Ukraine, comprendre. Texte de haut niveau. Les jeunes en âge de combattre se sont lâchement enfuis à l’étranger, les combattants eux se cachent derrière femmes et enfants

J’ai eu plaisir à traduire ce texte, il est bien écrit , l’auteur est compètent, cultivé et sincère.

Les œillères idéologiques empêchent les États-Unis de faire une évaluation correcte des succès russes dans la guerre d’Ukraine, des résultats probables et de ce qu’il faut faire maintenant.

L’édition d’hier de la première récapitulation des nouvelles du dimanche à la télévision d’État russe, Vesti nedeli , animée par Dmitry Kiselyov, a marqué un tournant dans ce que les Russes disent officiellement de leurs réalisations sur le terrain en Ukraine. 

Cela m’a amené à réfléchir à la raison pour laquelle Washington se trompe et à la manière dont les œillères idéologiques de l’Amérique peuvent avoir des conséquences très malheureuses au niveau mondial.

Jusqu’à présent, les nouvelles russes ont été très silencieuses sur les réalisations militaires du pays en Ukraine. 

Les briefings quotidiens du porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konashenkov, n’ont donné que des chiffres sommaires sur les avions, les chars et autres véhicules blindés, sur les centres de commandement détruits en Ukraine par des missiles russes de haute précision ainsi que les noms des villes qui ont été prises, sans donner plus de détails sur leur portée stratégique. ou toute autre valeur. 

Sinon, la programmation de la télévision russe n’a montré que les dégâts infligés quotidiennement par les forces ukrainiennes à la ville de Donetsk et à sa banlieue à la suite de frappes d’artillerie et de missiles Tochka U. On y voit un nombre important de maisons détruites, d’hôpitaux, d’écoles et de pertes de vies civiles. 

Le sens de cette programmation est clair : expliquer encore et encore au public russe pourquoi nous sommes là.

L’actualité de la semaine d’hier a consacré plus de 45 minutes aux opérations militaires russes sur le terrain. Le message a changé, il est devenu  voila ce que nous faisons là-bas.

Les téléspectateurs ont été conduits par l’équipe Rossiya de reporters de zone de guerre à travers les forêts et les champs détruits de l’oblast de Kharkov dans le nord-est de l’Ukraine ainsi que dans les parties nouvellement libérées de la République populaire de Donetsk. Filmant depuis un véhicule blindé tout-terrain, ils nous ont montré des kilomètres de chars ukrainiens incendiés et d’autres équipements militaires lourds ainsi que des dizaines et des dizaines de cadavres de soldats ukrainiens « tués au combat » et laissés pourrir dans leur retraite rapide par leurs camarades et les déserteurs. Viennent ensuite des entretiens avec des prisonniers de guerre ukrainiens, dont les visages et les mots racontent une histoire bien différente des éloges héroïques qui pleuvent de Zelensky et de son entourage. 

Pour terminer, je traiterai brièvement de chacun de ces segments des Nouvelles de la semaine d’hier soir. Mais d’abord, permettez-moi de proposer deux généralisations .

Premièrement,

« l’opération militaire spéciale » russe est une meule qui broie lentement mais qui broie bien. Ça fonctionne. Les Russes écrasent les forces ukrainiennes. Il est peu probable qu’un quelconque volume de livraisons d’équipements étrangers à Kiev puisse faire une différence sur l’issue de ce conflit. 

En effet, alors que les détracteurs de l’intervention menée par les États-Unis dans le conflit affirment, à juste titre, que les livraisons prolongent la guerre en encourageant Kiev à continuer à se battre, il est également vrai que les Russes n’y voient aucun problème : plus cela dure , plus ils peuvent s’emparer de territoires, en vue de contrôler et, à terme, d’annexer tout le littoral de la mer Noire. Ils veilleraient ainsi à ce que ce qui reste de l’État ukrainien ne puisse plus jamais représenter une menace militaire pour la Russie, avec ou sans l’aide de l’OTAN.

Deuxièmement,

l’armée ukrainienne dispose en effet d’officiers formés par l’OTAN et de professionnels qualifiés qui peuvent être d’admirables combattants, comme le soulignent les médias occidentaux. Mais il y a aussi beaucoup de chair à canon. Par chair à canon, j’entends des recrues surâgées enrôlées dans les forces et aussi des volontaires qui sont inutiles à toute armée moderne et ne peuvent plus être entraînés. La plupart des prisonniers de guerre montrés à la télévision russe avaient la fin de la cinquantaine et même la fin de la soixantaine ; ils n’avaient aucune expérience militaire préalable. On a demandé à l’un de ces derniers, au visage hagard et à la barbe hirsute jusqu’à la poitrine, pourquoi il s’était enrôlé pour se battre. La réponse est revenue : « Il n’y avait pas de travail. Alors je me suis inscrit juste pour gagner de l’argent. Après avoir vu leurs camarades abattus, est-il étonnant que de tels soldats lèvent les bras pour se rendre à la première occasion ? 

La question qui n’est pas posée est où sont tous les hommes ukrainiens jeunes et capables ? 

Comment ont-ils échappé au repêchage ? Compte tenu de la corruption largement répandue et reconnue au sein du gouvernement et de la société ukrainiens, ne serait-il pas étrange que certains achètent simplement leur exemption de la guerre ? Font-ils partie des 5 millions d’Ukrainiens partis à l’étranger depuis le début des hostilités ? Sont-ils ceux qui conduisent maintenant leur Mercedes à prix élevé avec des plaques d’immatriculation ukrainiennes dans les rues de Hambourg ? Qui en Occident enregistre cela ou pire, qui s’en soucie vraiment ?

Le témoignage des prisonniers de guerre montre qu’ils ont été induits en erreur par leurs officiers. On leur a dit que les Russes les massacreraient simplement s’ils montraient le drapeau blanc. Le témoignage de plusieurs femmes qui ont marché vers la liberté depuis les catacombes de Severstal soutient la version russe officielle de la situation là-bas : elles ont été intimidées par les guerriers nationalistes qui les ont utilisées comme boucliers humains. Elles ont été à peine nourries et ont été averties que la sortie était minée afin qu’elles mourraient dans toute tentative d’évasion.

L’avancée des Russes sur le terrain alors qu’ils terminent les préparatifs du chaudron ou l’encerclement total de la majeure partie des forces ukrainiennes dans le Donbass est lente, seulement quelques kilomètres par jour. La raison était claire d’après le reportage d’hier soir : en dehors des champs ouverts et des forêts mentionnés ci-dessus, les Ukrainiens se trouvent dans des bunkers bien fortifiés qu’ils ont construits au cours des huit dernières années et ils sont situés au milieu de petites villes où ils doivent être débusqué rue par rue, maison par maison. Des tapis de bombes ou des bombardements illimités entraîneraient de lourdes pertes en vies humaines parmi la population civile, dont beaucoup sont russophones, précisément le peuple que les Russes cherchent à libérer.

Le raisonnement qui sous-tend la manière russe de faire la guerre en Ukraine a été totalement ignoré ou rejeté d’emblée par les officiels de Washington. Les médias américains et les politiciens de haut rang ne parlent que des supposés problèmes logistiques de la Russie et de la mauvaise mise en œuvre de ses plans de guerre. 

Ce n’est pas parce que les conseillers de Biden sont idiots. Il en est ainsi à cause des œillères idéologiques que porte tout l’establishment de la politique étrangère aux États-Unis. L’idéologie peut être appelée idéalisme (Wilsonien). Il contraste avec le réalisme, qui n’est adopté que par une infime minorité d’universitaires américains.

La distinction n’est pas seulement sur les mots. 

C’est ainsi que les questions de politique étrangère sont analysées. Il s’agit de la création aux États-Unis d’un monde post-factuel qu’on pourrait tout aussi bien appeler un monde virtuel. 

L’idéalisme en politique étrangère repose sur l’hypothèse que les principes universels façonnent les sociétés partout. Il ignore systématiquement les particularités nationales, telles que l’histoire, la langue, la culture et la volonté. 

En revanche, le réalisme repose précisément sur la connaissance de ces spécificités, qui définissent les intérêts et les priorités nationales.

Dans ces conditions, les chercheurs des groupes de réflexion aux États-Unis peuvent s’asseoir devant leurs ordinateurs et rédiger leurs évaluations de la poursuite russe de la guerre en Ukraine uniquement à partir de ce qu’eux, les Américains et leurs alliés, feraient s’ils dirigeaient l’effort militaire de la Russie . Ils combattraient à la manière américaine, c’est-à-dire en commençant par le « shock and awe », « choc et terreur », suivi d’une vaste destruction de tout , lors de leur marche sur la capitale de l’État ennemi pour provoquer une capitulation totale en peu de temps. Le raisonnement des hommes du Kremlin ne les intéresse pas. D’où la conclusion complètement fausse que les Russes sont en train de perdre la guerre, que la Russie n’est pas la force militaire puissante que l’on doit craindre.

Ce même problème d’une approche de « monde virtuel » revient maintenant dans la discussion entre experts américains sur la probabilité que Poutine utilise des armes nucléaires tactiques en Ukraine et sur la façon dont l’Occident dirigé par les États-Unis devrait réagir. La possibilité que les Russes gagnent et n’aient pas besoin de solutions extrêmes est exclue. La possibilité que des solutions non nucléaires comme le tapis de bombes à l’Americaine puissent être appliquées si les Russes étaient véritablement bloqués est exclue.

La dernière variante de l’escalade possible de la Russie vers la Troisième Guerre mondiale en utilisant des armes nucléaires tactiques est une réaction à la vague menace du président Poutine d’une réponse « rapide comme l’éclair » à tout signe indiquant que les puissances occidentales deviennent co-belligérants par leurs actes en faveur de l’Ukraine. 

Curieusement, la menace était censée s’arrêter précisément des attaques nucléaires tactiques, et non à envisager lancement des nouveaux ICBM hypersoniques Sarmat et anti-ABM, ou l’envoi du drone en haute mer Poséidon pour emporter Washington, DC dans une explosion nucléaire provoquée par un raz de marée. Dans tous les cas, l’assortiment de nouveaux systèmes d’armes dévastateurs à la disposition de la Russie semble être ignoré par nos experts en politique. Ils se sont arrêtés sur un seul, sur lequel ils spéculent sans cesse.

La bulle mondiale virtuelle dans laquelle la communauté de la politique étrangère américaine existe et s’épanouit est un désastre imminent. Qui tiendra compte de l’appel au réveil de John Mearsheimer et des quelques experts politiques qui soutiennent la norme Realpolitik ?

Gilbert Doctorow, 2022

Une réflexion sur “Ukraine, comprendre. Texte de haut niveau. Les jeunes en âge de combattre se sont lâchement enfuis à l’étranger, les combattants eux se cachent derrière femmes et enfants

  1. Bonsoir M. Bertez
    Effectivement, l’approche NATOUS limitée par l’idéologie et l’ignorance ainsi décrite s’avère dangereuse comme l’a souligné S. Ritter qui semble mieux pouvoir envisager les réponses possibles et probables de la Russie en cas d’intensification et d’extension du conflit.
    Poser une victoire Russe, même partielle, comme impensable et inacceptable par principe peut nous entraîner à la catastrophe très vite et l’Europe serait la victime principale.

    Cordialement.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s