans le Donbass. Ne voulant pas et ne pouvant pas aider directement l’Ukraine, les États-Unis et leurs alliés européens doivent offrir un soutien réticent pour accueillir des millions de réfugiés ; ils sont plus enthousiastes à promettre des armements légers et à livrer un blitz médiatique contre la Russie. 

Ces choses ne changent ni la situation sur le terrain, ni les implications plus larges de ce conflit.

Sur le terrain et sur le théâtre même de la guerre, il reste à voir si l’Ukraine conservera un certain degré de souveraineté. 

À toutes fins pratiques, outre la Crimée, elle a maintenant perdu son accès à la mer d’Azov, la principale région houillère, sidérurgique et agraire du Donbass dont les frontières ont maintenant été considérablement élargies par l’opération russe. Il y a des rumeurs à Moscou selon lesquelles les Russes affirmeront une forme de contrôle politique sur ce que l’on appelle communément la Novorossie, ou la Nouvelle Russie, comprenant la région à l’est du Dniepr, et plaçant ainsi les régions à majorité ethnique russe de l’Ukraine sous la protection de l’État russe.

Au sein de l’Europe, la Russie est désormais coupée du commerce, de la finance et des voyages. Les sanctions et les restrictions, qui se chiffrent aujourd’hui à plus de six mille, font ressembler le rideau de fer de la guerre froide à une feuille de plastique. 

Tôt ou tard, l’Europe fournira une association économique à l’Ukraine et injectera des milliards pour aider à redévelopper le pays grâce à un nouveau « plan Marshall », alors même que les Russes achèvent ce qu’ils appellent la « démilitarisation » et la « dénazification » de l’Ukraine, comme ce fut fait après la Seconde Guerre mondiale pour l’Allemagne . Ils introduisent leur propre programme de récupération et de réinvestissement pour l’Est.

Toute possibilité de normalisation des relations entre l’alliance occidentale et la Russie peut être écartée pour une génération. 

Depuis au moins mille ans, ce conflit entre la Russie et l’Europe et le monde anglo-saxon couve depuis le Grand Schisme entre le christianisme orthodoxe et l’Europe catholique. L’affrontement de huit décennies entre le capitalisme et le communisme au siècle précédent n’était qu’un court chapitre de cette saga de la russophobie et de la haine des Russes qui ont été qualifiés en Europe de « barbares ». Les Européens sont impressionnés par ces puissances impériales qu’ils n’ont jamais tout à fait réussi à subjuguer et à coloniser.

La décennie des années 1990 a été la seule courte période pendant laquelle une Russie faible était de facto  gouvernée de l’intérieur par des politiciens nommés et soutenus par les États-Unis. 

Même alors, le dirigeant russe le plus pro-occidental de l’histoire, Boris Eltsine, a déclaré aux États-Unis qu’une expansion vers l’est de l’OTAN conduirait à une confrontation militaire. Le président Poutine a répété ce refrain des dizaines de fois au cours des deux dernières décennies où il a été au pouvoir. 

Ce conflit est maintenant arrivé – il est impossible que l’Occident se résigne à la paix , sauf dans la réalisation de fantasmes ouvertement exprimés sur l’assassinat ou la destitution forcée du président Poutine.

Dans le contexte mondial, il n’est donc pas étonnant que la Russie se soit tournée vers l’Est et ait recherché des liens économiques plus étroits avec la Chine et le plus ancien partenaire stratégique de la Russie, l’Inde.

Ce qui n’est pas dit est aussi important que ce qui est dit dans le langage diplomatique. La position indienne a démontré que si le Premier ministre Modi recherche les liens économiques, technologiques et stratégiques les plus étroits avec l’Occident, l’Inde s’est enfin libérée de la mentalité postcoloniale. Les dirigeants indiens ne voient plus le monde du point de vue de Londres. Il met les intérêts indiens au premier plan. Il ne s’agit pas pour l’Inde de marcher sur une corde raide, mais pour le Royaume-Uni, l’Europe et les États-Unis de marcher sur une corde raide pour ne pas offenser l’Inde, l’économie dont la croissance est la plus rapide au monde.

Les différences dans les positions prises par les trois puissances orientales envers l’Occident sont flagrantes. 

La Russie, la Chine et l’Inde sont fondamentalement différentes dans leurs approches du monde, de la nouvelle ère de la mondialisation et de leur propre place dans ce monde. Alors que la Russie est maintenant ouvertement conflictuelle et que la Chine poursuit une politique agressive d’expansionnisme alors que sa propre économie et ses plans de ceinture de sécurité s’effondrent, le Premier ministre Modi a déjà façonné le destin de l’Inde dans le monde en tant que puissance véritablement indépendante à part entière. 

Surveillez cet endroit du monde .

[ *] R.K.Raghavan is a former Indian police chief and diplomat. He was the Director of the Central Bureau of Investigation between 1999 and 2001 and India’s High Commissioner to Cyprus between 2017 and 2021. Currently he teaches Criminal Justice at Jindal Global University in Sonepat (Haryana).

Ajay Goyal is a strategist knowledgeable in Russian affairs who lives in Europe.

In 2003 he published Uncovering Russia.  In India’s 2009 General Elections, he ran as an independent candidate for the Lok Sabha on an anti-corruption platform from Chandigarh. This article was first published in The Free Press Journal of Mumbai.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s