Poutine est porteur d’un projet révolutionnaire que les Occidentaux ne peuvent pas tolérer.

« La classe politique européenne : ils sont comme des cerfs pris dans les phares d’un véhicule rapide venant en sens inverse »

Il apparait de plus en plus clairement que les discours pour justifier la guerre actuelle, les affrontements à venir et la future grande guerre planétaire dépassent largement les malheureuses justifications qui sont avancées à titre de propagande par les simplets qui tiennent le haut du pavé en Occident .

Nous sommes dans une guerre, plus vaste encore, que celle qui n’a pas eu lieu entre le monde capitaliste et le monde communiste.

Des observateurs comme Hudson ou Alastair Crooke prennent de la hauteur et essaient de voir les choses de haut afin mieux cerner le sens et les enjeux des évènements et leur évolution future. Par certains aspects ils rejoignent les pistes tracées par Lavrov et Xi Jinping. Peu à peu tout cela se décante et les prises de conscience émergent.

Ce qui est évoqué, c’est un type de système ou de société concurrent du système Occidental ou le capital, l’argent, sont contrôlés, limités dans leurs ambitions et leurs prérogatives et ou le pouvoir de l’argent s’arrête aux portes du bien social.

Il me semble évident que le clivage qui se dessine ainsi a été produit par les excès du capital qui se développent depuis la financiarisation et par l’idéologie qui les ont accompagnées comme le faux pseudo libéralisme que l’on a qualifié publicitairement de néo.

Le monde financiarisé offre une caricature perverse du pseudo libéralisme et de l’économie de marché dont les Russes, les Chinois, les Brics’s etc ont toutes les raisons faciles de se gausser.

En dernière analyse ce dont Poutine est porteur c’est d’une Révolution. Une Révolution, plus dangereuse encore que le communisme pour le capitalisme affaibli, dans sa version perverse.

Alastair Crooke

18 juillet 2022

La politique de Poutine consistant à nettoyer les écuries d’Augias du « capital occidental prédateur » est une musique douce aux oreilles du Sud global , écrit Alastair Crooke .

Bien sûr, le conflit est réglé – bien qu’il soit loin d’être terminé. 

Il est clair que la Russie l’emportera dans la guerre militaire – et la guerre politique aussi – ce qui signifie que tout ce qui émergera en Ukraine après la fin de l’action militaire sera dicté par Moscou selon ses propres termes.

De toute évidence, le régime de Kiev s’effondrerait s’il se faisait dicter des conditions par Moscou. Et, d’autre part, tout l’agenda occidental derrière le coup d’État de Maïdan en 2014 imploserait également. 

C’est pourquoi une voie de sortie, à moins d’une déroute ukrainienne, est presque impossible.

Ce moment marque donc un point d’inflexion crucial. 

Un choix américain pourrait être de mettre fin au conflit – et de nombreuses voix réclament un accord, ou un cessez-le-feu, avec l’intention humanitaire de mettre fin au massacre inutile de jeunes hommes ukrainiens envoyés au « front » pour défendre des positions indéfendables, seulement être cyniquement tué sans gain militaire, simplement pour continuer la guerre.

Bien que rationnel, l’argument en faveur d’une bretelle de sortie passe à côté de l’aspect géopolitique le plus important : l’Occident est tellement investi dans son récit fantastique de l’effondrement et de l’humiliation imminents de la Russie qu’il se retrouve « coincé ». 

L’Occident ne peut pas avancer de peur que l’OTAN ne soit pas à la hauteur pour affronter les forces russes -Poutine a fait remarquer que la Russie n’avait même pas commencé à utiliser toute sa force-. Et puis, conclure un marché, reculer, pour l’Occident ce serait perdre la face .

Et « perdre la face » se traduirait par la chute  de l’Occident libéral .

L’Occident s’est ainsi mis en position d’otage de son triomphalisme effréné. Il a choisi le chauvinisme effréné plutôt que la vérité. 

Les conseillers de Biden, lisant les runes de la guerre qui montrent des gains russes incessants – ont commencé à flairer une autre débâcle, une débâcle de politique étrangère qui se dirige rapidement vers eux.

Ils voient que les événements, loin de réaffirmer «l’ordre fondé sur des règles», donnent en spectacle la mise à nu devant le monde entier des limites de la puissance américaine – donnant le devant de la scène non seulement à une Russie renaissante, mais à une Russie porteuse d’un message révolutionnaire pour le reste du monde (bien que sous cet aspect, il s’agisse d’un fait dont l’Occident n’a pas encore pris conscience).

De plus, l’alliance occidentale se désintègre à mesure que la fatigue de la guerre s’installe et que les économies européennes font face à la récession. La tendance instinctive contemporaine à décider d’abord et à réfléchir ensuite -cas des sanctions européennes- a plongé l’Europe dans une crise existentielle.

Le Royaume-Uni illustre l’inconnue européenne plus large : la classe politique britannique, effrayée et en plein désarroi, a d’abord «choisi » de poignarder son chef, pour se rendre compte par la suite qu’elle n’avait pas de successeur à portée de main pour gérer la nouvelle normalité, et aucune idée pour échapper au piège dans lequel il est pris .

Ils n’osent pas perdre la face face à l’Ukraine et n’ont pas de solution face à la récession à venir . Et la même chose peut être dite pour la classe politique européenne : ils sont comme des cerfs pris dans les phares d’un véhicule rapide venant en sens inverse.

Biden et un certain réseau qui s’étend sur Washington, Londres, Bruxelles, Varsovie et les pays baltes voient la Russie d’une hauteur de 30 000 pieds au-dessus de celle du conflit ukrainien. Biden pense qu’il se trouve dans une position équidistante entre deux tendances dangereuses et inquiétantes qui engloutissent les États-Unis et l’Occident : le trumpisme chez lui et le poutinisme à l’étranger. Les deux, selon lui, présentent des dangers clairs et actuels pour l’ordre libéral fondé sur des règles auquel Team Biden croit passionnément.

D’autres voix – principalement celles du camp réaliste américain – ne sont pas si obsédées par la Russie. Pour elles, le vrai problème est la Chine. Celles-ci veulent juste maintenir le conflit ukrainien dans une impasse, si possible pour sauver la face (plus d’armes), et activer le pivot vers la Chine.

Dans un discours à l’ Institut Hudson , Mike Pompeo a fait une déclaration de politique étrangère qui avait clairement un œil sur 2024 et sa prise du poste de vice-président. L’essentiel concernait la Chine, mais ce qu’il a dit à propos de l’Ukraine était intéressant : l’importance de Zelensky pour les États-Unis dépendait de sa capacité à maintenir la guerre (c’est-à-dire à sauver la face occidentale). Il n’a pas explicitement fait référence à des « bottes sur le terrain », mais il était clair qu’il ne préconisait pas une telle démarche.

Son message était des armes, des armes, des armes à l’Ukraine, et puis « passer à autre chose » – en se tournant vers la Chine MAINTENANT. Pompeo a insisté pour que les États-Unis reconnaissent diplomatiquement Taiwan aujourd’hui, quoi qu’il arrive. (c’est-à-dire que cette action déclenche ou non une guerre avec la Chine.) Et il a intégré la Russie dans l’équation en disant simplement que la Russie et la Chine devraient effectivement être traitées sur le même plan .

Biden semble cependant tenté de poursuivre la trajectoire actuelle. C’est aussi ce que veulent les nombreux participants au cafouillage américain . Le fait est que les opinions du Deep State sont contradictoires et que les banquiers influents de Wall Street ne sont certainement pas favorables aux notions de Pompeo. Ils préféreraient une désescalade avec la Chine plutôt qu’une escalade . 

Continuer serait donc l’option la plus facile, car l’attention intérieure des États-Unis se concentre sur les difficultés économiques.

Le point ici est que l’Occident est globalement bloqué : il ne peut ni avancer, ni reculer. Ses structures politiques et économiques l’en empêchent. Biden est bloqué sur l’Ukraine ; L’Europe est bloquée sur l’Ukraine et sur sa belligérance envers Poutine ; idem pour le Royaume-Uni ; et l’Occident est bloqué sur ses relations avec la Russie et la Chine. 

Plus important encore, aucun d’entre eux ne peut répondre aux demandes insistantes de la Russie et de la Chine en faveur d’ une restructuration de l’architecture de sécurité mondiale.

S’ils ne peuvent pas changer de position sur ce plan de l’architecture de sécurité – de peur de perdre la face – ils seront incapables d’assimiler le fait que l’agenda de la Russie va bien au-delà de l’architecture de sécurité.

Par exemple, le diplomate et commentateur indien vétéran, MK Badrakhumar écrit :

« Après Sakhaline-2, [sur une île de l’Extrême-Orient russe] Moscou prévoit également de nationaliser le projet de développement pétrolier et gazier Sakhaline-1 en évinçant les actionnaires américains et japonais. La capacité de Sakhalin-1 est assez impressionnante. Il fut un temps avant que l’OPEP+ ne fixe des limites sur les niveaux de production, la Russie extrayait jusqu’à 400 000 barils par jour, mais le niveau de production récent était d’environ 220 000 barils par jour.

La tendance générale à la nationalisation des avoirs du capital américain, britannique, japonais et européen dans les secteurs stratégiques de l’économie russe se cristallise comme étant la nouvelle politique. L’assainissement de l’économie russe, libérée des capitaux occidentaux, devrait s’accélérer dans la période à venir.

Moscou était bien consciente du caractère prédateur du capital occidental dans le secteur pétrolier russe – un héritage de l’ère Boris Eltsine – mais les Russes ont dû vivre avec l’exploitation car ils ne voulaient pas contrarier d’autres investisseurs occidentaux potentiels. Mais c’est de l’histoire ancienne maintenant. L’aigreur des relations avec l’Occident jusqu’à un point de rupture qui libère Moscou de ces inhibitions archaïques.

Après son arrivée au pouvoir en 1999, le président Vladimir Poutine s’est attelé à la tâche colossale de nettoyer les écuries d’Augias de la collaboration étrangère de la Russie dans le secteur pétrolier. Le processus de « décolonisation » a été atrocement difficile, mais Poutine l’a fait passer ».

Pourtant, ce n’est que la moitié de la vision de Poutine. 

Poutine ne cesse de dire dans ses discours que l’Occident est l’auteur de sa propre crise de la dette et de l’inflation (et non la Russie), ce qui donne lieu à beaucoup de grattements de tête en Occident. 

Laissons cependant le professeur Hudson expliquer pourquoi une grande partie du reste du monde considère que l’Occident a pris un « mauvais tournant » économique. En bref, le mauvais virage de l’Occident l’a conduit à une « impasse », laisse entendre Poutine.

Le professeur Hudson soutient (paraphrasé et reformulé) qu’il existe essentiellement deux grands modèles économiques qui ont traversé l’histoire : « D’une part, nous voyons des sociétés du Proche-Orient et d’Asie organisées pour maintenir l’équilibre social et la cohésion en maintenant les relations de dette et la richesse marchande subordonnées. au bien-être général de la communauté dans son ensemble ».

Toutes les sociétés anciennes avaient une méfiance à l’égard de la richesse, car elle avait tendance à s’accumuler aux dépens de la société dans son ensemble – et conduisait à une polarisation sociale et à des inégalités flagrantes de richesse. En examinant l’étendue de l’histoire ancienne, nous pouvons voir (selon Hudson) que l’objectif principal des dirigeants de la Babylonie à l’Asie du Sud et à l’Asie de l’Est était d’ empêcher une oligarchie marchande et créancière d’émerger et de concentrer la propriété des terres entre leurs propres mains. C’est un modèle historique.

Le grand problème que le Proche-Orient de l’âge du bronze a résolu – mais que l’Antiquité classique et la civilisation occidentale n’ont pas résolu – était de savoir comment faire face à des dettes croissantes (jubilés périodiques de la dette) sans polariser la société et finalement appauvrir l’économie en réduisant la majeure partie de la population à la dépendance à l’endettement. .

L’un des principes clés d’Hudson est que la Chine est structurée comme une économie « low cost » : logement bon marché, éducation subventionnée, soins médicaux et transports – ce qui signifie que les consommateurs disposent d’un revenu disponible gratuit – et la Chine dans son ensemble devient compétitive. 

Le modèle financiarisé axé sur la dette de l’Occident, cependant, est coûteux, des pans entiers de la population sont de plus en plus pauvres et privés de revenus discrétionnaires après avoir payé les frais de service de la dette.

La périphérie occidentale, dépourvue de la tradition du Proche-Orient, s’est « orientée» afin de permettre à une riche oligarchie créancière de prendre le pouvoir et de concentrer la propriété foncière et immobilière entre ses propres mains. À des fins de relations publiques, elle a prétendu être une «démocratie» et dénoncé toute réglementation gouvernementale protectrice comme étant, par définition, une «autocratie». C’est le deuxième grand modèle, mais avec son surendettement et désormais dans une spirale inflationniste, il est lui aussi bloqué, faute de moyens pour avancer.

Ce dernier modèle fondé sur la dette est celui qui s’est développé à Rome. Et nous vivons toujours dans ce modèle. Rendre les débiteurs dépendants de riches créanciers est ce que les économistes d’aujourd’hui appellent un « marché libre ». Ceci passe par un pays sans freins et sans contrepoids publics face aux inégalités, à la fraude ou à la privatisation du domaine public.

Cette éthique néolibérale pro-créanciers, affirme le professeur Hudson, est à l’origine de la nouvelle guerre froide d’aujourd’hui. 

Lorsque le président Biden décrit ce grand conflit mondial visant à isoler la Chine, la Russie, l’Inde, l’Iran et leurs partenaires commerciaux eurasiens, il le caractérise comme une lutte existentielle entre « démocratie » et « autocratie ».

Par « démocratie », il entend le système dominé par l’oligarchie. Et par « autocratie », il entend tout gouvernement suffisamment fort pour empêcher l’ oligarchie financière de s’emparer du gouvernement et de la société et d’imposer ses règles néolibérales. Dans la terminologie de Biden un régime autocratique est un régime qui s ‘oppose aux pleins pouvoirs des oligarques et de leurs complices. Poutine est dénoncé comme autocrate précisément parce qu’il veut empêcher une oligarchie financière plus ou moins internationales de s’emparer du gouvernement et de la société. 

L’idéal «démocratique» de Biden est de faire ressembler le reste du monde à la Russie de Boris Eltsine, où les néolibéraux américains avaient carte blanche pour supprimer toute propriété publique des terres, des droits miniers et des services publics de base.

Mais aujourd’hui, nous avons affaire à des nuances – il n’y a pas de véritable marché libre aux États-Unis; et la Chine et la Russie sont des systèmes mixtes, même si elles ont tendance à donner la priorité au bien-être de la communauté dans son ensemble, plutôt que d’imaginer que les individus égoïstes livrés à eux-mêmes aboutiront d’une manière ou d’une autre à la maximisation du bien-être national.

Voici le point qui devient de plus en plus clair : l’économie façon Adam Smith et l’individualisme sont enracinés dans l’air du temps occidental. Cela ne changera pas. Cependant, la nouvelle politique du président Poutine consistant à nettoyer les écuries d’Augias du « capital occidental prédateur » et l’exemple donné par la Russie de sa métamorphose vers une économie largement autosuffisante, à l’abri de l’hégémonie du dollar, sont de la musique douce pour les oreilles du Sud global et pour une grande partie du reste du monde.

Combiné avec l’avance de la Russie et de la Chine dans la contestation du « droit » de l’Occident à établir des règles ; à monopoliser les moyens (le dollar) comme base de règlement des échanges interétatiques ; et avec les BRICS et l’OCS qui progressent , les discours de Poutine révèlent en fait un programme révolutionnaire.

Un aspect demeure : comment opérer une métamorphose « révolutionnaire », sans encourir la guerre avec l’Occident. Les États-Unis et l’Europe sont coincés. Ils sont incapables de se renouveler, car les contradictions politiques et économiques structurelles ont verrouillé leur paradigme solide. Comment alors « décoincer » la situation, à défaut de guerre ?

La clé, paradoxalement, réside peut-être dans la compréhension profonde de la Russie et de la Chine des failles du modèle économique occidental. L’Occident a besoin de Catharsis pour se « décoller ». La catharsis peut être définie comme le processus de prise de conscience, de libération, et donc de soulagement des émotions, fortes ou refoulées, attachées aux croyances.

Pour éviter la catharsis militaire, il semble que les dirigeants russes et chinois – comprenant les failles du modèle économique occidental – doivent alors provoquer en Occident une catharsis économique.

Ce sera douloureux, sans doute, mais mieux que la catharsis nucléaire. On se souvient de la fin du poème de CV Cafavy, 

En attendant les barbares,

Parce que la nuit est tombée et que les barbares ne sont pas venus.
Et certains de nos hommes qui arrivent de la frontière disent
qu’il n’y a plus de barbares.

Que va-t-il nous arriver sans les barbares ?
Ces gens étaient une sorte de solution.

4 réflexions sur “Poutine est porteur d’un projet révolutionnaire que les Occidentaux ne peuvent pas tolérer.

  1. Bonsoir Mr Bertez

    Je pourrais être d’accord avec cette vision épique du rôle révolutionnaire de la Russie et de la Chine si je ne connaissais pas aussi bien la Chine et les Chinois. En Chine, tout, absolument tout s’achète exactement comme aux Etats-Unis moins le cadre juridique protégeant les individus. La corruption de l’Etat et des Municipalités est généralisée !

    Ce qui révulse Poutine, et moi aussi d’ailleurs, les mères porteuses, certains avortements (notamment pour éliminer les filles, environ 100 millions de filles manqueraient aujourd’hui en Chine) tout ça c’est la Chine d’aujourd’hui qu’ on appelle aussi Chinamérique.

    Je peux vous joindre un article-reportage que j’ai rédigé sur la société chinoise et le Veau d’OR

    Aimé par 1 personne

  2. « Ce qui est évoqué, c’est un type de système ou de société concurrent du système Occidental ou le capital, l’argent, sont contrôlés, limités dans leurs ambitions et leurs prérogatives et ou le pouvoir de l’argent s’arrête aux portes du bien social. »
    Petite anecdocte :
    En 1988, j’étais au lycée. Le « mur » était encore bien présent à Berlin.
    Les cours d’allemand avaient été l’opportunité de lister les avantages et risques respectifs des 2 systèmes qui divisaient alors l’Europe. Notre professeur d’allemand avait conclu que l’existence du système communisme obligeait le nôtre à la Raison. Parce que les 2 systèmes étaient concurrents, la société occidentale et ses élites ne pouvaient pas se permettre n’importe quoi. « A chaud », j’avais trouvé cette conclusion cynique pour les populations Est-européennes…. mais avec le recul, c’est tellement vrai !
    Une fois l’URSS tombée, c’est devenu « open bar » pour ceux qui nous dirigent ! L’adoration de l’argent roi en tant que « veau d’or » moderne ne connut plus de limite….

    J’aime

    1. Merci de ce témoignage, j’ai toujours partagé l’analyse de votre professeur . Seule la lutte, la concurrence, l’opposition, le combat permettent de dégager des optimums. Je ne défends jamais le dialogue, le consensus ou la troisième voie politique je suis pour l’affrontement: chacun doit défendre ce qu’il est et la société à l’échelle de l’Histoire, y gagne.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s