BOURSE. Que se passera-t-il si la vraie bulle, celle de la toute-puissance de l’Occident est crevée

En 1992, Bin Laden a écrit un papier que j’ai trouvé fantastique ; il expliquait que si on voulait s’attaquer à la puissance américaine, c’est au niveau de la finance et de la monnaie qu’il fallait le faire.

Il expliquait que l’ordre mondial, la hiérarchie mondiale imposée par les Etats Unis reposait non sur une puissance réelle, mais sur la suprématie monétaire et financière; elle permettait de financer tout sans limite. Et que cette suprématie pouvait être mise a mal par un choc. Un choc qui aurait exposé au monde les faiblesses américaines et la réalité que le roi était nu.

Cette analyse n’a jamais été popularisée et pour cause, elle va trop loin, elle n’est pas supportable.

C’est cette analyse que reprend en grande partie Poutine lorsqu’il explique que l’action militaire en Ukraine vise à bouleverser l’ordre imposé par les Etats Unis et que cet ordre n’est soutenu que par un mythe, celui de la force du dollar. la force intrinsèque du dollar est mythe et le château de cartes peut s’effondrer pense Poutine, repris d’ailleurs par Lavrov lors de son déplacement en Inde.

Je ne sais pas si nous sommes dans les secousses préliminaires qui vont faire s’effondrer la bourse américaine , puis le dollar , puis l’ordre mondial, mais en revanche ce que je sais c’est que psychologiquement l’ordre géopolitique, politique, financier, monétaire et bancaire est un tout, un Tout.

Et je soutiens que ce Tout est en bulle.

Rédigé par 

Bruno Bertez 

26 avril 2022

La bulle financière est mal en point mais la situation présente est encore bonne, on n’a fait qu’égratigner la bulle. Cependant, les prévisions d’inflation en Europe pourraient très vite être relevées…

Les marchés ont été longtemps valorisés pour la perfection. Ils ont valu au plus haut, près de quatre fois ce qu’ils auraient dû valoir sur les bases historiques.

Valorisés pour la perfection, c’était le mythe qui permettait de rationaliser les niveaux stratosphériques des cours. Maintenant que nous sommes dans la perfection inverse, celle du parfait orage, de la parfaite tourmente, c’est le trou.

Et c’est là où on voit l’incompétence coupable des autorités financières et monétaires ; elles ont fait des promesses, fourni des assurances qui ont contribué à laminer les primes de risque en prétendant disposer d’un « put », et maintenant alors que les bourses ont besoin de ces assurances, les autorités sont démunies, les rois sont nus.

Les fameux « put » qui ont animé la spéculation boursière depuis Greenspan se révèlent inutilisables. Et pour cause : on ne peut plus à ce stade utiliser l’arme monétaire, on en a abusé et c’est précisément la cause de la débandade !

Le put c’était une assurance contre les inondations vendues en période de grande sécheresse.

C’était un piège. Si la cause de la baisse des bourses c’est l’inflation et la hausse des taux, alors par définition et par construction le put ne peut être utilisé. Voilà ce que les idiots qui dominent les marchés auraient bien dû imaginer. Le put, le vrai, celui qui doit constituer un vrai filet de sécurité ne peut être utilisé quand on en a besoin puisqu’il renforce ce contre quoi on lutte ! Le put c’est de la création de monnaie pour soutenir les valeurs boursières bullaires mais si la cause de l’inflation incontrôlée c’est le niveau bullaire des bourses alors le put ne peut être utilisé. Voilà la dure réalité.

Le seul espoir auquel se raccrochent les marchés c’est l’abandon de la politique de contrôle de l’inflation des prix, des biens, des services, des salaires, des matières premières, de l’énergie ; abandon qui ferait dans un second temps …s’effondrer les bourses !

Pourquoi en sommes-nous là ? Tout simplement parce que tous ces gens sont des oiseaux de beau temps, des fausses valeurs, sans fond, sans étoffe, sans estomac. Ils glosent sur des évènements qui les dépassent, ils hurlent avec les loups mais ils ne disposent d’aucun vrai moyen d’utiliser/mettre en œuvre le volontarisme qu’ils affichent. Les outils monétaires sont des mirages, voilà le grand enseignement de la période. Or les mirages se dissipent quand on s’en rapproche, nous y sommes.

Et derrière les mirages il ne reste que la désolation et l’amertume.

Le monde est confronté à une authentique épreuve de vérité ; les démiurges ont cru à leur toute puissance, à leur capacité à manipuler les perceptions et ils ont cru que cela suffisait ; hélas, les perceptions contrairement à la philosophie politique ambiante ne sont pas tout : le monde est matériel, c’est le matériel, les ressources, les rapports de production, les rapports entre les groupes antagoniques qui font l’histoire, pas les romans et les récits.

La bulle financière est mal en point mais la situation présente est encore bonne, on n’a fait qu’égratigner la bulle. Que se passera-t-il si la vraie bulle, celle de la toute-puissance de l’Occident est crevée avec un échec dans l’opération de mise au pas de la Russie ?

Le gouvernement allemand va relever sa prévision d’inflation pour cette année à 6,1%, contre 3,3% prévu en janvier, en raison de l’impact de la guerre en Ukraine, montre un document que Reuters a pu consulter.

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora. Voir notre Politique de confidentialité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s