Des opinions fortes et autorisées.

Publié par Martyanov.

Un général allemand a une opinion. Tout comme le général russe – Ils sont proches.

Dans l’interview à Welt , pas moins, le général Roland Kather est arrivé à cette conclusion :

« Les Russes ont atteint une supériorité locale oppressante »

Traduction : Les Russes ont atteint une supériorité locale écrasante. 

Ensuite, l’autre observateur politique arrive à cette conclusion. 

Selon le politologue et expert militaire Carlo Masala, le président russe Vladimir Poutine ne voit actuellement aucune raison de négocier avec l’Ukraine . 

Masala, professeur de politique internationale à l’Université des forces armées allemandes de Munich, a déclaré à l’agence de presse allemande que Poutine ne commencerait à négocier sérieusement que s’il avait à craindre de perdre plus que de gagner en poursuivant la guerre. 

Mais ce n’est pas le cas pour le moment.

Traduction : Selon le politologue et expert militaire Carlo Masala, le président russe Vladimir Poutine ne voit actuellement aucune raison de négocier avec l’Ukraine. Masala, professeur de politique internationale à l’ Université de la Bundeswehr à Munich , a déclaré à l’agence de presse allemande que Poutine ne commencerait à négocier sérieusement que s’il avait à craindre de perdre plus que de gagner en poursuivant la guerre. Mais ce n’est pas le cas pour le moment. 

 

La vérité est que jamais depuis le départ poutine n’a voulu négocier.

La question ne tient pas au fait que la question militaire a été réglée dès le début du SMO, mais parce que, comme je le dis ad nauseam, la question dépasse largement la seule Ukraine. I

Il s’agit d’un affrontement massif et sans précédent à l’échelle mondiale et cet affrontement est de nature existentielle. 

Nous devons reconnaître qu’aucun de nous n’a accès aux informations dont dispose le sommet militaro-politique de la Russie. 

Nous devons constamment en tenir compte dans nos considérations. 

Et tandis que RT en anglais continue de nous « régaler » d’une merde amateur d’experts autoproclamés marginaux, RT en russe propose à ses lecteurs des opinions de personnes qui, en fait, sont au courant. 

Comme c’est le cas avec un entretien avec le Colonel-général Georgy Shpak . 

C’est l’opinion appropriée d’un professionnel militaire de premier ordre et en voici quelques extraits. 

A propos de la Pologne :

– Les Polonais, sous le drapeau national, n’iront ni en Biélorussie ni en Ukraine. Les mercenaires, les volontaires, les volontaires oui, ils peuvent se rendre dans le Donbass, quelque part dans la région de Lviv ou la région de Ternopil – peu importe comment vous les appelez, mais pas le personnel militaire de l’armée polonaise. 

La Pologne fait partie de l’OTAN, et un tir de l’OTAN vers la Russie, c’est le début de la Troisième Guerre mondiale. 

Tout le monde le comprend, et je pense que Varsovie a reçu un ordre très clair de Washington : ne pas prendre d’initiative. 

L’Amérique ne veut pas mourir à cause de l’Ukraine ou à cause de la Pologne. 

Dans une guerre nucléaire mondiale, ce qui est exactement ce que la Troisième Guerre mondiale deviendrait inévitablement, il n’y aurait pas de vainqueurs. 

Quant aux exercices en Biélorussie, il s’agit de mesures militaires usuelles en réponse aux manœuvres des troupes de l’Otan passant de l’autre côté de la frontière. 

Le bloc militaire occidental les mène désormais par séries entières, les unes après les autres. 

Traduction:  Les Polonais sous le drapeau national n’iront ni en Biélorussie ni en Ukraine. Les mercenaires, les volontaires, appelez-les comme vous voulez, peuvent aller dans le Donbass, quelque part dans la région de Lviv ou de Ternopil, mais pas les militaires de l’armée polonaise. La Pologne fait partie de l’OTAN, et un sel tir de l’OTAN vers la Russie et c’est le début de la Troisième Guerre mondiale. Tout le monde le comprend, et je pense que Varsovie a reçu un ordre très clair de Washington : ne pas prendre d’initiative. L’Amérique ne veut pas périr à cause de l’Ukraine ou à cause de la Pologne. Dans une guerre nucléaire mondiale, qui est exactement ce que la Troisième Guerre mondiale deviendra inévitablement, il n’y aura pas de vainqueurs. Quant aux exercices en Biélorussie, il s’agit de mesures militaires usuelles en réponse aux manœuvres des troupes de l’Otan passant de l’autre côté de la frontière. Le bloc militaire occidental les mène désormais par séries entières, les unes après les autres. Alexandre Loukachenko démontre qu’il garde sa poudre sèche.

2 réflexions sur “Des opinions fortes et autorisées.

  1. Pourquoi négocier avec l’Ukraine puisque ce pays a prouvé qu’il ne respectait pas les accords qu’il signait (accords de Minsk).

    Nos si compétents dirigeants n’ont toujours pas compris le B.A.BA de la négociation quand Macron et Scholtz lance un appel à Poutine pour qu’il cesse le feu, se retire et négocie sans offrir aucune contrepartie. Pourquoi abandonner les cartes dans son jeu quand l’adversaire refuse toute concession est n’est pas de parole? ce sont vraiment des guignols à qui on a donné les clés de pays puissants!

    J’aime

  2. Le pivot sur les plateaux est un régal.

    Les moins pleutres mangent leur chapeau et se raccrochent à une pseudo avancée des ukrainiens à Kherson mais le pire ce sont ceux, dont des généraux retraités, qui deviennent presque pro russes et nous expliquent après 100 jours de combats que nous n’avons pas fait respecter les accords de 2014…

    Pathétique. On se dit que si on devait partir à la guerre avec des gens comme ça on serait sacrément dans la merde.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s