Un retour sur Powell qui n’a rien dit de nouveau , mais qui a fait bouger les marchés.

Je vous livre une analyse/un commentaire financier de la bonne maison Alhambra Partners celle ou travaille Snider. C’est écrit pas Joseph Y Calhoun III. C’est quelqu’un que je suis car sans être génialement original, il est mesuré, il évite de s’emballer et grâce à cela il donne des opinons utiles.

Il a une expérience ancienne, ce n’est pas jeunot.

Il y aurait beaucoup à dire sur ce texte ; en particuler son caractere symptomatique de l’imaginaire dans lequel vivent les marchés financiers, sur la glose, sur les cheveux du discours du Maitre ,- Powell- coupés en quatre, mais ce n’est pas mon propros ici.

Mon propos est simplement de vous livrer une analyse un peu plus intelligente que la moyenne sur Powell et sur la Bourse.

Elle est intelligente car elle pointe la disjonction. D’un cote le discours de Powell était un réel non-évènement pense Calhoun à juste titre et on lui attribue la fonction de cause et de détermination de la chute boursière , mais de l’autre ce qui constitue un évènement significatif lourd de conséquences futures passe inaperçu!

Il y a des mondes parallèles. Les uns fonctionnent plus ou moins dans l’ordre du discours, en rhétorique; les autres fonctionnent en fonction des causes et des effets organiques c’est l’ordre du monde réel.

Chaque monde à sa logique. Le monde du discours a plutôt une logique mécanique, positive, avec des associations d’idées, le monde réel a une logique dialectique qui intègre à la fois le positif et le négatif et c’est ainsi qu’il peut expliquer et comprendre le mouvement.

Le monde réel évolue en fonctions du jeu des forces contradictoires qui l’habitent, le monde imaginaire évolue superficiellement en fonction des discours, des opinions et des perceptions. Mais les deux bien sur ne se recouvrent pas; le monde imaginaire est mu par les caprices, les désirs, les volontés, les illusions de toute puissance tandis que le monde réel lui est mu par la Nécessité.

D’où le besoin de temps a autre de Réconciliation entre les deux.

Ecoutons Joseph Y Calhoun

Il est parfois difficile de déterminer ce qui fait bouger les marchés .

 Prenez la vente massive de vendredi dernier. La «raison» largement citée pour la vente était le discours de Jerome Powell au symposium Jackson Hole de la Fed. 

Franchement, je ne pense pas que Powell ait dit quoi que ce soit de nouveau, son message étai remarquablement similaire à sa dernière conférence de presse post-FOMC. Mais deux passages ont attiré l’attention comme étant suffisamment différents pour bouleverser le marché. 

Le premier était ce morceau, où le mot-clé était censé être « douleur »/pain:

Le rétablissement de la stabilité des prix prendra du temps et nécessite d’utiliser avec force nos outils pour mieux équilibrer l’offre et la demande. La réduction de l’inflation nécessitera probablement une période prolongée de croissance inférieure à la tendance. De plus, il y aura très probablement un assouplissement des conditions du marché du travail. Bien que des taux d’intérêt plus élevés, une croissance plus lente et des conditions plus souples sur le marché du travail réduiront l’inflation, ils causeront également des difficultés aux ménages et aux entreprises. Ce sont les coûts malheureux de la réduction de l’inflation. Mais un échec à rétablir la stabilité des prix signifierait une douleur bien plus grande.

Encore une fois, je ne trouve rien de cela surprenant. 

Quiconque pensait que la Fed allait tuer l’inflation sans impact sur l’économie réelle ne vit pas dans le monde réel. Maintenant, nous pourrions avoir une longue discussion ici sur la façon dont la croissance ne cause pas l’inflation, mais ce n’est probablement pas l’utilisation la plus efficace de notre temps. Qu’il suffise de dire que des taux d’intérêt plus élevés – et surtout la réaction à ces taux plus élevés – auront un impact sur la croissance et le marché du travail. La bonne question n’est pas de savoir s’il y aura de la douleur, mais plutôt combien?

Le deuxième passage qui a attiré l’attention était cette référence de Powell à la chronologie :

Cela m’amène à la troisième leçon, c’est-à-dire qu’il faut persévérer jusqu’à ce que le travail soit fait.

Ce sont ces deux lignes, selon la plupart des commentateurs du marché, qui ont fait chuter le S&P 500 de 3,4 % vendredi. Comme vous pouvez le deviner maintenant, je ne suis pas d’accord. Avec véhémence. Il y avait quelque chose d’important dans ce discours, mais cela n’avait rien à voir avec le vœu de Powell de taux plus élevés pendant plus longtemps . Le paragraphe le plus significatif était celui-ci :

Nous amenons délibérément notre politique à un niveau suffisamment restrictif pour ramener l’inflation à 2 %. Lors de notre dernière réunion en juillet, le FOMC a relevé la fourchette cible du taux des fonds fédéraux à 2,25 à 2,5 %, ce qui se situe dans la fourchette d’estimations du résumé des projections économiques (SEP) de l’endroit où le taux des fonds fédéraux devrait s’établir. le plus long terme. Dans les circonstances actuelles, avec une inflation largement supérieure à 2 % et un marché du travail extrêmement tendu, les estimations de neutralité à plus long terme ne sont pas un endroit pour s’arrêter ou faire une pause.

Vous vous souvenez après la dernière conférence de presse post-FOMC lorsque Mohamed El-Erian et un groupe d’autres observateurs de la Fed ont déclaré que Powell devait s’être mal exprimé lorsqu’il a qualifié le niveau actuel des taux de « neutre » ? Je ne me souviens pas si c’était El-Erian mais quelqu’un a même qualifié la déclaration neutre de Powell d’embarrassante.

Eh bien, si vous ne l’avez pas entendu la première fois, il vient de vous dire, dans ce paragraphe ci-dessus, qu’il ne s’est pas trompé, que le taux directeur actuel est bien ce qu’il croit être neutre. Ainsi, lorsqu’il dit que le taux directeur doit dépasser la position neutre, tout ce qu’il dit, c’est qu’il doit augmenter à partir d’ici. Sur la base de l’écoute de chaque tête parlante de la Fed toute la semaine à Jackson Hole, le consensus semble être que les taux doivent augmenter à 3,5 – 3,75%.

C’est d’ailleurs exactement ce à quoi s’attend le marché. Nous pouvons le voir à travers une variété de marchés à terme, y compris le SOFR (taux de financement au jour le jour sécurisé ; le remplacement du LIBOR), les eurodollars et les fonds fédéraux eux-mêmes. 

Un modèle développé par la Fed d’Atlanta qui utilise des options à terme sur l’eurodollar et des spreads de swap SOFR a fait culminer les Fed Funds en mars 2023 à 3,76%. Et cela n’a pas changé avant, pendant ou après le discours de Powell. Les contrats à terme SOFR et Eurodollar étaient pratiquement inchangés vendredi.

Soit dit en passant, une autre indication que le marché s’attendait déjà au récit « plus élevé pour plus longtemps » est que le pic et l’inversion ultérieure des contrats à terme SOFR et Eurodollar se sont déplacés plus loin dans le calendrier récemment.

 Il y a 6 semaines, les deux taux s’attendaient à culminer entre janvier et mars 2023. Après la dernière réunion du FOMC, la date des taux de pointe a été déplacée et est maintenant attendue entre mars et juin 2023. Et la différence entre mars et juin est en baisse à environ 5 points de base, donc s’il continue d’évoluer, il sera bientôt déplacé entre juin et septembre. 

Pour simplifier cela, même si nous supposons que la récession commence coïncidant avec le pic des taux, il s’agit désormais d’un événement du deuxième trimestre 2023. C’est, à mon avis, la raison pour laquelle les actions ont ré-augmenté ces derniers temps – le marché ne croit plus que la récession est imminente.

En fait, peu importe où vous regardez dans le complexe des taux, le discours de Powell était un rien géant. Et donc la question dans mon esprit est, si le discours n’a pas eu d’impact sur les marchés obligataires et monétaires, a-t-il vraiment fait chuter le DJIA de 1000 points ? 

Eh bien, il y avait d’autres choses qui se passaient vendredi alors regardons ailleurs pour une explication.

mais il y a eu deux nouvelles histoires majeures vendredi qui ont peut-être eu un impact plus important. 

Le premier était cette histoire de Politico qui a été publiée en début d’après-midi :

Apple fait face à une probabilité croissante de poursuite antitrust du DOJ

Une poursuite antitrust contre Apple serait une escalade dramatique dans la bataille de l’administration contre les géants de la technologie.

Politico, vendredi 26 août 2022, 13:11

Le deuxième reportage était celui-ci qui est sorti vers 15 heures :

3M ne peut pas utiliser la faillite pour mettre fin aux poursuites concernant les bouchons d’oreille de combat, règles du juge

  • La décision de 3M perturbe la stratégie de l’entreprise pour mettre fin aux poursuites des soldats
  • À moins que la décision ne soit annulée, 3M fait face à 230 000 procès devant jury

Bloomberg, 26 août 2022, 15h00

Ces deux articles étaient inattendus et pourraient avoir un impact important sur les entreprises américaines. 

Dans le cas d’Apple, ceux d’entre nous assez âgés pour s’en souvenir ne peuvent s’empêcher de repenser à la poursuite de Microsoft par le gouvernement de la même manière au tournant du siècle. L’administration actuelle n’est pas exactement favorable aux entreprises, mais dans ce cas, la réaction contre les grandes technologies est évidente. Le résultat pourrait être un gros problème pour les résultats d’Apple et, plus important encore, pourrait être une distraction pour les années à venir.

La nouvelle de 3M a également été un choc. Je pense que la plupart des gens pensaient – ​​après la décision rendue dans l’affaire similaire de la poudre pour bébé Johnson & Johnson – que la responsabilité de 3M serait limitée à la filiale. Donc, maintenant, nous avons deux juges dans deux districts différents qui arrivent essentiellement à des conclusions opposées. Ce n’est pas une coïncidence si l’action de J&J a chuté directement avec 3M dans l’après-midi.

Je pense que l’impact potentiel sur les marchés de ces deux affaires est bien plus important que tout ce que Jerome Powell a dit ou pourrait dire ou faire. 

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s