Si le public était capable de faire le lien entre ce qui s’est passé en 2008 et ce qui se passe maintenant, les physionomies politiques en seraient bouleversées.

Rédigé par 

Bruno Bertez 

4 mai 2022

Les pays occidentaux ne se sont en réalité jamais remis de la crise de 2008. Non seulement ils n’en ont jamais communiqué le diagnostic, mais en plus ils en ont caché les remèdes et les conséquences. non voulues de ces remèdes. Si le public était capable de faire le lien entre ce qui s’est passé en 2008 et ce qui se passe maintenant, les physionomies politiques en seraient bouleversées.

La crise n’a pas été résolue, elle a été repoussée par appauvrissement des classes moyennes et l’enrichissement des classes possédantes.

L’inflation actuelle est une conséquence de cette crise, mais chut, il ne faut pas que cela se sache.

La situation est particulièrement critique pour l’Europe. Au lieu de converger l’Europe diverge.

Et les élites, entrées dans un engrenage qui les dépassent, sont en train d’aggraver la situation dramatiquement…

Les chiffres utilisés par les propagandistes européens et nationaux sont tous plus ou moins bidons ; ils ne correspondant pas à la réalité et encore moins au vécu des citoyens.

Les chiffres macros, pour être significatifs, doivent être rapportés à la population.

Dans la carte ci-dessous, vous trouvez les appauvrissements en Europe depuis le sommet , qui fut enregistré lors du pic de 2008.

La crise dont on ne s’est pas remis

Vous constatez que l’on ne se trompe pas : on ne s’est jamais remis de la crise de 2008. On a seulement  joué les prolongations en poursuivant la glissade, et ce malgré une hausse colossale des endettements.

La position relative de la France est conforme à l’intuition, c’est à dire intermédiaire entre la situation catastrophique des pays du sud comme l’Italie et l’Espagne et les pays du nord.

La conclusion est simple : les divergences au sein de l’Europe, au lieu de se réduire, s’aggravent. La BCE aura du mal à contenir tout cela !

C’est sur la base de ces chiffres que devraient être jugés nos dirigeants.

Evolution du PIB par habitant par pays depuis le pic de 2008

Pendant ce temps, la hausse des prix à la production sur un an a été de 46,6% en Espagne et de 30% en Allemagne, sur un an.

Les soi-disant autorités se demandent si, après tout, elles ne seraient pas un peu responsables, en ayant créé de la monnaie inconsidérément, sans tenir compte des conséquences non voulues… Ah les braves gens !

Encore un effort et les autres autorités, les gouvernements, vont finir par se demander si leurs politiques énergétiques imbéciles et leurs agressions géopolitiques n’ont pas, elles aussi, une part de responsabilité !

La réalité de la situation est que le système a pris le dessus. Il évolue en fonction de sa logique, pas en fonction des baratins qui sont tenus dessus.

L’heure des comptes

La logique aveugle du système a pris le dessus. C’est l’heure des comptes, l’heure des additions, l’heure des coûts.

Les élites ont perdu le contrôle, voilà ce que l’on vous cache. Elles sont dans un engrenage qui les broient, les dépassent, et ce sur tous les plans, dans tous les domaines. Elles vont écoper, courir d’une fissure à l’autre, réprimer, contrôler, rien n’y fera. Il va falloir mentir, propagander, trouver des boucs émissaires.

Le système ne peut plus se payer le luxe de la vérité et de la liberté, il ne peut plus laisser ses mouvements et ses forces jouer librement. Nous allons nous enfoncer d’une façon ou d’une autre dans la répression des comportements, des prix, des revenus, distribuer des subventions, des aides, etc.

Les contrôles, pertes de liberté et artifices sont notre futur.

Le monde réel est un bulldozer qui écrase tout sur son passage. Quand un gouvernement essaie de modifier une donnée à la marge sur quelques milliards, le réel, lui, dans sa spontanéité et son inconscience, déplace des centaines de milliards.

Le Macron qui était venu en 2017 pour réduire les dettes, réduire les déficits budgétaires et des échanges extérieurs les a augmentés par dizaines et centaines de milliards. La convergence au sein de la construction européenne a explosé en une divergence monstrueuse.

Tous les gouvernements sont dans une certaine mesure populistes, c’est-à-dire qu’ils tiennent des discours de complaisance sur des réalités qui leur échappent. Aucun de leurs plans n’embraie sur le réel : ils brassent, ils tournent à vide. C’est cela être populiste dans le mauvais sens du terme : tenir des discours imbéciles et faire des promesses que l’on ne peut tenir, soit irresponsables.

Quand un système est comme le nôtre, sur la pente, il dévale ; et c’est la pente qui est la plus forte, pas les pitoyables qui essaient de donner de la voix pour faire croire qu’ils sont là et ont les choses en mains.

Si les peuples sont déplorables, ce qui est certainement vrai, les élites, elles, sont pitoyables. C’est une certitude.

Elles courent derrière.

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora. Voir notre Politique de confidentialité.

Publicité

4 réflexions sur “Si le public était capable de faire le lien entre ce qui s’est passé en 2008 et ce qui se passe maintenant, les physionomies politiques en seraient bouleversées.

  1. Mais il faut dire que certains font ce qu’ils faut pour casser l’économie, par exemple la politique chinoise covid zéro perturbe le commerce et l’économie mondial et c’est voulu.

    J’aime

  2. Bonsoir M. Bertez
    Tout ceci me rappelle l’intitulé d’un bulletin de « colle » que j’avais eu en terminale:  » descend les escaliers à reculons pour faire croire qu’il les monte. » (Il y avait un sens de circulation obligatoire dans ce lycée à l’époque). En y repensant, je me dis que j’aurais du « faire Sciences Po », j’avais le bon état d’esprit.
    Cordialement

    J’aime

  3. Un papier qui devrait faire la une de tous les journaux sous forme de lettre ouverte aux français.

    Mais je ne suis pas sur que ça suffirait à réveiller les consciences car la force du système c’est de placer les gens dans des engrenages.

    Ceux qui sont pris dans l’engrenage de l’échec ne pensent qu’à leur prochain repas et ceux qui réussissent pensent qu’ils sont les plus forts et que tout va bien.

    Bref plus personne n’a le temps ou l’envie de réfléchir.

    J’aime

    1. « Bref plus personne n’a le temps ou l’envie de réfléchir. »

      I want my MTV, chantaient Dire Straits.
      Tant que Hollywood Youtube et Google produisent la pensée universelle, que les rayons de SUMA sont pleins, qu’imaginer luvre et que le Transverse se développe, tout va bien.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s