La force du dollar sera-t-elle encore nécessaire pendant la récession américaine?

Il n’y a pas de théorie satisfaisante et efficace pour prédire l’évolution du dollar.

Généralement les « économistes » se contentent de tracer des corrélations plus ou moins mystérieuses et d’en changer lorsque les corrélations s’avèrent donner de mauvais résultats spéculatifs . Peu de gens cherchent encore à comprendre, elles préfèrent miser sur des martingales comme au Casino..

J’ai un faible pour la théorie de Bernanke , celle qu’il n’a jamais développée mais qu’il a esquissé en 2010: alors que la Fed créait beaucoup de dollars qui allaient se déverser dans le monde entier ce qui faisait baisser la valeur du billet vert. .

Bernanke a alors affirmé que les capitaux bientôt allaient revenir au bercail, aux USA, que le dollar allait monter parce que l’économie américaine offrait la meilleur profitabilité relative, compte tenu du facteur risque.

Ce lien entre dollar et profitabilité pondérée par le risque me plait bien. Il correspond à une certaine réalité qui est que les USA importent des marchandises et en contrepartie ils exportent du papier, des promesses, du dollar. Et ce papier il est demandé tant qu’il offre le meilleur rapport relatif profitabilité/risque.

J’ai toujours dit que le Roi dollar, King dollar est un contre sens. Le dollar est roi non pas aprce qu’il monte et vaut plus cher que les autres devises, mais parce qu’il impose sa loi, sa volonté, aux autres; le dollar donne le « la » aux conditions financières mondiales .

Le dollar est roi parce qu’il est géré au seul profit des Etats- Unis et des amercians.

Le dollar est roi parce qu’il peut baisser et même chuter quand cela arrange les Américains; le Roi c’est celui qui impose sa volonté.

Si on en croit Grantham qui est un bon, et même un très bon, on ne va pas gagner beaucoup d ‘argent en investissant aux Etats-Unis! le pire est à venir!

« King Dollar » fait la démonstration de sa puissance : sur le seul mois d’août, l’indice du dollar (DXY), qui mesure la valeur de la devise américaine par rapport à un panier de devises, a augmenté de près de 3 %. À l’exception d’avril, il s’est apprécié tous les mois de cette année et est supérieur de près de 14 % à ce qu’il était au début de l’année.
Il est en passe d’afficher sa plus forte hausse annuelle depuis 1984 et la troisième plus forte depuis que le président américain Richard Nixon a mis fin à la convertibilité du dollar en or en 1971.
En l’absence d’alternatives, la majorité des observateurs du marché ne voient aucune raison pour un renversement de tendance dans un avenir proche. Mais ils ne devraient pas être sous un faux sentiment de sécurité.

Snider nous dit que c’est une erreur de croire a Goldilock, et que les Etats -Unis sont déjà en récession .

Qui voudrait d’un euro dominé par l’Allemagne alors que jamais la profitabilité d’un actif en euro , même le meilleur , n’a été aussi spoliatrice? Le taux réel du Bund est de -6,3%!

Publicité

Une réflexion sur “La force du dollar sera-t-elle encore nécessaire pendant la récession américaine?

  1. La vitesse a laquelle les taux réels chutent verticalement en Europe est incroyable.
    Plus il y a d’inflation,plus les taux réels plongent,plus cela crée de l’inflation nouvelle.
    Une seule façon d’éviter l’hyperinflation:il faudrait monter les taux de 5 a 6%!
    Si la BCE le fait,alors l’économie et l’immobilier implosent.
    Donc hyperinflation en vue.
    Agravée par le fait que les dirigeants européens n’y connaissent plus rien en économie,ils sont totalement dépassés et tétanisés.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s