Document. L’énergie verte dépend de minéraux essentiels. Qui contrôle les chaînes d’approvisionnement ?

https://www.piie.com/reader/publications/working-papers/green-energy-depends-critical-minerals-who-controls-supply-chains

Traduction automatique.

Avec l’accélération de la transition loin des combustibles fossiles, la prise de conscience du rôle des minéraux essentiels à la production d’énergie propre (y compris le cobalt, le cuivre, le lithium, le nickel et les éléments de terres rares [REE]) a augmenté. L’accent est davantage mis sur la hausse des prix et les retards de production et de livraison, ainsi que sur la vulnérabilité de leurs chaînes d’approvisionnement. 1 L’invasion russe de l’Ukraine a intensifié ces inquiétudes.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a identifié plusieurs facteurs qui augmenteront les risques pour la stabilité et la fiabilité de ces chaînes d’approvisionnement :

La concentration de la production dans un ou quelques pays rend les chaînes d’approvisionnement qui dépendent de ces minerais vulnérables non seulement au pouvoir de marché et aux risques logistiques, mais aussi aux perturbations induites par la géopolitique, notamment par le biais de restrictions commerciales.

  • Concentration géographique : Les opérations de production et de transformation sont concentrées dans un petit nombre de pays, dont certains ont des environnements politiques et sociaux instables. Par exemple, l’essentiel de l’augmentation de la production de lithium et de nickel devrait provenir des grands producteurs actuels, ce qui implique une plus forte concentration dans les années à venir, même si de nombreux pays recherchent activement des gisements.
  • Dégradation de la qualité des ressources : Ces dernières années, la qualité du minerai n’a cessé de se dégrader. Cette détérioration pourrait augmenter à la fois le coût de l’extraction et le niveau de pollution.
  • Risques climatiques : La dégradation environnementale des sites de production peut entraver la production. Par exemple, plus de la moitié de la production de lithium est concentrée dans des zones à fort stress hydrique.
  • Questions environnementales, sociales et de gouvernance : Les préoccupations concernant la durabilité environnementale et la bonne gouvernance renforceront les contraintes sur les investissements et la production de minéraux critiques, augmentant le coût du capital et les coûts de production.
  • Demande dérivée de nouvelles infrastructures : la demande croissante de véhicules électriques exercera une pression sur les réseaux électriques, ce qui augmentera la demande d’ infrastructures électriques.

Les risques liés à la répartition géographique de la production sont particulièrement préoccupants. La concentration de la production dans un ou quelques pays rend les chaînes d’approvisionnement qui dépendent de ces minerais vulnérables non seulement au pouvoir de marché et aux risques logistiques, mais aussi aux perturbations induites par la géopolitique, notamment par le biais de restrictions commerciales.

Ces risques deviennent évidents lorsque l’on compare les chaînes d’approvisionnement de l’énergie à base de carbone et de l’énergie propre. Comme le montre la figure 1 (IEA 2021a), pour le pétrole et le gaz, les États-Unis dominent la chaîne d’approvisionnement (amont, raffinage et consommation). En revanche, les États-Unis ne sont qu’un acteur mineur dansles chaînes d’approvisionnement des technologies propres, dans lesquelles la Chine est l’ acteur dominant.

On craint également que les réserves de minéraux critiques en dehors de l’Union européenne et des États-Unis appartiennent en grande partie aux gouvernements. Ces gouvernements, en particulier la Chine, pourraient s’immiscer dans les opérations des entreprises privées situées dans leur pays (Gorodnitchenko et Roland 2017). En revanche, les actions de contrôle détenues par des sociétés basées aux États-Unis appartiennent à des fonds passifs (fonds d’investissement qui ne suivent qu’un certain indice de marché) ; le gouvernement américain n’a aucun contrôle direct sur leurs opérations à moins qu’il n’invoque une législation telle que la Defense Production Act de 1950.2

La question du contrôle gouvernemental a suscité une attention accrue depuis l’invasion russe de l’Ukraine. 3 Certains pays prennent également de nouvelles mesures pour protéger leurs minerais critiques contre le contrôle étranger. En avril, par exemple, le Mexique a annoncé son intention de nationaliser ses mines de lithium pour limiter l’ influence chinoise ou américaine. 4

Les problèmes de gouvernance (tels que l’opacité des bénéficiaires effectifs) constituent une préoccupation majeure dans les pays où les minéraux critiques sont produits et dans les pays dans lesquels les sociétés ayant des intérêts ou une influence sur les activités minières sont enregistrées. Ces problèmes, en particulier le manque de transparence, facilitent les comportements stratégiques ou la manipulation du marché par les entreprises. Les structures et pratiques de gouvernance pourraient entraîner des risques substantiels de corruption, qui affectent toutes les étapes des chaînes de valeur des industries extractives (OCDE 2016).

L’évaluation de la fragilité ou de la vulnérabilité des chaînes d’approvisionnement nécessite d’identifier les parties qui ont un degré substantiel de contrôle sur les producteurs de minéraux critiques.

Qui contrôle en fin de compte la production de minerais et le contexte de gouvernance dans lequel ils opèrent sont d’une importance cruciale. La production d’un minerai peut être largement dispersée dans le monde, mais une entité particulière (une société holding ou quelques sociétés concurrentes situées dans un pays où les autorités ont le pouvoir de forcer une coalition si cela convient à leurs intérêts géopolitiques) peut avoir le contrôle ultime (y compris par le biais de filiales) sur les décisions des principales entreprises produisant ce minerai, même si elles se trouvent dans des pays différents. Cette entité aurait alors un degré élevé de contrôle, y compris un pouvoir de marché, sur la production mondiale de ce minerai et les chaînes d’approvisionnement qui l’utilisent. Plus généralement, il existe un risque associé à des informations imparfaites sur les entités qui contrôlent un processus (minier), y compris leurs objectifs ultimes,actions de roulement.

L’évaluation de la fragilité ou de la vulnérabilité des chaînes d’approvisionnement nécessite d’identifier les parties qui ont un degré substantiel de contrôle sur les producteurs de minéraux critiques. Pour ce faire, nous utilisons un concept de la théorie des jeux qui permet de mesurer rigoureusement le contrôle. Bien que le concept date de Banzhaf (1965, 1968), son application au cas des structures actionnariales complexes n’a été rendue possible que récemment par les progrès de la puissance informatique et de la finance d’entreprise. En utilisant cette approche, nous révélons l’étendue du contrôle exercé par des entités de Chine, d’Europe et des États-Unis, entre autres, sur les chaînes d’approvisionnement en minéraux critiques et en terres rares, par opposition au contrôle associé à la localisation de la production. entreprises.

Nous examinons également les implications du contrôle sur les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), en utilisant les données ESG obtenues de Refinitiv, l’un des plus grands fournisseurs mondiaux de données et d’infrastructures sur les marchés financiers. Nous constatons que les entreprises ont des résultats ESG très différents en fonction non seulement de leur localisation mais aussi du type d’agents qui les contrôlent et de leur degré de préoccupation par les questions ESG. Par exemple, des entités contrôlant des mines dans différents pays peuvent pratiquer l’écoblanchiment en transférant des activités polluantes vers des pays où les normes environnementales sont moins élevées. Nous concentrons notre analyse sur le secteur formel, bien que nous soyons conscients qu’une part importante de la production minérale mondiale provient du secteur informel (Delve 2021).

Nous constatons que les entreprises ont des résultats ESG très différents en fonction non seulement de leur localisation mais aussi du type d’agents qui les contrôlent et de leur degré de préoccupation par les questions ESG.

Notre approche met en lumière plusieurs questions politiques, notamment la nécessité d’accroître la transparence des structures d’actionnariat et d’identifier leurs sources de contrôle lors de l’élaboration de mesures politiques visant à réduire la fragilité des chaînes de valeur mondiales pour les minéraux critiques. Ces mesures pourraient cependant accroître la fragmentation de l’économie mondiale et le protectionnisme, et ralentir la transition énergétique, si les pays érigent des barrières commerciales, se livrent à des politiques industrielles très coûteuses ou se concentrent trop sur la délocalisation d’amis, et mettent en péril le commerce mondial et l’économie bien-être. Nous espérons qu’en clarifiant les vulnérabilités des chaînes d’approvisionnement en minéraux critiques, l’approche utilisée dans ce document facilitera les interventions politiques ciblées et que ces interventions seront mises en œuvre de manière à éviter la nécessité d’une protection générale.mesures nistes.

Le reste du papier est organisé comme suit. La section II explique notre cadre d’analyse et de mesure du contrôle sur une entreprise. La section III rend compte de l’application du cadre à quatre minéraux clés, le cobalt, le cuivre, le lithium et le nickel. La section IV considère les ETR séparément parce que les données nécessaires à une analyse complète ne sont pas disponibles. La section V examine les questions ESG et leur pertinence pour mieux comprendre les vulnérabilités des différents types d’entreprises productrices de minéraux critiques. La section VI examine certaines implications politiques, notamment pour les politiques de la concurrence et les politiques industrielles. La section VII offre quelques remarques conclusives.

  • Luc Leruth est chercheur résident invité à l’International School of Economics de l’Université de Tbilissi et chercheur associé à l’Université de Clermont-Ferrand.
  • Adnan Mazarei est chercheur principal non résident au Peterson Institute for International Economics.
  • Pierre Régibeau est économiste en chef de la concurrence à la DG Concurrence de la Commission européenne.
  • Luc Renneboog est professeur de finance d’entreprise à l’Université de Tilburg et chercheur associé à l’Institut européen de gouvernance d’entreprise.
Publicité

Une réflexion sur “Document. L’énergie verte dépend de minéraux essentiels. Qui contrôle les chaînes d’approvisionnement ?

  1. C est bien, bien pire que ce texte.
    Il semble que les energies ne soient que le sous-produit de notre modele de production base sur le fossile. Les donnees semblent le montrer.
    Donc plus de fossile plus d’energies vertes.
    Quant a la disponibilite des materiaux, je vous conseille la video d Olivier Vidal, la transition est-elle possible? Em toute rigueur, la probablite est faible voire tres faible …

    J’aime

Répondre à polo Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s