A Jackson Hole, Powell s’est avéré manchot, il a oublié le deuxième volet de l’inflation: l’offre.

Rédigé par 

Bruno Bertez 

29 août 2022

A Jackson Hole, l’une des principales représentantes du FMI a soutenu l’avis inverse de Powell, qui fait reposer l’inflation sur la demande et veut donc agir pour la faire chuter.

La communauté spéculative a mal pris le discours de Powell de vendredi dernier.

Le S&P 500 et le Nasdaq ont chuté respectivement de 2,5% et 3%, dans la foulée.

Ils n’ont retenu qu’une chose : pas de pivot de la Fed.

Powell a affirmé que « la première leçon est que les banques centrales peuvent et doivent assumer la responsabilité de fournir une inflation faible et stable ».

Powell a compris :

« Une longue période de politique monétaire très restrictive a finalement été nécessaire pour endiguer la forte inflation et lancer le processus de réduction de l’inflation aux niveaux bas et stables qui étaient la norme jusqu’au printemps de l’année dernière. Notre objectif est d’agir avec détermination maintenant. »

Il va prendre ses responsabilités, mais la question immédiatement se pose : est-ce que les banques centrales peuvent assurer le retour à une faible inflation avec leurs outils monétaires, avec des taux d’intérêt plus élevés et des retraits de liquidités dans le cadre de ce que l’on appelle le resserrement quantitatif (QT) ?

Résultats non garantis

Depuis 2008-2009, les banques centrales ont tenté sans succès de faire monter l’inflation à leurs taux cibles de 2 % en maintenant les taux d’intérêt à zéro et en achetant des titres à long terme. Rien n’a fonctionné. L’inflation est restée inférieure à l’objectif, tout comme la croissance économique.

Tout ce que cela a apporté, c’est une énorme bulle boursière et immobilière. Maintenant que l’on fait l’inverse, rien ne garantit que l’on aura le résultat désiré : la nouvelle politique monétaire peut très bien produire un krach boursier et immobilier, et une récession, mais sans baisse de l’inflation.

A Jackson Hole, tout le monde ne partageait pas l’analyse de Powell, qui fait reposer l’inflation sur la demande et veut la faire chuter en agissant à ce niveau. Powell veut créer une détente de l’activité, du chômage, augmenter les capacités inutilisées afin de casser la tendance haussière des prix.

Divers économistes pensent que c’est ou faux ou insuffisant. Gita Gopinath, l’ancienne économiste en chef du FMI explique : « Les modèles existants ne peuvent pas expliquer la poussée de l’inflation. » La courbe de Philips, qui prétend montrer que les marchés du travail tendus et la hausse des salaires provoquent l’inflation, ne correspond pas aux faits, car les économies ont connu une hausse de l’inflation sans que les salaires ne la provoquent.

Gopinath a fait valoir que les taux d’inflation élevés actuels étaient dus à la relance budgétaire mondiale inadaptée décidée par les gouvernements pendant la crise du Covid ; ils ont injecté trop d’argent entre les mains des ménages alors que nous assistions « parallèlement à une contraction de la production potentielle et de l’emploi ».

En clair, la production n’a pas pu répondre à la demande. Il y a eu excédent de la demande sur l’offre disponible et hausse de l’inflation. Si les banques centrales choisissent de resserrer leur politique monétaire, elles feront certes baisser la demande, l’investissement et la consommation, mais elles ne feront rien pour améliorer l’offre disponible. L’offre dépend de l’investissement productif et du taux de profitabilité.

La spirale inflationniste actuelle est principalement due aux restrictions de l’offre, en particulier dans les domaines de l’énergie, de l’alimentation et d’autres matières premières, ainsi qu’aux blocages de la chaîne d’approvisionnement mondiale pour de nombreux composants et produits nécessaires pour répondre à la demande. Elle est due également à des rattrapages de profitabilité à la faveur d’un retour de certains secteurs à la capacité de fixer leurs prix.

Je ne vois pas en quoi la hausse des taux d’intérêt, la hausse du coût du capital et le ralentissement de la croissance qui vont découler de la chute boursière vont améliorer les investissements productifs.

Le nouveau réglage de la Fed est une fois de plus une optimisation de court terme ; il néglige/sacrifie la préparation du long terme… c’est vrai, à cette échéance, nous serons tous morts !

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora. Voir notre Politique de confidentialité.

Une réflexion sur “A Jackson Hole, Powell s’est avéré manchot, il a oublié le deuxième volet de l’inflation: l’offre.

  1. Bonjour M. Bertez
    « La courbe de Philips, qui prétend montrer que les marchés du travail tendus et la hausse des salaires provoquent l’inflation, ne correspond pas aux faits, car les économies ont connu une hausse de l’inflation sans que les salaires ne la provoquent. »

    Chez nous, étant donné notre enfermement dans l’euro, la politique économique fait pression à la baisse sur les salaires depuis longtemps.
    Par ailleurs, l’inflation sur les denrées de base des ménages a commencé avant la pandémie, masquée par la diminution des quantités de produits proposés dans un emballage à prix affiché constant.
    Et nous sommes affligés d’un taux de chômage structurel élevé par rapport à nos voisins tout en manquant de main d’oeuvre qualifiée.
    Il y a longtemps que la France est réputée pour servir le capital avant le travail.
    Sur ce point, en ce qui concerne la France, la remarque de l’ex FMI semble pertinente.

    On pourrait se poser la question de réduire la période d’ouverture des bourses à une par an, pendant deux ou trois mois. Ce serait une façon de rediriger l’investissement sur la production réelle et limiterait partiellement les spéculations « casino » tout levant le poids des résultats trimestriels exigés par les marchés boursiers qui pèse sur la stratégie des entreprises. ( Etant bien entendu que la fermeture des casinos n’a jamais empêché quiconque de jouer – cependant, quand une boîte de nuit fait trop de bruit et qu’il y a trop de trafics autour, une fermeture temporaire fait baisser la température.)
    Mais je suppose que les addicts au jeu et leurs fournisseurs de martingales hurleraient à la mort !

    Cordialement

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s