« Importer des immigrants pour lutter contre l’inflation. Le resserrement monétaire ne suffira pas. »

21 juil. 2022

PINELOPI KOUJIANOU GOLDBERG

Étant donné que le taux d’inflation vertigineux des États-Unis est fortement stimulé par les pénuries du côté de l’offre, il ne sera pas réduit par des politiques monétaires qui suppriment la demande. La situation exige des mesures pour atténuer les goulots d’étranglement du côté de l’offre et augmenter le nombre de travailleurs disponibles et volontaires.

NEW HAVEN – Alors que l’inflation aux États-Unis atteint de nouveaux sommets , les économistes débattent du niveau auquel la Réserve fédérale devra augmenter les taux d’intérêt pour freiner la demande et freiner la croissance des prix. 

Certains commentateurs pensent que la Fed devra être aussi agressive que le président de la Fed, Paul Volcker , au début des années 1980, qui a fini par relever les taux d’intérêt jusqu’à 20 %.

De tels chiffres font naturellement craindre que les efforts pour contenir l’inflation n’entraînent une récession et une forte augmentation du chômage. Comme l’observe une récente note d’ orientation du Peterson Institute for International Economics , les réductions des postes vacants provoquées par des politiques restrictives vont empiriquement de pair avec une augmentation du chômage.

Pire encore, alors que les hausses de taux d’intérêt augmenteraient probablement le chômage au fil du temps, elles seront insuffisantes pour contenir l’inflation à court terme. 

Les récentes augmentations de prix ont peut-être été déclenchées par une demande extraordinairement élevée à la suite de la pandémie, mais des facteurs liés à l’offre – en particulier les pénuries de main-d’œuvre et la crise énergétique causée par la guerre de la Russie en Ukraine – ont également joué un rôle important. L’inflation ne peut être contenue que si ces facteurs sont également pris en compte.

La situation appelle trois initiatives supplémentaires. 

Premièrement, le conflit en Ukraine doit être désamorcé. Bien que la guerre n’ait pas « causé » l’inflation, elle a certainement contribué à la hausse des prix – en particulier dans les secteurs de l’alimentation et de l’énergie – en exacerbant les pénuries qui devaient auparavant diminuer avec la levée des restrictions liées au COVID-19.

Tant que la guerre se poursuivra, les prix de l’énergie et des denrées alimentaires resteront élevés et l’incertitude continuera d’ébranler les marchés. 

Les flux commerciaux peuvent être réorientés pour éliminer progressivement les importations d’énergie en provenance de pays « hostiles » (pour utiliser le jargon actuel) ; mais de tels réalignements ne peuvent pas se produire assez rapidement pour atténuer les pénuries alimentaires et énergétiques actuelles. Bien que la diplomatie puisse encore désamorcer le conflit (étant donné que toutes les parties sont fortement incitées à le faire), le temps presse. Chaque semaine qui passe, un règlement qui sauve la face devient plus difficile à atteindre.

Deuxièmement, l’Amérique doit tourner la page du COVID-19 afin de remédier aux pénuries de main-d’œuvre dans des secteurs spécifiques. Les vaccins sont largement disponibles et il a été démontré qu’ils préviennent les maladies graves dans la plupart des cas. Il est plus que temps d’abandonner les règles obligeant les travailleurs à prendre plusieurs jours de congé s’ils sont testés positifs, même lorsqu’ils sont asymptomatiques. Ces politiques ont entraîné de graves goulots d’étranglement dans des secteurs clés, l’industrie du transport aérien en étant un exemple frappant .

Troisièmement, les États-Unis ont un besoin urgent de politiques pour ramener leur taux de participation à la population active à son niveau d’avant la COVID. De nombreux commentateurs ont établi des parallèles entre l’environnement économique actuel et la stagflation des années 1970. Mais une caractéristique unique à notre époque est la « grande démission ». La pandémie a laissé les Américains fatigués, démoralisés et peu disposés à accepter un travail qui ne répond pas à une norme plus élevée de satisfaction au travail.

Les gens exigent de plus en plus de « bons emplois » avec un salaire décent, des avantages et une sécurité (ce qui signifie souvent qu’ils sont à l’abri d’une concurrence étrangère débridée). Mais ce ne sont pas les types d’emplois qu’offrent de nombreuses entreprises. 

De nombreux emplois essentiels ne sont ni particulièrement lucratifs ni satisfaisants – qu’il s’agisse de charger et décharger des camions ou des porte-conteneurs, de laver la vaisselle et de servir les tables dans les restaurants, ou de travailler dans la construction ou la fabrication lourde. 

De plus, même les emplois bien rémunérés dans la finance et la technologie à New York et à San Francisco peuvent ne pas répondre aux attentes des travailleurs s’ils nécessitent de longs trajets quotidiens.

Dans un marché du travail tendu, il n’est pas surprenant que davantage d’Américains disent « non » à un travail qu’ils perçoivent comme désagréable. Mais quelqu’un doit le faire, et pour chaque Américain qui améliore son emploi ou abandonne la population active, il y a plusieurs immigrants qui seraient heureux de faire le travail qui a été laissé pour compte. 

Ces immigrés, par définition, n’enlèvent pas de travail aux Américains ; elles procurent plutôt un avantage net à l’économie. Et il en va de même pour le commerce international, qui peut atténuer les goulots d’étranglement de la production et les pénuries de la chaîne d’approvisionnement – en « important » de la main-d’œuvre sans immigration.1

Malheureusement, l’administration du président américain Joe Biden est restée fidèle à une grande partie de la rhétorique protectionniste utilisée par son prédécesseur. Promettant aux travailleurs américains des emplois bien rémunérés et sûrs, l’administration n’a pas fait grand-chose pour augmenter l’immigration ou permettre davantage de concurrence étrangère, contribuant ainsi aux pénuries de main-d’œuvre actuelles. On nous a rappelé une fois de plus que le protectionnisme finit par nuire à ceux-là mêmes qu’il est censé aider, en particulier pendant les périodes de pénurie du côté de l’offre.

Cette logique économique à la tête froide peut sembler incompatible avec les idéaux progressistes et l’engagement de l’administration Biden à autonomiser les travailleurs américains. Mais nous devons nous rappeler ce qui est en jeu ici. 

Une inflation élevée sape l’ensemble du programme progressiste. Cela aggrave la situation du travailleur moyen et, lorsqu’il se reflète dans les prix des aliments et de l’essence, c’est profondément régressif. Parce que les ménages les plus pauvres doivent consacrer une plus grande part de leurs revenus limités aux besoins de base, ils sont encore plus à la traîne que les aisés.

À une époque où les taux d’intérêt montent rapidement, l’augmentation des coûts du service de la dette entraînera inévitablement des réductions des dépenses budgétaires, y compris des investissements indispensables dans les infrastructures. Les politiques visant à lutter contre le changement climatique et à favoriser la croissance verte sont déjà abandonnées alors que les décideurs politiques se concentrent sur le soulagement de la douleur à court terme des gens (par des gestes performatifs comme une exonération de la taxe sur l’essence). L’administration Biden et les démocrates du Congrès ont raison de s’inquiéter des élections de mi-mandat de cette année – ce qui rend d’autant plus surprenant qu’ils n’ont pas adopté de stratégies de lutte contre l’inflation du côté de l’offre.

PINELOPI KOUJIANOU GOLDBERG

Pinelopi Koujianou Goldberg, ancien économiste en chef du Groupe de la Banque mondiale et rédacteur en chef de l’ American Economic Review , est professeur d’économie à l’Université de Yale.

6 réflexions sur “« Importer des immigrants pour lutter contre l’inflation. Le resserrement monétaire ne suffira pas. »

  1. Cet article est une illustration parfaite de la chute vertigineuse du QI de nos élites… On a des gens qui prétendent dicter la politique et l’économie mondiale sur la base d’un raisonnement niveau cm2, c’est à dire sur les mécanismes simplifiés a l’extrême qu’on utilise pour faire comprendre les bases à des gosses, en ignorant complètement les boucles de rétroaction, sans aucune approche systémique… C’est dans la droite ligne des idiots qui ont lancé les sanctions contre la Russie, sur la base des mêmes raisonnements simplistes.

    J’aime

  2. En cours d’économie (pour moi cela remonte à 30 ans), le prof explique que le travail et la main d’oeuvre associée constitue un marché. Selon la loi de l’offre et de la demande : si il y a peu de main d’oeuvre, les salaires augmentent donc.
    Cela est la pure théorie. Dans la réalité, les choses sont plus compliquées….. Déjà dans Germinal, Zola explique que le patronat fait appel à des travailleurs Belges pour redémarrer les mines….

    J’aime

  3. Je plains ses étudiants car il a tout faux:
    – Les sanctions n’ont pas pour but l’arrêt des combats mais de séparer pour quelques décennies l’Europe et la Russie; je parie que les sanctions ne seront pas levées tant que la Russie n’aura pas totalement évacué l’Ukraine, y compris la Crimée; donc quand les poules auront des dents
    – Continuer la vaccination avec les plus mauvais vaccins jamais mis sur le marché à injecter tous les 6 mois , voire tous les 3 mois, aux effets secondaires délétères de plus en plus évidents finira par ne plus être accepté
    – Créer un sous-prolétariat d’immigrés n’est pas une bonne idée pour la cohésion sociale, et surtout les immigrés finiront bien par aboutir aux mêmes conclusions que les travailleurs américains et abandonner ces emplois

    L’inflation ne disparaîtra que lorsqu’un nouvel équilibre offre-demande s’établira dans le sous-monde que les occidentaux sont en train de se créer. Cela prendra des années et le niveau de prospérité sera inférieur à l’actuel

    J’aime

  4. Qu’il est instructif de lire les sophismes d’un officier du « progressisme » !
    J’avoue avoir un faible pour le lien établi par Mme Goldberg entre le goulot d’étranglement dans l’aérien, le covid et le vax.
    Merci pour tous ces morceaux choisis, M. Bertez.

    J’aime

  5. C’est le quantitative workforcing. On injecte de la main d’oeuvre pour faire baisser les salaires comme on injecte de la monnaie pour faire baisser les taux.

    La mauvaise monnaie chasse la bonne reste à savoir quelle est la bonne main d’oeuvre…

    J’aime

  6. Bonjour
    Donc au lieu d’améliorer les conditions de travail , les salaires , les prestations sociales , la qualité de vie … non … non … la solution … faire venir des ‘ esclaves ‘ … a non … des émigrés … qui seront bien contents d’être sous payé … donc le même raisonnement que les donneurs de leçons humanitaires …
    Conclusion : vive la démocratie et l’esclavage … vive la république et l’exploitation … vive la liberté et la spoliation …
    Super programme

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s