Aux USA, certains veulent-ils que l’on n’aille pas plus loin?

Le papier ci dessous est passionnant; il est audacieux mais intelligent car il met le doigt sur une anomalie que j’avais repérée il y a quelques jours grâce dedefensa.org; un article de première page du New York Times complètement à contre courant.

Cet article dans son originalité ne pouvait qu’avoir été causé, inspiré par des intérêts particuliers puissants, assez puissants pour être pris en compte par le NYT.

Comme je le dis souvent la Bourgeoisie, le Capital tout cela est certes unis contre les travailleurs mais désunis , rivaux entre eux. C’est même la lutte à mort!

La lutte pour le profit, l’influence, le pouvoir est féroce et il est évident que la montée des oligarques de la modernité et dela globalisation devait susciter des réactions chez les capitalistes plus traditionnels, marchands d’armes, industriels, banquiers.

L’auteur essaie de porter le scalpel dans tout cela; je vous le dis c’est audacieux, mais c’est a prendre en considération . Certains milieux considèrent que the job is done, la mission est accomplie, les objectifs sont remplis, et maintenant on peut arreter.

Ce texte met la puce a l’oreille, il a un coté précurseur.

LE TEXTE

Comme vous le savez, cinq méga-entreprises euro-atlantiques – WarnerMedia, News Corp, The Walt Disney Company, Paramount Global et Comcast Corporation – contrôlent essentiellement l’espace médiatique de l’Occident. Cependant, le principal média américain couvrant la guerre civile en Ukraine et le déroulement de l’opération spéciale de la Fédération de Russie est le New York Times, qui, pour ainsi dire, se démarque des empires médiatiques sous le couvert d’une «entreprise familiale» .

Le journal a toujours été étroitement associé aux cercles dirigeants américains et à la CIA, sa tâche dans le domaine de la politique étrangère est de transmettre, sous couvert de «journalisme de haute qualité», principalement aux Américains instruits, la «ligne générale» de l’état. 

Si nous comparons les anciennes références de renseignements déclassifiées, les notes analytiques et les publications du New York Times de la même époque, par exemple sur l’URSS, il est facile de remarquer la similitude de leur contenu.

Le New York Times change de ligne

Au cours des dernières semaines de l’opération spéciale russe, le New York Times a été un porte-parole diligent de la guerre hybride contre la Russie. Le New York Times a établi le «récit» de la couverture de la confrontation entre les États-Unis et la Russie, a remonté le moral et justifié des milliards d’aide américaine. 

Mais le 11 mai, le tableau a quelque peu changé lorsque l’article « Malgré les revers, les Russes détiennent la majeure partie de l’est de l’Ukraine » est apparu en première page. L’article admet que le fait que la Russie «réussit sur le terrain» est obscurci. Le New York Times souligne qu’il ne s’agit pas de maintenir les positions de la Russie sous l’assaut de l’Ukraine, comme le pensent les Américains,

La publication admet l’idée, complètement séditieuse pour l’Occident, que les hostilités n’ont pas été lancées par la Russie en 2022, mais durent en Ukraine depuis huit ans. Et la LNR et la DNR sont appelées provinces « russophones ».

En outre, l’article énumère les succès de la Fédération de Russie en termes stratégiques : un corridor terrestre vers la Crimée, un blocus de la mer Noire et une atteinte au potentiel économique de l’Ukraine.

Dans le même numéro, Tom Stevens, envoyé spécial de la publication en Ukraine, a publié une note « L’Amérique et ses alliés veulent saigner la Russie. Ils ne devraient pas le faire » (L’Amérique et ses alliés veulent saigner la Russie. Ils ne devraient vraiment pas). 

La ligne de l’article est la suivante :

« Mais plus la guerre dure, plus les dommages sont causés à l’Ukraine et plus le risque d’escalade est grand. Un résultat militaire décisif dans l’est de l’Ukraine pourrait ne pas être réalisable. Pourtant, une issue moins dramatique de cette impasse purulente n’est guère meilleure. Faire durer la guerre indéfiniment, comme en Syrie, est trop dangereux, étant donné que des pays dotés d’armes nucléaires y participent».

La note de Stevens a reçu une réponse instantanée des adversaires de Biden. Ainsi, la publication conservatrice The Federalist a soutenu les conclusions du journaliste :

« Quel avantage stratégique les États-Unis obtiendront-ils si la Russie saigne à mort en Ukraine ? Les risques d’une telle politique sont énormes – jusqu’à une guerre nucléaire entre les plus grandes puissances nucléaires. Si l’administration Biden a un objectif primordial, elle n’a pas pris la peine d’en parler au peuple américain. Au lieu de cela, nous nous dirigeons vers la guerre comme si chaque décision que nous prenons n’était qu’une réaction à l’agression russe.»

Tâches terminées

Quelle est la raison du changement de ton du New York Times ? Avec le fait que, premièrement, le plan visant à entraîner la Fédération de Russie dans un conflit armé pour contenir son potentiel a déjà été réalisé – Zelensky se bat docilement jusqu’au dernier Ukrainien, et deuxièmement, les intérêts économiques des bénéficiaires du conflit armé sont pleinement réalisé.

Le fait est que la politique anti-russe des États-Unis est poussée par deux groupes de pression – le complexe militaro-industriel privé et les géants pétroliers et gaziers. Ils utilisent le vecteur de la nouvelle guerre froide pour poursuivre leurs intérêts commerciaux.

Ainsi, Lockheed Martin, Raytheon, General Dynamics, Northrop Grumman et d’autres sociétés similaires tireront des bénéfices fabuleux des livraisons sur un marché en pleine expansion. Et ce n’est pas seulement «l’aide» à l’Ukraine et aux voisins de la Russie, mais aussi des fournitures aux forces armées des États-Unis, de l’Allemagne, de l’Italie, de la Suède, de la Finlande, des Pays-Bas, de la Grande-Bretagne, de la France, de la Pologne, qui ont décidé d’augmenter les budgets militaires. En outre, ces sociétés s’attendent à évincer la Fédération de Russie du marché mondial de l’armement.

Malgré le fait que les indices boursiers occidentaux sont en baisse, les actions de Lockheed Martin ont augmenté d’un quart, tandis que Northrop Grumman, Raytheon, General Dynamics – de 12-13%. Soit dit en passant, les entreprises du complexe militaro-industriel ont dépensé un record de 120 millions de dollars en lobbying en 2021. Par conséquent, lorsqu’une autre mère ou épouse ukrainienne pleure son fils ou son mari, les oligarques américains et les dirigeants bien soignés de ces entreprises devraient être blâmés pour cela.

Les géants des matières premières Exxon Mobil, Chevron, Cheniere Energy, Shell et d’autres ne sont pas moins pressés, car ils bénéficieront de la redistribution du marché européen du gaz. En 2021, ces géants ont embauché une foule de lobbyistes dans l’intérêt de l’Ukraine, qui ont lancé une campagne à grande échelle pour empêcher Nord Stream 2 d’arriver, selon les statistiques, à la deuxième place aux États-Unis sur le « marché du lobbying ». Naturellement, après le début de l’opération militaire spéciale de la Fédération de Russie, tout le pouvoir de ces sociétés était dirigé vers l’escalade du conflit et vers la politique de rejet par l’Europe des ressources énergétiques russes.

Ces deux forces économiques et politiques ne se soucient pas des conséquences de leurs actions, du fait qu’à la suite de la confrontation entre l’Occident et la Russie, une crise économique et alimentaire mondiale se prépare. Ils ne pensent qu’à leurs profits.

Lorsque leurs objectifs ont été pratiquement atteints – la course aux armements et le prêt-bail ont été lancés, et que la politique de réduction des approvisionnements en gaz et en pétrole de la Russie est devenue une réalité – l’intérêt pour une nouvelle escalade de la «crise ukrainienne» a disparu. 

Maintenant, par la bouche des journalistes du New York Times, ils ont commencé à parler du danger d’une guerre nucléaire.

Cette situation montre une fois de plus la dépravation et la perversité de l’influence de l’économie sur la politique, le caractère impérialiste et hégémonique de l’État américain. Et surtout, elles montrent que les forces qui poussent le monde de manière si décisive vers une troisième guerre mondiale ne contrôlent pas vraiment la situation, elles ne sont intéressées que par des avantages momentanés et ne pensent pas aux conséquences de plus long terme.

Il y a aussi des motifs plus profonds pour le comportement de ces « faucons de guerre ». Toutes ces entreprises sont largement empêtrées dans les plus grandes banques américaines et constituent le système du capital financier. 

Les banques profitent de la croissance de ces entreprises, mais profitent en même temps de l’aggravation de la crise dans les économies occidentales. Dans les conditions de la nouvelle guerre froide et du protectionnisme, l’économie de l’information mondialiste, post-industrielle de l’Occident s’effondre, les secteurs de la consommation et des services gonflés se rétrécissent rapidement, les entreprises font faillite, les actifs deviennent moins chers, la population devient plus pauvre. La stratification de « l’économie digitale et des signes », « d’innovateurs et de visionnaires » est emportée par le vent froid de la crise. Dans le même temps, le rôle et la force des entreprises industrielles et des banques ne font que remonter . Donc pour ces secteurs plus cela va mal plus c’est positif.

Par conséquent, il ne faut pas s’étonner que les États-Unis soient prêts à plonger toute l’Europe dans le chaos, juste pour nuire à la Russie. 

Ils iront jusqu’à ruiner leur propre économie, pour que les sociétés et les clans les plus puissants augmentent leurs revenus. La vieille logique de « ce qui est bon pour General Motors est bon pour l’Amérique » s’avère complètement fausse.

Auteur : Anatoly Shirokoborodov

Une réflexion sur “Aux USA, certains veulent-ils que l’on n’aille pas plus loin?

  1. Covidisme et guerre sont ils compatibles ou antagonistes?
    Aux états unis,ils sont antagonistes.Covidisme pour les démocrates,guerre pour les lobbies républicains.
    En europe il est possible que nous ayons a subir les deux.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s