LE BIDE DE BIDEN EN ARABIE SAOUDITE

 

BY 

M. K. BHADRAKUMAR

Traduction automatique médiocre mais l’important est dit.

Washington est revenu sur le mensonge du conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, selon lequel   Washington  disposait de renseignements suggérant que l’Iran se préparait à fournir à la Russie « plusieurs centaines » de drones à utiliser en Ukraine.

Le 26 juillet, le porte-parole du NSC, John Kirby, a clarifié la remarque de son patron en admettant à Al Arabiya : « Nous n’avons vu aucune indication d’une quelconque livraison et/ou achat réels de drones iraniens par le ministère russe de la Défense ». 

Les fausses informations de Sullivan (probablement basées sur la désinformation israélienne) sont venues lors de son briefing spécial pour la visite du président Biden à Djeddah. La poursuite acharnée d’Al Arabiya en aval des «fausses nouvelles» suggère que Riyad savait que Sullivan faisait une tentative grossière de bousculer le prince héritier Mohammad bin Salman dans des directions qui auraient fait du voyage de Biden un succès retentissant. 

Biden avait trois objectifs qui se chevauchent :

-premièrement , rallier les dirigeants saoudiens derrière sa stratégie de confinement contre la Russie et la Chine

-deuxièmement, briser l’alliance OPEP+ entre l’Arabie saoudite et la Russie afin qu’un contrepoids coordonné cesse d’exister sur le marché mondial du pétrole face au poids américain ; 

-troisièmement, assembler une alliance militaire militaire anti-iranienne des États du Golfe et d’Israël pour relancer les Accords d’Abraham qui ont manifestement perdu de leur effervescence. 

Biden a fait chou blanc sur les trois plans : les Saoudiens poursuivront leurs relations amicales avec la Russie et la Chine et leur normalisation avec Téhéran. 

Le prince Mohammed s’est entretenu avec le président Poutine dans la semaine de la visite de Biden, où ils ont discuté de la poursuite de l’expansion de la coopération commerciale et économique et, de manière significative, ils ont également souligné « l’importance d’une coordination accrue au sein de l’OPEP+ ». 

Traditionnellement, les actions saoudiennes parlent bien mieux que les mots. 

Ainsi, lorsque l’OPEP+ a tenu une réunion virtuelle mercredi dernier , elle a conclu que :

  • Il y a « une disponibilité très limitée de capacités excédentaires » parmi les pays producteurs de pétrole résultant d’un « sous-investissement chronique dans le secteur pétrolier » ; 
  • Il est « particulièrement préoccupant… (que) des investissements insuffisants dans le secteur en amont aient un impact sur la disponibilité d’un approvisionnement adéquat en temps opportun pour répondre à la demande croissante au-delà de 2023 ».
  • L’importance du maintien du consensus et de la « cohésion » de l’OPEP et de l’OPEP+ (c’est-à-dire l’OPEP plus la Russie principalement) ne peut être surestimée. 

En termes clairs,  il rejette la  déclaration des ministres des Affaires étrangères du G7 du 3 juillet sur la sécurité énergétique, qui envisage d’imposer un embargo complet sur tous les services de « transport maritime de pétrole brut et de produits pétroliers russes dans le monde entier », à moins que Moscou ne vende du pétrole à un prix à convenir en consultation. avec l’Occident. 

Simplement, l’Occident envisage une fois de plus de réprimer un grand pays producteur de pétrole pour des raisons géopolitiques, ce qui aurait un impact profond sur le marché mondial du pétrole. Le paradoxe ici est que, contrairement au cas de l’Iran ou du Venezuela, l’Occident a désespérément besoin du flux continu de pétrole russe sur le marché mondial du pétrole, mais plafonne le prix auquel Moscou peut vendre afin que ses revenus provenant des exportations de pétrole ne puissent pas soutenir l’armée spéciale opérations en Ukraine. 

L’Occident agit dans l’esprit du célèbre dicton de George Kennan au début des années 1950 selon lequel le pétrole « nous appartient » parce qu’il a lubrifié la prospérité de l’Occident. 

La déclaration du G7 est sans aucun doute un précédent. Alors que la pression sur les ressources mondiales devient plus aiguë, cette approche prédatrice remonte à l’ère coloniale (lorsque l’Inde a été mise sous pression par la Grande-Bretagne impériale pour fournir du coton aux usines de textile britanniques et racheter les textiles à des prix déterminés par le maître colonial. )

La prétention du G7 pourrait également s’étendre à d’autres ressources que le pétrole.  Au lithium par exemple.

La Chine produit environ les deux tiers des batteries lithium-ion du monde, tandis que les États-Unis ne produisent que 1 % de l’approvisionnement mondial en lithium et 7 % des produits chimiques au lithium raffinés – contre 51 % pour la Chine – et dépendent à environ 70 % de le lithium importé. Le lithium a des utilisations critiques dans des industries telles que les téléphones portables, les ordinateurs portables, les appareils photo numériques et les véhicules électriques, les avions, les trains à grande vitesse et les satellites. 

Certes, la décision du G7 de prendre le contrôle des exportations de pétrole de la Russie sonne l’alarme dans tous les pays producteurs de pétrole de la région du Golfe. 

Le message géopolitique est le suivant : ‘Faites la queue, sinon.’ Maintenant, cela arrive à un moment où l’UE  envisage désespérément  d’avoir accès à un approvisionnement en pétrole bon marché et fiable. ( Le Japon vient d’annoncer que ses « sanctions infernales » contre la Russie ne s’appliqueront pas au projet gazier et pétrolier Sakhalin 2 !) 

Dans un tel contexte tumultueux où les puissances industrielles s’inclinent à brandir leurs instincts coloniaux latents d’une époque révolue, les États du Golfe deviennent très vulnérables. Les États du Golfe sont déjà sous le choc du banditisme auquel l’UE et les États-Unis ont eu recours contre la Russie en confisquant ses réserves dans le système bancaire occidental et en s’appropriant les actifs privés de riches Russes. 

Il y a aussi une dimension supplémentaire. Demain, qu’est-ce qui empêcherait le « Collectif Occidental » de recourir à une telle tactique de pression pour imposer un « changement de régime » dans la région du Golfe sous prétexte de faire progresser la démocratie et les droits de l’homme ? Après tout, ce n’est un secret pour personne que l’ancien prince héritier Muhammad bin Nayef était le choix préféré de Washington pour succéder au roi Salman. 

Ne vous y trompez pas, l’échec de Biden avec le prince Mohammed n’est pas le dernier mot sur la succession saoudienne. 

En effet, la suggestion du prince Mohammed (alors que Biden était encore à Djeddah) selon laquelle l’Arabie saoudite et l’Iran devraient désormais intensifier leurs contacts au niveau politique devient très significative. Plus encore, l’intérêt de l’Arabie saoudite pour l’adhésion à l’OCS (si peu de temps après l’admission de l’Iran au groupement.)

NOTE/ OCS  L’Organisation de coopération de Shanghai (OCS)

Outre l’Arabie saoudite, une foule d’autres pays d’Asie occidentale ont approché l’OCS pour devenir membre. Le quotidien russe Izvestia a rapporté jeudi que l’OCS prévoyait de signer des mémorandums sur l’octroi d’un partenariat de dialogue à l’Égypte, à la Syrie, au Qatar, à l’Arabie saoudite et à Bahreïn lors du prochain sommet de Samarcande. Fait intéressant, le prince héritier Mohammed bin Salman a été invité à l’événement.

Selon Izvestia, à titre exceptionnel, les EAU ont demandé l’adhésion à l’OCS de manière expéditive, bien que la pratique établie du groupement ait jusqu’à présent été de commencer avec un « partenaire de dialogue ». 

Izvestia a cité une source proche du comité d’organisation du SCO selon laquelle le SCO a eu des consultations en interne et « la principale compréhension qui domine est que le SCO est intéressant, le SCO attire, et donc la chose la plus importante pour nous n’est pas de se vautrer dans la bureaucratie, mais de trouver des solutions qui nous permettront de réagir adéquatement… Et de réagir en adaptant les règles aux nouvelles conditions. 

De toute évidence, l’offre de Biden d’une alliance militaire n’avait non seulement aucun preneur dans le monde arabe, mais ils semblent pétrifiés. Si, comme le dit la Bible, il existe trois types de tromperie – la vanité, la flatterie et le blasphème – et que Satan utilise les trois, l’offre de Biden contient des éléments des trois. Et si le SCO propose un antidote au calice empoisonné, pourquoi pas ? 

Publicité

Une réflexion sur “LE BIDE DE BIDEN EN ARABIE SAOUDITE

  1. Bonjour M. Bertez
    Les chinois n’ont pas oublié que les anglais leur ont fait la guerre pour leur imposer de consommer de l’opium…..
    Une des raisons du succès de Martin Luther fut de déclarer que la richesse témoignait de la grâce divine, ce qui lui valut l’adhésion des commerçants de l’Europe du nord. Les méfaits d’une telle croyance se font sentir avec force de nos jours: on voit bien les forfaits qui s’accomplissent pour accéder à cette richesse.
    Cordialement

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s