Document à conserver, « La bande Nuland-Pyatt » qui vient d’être supprimée de YouTube après 8 ans. Retranscription.

Une version populaire de cette bande , avec sous-titres, a soudainement été rendue indisponible mercredi. La bande fournit la preuve irréfutable de l’implication des États-Unis dans le coup d’État de Kiev en 2014. (Lire la transcription).

Par Joe Lauria
Spécial pour Consortium News

La preuve irréfutable prouvant l’implication des États-Unis dans le coup d’État de 2014 à Kiev a été retirée de YouTube après huit ans. 

C’était l’une des versions les plus regardées de la conversation interceptée et divulguée entre la secrétaire d’État adjointe de l’époque, Victoria Nuland, et Geoffrey Pyatt, alors ambassadeur américain en Ukraine. Dans cette bande , ils discutent de la composition du nouveau gouvernement quelques semaines avant l’élection démocratique. Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a été renversé lors d’un violent coup d’État le 21 février 2014.

Les deux américains parlent de «faire accoucher» le changement anticonstitutionnel de gouvernement et de faire «coller tout cela ensemble» et du rôle que le vice-président de l’époque Joe Biden devrait jouer et des réunions à organiser avec les politiciens ukrainiens.

Le département d’État américain n’a jamais nié l’authenticité de la vidéo et a même présenté des excuses à l’Union européenne après que Nuland ait été entendu sur la bande en disant: « Fuck the EU ». ignorant la plus grande importance de l’ingérence américaine dans les affaires intérieures de l’Ukraine. 

Consortium News a intégré à plusieurs reprises la vidéo YouTube dans des articles sur le renversement de Ianoukovitch. Le CN l’a intégré avec succès plus tôt cette semaine dans un article en cours de rédaction, mais mercredi, la vidéo est soudainement apparue de cette façon dans le projet d’article : 

traduction rapide

Moment du retrait

La suppression d’une vidéo qui existait en ligne depuis huit ans soulève des questions majeures car elle intervient pendant la guerre en Ukraine. Les grands médias ont soigneusement évité de mentionner les causes du conflit actuel, y compris l’expansion de l’OTAN vers l’est, les propositions de traité de Moscou rejetées en décembre, la guerre civile dans le Donbass et le coup d’État de 2014 à Kiev qui a conduit au soulèvement du Donbass et à la répression violente par le gouvernement putschiste. . 

Le coup d’État de 2014 est le point de départ qui a conduit à tous ces événements qui ont abouti à l’invasion russe en février. La suppression de la vidéo serait cohérente avec la suppression de toute information qui ne relève pas du récit forcé des événements en Ukraine, y compris le blanchiment de toute mention du coup d’État soutenu par les États-Unis. 

Transcription toujours en ligne

Le 7 février 2014, la BBC – 14 jours avant le renversement de Ianoukovitch – a publié une transcription de la conversation Nuland-Pyatt. Consortium News republie la transcription ici, de peur qu’elle ne soit également supprimée d’Internet :

Avertissement : Cette transcription contient des jurons.

Voix supposée être celle de Nuland : Qu’en pensez-vous ?

Voix supposée être celle de Pyatt : Je pense que nous sommes en train de jouer. La pièce de Klitschko [Vitaly Klitschko, l’un des trois principaux chefs de l’opposition] est évidemment l’électron compliqué ici. Surtout l’annonce de lui en tant que vice-premier ministre et vous avez vu certaines de mes notes sur les problèmes du mariage en ce moment, alors nous essayons de savoir très rapidement où il en est sur ce sujet. Mais je pense que votre argument devant lui, que vous devrez lui présenter, je pense que c’est le prochain appel téléphonique que vous voulez organiser, est exactement celui que vous avez fait à Yats [Arseniy Yatseniuk, un autre chef de l’opposition]. Et je suis content que vous l’ayez en quelque sorte mis sur la place qu’il occupe dans ce scénario. Et je suis très heureux qu’il ait dit ce qu’il a dit en réponse.

Nuland : Bien. Je ne pense pas que Klitsch devrait entrer au gouvernement. Je ne pense pas que ce soit nécessaire, je ne pense pas que ce soit une bonne idée.

Piatt :  Ouais. Je suppose… en ce qui concerne qu’il n’entre pas dans le gouvernement, laissez-le simplement rester dehors et faire ses devoirs politiques et tout. Je pense juste en termes de sorte de processus qui va de l’avant, nous voulons garder les démocrates modérés ensemble. Le problème va être Tyahnybok [Oleh Tyahnybok, l’autre chef de l’opposition] et ses gars et je suis sûr que cela fait partie de ce que [le président Viktor] Ianoukovitch calcule sur tout cela.

Nuland :  [Intervient] Je pense que Yats est le gars qui a l’expérience économique, l’expérience de gouvernance. Il est le… ce dont il a besoin, c’est de Klitsch et de Tyahnybok à l’extérieur. Il doit leur parler quatre fois par semaine, tu sais. Je pense juste que Klitsch entre… il va être à ce niveau en travaillant pour Yatseniuk, ça ne marchera tout simplement pas.

Pyatt :  Ouais, non, je pense que c’est vrai. D’ACCORD. Bon. Voulez-vous que nous organisions un appel avec lui comme prochaine étape ?

Nuland : D’  après ce que j’ai compris de cet appel – mais vous me dites – c’était que les trois grands allaient à leur propre réunion et que Yats allait proposer dans ce contexte une… conversation à trois plus un ou à trois plus deux avec vous . N’est-ce pas ainsi que vous l’avez compris ?

Pyatt :  Non. Je pense… Je veux dire que c’est ce qu’il a proposé, mais je pense que, connaissant simplement la dynamique qui a été avec eux où Klitschko a été le meilleur chien, il va prendre un certain temps pour se présenter à la réunion qu’ils ont et il parle probablement à ses gars à ce stade, donc je pense que le fait de lui tendre la main directement aide à la gestion de la personnalité entre les trois et cela vous donne également une chance d’agir rapidement sur tout cela et de nous mettre derrière avant qu’ils ne s’assoient tous vers le bas et il explique pourquoi il n’aime pas ça.

Nuland :  D’accord, bien. Je suis heureux. Pourquoi ne pas le contacter et voir s’il veut parler avant ou après.

Pyatt :  OK, ça ira. Merci.

Nuland : OK… encore une ride pour toi Geoff. [Un déclic se fait entendre] Je ne me souviens pas si je vous ai dit ceci, ou si j’ai seulement dit ceci à Washington, que lorsque j’ai parlé à Jeff Feltman [Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques] ce matin, il avait un nouveau nom pour le gars de l’ONU Robert Serry je t’ai écrit ça ce matin ?

Pyatt :  Ouais j’ai vu ça.

Nuland :  D’accord. Il a maintenant obtenu que Serry et [le secrétaire général de l’ONU] Ban Ki-moon acceptent que Serry puisse venir lundi ou mardi. Ce serait donc formidable, je pense, d’aider à coller cette chose et d’avoir l’aide de l’ONU pour la coller et, vous savez, Fuck the EU.

Piatt : Pas exactement. Et je pense que nous devons faire quelque chose pour qu’il reste solidaire parce que vous pouvez être à peu près sûr que s’il commence à prendre de l’altitude, les Russes travailleront dans les coulisses pour essayer de le torpiller. Et encore une fois, le fait que ce soit là en ce moment, j’essaie toujours de comprendre dans mon esprit pourquoi Ianoukovitch (brouillé) cela. En attendant, il y a une réunion de faction du Parti des régions en cours en ce moment et je suis sûr qu’il y a une discussion animée en cours dans ce groupe à ce stade. Mais de toute façon, nous pourrions atterrir gelée vers le haut sur celui-ci si nous avançons rapidement. Alors laissez-moi travailler sur Klitschko et si vous pouvez juste continuer… nous voulons essayer de faire venir quelqu’un avec une personnalité internationale pour venir ici et aider à accoucher cette chose.

Nuland :  Donc, sur cet article Geoff, quand j’ai écrit la note [le conseiller à la sécurité nationale du vice-président américain Jake] Sullivan est revenu vers moi VFR [direct to me], disant que vous avez besoin de [US Vice-President Joe] Biden et j’ai dit probablement demain pour un atta-boy et pour que les deets [détails] collent. Alors Biden est prêt.

Piatt : D’accord. Génial. Merci.

CORRECTION : Cet article indiquait précédemment que la vidéo supprimée était la version la plus regardée de l’appel divulgué. Une version d’une chaîne YouTube russe avec des sous-titres russes, toujours disponible, a recueilli 1,4 million de vues. Il a peut-être été déclassé dans la recherche de YouTube car il est difficile à trouver, alors que la version supprimée se trouvait en haut d’une demande de recherche.

Joe Lauria est rédacteur en chef de Consortium News et ancien correspondant à l’ONU pour le Wall Street Journal, le Boston Globe et de nombreux autres journaux, dont The Montreal Gazette et The Star of Johannesburg. Il a été journaliste d’investigation pour le Sunday Times de Londres, journaliste financier pour Bloomberg News et a commencé son travail professionnel en tant que pigiste de 19 ans pour le New York Times.  Il peut être contacté à joelauria@consortiumnews.com et suivi sur Twitter @unjoe  

Original en anglais.

A popular version, with subtitles, suddenly was made unavailable on Wednesday. The tape provides the smoking gun of U.S. involvement in 2014 Kiev coup. (Read the transcript).

By Joe Lauria
Special to Consortium News

The smoking gun proving U.S. involvement in the 2014 coup in Kiev has been removed from YouTube after eight years. 

It was one of the most watched versions of the intercepted and leaked conversation between then Assistant Secretary of State Victoria Nuland and Geoffrey Pyatt, the then U.S. ambassador to Ukraine, in which the two discuss who will make up the new government weeks before democratically-elected Ukrainian President Viktor Yanukovych was overthrown in a violent coup on Feb. 21, 2014.

The two talk about “midwifing” the unconstitutional change of government and “gluing it together” and of the role then Vice President Joe Biden should play and what meetings to set up with Ukrainian politicians.

The U.S. State Department never denied the authenticity of the video, and even issued an apology to the European Union after Nuland is heard on the tape saying, “Fuck the E.U.” Mainstream media at the time focused almost exclusively on that off-color remark, ignoring the greater significance of U.S. interference in Ukraine’s internal affairs. 

Consortium News has numerous times embedded the YouTube video in articles about the overthrow of Yanukovych. CN successfully embedded it earlier this week in an article now being written, but on Wednesday the video suddenly appeared this way in the draft article: 

Victoria Nuland

The video was posted on April 29, 2014 and had 181,533 views before it was taken down, was among the most viewed versions of the conversation on YouTube. Eight years worth of comments on the video have also been removed.

This is a screenshot taken earlier from the video that has now been removed.  The same video can be viewed on Rumble here.

Nuland in screenshot from now removed YouTube video.

Timing of Removal

The removal of a video that had existed online for eight years raises major questions as it comes during the war in Ukraine. Corporate media has studiously avoided mentioning the causes of the current conflict, including NATO eastward expansion, the rejected Moscow treaty proposals in December, the civil war in Donbass and the 2014 coup in Kiev that led to the Donbass uprising and violent repression by the coup government. 

The coup in 2014 is the starting point that led to all these events culminating in Russia’s invasion in February. Removing the video would be consistent with the suppression of any information that falls outside the enforced narrative of events in Ukraine, including whitewashing any mention of the U.S.-backed coup. 

Transcript Still Online

The BBC on Feb. 7, 2014 — 14 days before Yanukovych was toppled — published a transcript of the Nuland-Pyatt conversation. Consortium News is republishing the transcript here, lest it be removed from the internet as well:

Warning: This transcript contains swearing.

Voice thought to be Nuland’s: What do you think?

Voice thought to be Pyatt’s: I think we’re in play. The Klitschko [Vitaly Klitschko, one of three main opposition leaders] piece is obviously the complicated electron here. Especially the announcement of him as deputy prime minister and you’ve seen some of my notes on the troubles in the marriage right now so we’re trying to get a read really fast on where he is on this stuff. But I think your argument to him, which you’ll need to make, I think that’s the next phone call you want to set up, is exactly the one you made to Yats [Arseniy Yatseniuk, another opposition leader]. And I’m glad you sort of put him on the spot on where he fits in this scenario. And I’m very glad that he said what he said in response.

Nuland: Good. I don’t think Klitsch should go into the government. I don’t think it’s necessary, I don’t think it’s a good idea.

Pyatt: Yeah. I guess… in terms of him not going into the government, just let him stay out and do his political homework and stuff. I’m just thinking in terms of sort of the process moving ahead we want to keep the moderate democrats together. The problem is going to be Tyahnybok [Oleh Tyahnybok, the other opposition leader] and his guys and I’m sure that’s part of what [President Viktor] Yanukovych is calculating on all this.

Nuland: [Breaks in] I think Yats is the guy who’s got the economic experience, the governing experience. He’s the… what he needs is Klitsch and Tyahnybok on the outside. He needs to be talking to them four times a week, you know. I just think Klitsch going in… he’s going to be at that level working for Yatseniuk, it’s just not going to work.

Pyatt: Yeah, no, I think that’s right. OK. Good. Do you want us to set up a call with him as the next step?

Nuland: My understanding from that call – but you tell me – was that the big three were going into their own meeting and that Yats was going to offer in that context a… three-plus-one conversation or three-plus-two with you. Is that not how you understood it?

Pyatt: No. I think… I mean that’s what he proposed but I think, just knowing the dynamic that’s been with them where Klitschko has been the top dog, he’s going to take a while to show up for whatever meeting they’ve got and he’s probably talking to his guys at this point, so I think you reaching out directly to him helps with the personality management among the three and it gives you also a chance to move fast on all this stuff and put us behind it before they all sit down and he explains why he doesn’t like it.

Nuland: OK, good. I’m happy. Why don’t you reach out to him and see if he wants to talk before or after.

Pyatt: OK, will do. Thanks.

Nuland: OK… one more wrinkle for you Geoff. [A click can be heard] I can’t remember if I told you this, or if I only told Washington this, that when I talked to Jeff Feltman [United Nations Under-Secretary-General for Political Affairs] this morning, he had a new name for the UN guy Robert Serry did I write you that this morning?

Pyatt: Yeah I saw that.

Nuland: OK. He’s now gotten both Serry and [UN Secretary General] Ban Ki-moon to agree that Serry could come in Monday or Tuesday. So that would be great, I think, to help glue this thing and to have the UN help glue it and, you know, Fuck the EU.

Pyatt: No, exactly. And I think we’ve got to do something to make it stick together because you can be pretty sure that if it does start to gain altitude, that the Russians will be working behind the scenes to try to torpedo it. And again the fact that this is out there right now, I’m still trying to figure out in my mind why Yanukovych (garbled) that. In the meantime there’s a Party of Regions faction meeting going on right now and I’m sure there’s a lively argument going on in that group at this point. But anyway we could land jelly side up on this one if we move fast. So let me work on Klitschko and if you can just keep… we want to try to get somebody with an international personality to come out here and help to midwife this thing. The other issue is some kind of outreach to Yanukovych but we probably regroup on that tomorrow as we see how things start to fall into place.

Nuland: So on that piece Geoff, when I wrote the note [US vice-president’s national security adviser Jake] Sullivan’s come back to me VFR [direct to me], saying you need [US Vice-President Joe] Biden and I said probably tomorrow for an atta-boy and to get the deets [details] to stick. So Biden’s willing.

Pyatt: OK. Great. Thanks.

CORRECTION: This article previously said the removed video was the most watched version of the leaked call. A version from a Russian YouTube channel with Russian subtitles, still available, has garnered 1.4 million views. It may have been de-ranked on YouTube’s search as it is difficult to find, whereas the removed version was near the top of a search request.

Joe Lauria is editor-in-chief of Consortium News and a former U.N. correspondent for The Wall Street Journal, Boston Globe, and numerous other newspapers, including The Montreal Gazette and The Star of Johannesburg. He was an investigative reporter for the Sunday Times of London, a financial reporter for Bloomberg News and began his professional work as a 19-year old stringer for The New York Times.  He can be reached at joelauria@consortiumnews.com and followed on Twitter @unjoe  

2 réflexions sur “Document à conserver, « La bande Nuland-Pyatt » qui vient d’être supprimée de YouTube après 8 ans. Retranscription.

  1. Bonjour,
    Je ne sais pas pour l’authentification, mais en tous cas, la vidéo est toujours disponible avec un autre lien. j’avais enregistré à l’époque l’audio (toujours dans mes archives) et il y a une forte probabilité que la voix de Pyatt soit réelle.
    Bien à vous

    J’aime

  2. Bonjour M. Bertez
    Merci pour ce partage.
    Ceci montre que désormais,il ne suffit plus de trouver ds textes révélateurs, il est nécessaire de les enregistrer de suite avant qu’ils ne disparaissent un jour. Ces traces conservées seront indispensables pour étayer tout récit allant à l’encontre des narratifs du pouvoir.
    Cordialement

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s