La solution: réaliser de façon pilotée les effets régénérateurs des crises de destruction.

Les intellectuels sont conscients du fait que la fiscalité dans nos systèmes est un problème: les inégalités n’ont jamais été aussi élevées et les riches aussi peu taxés! Le capital ne cesse d’enfler; rien que le capital des actions cotées en Bourse représente plus de 100 trillions dans le monde. Cette masse de capital est une épée de Damoclès crisique.

Myopes, comme toujours, les intellectuels s’arrêtent au niveau des apparence à savoir: prendre aux uns pour donner ou prendre moins aux autres.

En fait toutes les propositions tournent autour de la même idée, raboter, confisquer une partie des revenus que l’on considère comme anormaux ou exagérés.

Bref ce sont ce que l’on appelle des politiques des revenus!

Je propose des politique non pas des revenus mais du capital.

Je pense que les politiques de revenus sont idiotes et qu’elles aggravent la crise du système au lieu de l’alléger.

Le système souffre d ‘une insuffisance de revenus, insuffisance de cash flow en regard de la masse de capital -actions, dettes et crédit- qui est accumulée. En passant, n’oubliez jamais que les dettes des uns sont le capital des autres.

Le système souffre de façonne endogène d’un Excès de Capital à rentabiliser face à une insuffisance de profits pour y parvenir. Ceci produit des comportements pervers, ceci conduit par exemple au gaspillage des buy-backs/rachats d’actions . Ceci conduit à peser sur l’investissement productif et à éliminer ceux qui ne procurent pas rapidement le taux de profit moyen.

Toute solution au niveau des revenus aggrave cette crise directement ou indirectement; la seule vraie solution organiquement efficace c’est de s’attaquer au problème à la racine; s’attaquer à l’Excess de Capital accumulé en particulier au capital papier, fictif. Si il y a moins de capital accumulé, le besoin profit dans le système sera réduit.

La solution naturelle à ce problème endogène du capitalisme, c’est la crise. La fonction des crises est de détruire, régénérer et d ‘éliminer les excès, la pourriture. Hélas dans un système ou le capital contrôle le pouvoir politique on refuse le nettoyage par les crises et pour préserver l’ordre social ancien on continue de flatter et de choyer le capital par la fiscalité et la politique monétaire inflationniste.

Si les crises sont politiquement exclues, on peut en reproduire les effets destructifs régénérateurs par une fiscalité draconienne : il suffit de taxer, de surtaxer une partie du capital tombé du ciel, celle qui provient non de la marche des affaires et de la production, mais des cadeaux faits par les banques centrales aux déjà riches . Je propose la confiscation de l’essentiel des gains financiers : ce sont des profits de guerre, des enrichissements sans cause, ils ont pour origine la lutte contre la crise de 2008 , ce sont des profits socialement injustifiés et parasites.

La masse de capital qui exige son profit sera réduite, les inégalités seront considérablement diminuées, les dettes du gouvernement seront dégonflées et pour peu que ceci s’accompagne d’un retour à une politique monétaire orthodoxe, la rigueur, la légitimité et l’efficacité économique reviendront.

Le monde prendra un nouveau départ, débarrassé du boulet de l’excès de capital qui ralentit sa marche en avant.

Dean Baker est économiste principal au Centre de recherche économique et politique (CEPR)

https://braveneweurope.com/dean-baker-winning-the-tax-game-tax-stock-returns

Les efforts du président Biden pour augmenter les impôts des entreprises et des riches se sont sérieusement enlisés ces dernières semaines. 

Les démocrates les plus conservateurs se sont opposés au taux d’imposition des sociétés de 28 % qu’il a proposé. D’autres semblent avoir renoncé à augmenter l’impôt sur les successions en rendant imposables les plus-values ​​détenues dans les grandes successions. Et, les républicains qui travaillent sur le paquet d’infrastructures bipartisanes étaient catégoriquement opposés à l’augmentation des ressources disponibles pour l’IRS afin qu’il puisse mieux réprimer les fraudes fiscales.

Parfois, lorsqu’un jeu en particulier ne se passe pas bien, la meilleure façon de renverser la vapeur est de changer le jeu. Le Congrès peut encore le faire. La façon d’y parvenir est de changer l’assiette de l’impôt sur les sociétés et de passer de la taxation des bénéfices à la taxation du rendement des actions.

Note BB étant entendu que le rendement des actions c’est la somme du rendement du dividende et de la plus value sur le capital.

Le principal avantage de ce changement est que le profit n’est pas un concept bien défini. L’argent que les entreprises paient pour des choses comme les salaires ou l’électricité est traité comme des dépenses qui sont soustraites directement du revenu lors du calcul des bénéfices. Cependant, l’argent qu’ils dépensent pour construire une usine ou mettre en place un nouveau système informatique est traité comme un investissement, qui doit être amorti sur plusieurs années.

Déterminer quelles dépenses entrent dans chaque catégorie et le nombre d’années sur lesquelles un article doit être amorti sont des sujets qui peuvent employer des dizaines de milliers de comptables, d’avocats fiscalistes et de lobbyistes. Et ce n’est là qu’une des ambiguïtés du calcul du profit.

En revanche, les rendements boursiers sont très bien définis. Il s’agit simplement d’additionner les dividendes versés par une entreprise et le montant de l’augmentation du cours de son action au cours de l’année d’imposition. 

L’IRS peut obtenir ces informations à partir de n’importe quel nombre de sites Web d’entreprises. Il s’applique alors simplement, disons un taux d’imposition de 25%, et il peut calculer l’impôt à payer de chaque société cotée en bourse sur une seule feuille de calcul. Cela ne devient pas beaucoup plus simple que cela.

Le problème est que les cours des actions sont plus volatils que les bénéfices. Celui-là peut être facilement traité en faisant de la base de l’impôt une moyenne des rendements boursiers des trois ou cinq années précédentes. Nous sommes toujours sur la même feuille de calcul.

Il y a des entreprises, comme Tesla, qui ont connu des hausses extraordinaires du cours des actions qui sont complètement en décalage avec leurs bénéfices. Ces sociétés seraient confrontées à une augmentation substantielle de leur impôt à payer même si elles faisaient la moyenne des rendements des trois ou cinq années précédentes.

Il existe une réponse simple et évidente pour les entreprises qui se trouvent dans cette situation : émettre davantage d’actions. Bien sûr, ces entreprises ne voudront pas voir leur action diluée par des actions supplémentaires, mais c’est la vie. Personne n’aime payer des impôts.   

La plupart de nos grandes entreprises sont multinationales, ce qui signifie que leurs profits proviennent en partie d’autres pays. C’est aussi un énorme problème dans le cadre du code fiscal actuel. La solution évidente consiste à allouer les rendements des actions proportionnellement aux ventes. Si 60 % de leurs ventes sont réalisées aux États-Unis, nous taxons 60 % de leurs rendements boursiers. Nous sommes toujours sur une seule feuille de calcul.

Il y a le problème des entreprises privées, sans actions cotées en bourse. Ces entreprises devraient encore être imposées en fonction de leurs bénéfices. Mais ce n’est pas un problème majeur pour ce système.

L’écrasante majorité des bénéfices sont réalisés par des sociétés cotées en bourse, donc si nous avons une formule simple pour déterminer leur assujettissement à l’impôt, nous avons en grande partie résolu le problème. De plus, nous pouvons structurer le code des impôts pour inciter les entreprises à entrer en bourse, par exemple en ayant un taux d’imposition légèrement inférieur pour les sociétés cotées en bourse.

Pour les entreprises qui ne cherchent pas à jouer avec le système fiscal, faire des rendements boursiers la base de l’impôt sur le revenu devrait déjà offrir un avantage important en termes d’économies sur les frais comptables. Ils n’auraient pas à conserver des dossiers minutieux à envoyer à l’IRS au moment des impôts. Il leur suffit de calculer leurs rendements boursiers et d’envoyer un chèque.

Cette simplicité à elle seule devrait être un avantage suffisamment important pour encourager de nombreuses sociétés cotées en bourse à entrer en bourse. Construire le choix de cette manière est également utile pour les sociétés de l’IRS qui choisissent de rester privées alors qu’elles pourraient autrement économiser des coûts de conformité en devenant publiques, disent en fait à l’IRS qu’elles cherchent à déjouer le système.

Les énormes économies réalisées sur la surveillance de l’IRS du côté des entreprises devraient également faciliter la surveillance des déclarations individuelles. Si les républicains au Congrès ne donnent pas directement à l’IRS des fonds supplémentaires pour lutter contre les fraudeurs fiscaux, les démocrates peuvent fournir les ressources indirectement en rendant les entreprises plus efficaces.

En bref, faire des rendements boursiers la base de l’impôt sur les sociétés est un jeu où tout le monde, sauf les fraudeurs fiscaux, gagne. 

BRAVE NEW EUROPE est une plateforme éducative à but non lucratif pour l’économie, la politique et le changement climatique qui rassemble des auteurs à la pointe de la pensée progressiste avec des militants et d’autres avec des articles comme celui-ci. Si vous souhaitez soutenir notre travail et que vous souhaitez voir plus d’écrits sans parti pris des médias d’État ou d’entreprise et gratuitement, veuillez faire un don ici .

Publicité

2 réflexions sur “La solution: réaliser de façon pilotée les effets régénérateurs des crises de destruction.

  1. Cette solution ne pourra pas être mise en place sans renversement des classes dirigeantes occidentales.

    Au lieu de détruire l’excès de capital celles-ci cherchent à influer sur l’économie réelle pour lui donner des débouchés. C’est une chimère mais c’est clairement ce qu’elles essaient de faire en provoquant de manière préventive de l’obsolescence.

    On décréte qu’on ne pourra plus utiliser du béton dans les constructions à partir de telle date ou qu’on devra arrêter la production de véhicules thermique à telle autre.

    En d’autres termes on se prend pour des alchimistes : on veut faire de la destruction créatrice mais sans détruire.

    J’aime

Répondre à brunobertezautresmondes Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s