La BCE viole ses mandats, elle fait des opérations de soutien budgétaire, elle est sous domination fiscale. Elle fait du sauvetage budgétaire.

Il est évident depuis longtemps que la BCE fait du budgétaire et viole ses mandats; mais chut il ne faut pas le dire, les Allemands ne le savent pas!

Willem H Buiter, le leur dit.

Willem Buiter CBE, FBA, est conseiller économique spécial de Citigroup. Il est titulaire d’un BA de Cambridge et d’un doctorat. de Yale. Il a occupé des postes universitaires à temps plein à Princeton, à l’Université de Bristol, à la LSE, à Yale et à Cambridge. Il est chercheur principal adjoint au Council on Foreign Relations et chercheur principal (à temps partiel) à la School of International and Public Affairs de l’Université de Columbia.

Il a publié sur la macroéconomie, la gestion monétaire et des taux de change, les marchés et institutions financiers, la politique budgétaire, la réforme de la sécurité sociale, le développement économique, les marchés émergents et l’économie de la transition.

Il a été membre du comité de politique monétaire de la Banque d’Angleterre de 1997 à 2000, économiste en chef et conseiller spécial du président à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement de 2000 à 2005 et conseiller de Goldman Sachs de 2005 à 2009. Il a été consultant ou conseiller auprès du FMI, de la Banque mondiale, de la Banque interaméricaine de développement, de la Commission européenne, de la banque centrale et des ministères des finances du monde entier.

Avec ce texte de Willemm Buiter, expert dont personne ne peut nier la compétence et l’expérience , les allemands vont devoir ouvrir les yeux.

Est ce que cela changera quelque chose, Non car nous sommes allés trop loin et nous sommes dans la seringue,

LISEZ

En utilisant tous les moyens à sa disposition pour soutenir les États membres potentiellement surendettés, la Banque centrale européenne ne se contente pas de servir de teneur de marché en dernier recours. Au contraire, il est engagé dans des opérations de soutien budgétaire, potentiellement au détriment de ses objectifs mandatés.

LONDRES – Depuis le deuxième trimestre 2021, l’inflation au Royaume-Uni, aux États-Unis et dans la zone euro a largement dépassé l’objectif de 2 % de leurs banques centrales. Cette poussée pourrait bien s’expliquer par la gravité et la durée inattendues de la pandémie de COVID-19, les retombées de la guerre de la Russie en Ukraine et les erreurs de jugement répétées de la Banque d’Angleterre, de la Réserve fédérale américaine et de la Banque centrale européenne.

Mais une autre explication possible, c’ est que la politique monétaire a été soumise à une domination budgétaire ou à une captation budgétaire. Dans cette interprétation, les grandes banques centrales se sont engagées dans des politiques agressives de taux d’intérêt bas et d’achat d’actifs pour soutenir les politiques budgétaires expansionnistes de leurs gouvernements, même si elles savaient que ces politiques allaient probablement à l’encontre de leurs mandats de stabilité des prix et qu’elles n’étaient pas nécessaire pour préserver la stabilité financière.

L’interprétation de la « captation budgétaire » est particulièrement convaincante pour la BCE, qui doit faire face à plusieurs souverains confrontés à des problèmes de soutenabilité de la dette. 

La Grèce, l’Italie, le Portugal et l’Espagne sont tous fragiles sur le plan budgétaire. Et la France, la Belgique et Chypre pourraient également être confrontées à des problèmes de financement souverain lors du prochain ralentissement cyclique, ou lorsque les taux d’intérêt sans risque se normaliseront par rapport aux niveaux extraordinairement bas de la dernière décennie, ou lorsque le risque souverain sera évalué de manière plus réaliste.

En avril 2022, l’inflation globale de la zone euro était de 7,5 % et l’inflation sous-jacente (hors alimentation et énergie) de 3,5 % . Pourtant, la BCE reste très préoccupée par le financement des déficits souverains. Cela était évident dans son annonce du 24 mars 2022 selon laquelle elle continuerait d’accepter les obligations d’État grecques comme garantie jusqu’à au moins la fin de 2024. La dette souveraine grecque ne répond pas à l’exigence de crédit de qualité supérieure de la BCE, mais elle a été achetée et détenus par l’Eurosystème (la BCE et les banques centrales des États membres) dans le cadre du Programme d’achat d’urgence en cas de pandémie (PEPP) depuis mars 2020.

En décembre 2021, le Conseil des gouverneurs de la BCE a annoncé qu’il mettrait fin aux achats nets d’actifs dans le cadre du PEPP à la fin du mois de mars 2022. Mais il a également décidé que les paiements du principal arrivant à échéance seraient réinvestis jusqu’à au moins la fin de 2024, de sorte que « le le futur roll-off du portefeuille PEPP [pourrait] être géré de manière à éviter toute interférence avec l’orientation monétaire appropriée.

De plus, en mars 2022, le Conseil des gouverneurs a clairement indiqué qu’il pourrait continuer à acheter et à accepter en garantie la dette d’autres gouvernements qui pourrait tomber en dessous de la qualité d’investissement. La BCE « se réserve le droit de s’écarter également à l’avenir des notations des agences de notation de crédit si cela se justifie, conformément à son pouvoir discrétionnaire dans le cadre de la politique monétaire, évitant ainsi une dépendance mécanique à ces notations ».

Au total, les avoirs de l’Eurosystème en titres du secteur public dans le cadre du PEPP s’élevaient fin mars 2022 à plus de 1 600 milliards d’euros (1 700 milliards de dollars), soit 13,4 % du PIB de la zone euro en 2021, et les achats nets cumulés de dette souveraine grecque dans le cadre du Les PEPP étaient de 38,5 milliards d’euros (21,1 % du PIB de la Grèce en 2021). Pour le Portugal, l’Italie et l’Espagne, les parts correspondantes du PIB des achats nets de PEPP étaient de 16,4 %, 16 % et 15,7 %, respectivement.

Le programme d’achats du secteur public (PSPP) de l’Eurosystème a également procédé à des achats nets de dette souveraine de qualité supérieure. De novembre 2019 à fin mars 2022, ceux-ci ont totalisé 503,6 milliards d’euros, soit 4,1 % du PIB de la zone euro.

 Au total, l’Eurosystème a acheté plus de 120 % des émissions nettes de dette souveraine de la zone euro en 2020 et 2021.

Aujourd’hui, la BCE travaillerait sur un « nouvel instrument » pour soutenir les États membres de la zone euro confrontés à des coûts d’emprunt plus élevés résultant des futures hausses de taux directeurs prévues par la BCE. Les écarts de rendement souverain sur la dette souveraine à risque de la zone euro augmentent à nouveau – l’écart de rendement à dix ans entre l’Italie et l’Allemagne atteignant 2 % le 10 mai 2022 – à un moment où de nombreux souverains vulnérables prévoient toujours d’importantes émissions nettes supplémentaires de dette.

Je m’attends à ce que soit les règles d’éligibilité au PSPP soient modifiées pour permettre l’achat de titres de créance de qualité inférieure à la qualité d’investissement, soit qu’une nouvelle facilité de type PEPP soit créée à cette fin. Quoi qu’il en soit, la BCE est la seule institution disposant des ressources et de la vitesse de réaction nécessaires pour s’engager dans des opérations de sauvetage budgétaire. 

L’ entité spécifiquement créée pour résoudre les problèmes de dette souveraine de la zone euro, le Mécanisme européen de stabilité, n’a ni les poches profondes ni la flexibilité nécessaires pour réagir rapidement et de manière décisive à une crise de financement souverain imminente.

En effet, en avril 2022, le montant total des prêts décaissés par le MES (et son prédécesseur) depuis 2010 n’était que de 295 milliards d’euros , soit 2,4 % du PIB. Et l’Allemagne vient de rejeter une proposition du MES de créer un nouveau fonds d’aide permanent de 250 milliards d’euros (environ 2% du PIB de la zone euro).

Quand la BCE commencera à relever ses taux directeurs (ce qui devrait être bientôt, mais ce sera trop peu, trop tard), je m’attends à ce qu’elle poursuive ses achats d’obligations. Très probablement, ceux-ci cibleront la dette souveraine à haut risque émise par des pays comme la Grèce et l’Italie, bien que des achats ciblés d’obligations d’entreprises et de titres adossés à des actifs puissent également faire partie du « nouveau programme d’achat ».

Lorsque de tels achats d’actifs interviennent dans des conditions de marché désordonnées, ils peuvent être justifiés comme des mesures de « teneur de marché en dernier recours ». Ce sera probablement le cas des achats de dette d’entreprise par l’Eurosystème, à condition qu’ils soient annulés dès que des conditions de marché ordonnées seront rétablies. 

Mais en devenant un détenteur à long terme d’un stock croissant de dette souveraine vulnérable, ce qui n’est pas justifiable au regard de la stabilité financière systémique, l’Eurosystème s’engagera dans encore plus d’opérations de soutien budgétaire (et parfois de sauvetage budgétaire).

Bien sûr, aucun ministre des Finances d’un État membre ne critique la BCE, de sorte que l’on pourrait soutenir que cette manifestation de capture budgétaire est volontaire ou intériorisée. Mais cela ne veut pas dire qu’elle n’est pas préjudiciable à l’objectif de stabilité des prix.

[Yahoo/Bloomberg] Stock Rally Ebbs as Treasuries Rise; Dollar Firms: Markets Wrap

[Reuters] Asian stocks wobble as growth doubts loom

[Reuters] Fed’s Evans wants smaller U.S. rate hikes by July or Sept

[Reuters] Japan’s GDP shrinks as surging costs raise spectre of deeper downturn

[Reuters] Shanghai hits prized ‘zero COVID’ status but lockdown lingers

[Yahoo/Bloomberg] China Economy Czar Vows to Back Tech Firms After Crackdown

[Yahoo/Bloomberg] Bill Hwang Seeks Probe of Morgan Stanley Over Short Squeeze

[Bloomberg] China Home Prices Drop for Eighth Month During Lockdowns

[Bloomberg] New China Covid Flareups Raise Risk of More Disruptive Curbs

[WSJ] Powell Says Fed Has Resolve to Bring U.S. Inflation Down

[WSJ] U.S. Retail Sales Grew 0.9% in April

[FT] The hunt for Goldilocks: central banks search for neutral rates

[FT] The mauling of Tiger Global

[FT] China’s lockdowns hammer consumer spending to reveal toll of zero-Covid

[FT] China diverts anti-poverty funds to Covid testing as crisis deepens

3 réflexions sur “La BCE viole ses mandats, elle fait des opérations de soutien budgétaire, elle est sous domination fiscale. Elle fait du sauvetage budgétaire.

  1. La Fed a fait la même chose sauf que la BCE n’a pas de fenêtre de sortie.

    Tout s’éclaire si vous ne jugez pas la concomitance de la fin des injections de la Fed ( qui aurait dû avoir lieu plus tôt sur la base de l’inflation) et la baisse des émissions obligataires par le Trésor US comme une simple coïncidence. Merci aussi à l’abandon du BBB act.

    J’aime

  2. Bonjour M. Bertez
    Nomi Prins non plus ne croit pas à un effondrement des marchés. Ce qu’elle nomme la Grande Distorsion entre la Finance et le réel va se poursuivre et s’aggraver . Par contre elle prévoit une percée techno -financière majeure qui rappellerait par ses effets l’apparition de l’électricité ….
    Cordialement.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s