Poutine à l’occasion du 80e anniversaire de la « première siège » de la Symphonie n° 7 de D. D. Chostakovitch

Le président s’est adressé aux participants et aux invités du concert « Symphonie de Léningrad sur les rives de la Neva », qui s’est déroulé à la pointe de l’île Vassilievski à Saint-Pétersbourg. L’œuvre légendaire a été interprétée par l’Orchestre symphonique des jeunes de toute la Russie dirigé par Yuri Bashmet.

POUTINE

Je suis heureux d’accueillir les participants et les invités, tous les spectateurs et auditeurs du concert d’aujourd’hui. Son programme comprend la Septième Symphonie de Leningrad de Dmitri Chostakovitch, l’un des sommets de la culture mondiale, unique par son contenu et son expressivité, légendaire dans l’histoire de sa création, la grande influence qu’elle a sur les sentiments, les espoirs et les destins des gens.

Il y a exactement 80 ans – le 9 août 1942 – la première la plus importante de cette œuvre brillante a eu lieu. À cette époque, il avait déjà été joué à la fois en Union soviétique et à l’étranger, mais tout cela ne pouvait être comparé à l’ampleur et à l’importance de la représentation à Leningrad assiégée.

La date de la première a été fixée au jour où les nazis allaient célébrer la conquête de la ville, mais leurs plans pour briser les Leningraders étaient initialement voués à l’échec. Et comme un hymne au courage et à la résilience de Leningrad, une musique grandiose a retenti ici. Elle a chanté l’exploit du peuple, ce bastion de l’esprit national, qui fut l’arme la plus puissante de la Grande Guerre patriotique.

La retransmission en direct du concert a choqué le monde. Derrière se trouvaient les onze premiers, les mois les plus difficiles du blocus. Mais les gens ont trouvé en eux la force de donner un grand et vrai concert, d’interpréter une nouvelle symphonie.

Ses thèmes musicaux parlaient avec force des épreuves les plus difficiles, de la douleur, du grand chagrin. Mais l’essentiel était en eux – une affirmation vraiment prophétique de la victoire, et cela a renforcé la foi du peuple de Leningrad, de tout le peuple soviétique, de tous ceux qui ont combattu le nazisme, dans le triomphe de l’humanisme et de la justice.

Aujourd’hui, plusieurs décennies plus tard, la Symphonie de Leningrad de Chostakovitch continue d’évoquer les sentiments les plus forts des nouvelles générations. Ils contiennent l’amertume de la perte et la joie de la victoire, l’amour pour la patrie et la volonté de la défendre.

Et c’est la preuve d’un grand art réel, où les œuvres qui glorifient les valeurs vraies et éternelles deviennent grandes pour tous les temps, unissent des personnes de tous âges, nationalités et religions, affirment la vérité et la lumière, qui prévalent toujours sur les mensonges, sur les forces de l’obscurité.

Chers amis, je vous souhaite succès et bonheur.

Merci pour votre attention.

Publicité

Une réflexion sur “Poutine à l’occasion du 80e anniversaire de la « première siège » de la Symphonie n° 7 de D. D. Chostakovitch

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s