Powell recule, il reconnait qu’il y aura récession en utilisant le mot « pain ». Le fait nouveau c’est qu’il le reconnait.

 L’économie américaine aura besoin d’une politique monétaire restrictive « pendant un certain temps » avant que l’inflation ne soit maîtrisée, ce qui signifie une croissance plus lente, un marché de l’emploi plus faible et « une certaine douleur » pour les ménages et les entreprises, a déclaré vendredi le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell.

« La baisse de l’inflation nécessitera probablement une période durable de croissance inférieure à la tendance », a déclaré Jerome Powell dans son discours au symposium des banques centrales à Jackson Hole, dans le Wyoming.

« Si des taux d’intérêt plus élevés, un ralentissement de la croissance et un assouplissement des conditions du marché du travail feront reculer l’inflation, cela sera également douloureux pour les ménages et les entreprises », a-t-il ajouté.

Bien que les difficultés s’accentuent, il ne faut pas s’attendre à ce que la Fed réduise rapidement ses taux tant que le problème de l’inflation ne sera pas réglé, a souligné Jerome Powell.

Des investisseurs estiment que la Fed pourrait infléchir son discours si le chômage augmente trop rapidement, certains prévoyant même des baisses de taux d’intérêt l’année prochaine, une perspective à laquelle les responsables de la banque centrale américaine se sont pourtant fortement opposés ces dernières semaines.

Certains membres de la Fed ont indiqué que même une récession ne les dissuaderait pas d’agir tant que l’indice des prix à la consommation ne se rapproche pas de manière convaincante de l’objectif de 2% fixé par l’institution.

POWELL AVERTIT SUR UN ASSOUPLISSEMENT MONÉTAIRE PRÉMATURÉ

Jerome Powell n’a donné ce vendredi aucune indication sur le rythme et l’ampleur du resserrement monétaire, se contentant de dire que les taux seront aussi élevés que nécessaire.

« Les données historiques mettent fermement en garde contre un assouplissement prématuré de la politique », a déclaré M. Powell. « Nous devons continuer jusqu’à ce que le travail soit fait. »

Les contrats à terme sur les taux d’intérêt suggèrent que certains traders commencent à prendre en considération la trajectoire esquissée par le président de la Fed mais ils continuent à s’attendre à ce que la banque centrale porte la fourchette de taux des fonds fédéraux à 3,75%-4% d’ici mars prochain avant une lente diminution six mois plus tard.

Les statistiques publiées ce vendredi ont montré un ralentissement de l’indice des prix à la consommation PCE, très surveillé par la Fed, à +6,3% sur un an en juillet, contre +6,8% en juin.

Mais « l’amélioration d’un seul mois est loin de correspondre à ce que le Comité devra observer avant que nous soyons convaincus que l’inflation diminue », a déclaré Jerome Powell.

La décision de remonter les taux « dépendra de la totalité des données reçues et de l’évolution des perspectives », a-t-il poursuivi.

Publicité

Une réflexion sur “Powell recule, il reconnait qu’il y aura récession en utilisant le mot « pain ». Le fait nouveau c’est qu’il le reconnait.

  1. Powell recule sur tout ce qu’il raconte, aujourd’hui la récession, hier l’inflation, demain ce sera la même chose, plus personne n’étant crédible dans les hautes sphères on peut s’attendre que tout continue d’aller de travers.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s