Pour resserrer moins, Powell martèle sur la crédibilité.

Hier, le président de la Fed a prononcé une rhétorique belliciste sans ambiguïté , affirmant que la Fed était prête à augmenter jusqu’à ce qu’il y ait des preuves « claires et convaincantes » que l’inflation commençait à se renverser. 

Il a déclaré que la Fed était disposée à dépasser la neutralité pour y parvenir, et il a reconnu que cela pourrait ne pas être indolore, car cela pourrait impliquer une augmentation du taux de chômage, c’est-à-dire des licenciements.

Sur cette note, il peut être utile de porter un peu plus d’attention à ce que nous voyons déjà sur le marché du travail. Nous savons, d’après les reportages, que les entreprises technologiques réduisent leurs embauches. Et certaines startups ont annoncé des licenciements. Même certains plus grands ( comme Netflix , semble-t-il) taillent dans les effectifs des travailleurs.

Et en fait, nous avons vu les demandes de chômage initiales hebdomadaires dériver depuis la mi-mars.

Nous constatons toujours un rythme d’embauche soutenu. Le BLS a signalé une augmentation de 428 000 emplois en avril. Pourtant, il est temps de commencer à surveiller d’un peu plus près le nombre de d’inscriptions hebdomadaires au chomage. 

Ralentir l’inflation par le canal de l’emploi est l’un des principaux moyens d’action de la Fed. Ce nombre est déjà en hausse. Nous verrons jusqu’où cela peut aller.

L’autre moyen de ralentir l’inflation c’est le dégonflement de l’effet de richesse, mais là c’est un jeu dangereux!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s