Schröder: pourquoi se passe-t-on du gaz du gazoduc Nord Stream 2?

Dans une interview accordée à  Stern  , l’ancien chancelier Gerhard Schröder a exigé que le gaz circule dans le gazoduc Nord Stream 2 afin d’éviter les pénuries en Allemagne. 

Stern  , l’ancien chancelier Gerhard Schröder a exigé que le gaz circule à nouveau dans le gazoduc Nord Stream 2 afin d’éviter les goulots d’étranglement en Allemagne. Si vous ne voulez pas cela, vous devez en supporter les conséquences : des luttes de distribution complètement nouvelles en Allemagne.

L’ancien chancelier Gerhard Schröder (SPD a recommandé que le gouvernement fédéral atténue le goulot d’étranglement aigu du gaz en Allemagne en utilisant le gazoduc Nord Stream 2. Schröder, qui est maintenant à la tête du conseil d’administration du gazoduc controversé Nord Stream 2, a déclaré dans un entretien avec stern et RTL/ntv :

« La solution la plus simple serait de mettre en service le gazoduc Nord Stream 2. C’est tout. Quand ça devient vraiment tendu, il y a ce gazoduc, et avec les deux gazoducs Nord Stream il n’y aurait pas de problème d’approvisionnement pour l’industrie allemande et les ménages allemands.« 

Le gouvernement fédéral a clairement exclu l’opération après l’invasion russe de l’Ukraine, sur cette question Schröder a déclaré :

« Si vous ne voulez pas utiliser Nord Stream 2, vous devez en supporter les conséquences. Et elles seront énormes en L’Allemagne aussi.

Tous ceux qui se chauffent au gaz commencent déjà à le sentir…C’est inconfortable pour nous qui sommes assis ici, mais c’est faisable.

Mais pour beaucoup de gens qui doivent compter avec chaque centime, ça va être vraiment dur.

Et puis on se demandera en Allemagne : « Pourquoi se passe-t-on du gaz du gazoduc Nord Stream 2 ? Pourquoi ? Je n’ai pas toujours été un pur économiste de marché dans ma carrière politique, mais un principe de l’économie de marché est assez simple: si l’offre est réduite, les prix montent.« 

Gerhard Schroder

EXCLUSIFM. Schröder, pourquoi ne vous éloignez-vous pas de Vladimir Poutine ? « Peut-être que je peux être utile à nouveau »

Gerhard Schröder : « Je ne veux pas me mettre à la place des responsables »

Schröder n’a pas partagé l’évaluation de la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock selon laquelle il pourrait y avoir un risque de soulèvements populaires en Allemagne si le gaz devenait rare et vraiment cher : « Oh non-sens, soulèvements populaires. » Mais il a déclaré: « Nous verrons probablement une toute nouvelle dimension des luttes de distribution. Je ne veux pas être à la place des responsables. » Schröder a également évoqué le fait que le chef de l’Agence fédérale des réseaux, un fonctionnaire, pourrait bientôt décider qui obtient du gaz dans l’industrie, par exemple, et qui n’en a pas : « Ce sera une situation que nous n’avons jamais eue en Allemagne . Si BASF Par exemple, s’il n’y a plus de gaz, BASF a un gros problème, mais nous, les Allemands, en avons un énorme. Des branches entières de l’industrie comme le verre ou le papier sont au bord du gouffre.

Schröder ne croit pas à la suggestion de la Commission européenne selon laquelle d’autres pays européens devraient réduire considérablement leur consommation de gaz afin d’aider l’Allemagne. Ils nous disent exactement ce que nous avons dit aux pays du Sud pendant la crise de l’euro : vous avez vécu au-dessus de vos moyens vous en subissez les conséquences. Au fait : quand j’étais chancelier, nous, les Allemands, n’étions dépendants qu’à 35 % du gaz russe. À la fin de l’ère de Mme Merkel, notre dépendance était nettement plus élevée.

2 réflexions sur “Schröder: pourquoi se passe-t-on du gaz du gazoduc Nord Stream 2?

  1. Que les pays européens se rationnent en gaz afin que l’industrie allemande puisse continuer à tourner me semble être une dangereuse chimère. D’un point de vue moral, mais aussi d’un point de vue technique.
    Il n’y a plus de produit 100% allemand. Nous l’avons bien vu lorsqu’au début de la guerre, les constructeurs automobiles allemands ne recevaient plus de câbles d’Ukraine…..
    Juste un exemple : pour que l’usine VW de Wolfsburg continue à tourner il ne suffit pas d’avoir du gaz pour les ateliers d’assemblage, mais il faut aussi que les centaines de fournisseurs de composants et sous-ensembles répartis dans toute l’Europe continuent à en recevoir……
    Même BASF à Ludwigshafen n’est pas dépendant UNIQUEMENT du gaz. Ils ont besoin d’autres composés chimiques (azote, fluor, etc…), de métaux rares pour les process de catalyse (palladium, platine….. combien de temps tiennent-ils avec leur stock ?), et de contenants qui sont certainement sous-traités (ex. les tubes pour la pate dentifrice !).

    J’aime

    1. C’est à la fois le nœud gordien de l’interdépendance des fournitures produites à l’étranger et des possibles ruptures d’approvisionnements qui en découlent et bloquent en aval les chaines de production des pays dépendants… Un bon exemple avant coureur de ces ruptures apparurent avec le séisme catastrophique au Japon en mars 2011 puisque l’arrêt des usines entraîna pour les constructeurs des pénuries et des arrets et ce fut toute la chaîne mondiale d’approvisionnement des entreprises de l’industrie informatique, électronique et automobile qui se trouva affectée…
      Avec des effets en cascade. En effet, on ne voit que par la focale du gaz, le doigt, et on ignore tout ce qui gravite autour: l’énorme lune!

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s