BILLET. Un nouveau gouvernement Macron ne changera rien, sauf probablement pour le pire.

Certains observateurs , même parmi les meilleurs, dénoncent la personnalisation narcissique de l’exercice de la fonction présidentielle. Je soutiens qu’ils ont tort.

Ils ont tort de placer les analyses à ce niveau.

Certes avec Macron nous avons été gâtés -et nous serons encore gâtés- sur ce plan, mais c’est secondaire. Les personnalités n’ont aucune importance sauf comme valeur d’ambiance. Ou si on veut comme valeur affective: on les aime ou on ne les aime pas, voire on les déteste comme on le fait pour Macron. Mais cela n’a aucune importance;

Ce qui gouverne ce ne sont pas les hommes ou les femmes ou les trans, ce qui gouverne c’est le Réel.

Le Réel c’est :

-l’histoire, d’où l’on vient , l’état dans lequel le pays se trouve après sa longue évolution

-les conditions du système mondial et sa désintégration en cours

-l’état du capitalisme dans son incapacité à se survivre proprement, dignement et de façon légitime

-la déliquescence de la Construction Européenne, son échec non reconnu

Sur tous ces déterminants primaires, fondamentaux, les hommes ne peuvent rien , rigoureusement rien et c’est pour cela que la comédie du pouvoir se joue au niveau non de l’action, mais du spectacle, au niveau du discours, au niveau du paraitre.

Et le seul enjeu de la conquête des apparences du pouvoir c’est la jouissance personnelle, familiale , c’est l’illusion de la puissance sur les gueux. Jouissance dont le gagnant de la compétition donne quelques miettes à la clique qui l’entoure pour lire l’admiration dans leurs regards de sots.

je suis, j’étudie, j’analyse professionnellement la situation française depuis des décennies et j’ai toujours entendu le même discours sur la crise, sur le déclin, sur les déséquilibres, sur les déficits! Sur l’homme providentiel, sur le changement, sur la modernisation etc .

La France est en crise depuis le début des années 70 et elle ne s’est jamais redressée.

Pourtant depuis ces années 70 les élites nous pourrissent la vie, nous demandent des sacrifices, nous trompent , et maintenant, elles nous salissent. Elles nous disqualifient par des arguments non politiques, non sociaux, non programmatiques mais par des arguments moraux; nous ne sommes pas fréquentables, nous sommes extrémistes, nous sommes des moins que rien. Nous puons.

Je soutiens que ces 40 ou 45% qui sont relégués, ces classes moyennes des banlieues ou des campagnes ont plus de valeur morale que ceux qui tiennent le haut du pavé, plus de dignité que les marginaux profiteurs et plus d’honnêteté que les donneurs de leçon en général.

La gestion des soi disant élites est une catastrophe.

Ces dernières années, la France n’ a connu aucune croissance. Le PIB réel de la France est resté quasiment inchangé de 2011 à 2019, juste avant le COVID et si il n’y avait pas eu les bouleversements artificiels -et à crédit de 600 mds du covid,- le taux de chômage serait resté élevé. 

En effet, l’économie française a suivi en pire le même schéma que les autres économies du G7 au 21e siècle : ralentissement de la croissance économique, puis la Grande Récession, suivie d’une croissance et d’un investissement encore plus faibles, désindustrialisation, augmentation du taux d’exploitation des salariés, régression , insécurité …

Malgré tous les plans , les subventions, les autres politiques scélérates de l’offre, la productivité est restée stagnante.

Les gouvernements successifs, qu’ils soient de centre-gauche ou de centre-droit, n’ont jamais réussi à assurer le retour à la prospérité , au plein emploi qui permet de gagner sa vie , jamais ils n’ont pu restaurer la foi en l’avenir. Jamais , même, ils n’ont entrevu la moindre solution, ils ont répété, glosé pour finalement regarder le chien crevé glisser au fil de l’eau.

Alors que l’économie capitaliste mondiale se détériore, avec la perspective croissante d’une nouvelle récession, et d’un choc inflationniste, un nouveau gouvernement Macron ne changera rien, sauf probablement pour le pire.

5 réflexions sur “BILLET. Un nouveau gouvernement Macron ne changera rien, sauf probablement pour le pire.

  1. Bonjour M. Bertez

    En 1494, le traité de Tordesillas donnait la moitié du monde au Portugal.
    Il en demeure, 6 siècles plus tard, une douce nostalgie , saudade, qui s’exprime merveilleusement dans le fado, ainsi qu’une grande courtoisie .
    Espérons que nous laisserons quelque chose de cet ordre.
    Mais vu la rhétorique guerrière qui s’amplifie, je crains fort que nos descendants ne puissent briller que dans l’obscurité irradiée.
    Cordialement.

    J’aime

  2. Parfaite analyse. Le probablement n’est pas nécessaire dans le titre.

    La France se croit dirigée par un Mozart de la FInance. Elle découvrira bientôt que c’est un Tocard de la Finance. Plus ils sont nuls, Plus ils font illusion.

    On va dans le mur en klaxonnant.

    J’aime

  3. Le pire est à venir, il est « avenir »!
    C’est la distinction notable entre un futur souhaité et l’avenir en tant qu’il est déjà inscrit et placé derrière notre horizon… Horizon qui s’enfuit au devant et que les canards sans tète croient pouvoir rejoindre et dépasser parce qu’ils courent de plus en plus vite mais pour des résultats de plus en plus médiocres. Ils hantent les plateaux TV… avec des incantations politiques comme « progrès d’avenir » mais l’avenir est comme le chemin déjà tracé sur une carte qui serait courbe et qu’on suivrait avec le doigt; chaque déplacement est une découverte et pourtant la destination que prend le doigt suit l’indication de sa destinée c’est dire qu’il ne peut faire autrement que de suivre le trajet qui lui est montré et déjà inscrit.
    Le futur est toujours ce que l’on croit qu’il sera, l’avenir Est.
    C’est ici qu’entre la promesse politique et la réalisation un univers d’incertitude pré existe qui n’échafaude, au travers des actes et des pensées agissantes, qu’un tissus notoirement présomptueux de suffisance ou la croyance règne en maîtresse absolue de nos passions. Il y faut beaucoup d’abnégation personnelle, de détachement égotique ainsi qu’une position morale élevée pour ne serait-ce qu’envisager de quoi serait fait cet « avenir »… en acceptant la contrainte inhérente de notre finitude dans cette équation pour une multitude d’ inconnues.

    Pourtant, et parce que l’Histoire est une mémoire vive qu’il nous faut objectivement observer et disséquer, nous sommes induits à repenser sans-cesse qu’une aura, une humeur générale surplombe et influence les événements et qu’une direction générale nous indique si nous allons au Nord (montée en puissance du bien être social et économique) ou si au contraire la direction commune que prend cette inextinguible force inertielle, nous indique le « plein Sud » de l’emmerdement maximum.
    Là, au point ou nous sommes -le doigt planté sur la carte- et en conséquence du territoire tel qu’il est et a été, si on s’interroge de quoi serait fait notre avenir nous ne pouvons être qu’inquiet car descendre à la cave est un long mouvement assuré comme s’exerce la gravitation sur les grands et petits corps et ce mouvement ne peut se contester car nous allons bien à la cave. Cave dont on sait qu’elle est comme les oubliettes: profonde et ténébreuse. Chaque marche franchie se fait de plus en plus glissante si bien qu’une chute très rapide et violente serait à craindre… La Falaise de Sénèque a un flanc très abrupt.

    Mais la cave, elle, elle est un Mal quintessent pour une personne comme moi (et bien d’autres) qui réprouve cette destination tel que les moyens de s’y rendre nous l’indiquent, mais elle est un grand bien pour les cavernicoles que sont nos apatrides mondialistes et leurs zélotes car ils n’ont à l’esprit que de jouir plus encore à mesure inverse que nous nous sacrifions. « Nous, le Peuple des « déplorables » ou encore des « sans dents » instruments de la promesse d’un grand soir qui les verrait régner enfin en maîtres absolus, éloignés de toute incertitude sur ce qu’évoque implicitement « l’avenir ». Néo féodalisme numérique, « inclusif », pour contrôler et disposer à pleins d’un cheptel docile et parfaitement transparent, connecté et manipulable car idéalement ce « progrès d’avenir » serait entre temps devenu notre infernal présent. Pourtant, si notre civilisation s’écrase au fond de la cave, elle devra un jour réémerger des ténèbres comme la Russie sut le faire en son temps car si ce ne devait se faire ainsi, nous serions rendus tels ces empires disparus dans les limbes évocateurs de l’horizon dépassé ou ne remonterait à la surface que des archives pour nos historiens du futur et comprendre la raison d’être de notre déclin… Sur ce site et quelques autres, nous savons bien ce qui nous détruit et nous pouvons écrire notre épitaphe comme on lègue un témoignage testimonial à nos petits enfants (si seulement les mots veulent toujours dire aujourd’hui ce qu’ils sembleront vouloir conventionnellement leur dire à eux demain… l’avenir ne nous le dira pas car nous serons déjà morts!)

    J’aime

  4. Bonjour M BERTEZ,
    votre analyse est très lucide, ces élites sont entre les mains des puissances mondialistes , dirigeants des multinationales et leurs « intellectuels » vendus pour qui « passe le rabot et volent les copeaux ».
    Pour ces gens là arrivés à des sommets de richesse impensable pour le peuple , nous sommes des bouches inutiles .

    J’aime

  5. Ce qui m’interpelle, c’est pourquoi aucun pseudo candidat n’a essayé d’attaquer Prétentieux en chef sur son bilan social, économique, financier, monétaire mais aussi crapuleux ? Perdu pour perdu, ils pouvaient au moins balancer un peu et se faire plaisir.
    Sont ils tous tenus par les c… avec des dossiers ? Espèrent ils des places et des rentes ?

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s