Le débat central: les Russes ont ils raison de rester mesurés et de s’en tenir à leur stratégie de retenue?

Premier point de vue:

Sergueï Lavrov a déclaré que la Russie ne se considère pas comme étant en guerre contre l’OTAN. 

Mais en réalité, l’OTAN, est en guerre contre la Russie et la dernière visite de Pélosi en Ukraie et la dernière intervention de Biden le confirment.

. La Russie fait des progrès constants, bien que lents aux yeux de certains observateurs, , en Ukraine, et il y a de grands risques alors que les États-Unis continuent de fournir des armes de plus en plus sophistiquées. 

Je vois ici deux problèmes principaux :

  1. L’Empire peut faire la guerre sans peau dans le jeuNassim Taleb ). Imprimer leur monnaie fiduciaire sans valeur ne fait de mal à personne ; le complexe militaro-industriel continue à faire des profits. Pour eux, c’est encore une guerre sans coût réel.
  2. L’absence de peau dans le jeu conduit à une situation où personne ne prend ses responsabilités, il n’y a aucune incitation à cela. Avec un président atteint de démence avancée, il n’y a même personne à qui parler raisonnablement.

NOTE BB: « peau dans le jeu »: « skin in the game », expression américaine pour signifier que l’on risque quelque chose, que l’on a une mise dans le jeu. « no skin in the game », signifie que cela ne nous coute rien on est dans un système de tiers payants. Donc il n’y a pas de limite.

Ainsi, en agissant de manière relativement modérée et mesurée comme la Russie l’a fait jusqu’à présent, elle n’empêchera jamais la machine de guerre de l’empire de s’intensifier. Cela peut conduire à Armageddon. 

La Russie doit donc jouer sa force et pointer du doigt les faiblesses de l’ennemi.

Si les USA continuent d’aider l’Ukraine à infliger des dégâts à la Russie (naufrage du « Moskva », explosions en Russie), menacer publiquement les porte-avions américains et couler l’un d’entre eux doit donc être une option. Avec ses missiles hypersoniques, la Russie peut le faire et les États-Unis n’ont pas les moyens de l’empêcher. 

Les conséquences seraient les suivantes :

  1. Le risque d’escalade nucléaire n’est pas plus élevé, au contraire. Les Européens se lamenteront et pleureront sur la mise en œuvre de l’article 5, mais au-delà de la rhétorique, ils ne peuvent rien faire. Le président ne peut pas passer au nucléaire pour la perte d’un transporteur, car il risque l’anéantissement de son pays. Une escalade conventionnelle mettrait toute leur flotte en danger.
  2. La flotte américaine est le symbole de leur domination mondiale, un tel acte démontrerait une fois pour toutes que cette domination a pris fin, ce qui n’a pas encore pénétré l’esprit du public américain. Une remise en question politique peut commencer une fois que chacun aura pris conscience de la vulnérabilité de son continent.
  3. La menace des navires américains aggraverait le conflit déjà existant entre le Pentagone et les fauteurs de guerre du Département d’État. Idéalement, les commandants de la marine américaine pourraient se révolter contre le fait d’être sacrifiés pour l’hystérie guerrière dans leur pays d’origine.

Les dirigeants européens sont stupides, lâches et incompétents, mais à la fin, ce sont des vassaux. Les méchants sont à Washington. Il n’y aura pas de paix tant que l’empire n’aura pas au moins le nez en sang. 

Attendre l’effondrement économique, la stratégie chinoise, peut arriver trop tard.


b  de MoA qui n’est pas d’accord avec la tentation de l’escalade par les Russes eux même et croit à la patience:

« Personnellement, je ne suis pas d’accord avec ce qui précède.

Le naufrage d’un porte-avions américain serait propagé par les médias américains et « occidentaux » comme un autre moment du 11 septembre. Cela aurait les mêmes conséquences belliqueuses. Les États-Unis intensifieraient très probablement leur guerre par procuration ukrainienne contre la Russie en engageant des forces terrestres de l’OTAN en Ukraine, en Biélorussie, en Transnistrie, en Moldavie, en Serbie et ailleurs dans l’étranger proche de la Russie. 

Cela intensifierait également les actes de sabotage en Russie.

Le potentiel d’escalade de tout cela est incalculable. Le risque d’anéantissement nucléaire mondial augmenterait fortement.

Le moyen le plus efficace à court terme de riposter à l’implication des États-Unis c’est de nuire personnellement aux bellicistes américains, comme le duo Kagan Nuland ou les faucons du Congrès comme Adams et Kinzinger . 

Ces gens sont des lâches quand il s’agit de leur vie. Mettez LEUR peau dans le jeu et les choses vont changer. La Russie n’a pas les capacités pour le faire, mais il y a des gens à embaucher qui le font.

Le président russe Vladimir Poutine est un homme très conscient. Je suis sûr que lui et son équipe ont réfléchi à des contre-mesures potentielles et ont décidé d’activer celles qui nuiront aux États-Unis à plus long terme. 

Leur plan est de convaincre l’État profond aux États-Unis, en particulier les riches qui controlent Biden, ainsi que le Pentagone et la CIA, que la poursuite de la guerre sera, avec le temps, plus préjudiciable à leurs objectifs qu’à ceux de la Russie. »

BB Bien entendu je n’ai pas d ‘opinion personnelle, je n’ai ni les éléments du dossier militaire ni les compétences mais je crois que nous sommes au cœur du sujet et en particulier au cœur du débat entre les chefs militaires Russes: « y aller à fond ou pas ou à mi chemin »?

Restons à l’écoute pour discerner les inflexions aux stratégies suivies par les belligérants, ne nous laissons pas impressionner apr les spectacles ou les effets de manche comme la visite de Pelosi . Ce qui compte c’est le réel., le concret, pas les paroles.

Ajout:

jusqu’à présent, Poutine a respecté les règles.

Car il y a des règles,un code en matière de guerre.

La guerre c’est un système a l’intérieur duquel les belligérants se battent.

C’est comme le droit, mais bien sur dans un autre domaine: quand vous êtes au tribunal, avocat ou procureur, vous restez à l »interieur des règles même quand vous vous situez à la marge.

Mais il y a des stratégies de rupture en la matière.

La plus celèbre etait celle de l’avocat Verges, il menait des stratégies de rupture en déplaçant totalement le champ de bataille , C’était spectaculaire et d ‘une certaine façon scandaleux, c’est à dire que cela faisait tout trebucher l’adversaire et le public.

Pour l’instant Poutine n’a pas chois une stratégie de rupture, il reste prévisible, même le recours au nucléaire est encore dans la stratégie envisageable et dans les règles communément admises, il a été banalisé.

Publicité

3 réflexions sur “Le débat central: les Russes ont ils raison de rester mesurés et de s’en tenir à leur stratégie de retenue?

  1. Dans une guerre tout est imprévisible et évolue sans cesse. Je perçois beaucoup d’impatience à voir la Russie incontestablement victorieuse.
    Poutine est quel qu’un de patient, de stratégique et de méthodique. Faites-lui confiance.
    Patience et longueur de temps font plus que force et courage.

    J’aime

  2. Bonjour M. Bertez
    la retenue russe peut aussi se comprendre du fait que les russes considèrent les ukrainiens comme un peuple frère; par ailleurs, susciter la haine des populations par des destructions massives génèrerait sans doute un sentiment anti russe profond qui pourrait rendre la vie difficile aux futurs dirigeants des régions libérées.

    Et si les polonais décident de récupérer ce qui leur appartint il y a peu, les russes ont tout intérêt à laisser faire en surveillant de près. cela occuperait une partie de l’armée ukrainienne.

    Les polonais se souviennent certainement des exactions commises chez eux par les nazis ukrainiens partisans de Bandera, ancêtres d’Azov .

    Le fait que le gaz russe circule encore, le mécanisme un peu tartuffieux mis au point pour payer le gaz ruse en roubles mais pas vraiment en roubles montre que les européens veulent éviter de rompre totalement les ponts avec la Russie. Aussi vassaux soient-ils, certains doivent commencer à comprendre que les US sont non seulement prêts à se battre jusqu’au dernier ukrainien pour affaiblir la Russie, mais aussi jusqu’à la dernière usine européenne pour conserver leur suprématie.

    L’empire c’est la suprématie militaro-économique!

    La grosse crise c’est sauve qui peut et chacun pour soi! ( version populo) ou : Les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts! ( même chose mais en gaullien) .

    Cordialement

    J’aime

  3. La Russie veut épargner les populations civiles car elle fait la guerre à un voisin dont elle ne souhaite pas s’attirer une haine éternelle.

    Mais la propagande fait que la Russie est diabolisée quoiqu’elle fasse donc à quoi bon prendre des pincettes qui s’avèrent faire courir le risque de l’escalade ?

    La question se pose avec urgence.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s