Président de la Russie Vladimir Poutine à Monsieur le Secrétaire général de l’ONU Gutteres

Président de la Russie Vladimir Poutine : Monsieur le Secrétaire général de l’ONU Gutteres

Je suis très heureux de vous voir.

La Russie, en tant que membre fondateur de l’ONU et membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, a toujours soutenu cette organisation universelle. Nous croyons qu’elle n’est pas seulement universelle, mais unique en son genre : il n’y a pas d’autre organisation de ce genre dans la communauté internationale. Et nous soutenons fermement les principes sur lesquels il est basé, nous avons l’intention de le faire à l’avenir.

Pour nous, les maximes de certains de nos collègues sonnent un peu étranges lorsqu’ils parlent d’un monde fondé sur des règles. Nous pensons que la règle de base est la Charte des Nations Unies et les autres documents adoptés par cette organisation, et non des documents rédigés par quelqu’un pour lui-même ou pour garantir ses intérêts.

Nous sommes également surpris de voir certaines des déclarations de nos collègues selon lesquelles quelqu’un dans le monde est exclusif ou revendique des droits exclusifs, car la Charte des Nations Unies stipule que tous les participants à la communauté internationale sont égaux les uns aux autres, quel que soit leur pouvoir, taille et situation géographique.

 Je pense que cela ressemble à ce que nous avons écrit et dit dans la Bible : tous les gens y sont égaux. Nous retrouverons sûrement la même chose dans le Coran et dans la Torah. Tous les hommes sont égaux devant le Seigneur. Par conséquent, il semble très étrange de penser que quelqu’un revendique une sorte d’exclusivité. Eh bien, nous vivons dans un monde complexe, donc nous partons du fait qu’il y a ce qui est vraiment, nous sommes prêts à travailler avec tout le monde.

Bien sûr, l’ONU a été créée à un moment donné pour résoudre des crises aiguës, elle a connu différentes périodes de son développement, et il y a encore quelques années, on entendait dire qu’elle était dépassée, qu’elle n’était plus nécessaire. Cela s’est produit dans les moments où cela empêchait quelqu’un d’atteindre ses objectifs sur la scène internationale. Nous avons toujours dit qu’il n’y a pas d’organisation universelle telle que l’ONU, et nous devrions chérir les structures qui ont été créées après la Seconde Guerre mondiale précisément pour résoudre les différends.

Je suis conscient de vos inquiétudes concernant l’opération militaire russe dans le Donbass et en Ukraine. Je pense que cela va être au cœur de notre conversation d’aujourd’hui. 

À cet égard, je voudrais simplement souligner que tout le problème est survenu après le coup d’État qui a eu lieu en Ukraine en 2014. C’est une évidence. Vous pouvez l’appeler comme vous voulez et vous pouvez avoir des préférences pour ceux qui l’ont fait, mais c’est vraiment un coup d’État anticonstitutionnel.

Après cela, une situation s’est produite avec l’expression de la volonté des habitants de Crimée et de Sébastopol, qui ont agi presque de la même manière que les personnes qui vivaient et vivaient au Kosovo l’ont fait à un moment donné: ils ont décidé de l’indépendance, puis se sont tournés vers nous avec une demande d’adhésion à la Fédération de Russie. La seule différence est qu’au Kosovo, une telle décision sur la souveraineté a été prise par le parlement, et en Crimée et à Sébastopol – lors d’un référendum national.

Il y avait aussi un problème dans le sud-est de l’Ukraine, où les habitants de plusieurs territoires – deux, au moins deux, sujets ukrainiens à l’époque – n’étaient pas d’accord avec le coup d’État et ses résultats. Mais ils ont été soumis à de très fortes pressions, notamment par des opérations militaires de grande envergure avec l’utilisation d’avions de combat et de matériel militaire lourd. C’est ainsi que la crise est née dans le Donbass, au sud-est de l’Ukraine.

Comme vous le savez, après une autre tentative infructueuse des autorités de Kiev pour résoudre ce problème par des moyens militaires, nous sommes arrivés à la signature d’accords dans la ville de Minsk, appelés accords de Minsk. C’était une tentative de règlement pacifique de la situation dans le Donbass.

Malheureusement pour nous, pendant huit ans, les gens qui y vivaient, d’abord, se sont retrouvés dans un blocus, et les autorités de Kiev ont publiquement annoncé qu’elles organisaient un blocus de ces territoires. Ils n’ont pas hésité à le faire et ils ont dit : c’est un blocus, même s’ils ont d’abord refusé de le faire. Et ils ont continué à exercer une pression militaire.

Dans ces conditions, après que les autorités de Kiev ont annoncé publiquement – je tiens à le souligner, publiquement – par l’intermédiaire des hauts fonctionnaires de l’État qu’elles n’avaient pas l’intention de mettre en œuvre les accords de Minsk, nous avons été contraints de reconnaître ces États comme indépendants et autonomes afin de arrêter le génocide des personnes qui vivent dans ces territoires. Je le répète encore une fois : il s’agit d’une mesure forcée pour arrêter la souffrance des personnes qui vivent dans ces territoires.

Malheureusement, nos confrères de l’Ouest ont préféré ne pas remarquer tout cela. Et après que nous ayons reconnu leur indépendance, ils se sont tournés vers nous avec une demande de leur fournir une assistance militaire en rapport avec le fait qu’ils sont soumis à une pression militaire, une agression militaire. Et conformément à l’article 51 de la Charte des Nations Unies, section sept, nous avons également été contraints de le faire en lançant une opération militaire spéciale.

Je voudrais vous informer que malgré le fait qu’une opération militaire est en cours, nous espérons toujours que nous pourrons parvenir à des accords sur la voie diplomatique. Nous négocions, nous ne les abandonnons pas.

D’ailleurs, lors des pourparlers d’Istanbul – et je sais que vous venez d’y aller, j’ai parlé avec le président Erdogan aujourd’hui -, nous avons réussi à faire une percée assez sérieuse. Parce que nos collègues ukrainiens n’ont pas associé les exigences de la sécurité internationale de l’Ukraine à un concept tel que les frontières internationalement reconnues de l’Ukraine, mettant la Crimée, Sébastopol et les républiques nouvellement reconnues du Donbass hors de portée, mais avec certaines réserves.

Mais, malheureusement, après avoir conclu ces accords et après nos intentions, à mon avis, assez clairement démontrées de créer des conditions favorables à la poursuite des négociations, nous avons été confrontés à une provocation dans le village de Bucha, provocation à laquelle l’armée russe n’a rien à voir. On sait qui l’a fait, on sait qui a préparé cette provocation, par quel moyen, quel genre de personnes y ont travaillé.

Et la position de nos négociateurs ukrainiens sur la poursuite du règlement a radicalement changé par la suite : ils se sont écartés de leurs intentions antérieures de mettre de côté les questions de garantie de la sécurité du territoire de la Crimée, de Sébastopol et des républiques du Donbass. Ils y ont tout simplement renoncé et dans leur projet d’accord sur cette question, qui nous a été soumis, ont simplement indiqué dans deux articles que ces questions devaient être résolues lors d’une réunion des chefs d’État.

Il est clair pour nous que si nous les portons au niveau des chefs d’État sans les résoudre au préalable au moins dans le cadre du projet d’accord, il est clair pour nous qu’ils ne seront jamais résolus et ne seront pas résolus. Dans ce cas, nous ne pouvons tout simplement pas souscrire à des garanties de sécurité sans résoudre les problèmes territoriaux concernant la Crimée, Sébastopol et les républiques du Donbass. Néanmoins, des négociations sont en cours. Ils se déroulent désormais dans un format en ligne. J’espère que cela nous conduira à des résultats positifs.

C’est ce que j’aimerais dire d’emblée. Nous aurons sûrement de nombreuses questions liées à cette situation. On parlera peut-être d’autres sujets.

Je suis très heureux de vous voir. Bienvenue à Moscou.

6 réflexions sur “Président de la Russie Vladimir Poutine à Monsieur le Secrétaire général de l’ONU Gutteres

  1. Bonjour
    Aucun médias a repris l’info … ils répètes comme des perroquets les propos de leurs maitres … ‘ » la guerre en Ukraine va être gagné car l’occident fournis les armes pour libérer le peuple ukrainien  » …. la 2éme guerre mondiale a commencé , par la revendication territoriale des allemands sur les sudètes , composé d’allemands mais rattaché a la Pologne après la 1 ère guerre mondiale … les polonais comme les ukrainiens ont la même attitude …
    Personne ne retient les leçons de l’histoire ….

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s