Un point à peu près fiable

Site pro russe mais bien informé

Les troupes ukrainiennes subissent des pertes massives car elles sont dépassées de 20 contre un en artillerie et de 40 contre un en munitions par les forces russes, selon de nouveaux renseignements brossant un sombre tableau du conflit sur la ligne de front.

Un rapport des services de renseignement ukrainiens et occidentaux révèle également que les Ukrainiens sont confrontés à d’énormes difficultés pour répondre aux bombardements russes avec leur artillerie limitée à une portée de 25 kilomètres, alors que l’ennemi peut frapper à 12 fois cette distance.

Pour la première fois depuis le début de la guerre, on s’inquiète maintenant de la désertion. 

Le rapport, consulté par The Independent, indique que la détérioration de la situation dans le Donbass, avec jusqu’à une centaine de soldats tués par jour, a « un effet sérieusement démoralisant sur les forces ukrainiennes ainsi qu’un effet matériel tangible ; les cas de désertion se multiplient chaque semaine ».

Dans le même temps, alors que les Russes capturent des territoires à l’est et consolident leur contrôle sur les villes saisies de Marioupol et de Kherson, la position de négociation du gouvernement ukrainien est affaiblie par une disproportion aiguë dans le nombre de prisonniers détenus de chaque côté. .

Le nombre total de soldats russes détenus par l’Ukraine est tombé à 550 contre 900 en avril après une série d’échanges. Moscou compte quant à lui plus de 5 600 soldats ukrainiens en captivité, chiffre augmenté par la reddition des 2 500, dont des membres du bataillon Azov, à Marioupol.


Deux Britanniques, Aiden Aslin et Shaun Pinner, qui ont été capturés alors qu’ils servaient avec les forces ukrainiennes à Marioupol sont jugés dans la République populaire séparatiste de Donetsk, où les procureurs disent qu’ils risquent la peine de mort pour « terrorisme » et mercenaires.


La différence de nombre entre les deux parties a été révélée alors que Kyiv et Moscou organisent des procès très médiatisés de prisonniers de guerre.

Les tribunaux ukrainiens de Kyiv et près de Kharkiv ont condamné des soldats russes pour crimes de guerre, infligeant de lourdes peines. Iryna Venediktova, la procureure générale du pays, a déclaré mercredi qu’elle avait déposé huit autres dossiers.


Les médias d’État russes ont annoncé mercredi que plus de 1 000 prisonniers de Marioupol avaient été transférés en Russie pour « enquête ». Des politiciens de Moscou et des républiques séparatistes ont menacé de mener des procès « de type Nuremberg » contre les prisonniers d’Azov qu’ils accusent d’être des néonazis.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, en visite lundi sur la ligne de front dans le Donbass, a exigé que le Kremlin lui remette les prisonniers de Mariupol. Les négociations sont en cours, a-t-il dit, mais « elles sont malheureusement entre les mains de la Fédération de Russie, à qui on ne peut pas faire confiance ».


« Nous sommes bien sûr très reconnaissants à nos alliés pour leur soutien », a déclaré un responsable ukrainien. « Les nouvelles armes sont les bienvenues, mais lorsqu’ils annoncent qu’ils envoient une aide militaire à l’Ukraine, le gouvernement occidental devrait peut-être clarifier auprès de son public les quantités concernées. »

Les rapports sur le terrain étayent les affirmations selon lesquelles les pertes ukrainiennes augmentent en raison de la puissance de feu russe. La semaine dernière, The Independent a été témoin de pertes infligées à l’armée ukrainienne et du manque de puissance de feu à longue portée pour riposter ; un soldat interrogé à Lysychansk a depuis été tué et trois autres blessés.

Le rapport de renseignement déclare : « Il est clair qu’une guerre conventionnelle ne peut pas être gagnée si votre camp a plusieurs fois moins d’armes, si vos armes frappent l’ennemi à une distance plus courte et si vous avez beaucoup moins de munitions que l’ennemi. »

Il poursuit : « La situation tactique sur le front de l’Est est la suivante… la partie ukrainienne est presque totalement à court de stocks de missiles pour MLRS de types Smerch et Uragan, missiles qui ont permis de dissuader efficacement les offensives russes dans les premiers mois de la guerre à des distances de [37 à 50 milles].

« Aujourd’hui, la portée maximale de tir des Forces armées ukrainiennes est de [15,5 miles]. C’est la portée à laquelle l’artillerie de calibre 152/155 mm et les unités Grad MLRS restant en service peuvent tirer.

https://t.me/NovichokRossiya/2535

Mise à jour du matin par Rybar :
Le bilan des dégâts causés par l’incendie dans la nuit du 8 au 9 juin 2022

▪️ Une série de frappes ont été infligées à Kharkov dans la nuit. Une puissante « arrivée » de fusée a été enregistrée dans le district de Novobavarsky en direction de Pesochin. Plus tôt, nous avons mentionné que les postes de commandement de la 92e Ombre des Forces armées ukrainiennes sont situés à proximité.

Des bombardements ont également été enregistrés dans d’autres parties de la ville, après l’un d’eux, les citoyens ont perdu leur émission télévisée. Dans la région, des frappes ont été menées sur Stary Saltov, le russe Tishki, Korobochkino et Udy.

▪️Des dégâts de feu ont été infligés aux lieux d’accumulation de main-d’œuvre des Forces armées ukrainiennes à Severodonetsk et Lysychansk.

▪️Entre Nikolaev et Kherson, les duels d’artillerie des parties se poursuivent. Les objets des Forces armées ukrainiennes à Bereznegovat et Blagodatny ont été touchés.

▪️Dans la direction de Krivoy Rog, des attaques ont été menées contre des positions ennemies à Velikaya Kostromka, dans la région de Zelenodolsk.

▪️Les forces armées russes ont tiré sur les positions des formations ukrainiennes à Kramatorsk.

Original.

Ukrainian troops are suffering massive losses as they are outgunned 20 to one in artillery and 40 to one in ammunition by Russian forces, according to new intelligence painting a bleak picture of the conflict on the frontline.

A report by Ukrainian and Western intelligence officials also reveals that the Ukrainians are facing huge difficulties responding to Russians shelling with their artillery restricted to a range of 25 kilometres, while the enemy can strike from 12 times that distance.

For the first time since the war began, there is now concern over desertion. The report, seen by The Independent, says the worsening situation in the Donbas, with up to a hundred soldiers being killed a day, is having “a seriously demoralising effect on Ukrainian forces as well as a very real material effect; cases of desertion are growing every week”.

At the same time, as the Russians capture territories in the east, and consolidate their control over the seized cities of Mariupol and Kherson, the bargaining position of the Ukrainian government is being weakened by acute disparity in the numbers of prisoners being held by each side.

The total number of Russian soldiers being held by Ukraine has fallen to 550 from 900 in April after a series of exchanges. Moscow meanwhile has more than 5,600 Ukrainian troops in captivity, the figure enlarged by the surrender of 2,500, including members of the Azov Battalion, in Mariupol.
Two Britons, Aiden Aslin and Shaun Pinner, who were captured serving with Ukrainian forces in Mariupol are on trial in the separatist Donetsk People’s Republic, where prosecutors say they face the death penalty for “terrorism” and being mercenaries.
The difference in numbers between the two sides is being revealed as both Kyiv and Moscow hold highly-publicised trials of prisoners of war.

Ukrainian courts in Kyiv and near Kharkiv have convicted Russian soldiers on war crimes charges, handing out lengthy sentences. Iryna Venediktova, the country’s prosecutor general, said on Wednesday she has filed eight more cases.
Russian state media announced on Wednesday that more than 1,000 Mariupol prisoners have been transferred to Russia for “investigation.” Politicians in Moscow and the separatist republics have threatened to carry out “Nuremberg-type” trials of the Azov prisoners who they accuse of being neo-Nazis.

Ukraine’s president, Volodymyr Zelensky, making a visit to the frontline in Donbas on Monday, demanded the Kremlin hand over the Mariupol prisoners. Negotiations are ongoing, he said, but “they are unfortunately in the hands of the Russian Federation, which cannot be trusted”.
“We are, of course, very grateful to our allies for their support,” said one Ukrainian official. “The new weapons are welcome, but when they announce they are sending military aid to Ukraine, the Western government should perhaps clarify to their public the quantities involved.”

Reporting on the ground backs up claims of rising Ukrainian losses due to Russian firepower. The Independent last week witnessed losses being inflicted on the Ukrainian military and the lack of long-range firepower to fight back; one soldier interviewed in Lysychansk has since been killed and another three injured.

The intelligence report states: “It is plain that a conventional war cannot be won if your side has several times fewer weapons, your weapons hit the enemy at a shorter distance and you have significantly less ammunition than the enemy.”

It continues: “The tactical situation on the Eastern front is as follows… the Ukrainian side has almost completely run out of stocks of missiles for MLRS of Smerch and Uragan types, which made it possible to effectively deter Russian offensives in the first months of the war at distances of [37 to 50 miles].

“Today, the maximum range of fire of the Armed Forces of Ukraine is [15.5 miles]. This is the range at which 152/155mm calibre artillery and the Grad MLRS units remaining in service can fire.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s