Doc. Voici un article qui fait le tour de la question monétaire, du dollar et de l’euro alors que la Chine a la puissance économique et la Russie la puissance militaire

Pour la première fois dans le contexte international, à savoir après la disparition de l’Union soviétique, il y a une grande puissance économique, l’usine du monde, la Chine et une puissance militaire, la Fédération de Russie, qui mettent en péril l’hégémonie américaine et le système monétaire international tel que nous le connaissons.

Comme on le sait, à Bretton Woods, Keynes a cherché à adopter une monnaie composée de plusieurs monnaies avec des pondérations différentes, le « Bancor », pour les transactions internationales. Cela ne s’est pas produit. Les Américains ont imposé le dollar.

Cette imposition s’explique historiquement par le fait qu’à la fin de la guerre, les États-Unis étaient le plus gros détenteur d’or et aussi le pays qui, après avoir été l’un des moins touchés par le conflit, était celui qui se portait le mieux conditions économiques.

Mais il y a un autre aspect de grande importance qui n’est pas mentionné.

Les États-Unis avaient la bombe atomique.

Or dans l’histoire de l’humanité, dans les relations internationales, la supériorité dans l’armement militaire a toujours joué le rôle déterminant, dans le rapport des forces, la domination, l’imposition.

Du silex, du bronze, du fer, des armes à répétition, de la bombe atomique et, de nos jours, des drones et des missiles hypersoniques.

C’est dire que la situation de guerre que nous vivons en Europe serait différente si la Fédération de Russie n’avait pas actuellement la supériorité militaire dans ce type d’arme décisive comme les missiles hypersoniques . 

Et c’est ce rapport de forces en termes d’armement militaire combiné à la puissance économique de la République populaire de Chine qui rend également beaucoup plus efficace la menace qui se multiplient contre les privilèges du dollar.

Pour la première fois dans le contexte international, à savoir après la disparition de l’Union soviétique, il y a une grande puissance économique, l’usine du monde et une puissance militaire, la Fédération de Russie, qui mettent en péril l’hégémonie américaine et le système monétaire international ainsi nous le savons.

. Et tout porte à croire qu’ils auront la force de le faire.

De même qu’à Bretton Woods, il en résulta la loi du plus fort, de même dans le nouvel équilibre mondial des forces, la Chine et la Russie sont en position de remettre en cause la domination absolue des USA et du dollar et même de pouvoir devenir un pôle d’attraction pour les pays qui veulent garantir leur indépendance.

Les sanctions contre la Fédération de Russie et la saisie des réserves de dollars, d’euros et de bons du Trésor appartenant à la Banque centrale de Russie, comme elles l’avaient déjà fait pour d’autres pays, ont montré au monde que la détention de réserves en dollars et en devises de les pays de l’OTAN, n’offre aucune sécurité.

Rappelez-vous qu’ils l’ont fait contre l’Iran, l’Irak, la Yougoslavie, le Zimbabwe, la Birmanie, le Venezuela, la Syrie, la Libye et l’Afghanistan…

Jusqu’à présent, la question était de savoir comment briser l’hégémonie américaine qui fonde sa force sur la puissance militaire – le complexe militaro-industriel – [1] , sur le dollar, sur le domaine des agences internationales et des agences de notation, sur les lois extraterritoriales, les arbitres [2] – et même dans l’industrie du divertissement (Hollywood, Netflix).

Mais cette fois, le tableau international est différent. Il y a la Chine, il y a la Fédération de Russie et il y a d’autres grands pays qui veulent aussi avoir leur liberté de mouvement, comme l’Inde et même l’Arabie saoudite, qui subit actuellement la pression des États-Unis d’Amérique pour qu’elle ne vende pas son pétrole aux Chine en acceptant le yuan.

La force militaire des États-Unis a permis que les matières premières et, en particulier, les produits pétroliers soient échangés en dollars depuis l’accord Nixon avec l’Arabie saoudite, conférant à cette monnaie le statut de réserve mondiale et un statut de confiance et de solidité qui ne correspondent pas vraiment à la réalité.

Cette confiance (fiduciaire) leur permet même d’utiliser la presse rotative pour imprimer des dollars pour les utiliser ponctuellement dans des révolutions de couleur et dans la déstabilisation de tel ou tel pays qui ne se soumet pas.

Le dollar est le plus grand système Ponzi de l’histoire. 

En son temps, De Gaulle était déjà arrivé à la conclusion que si les dollars qui circulaient en Europe retournaient aux États-Unis d’Amérique, il n’y aurait plus d’or à Fort Knox pour leur échange, comme établi dans les accords de Bretton Woods. A l’heure actuelle, si les dollars qui circulent dans le monde retournaient aux Etats-Unis, il n’y aurait ni or, ni patrimoine, ni biens et services leur correspondant.

Le dollar est enraciné dans des décennies de domination américaine et est normalement accepté dans les transactions internationales, ce qui ne signifie pas qu’il n’a pas les pieds d’argile.

La confiscation des réserves de dollars américains de la Fédération de Russie a conduit la Fédération de Russie à exiger le paiement de ses exportations de gaz en roubles, défendant ainsi sa monnaie qui, au lieu de s’effondrer, s’est appréciée jusqu’à présent. [3]

Pour certains économistes et commentateurs internationaux, le lien entre le rouble et le gaz et l’or a donné naissance à une nouvelle monnaie « rouble gaz », qui pourrait marquer le début d’un nouveau rapport de forces dans le système financier international avec d’autres monnaies dans un monde multipolaire ou bipolaire.

Les États-Unis et les faucons occidentaux ont imposé des sanctions à un pays qui dispose de matières premières fondamentales en quantité suffisante pour ébranler les marchés mondiaux et qui, sur le plan militaire, est en mesure d’y faire face. 

De plus, la Fédération de Russie compte sur la Chine, même en raison du besoin objectif de ce pays, qui a été diabolisé, de se défendre contre une future agression qui se dessine déjà aux États-Unis.

Cette opération de paiement du gaz en roubles, pour l’instant, a fonctionné et si l’évolution de la guerre est favorable à la Fédération de Russie, les sanctions pourraient inciter bon nombre de pays à repenser leur stratégie au niveau de leurs réserves dans une démarche de sortie de le dollar.

Pour l’instant, le poids des devises chinoise et russe dans les réserves des banques centrales est encore relativement faible, mais cette situation pourrait changer [4] . La Chine a été directement et indirectement menacée. En 2017, le secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin a reconnu avoir menacé l’accès de la Chine au système de paiement en dollars si elle n’appliquait pas les sanctions de l’ONU contre la Corée du Nord pour la dissuader de développer davantage des missiles et des armes nucléaires.

La Chine a progressivement pris des mesures monétaires et financières pour défendre son indépendance.

Par exemple, en tant que premier importateur mondial de pétrole brut, la Chine a cherché à utiliser cette position pour s’assurer qu’au moins une fraction importante de ses importations soit payée dans sa devise. 

Il cherche à le faire avec l’Arabie saoudite, comme cela a été dit, et a des contrats à durée déterminée avec la Russie et l’Iran.

La coopération entre la Chine et la Russie dans le domaine énergétique, dans les domaines financier, monétaire et du système de paiement s’est encore renforcée ces dernières années, ce qui est un fait important dans le rapport actuel des forces mondiales.

Pour l’Occident, la Chine était un partenaire, aujourd’hui c’est un rival et ses dirigeants savent aussi que si il n’en tenait qu’ la volonté des Américains elle serait déjà l’ennemie.

 L’Union européenne et l’euro

La position de suivisme complet de l’UE par rapport à la politique américaine démontre également que la détention de réserves en euros n’apporte aucune garantie.

Outre les faiblesses dont témoigne le système de paiements entre banques centrales de l’euro, système (Target 2), les pays de l’euro, en suivant les positions américaines, ont également liquidé tout souhait que cette monnaie puisse se constituer comme une réserve fiable et sûre pour les pays émergents. [5]

La persistance, voire l’aggravation des déséquilibres entre la plupart des pays de la zone euro et l’Allemagne indiquent qu’une nouvelle crise de l’euro n’est pas à exclure, ce qui rend l’euro encore moins fiable. Cette perspective réelle est également portée par la situation d’inflation causée par le COVID et maintenant par la guerre en Ukraine qui entraînera une augmentation des taux d’intérêt, ce qui sera extrêmement négatif pour les pays les plus endettés comme le Portugal.

Les taux d’intérêt bas et les taux d’intérêt négatifs ont en effet joué un rôle de restructuration des dettes des pays endettés. Baisse des taux d’intérêt, allongement des échéances et même décotes lorsque les taux étaient négatifs.

Mais cette restructuration, sans être nommée, pourrait être interrompue par la hausse des taux d’intérêt qui s’annonce déjà, et cette hausse pourrait même ne pas se faire en douceur. L’euribor a augmenté et les derniers emprunts de la République ont été réalisés à des conditions plus onéreuses.

L’Allemagne a révisé ses prévisions de taux d’inflation pour cette année à 6,17 % contre 3,3 % en janvier et ne cessera de faire pression pour des hausses de taux d’intérêt.

La prolongation de cette guerre sur le sol européen, la stratégie des Etats-Unis d’Amérique, la volonté avouée d’ affaiblir la Russie, conduiront à une aggravation substantielle de la situation sociale, financière et économique dans toute l’Europe, avec des conséquences politiques et des factures plus lourdes pour les endettés. et pour les pays qui chercheront à soutenir les salariés et le peuple.

Les déclarations des dirigeants européens ont été pour le moins imprudentes et ne sont pas allées dans le sens d’une solution négociée au conflit.

Mme Van der Leyn a déclaré que « c’est une guerre économique totale » contre la Russie. 

Mais les sanctions ont aussi leur revers, comme on le voit déjà.

Quant au rouble, la Russie a tiré les leçons des sanctions qui lui ont été imposées en 2014. Elle a agit. 

Elle a créé un embryon de système de transfert d’argent pour contourner l’exclusion SWIFT et s’est appuyé sur le système chinois ; elle a accumulé de l’or – estimé à plus de deux mille tonnes ces années-là –, a établi un prix fixe pour son achat en roubles et a renforcé année après année les échanges financiers bilatéraux avec ses principaux partenaires dans leurs devises respectives. 

Ceci sans sous-estimer les effets sociaux, économiques, financiers et politiques de lourdes sanctions, dont l’ampleur dépendra aussi de la durée du conflit et du soutien apporté par la Chine. [6]

De nombreuses variables sont en jeu. Une prédiction est difficile. 

Quelle est l’évolution et l’issue de cette guerre ? Même en sachant que la vérité est la première victime de la guerre, le mensonge continue de faire son chemin.

On se souvient aussi que Mike Pompeu, ancien directeur de la CIA, affirmait clairement : « on ment, on triche, on vole ».

De part et d’autre, la contre-information est quotidienne. 

Mais, comme on l’a dit, la vérité existe, ce qui n’existe pas, c’est le mensonge.

Si la Fédération de Russie atteint ses objectifs, l’Occident et en particulier l’Union européenne hériteront d’une Ukraine avec ses infrastructures détruites, sans son cœur industriel et avec un accès limité à la mer. En tout cas, cette guerre sur le sol européen, en plus des drames humains, est déjà un manteau de destruction. Ce dont l’humanité avait le plus besoin, et l’Europe en particulier, ce n’était pas davantage de mettre de l’huile le feu, mais de favoriser une fin urgente des hostilités et un accord de paix négocié.

Avec les engagements que l’UE a pris, la facture, rien que pour que l’Ukraine reste à flot, va être lourde. 

Ceci, combiné à la tendance à la stagnation-inflation , à la tendance à la baisse du taux de profit , à la fiction de l’économie de casino et à la perspective d’un nouveau krach. On estime que le marché des dérivés représente à lui seul 10 fois le PIB mondial ; le château de cartes sur lequel repose le système bancaire et financier ; la crise énergétique et la crise alimentaire dressent un tableau pour le moins peu porteur d’espoir. [sept]

C’est aussi dans ce cadre que les pays les plus menacés et ceux qui ont un potentiel économique et militaire chercheront à s’affranchir du dollar et à évoluer vers un « nouvel ordre mondial ».

Pour l’instant, malgré les déséquilibres brutaux de l’économie américaine, les bons du Trésor n’ont toujours pas de substitut à court terme en termes de liquidité et de rendement, et le dollar continuera à régner en maître.

Il faudra aussi beaucoup de temps à la Chine, si elle a cette stratégie, pour se débarrasser de ses réserves investies dans la dette américaine et réussir l’internationalisation de sa monnaie. Bien qu’elle soit quatrième dans les transactions privées, selon SWIFT, c’est encore très limité par rapport à votre PIB.

Cela dit, on sait aussi qu’il y a des situations où l’Histoire s’accélère, et c’est peut-être celle que nous vivons, où l’évolution de la guerre et son issue seront décisives.

Dans une étude publiée fin mars, par des économistes du Crédit Agricole, il est souligné que les sanctions auraient pu « engendrer une relocalisation progressive des réserves mondiales au détriment du dollar et de l’euro ».

En déclarant une guerre économique globale à l’une des principales puissances économiques mondiales, le bloc euro-atlantique a peut-être accéléré, contre son gré, l’affirmation d’un monde multipolaire.

Carlos Carvalhas 

28/Mai/2022

(1) La grande innovation du complexe militaro-industriel pour le développement capitaliste est d’effacer effectivement dans la pratique la distinction littéralement vitale entre consommation et destruction. ”Beyond Capital” István Mezáros page 687. Édition brésilienne. Sur le déclin de l’hégémonie américaine, voir dans le même numéro. La crise actuelle, p.1087, 25.3.
(2) A ce sujet, il est suggéré de lire le livre « Arapuca Estados Unidos um lava jeto global ».
(3) Le mécanisme de paiement du gaz russe, Ricardo Cabral, Público, 02/05/2022 ; Le Redoutable piége tendu par Poutine Vincent Collen, Les Echos, 19 mai ; Comment la Russie parvient-elle à conserver le rouble ?, Sérgio Aníbal, Público, 20/05/2022.
(4 )La fin de la domination du dollar, Michael Roberts Blog, 30 mars ; La fin de la domination du dollar ?
(5) Le récit de la BCE selon lequel les déséquilibres sont une conséquence mécanique des achats d’obligations d’État est contredit par des preuves empiriques tirées de cas déjà étudiés tels que l’Italie –… . Du plan technique au plan politique. Du système Target2 à la fragmentation financière de l’UE. Éric Douleur.
(6) (Sur un ton pessimiste _ Cold Peace – Cédric Durand, Économie, 16 mars)
(7) L’objectif des Américains n’est pas de défendre le peuple ukrainien, mais plutôt d’affaiblir la Russie ainsi que l’Union européenne et d’accroître sa dépendance vis-à-vis de cette dernière, notamment en matière énergétique, afin de restaurer sa puissance dans son monde unipolaire , « Non, c’est par hasard », le général de division Carlos Branco, Negócios, 19/mai/2022 ; Ce n’était pas un hasard .

[*] Économiste.

Publicité

2 réflexions sur “Doc. Voici un article qui fait le tour de la question monétaire, du dollar et de l’euro alors que la Chine a la puissance économique et la Russie la puissance militaire

  1. Les allemands sont pragmatiques et intelligents; Ils savent qu’ apres le conflit reviendront les affaires.
    D’ailleurs ils proposent de remplacer les armes des autres pays solvables; plutôt que d’affronter directement les Russes. Profitons de la leçon plutôt que de démontrer notre couardise par des discours d’irresponsables.
    une preuve de plus avec les armes que les Grecques veulent livrer à l’Ukraine quand les Allemands leurs fournirons du matériel de remplacement

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s