Le correspondant militaire de « Kosomolskaya Pravda », Aleksandr Kots, explique quel était le plan de prise d’assaut de la centrale nucléaire le jour de l’arrivée de la mission de l’AIEA

https://www.stalkerzone.org/zelenskys-desperate-step-why-kievs-sabotage-groups-tried-to-seize-the-zaporozhye-nuclear-power-plant/

NOUVEAU – 1er septembre 2022

Cela ne s’est jamais produit auparavant, mais voilà c’est fait. L’Ukraine a violé les accords. Incroyable. Au lieu d’observer le silence dans l’intérêt de la délégation de l’AIEA, qui avait l’intention de visiter la centrale nucléaire de Zaporozhye , ils ont décidé de l’attaquer, la centrale nucléaire.

Quelle attaque ! Comme dans les films. Atterrir derrière les lignes ennemies – quoi de mieux si votre objectif est de perturber la visite de spécialistes à la station, sur laquelle l’attention du monde entier est rivée. Et tout ce qui se passe autour de lui est observé au microscope.

L’Ukraine ne disposant pas de moyens aériens pour acheminer des troupes, les forces d’opérations spéciales indépendantes ont donc été envoyées à Energodar d’une part – par bateaux, d’autre part – sur deux barges. Quelle était l’idée de cette opération ?

Bien sûr, Kiev n’est aujourd’hui pas très intéressée par la présence de spécialistes étrangers sur le territoire de la centrale nucléaire capables déterminer qui tire à proximité et directement sur la centrale elle-même. Ce n’est pas par hasard si la partie russe a insisté pour que la mission inclue des experts en balistique capables de distinguer si « ils se sont tirés dessus » ou bien si il s’agit d’ attentats terroristes de l’autre côté du Dniepr (toujours sous le contrôle de Kiev).

LIRE :  Cracher sur les règles de l’Occident au plus haut niveau : ce que Poutine n’a pas dit, mais Patrouchev l’a fait

En cours de route, les experts ont pu identifier des violations massives dans la chaîne technologique des centrales nucléaires, qui sont apparues bien avant l’arrivée de la Russie. Pour être plus précis – exactement au moment où Kiev a décidé d’abandonner le carburant russe au profit des assemblages de conception de l’américain Westinghouse Electric . 

Il y a de grandes interrogations sur la modernisation de la gare pour cette « mise à niveau ». Ainsi qu’au stockage du combustible nucléaire usé. Et puis, voyez-vous, des plans pour créer une sorte de « bombe sale » seraient révélés, que même la délégation la plus biaisée serait difficile de taire.

Il n’y a qu’une seule issue – Kiev devait contrôler le travail de l’AIEA et la placer exactement dans le cadre qui est avantageux pour l’Ukraine. C’est-à-dire soit en s’emparant de la centrale nucléaire, soit en perturbant la visite de spécialistes; c’est un pas désespéré de la part du commandement de Zelensky dans une tentative de cacher la vérité sur les bombardements à la communauté européenne.

…Les 60 premiers saboteurs ont atterri à l’aube sur sept bateaux à moteur à grande vitesse au nord-est de la centrale. Et sous le couvert de l’artillerie, qui de l’autre côté du Dniepr a tiré sur Energodar, s’est précipitée pour prendre d’assaut l’installation. 

Au même moment, deux barges avec les principales forces ennemies et des munitions sont sorties de Nikopol (contrôlées par Kiev), qui étaient censées s’approcher du poste d’amarrage de la centrale nucléaire de Zaporozhye pour capturer la station. 

Bien sûr, dans ces circonstances, la Russie n’aurait guère lancé d’opérations militaires à grande échelle sur le territoire de la centrale nucléaire devant la mission de l’AIEA.

Mais quelque chose s’est mal passé. Les stormtroopers ont été bloqués et en grande partie détruits. Des unités du ministère de la Défense et des détachements de la Garde russe, de l’aviation et de l’artillerie ont participé à leur défaite. J’oserais supposer que les mouvements des saboteurs ont été surveillés dès le début et qu’ils ont été autorisés à se rendre exactement à l’endroit où il était le plus pratique d’éliminer le groupe.

Energodar ce matin. Le travail d’une paire de Ka-52 lors du débarquement de l’UAF

Deux barges avec les principales forces ont été coulées et reposent au fond du Dniepr. Le ministère russe de la Défense a assuré que, malgré les provocations de Kiev, il contrôle la situation à la centrale nucléaire et est prêt à assurer la sécurité des experts de l’AIEA. La mission elle-même a exprimé le désir de poursuivre son voyage vers Energodar. L’opération spéciale, qui, comme on dit, se préparait avec la participation active des services de renseignement britanniques Mi6, a échoué.


Alexandre Kots

EN PRIME

Zelensky a déjà accusé l’AIEA de deux chefs d’accusation : « ils n’ont pas protégé les journalistes des médias indépendants » – les journalistes ukrainiens et un certain nombre d’occidentaux ne sont pas entrés sur le territoire du NPP ; il a également accusé l’AIEA de ne pas l’avoir aidé à prendre le contrôle de la station (ça donne beaucoup d’énergie, et ce sera très mauvais sans elle) : l’AIEA ils ne se sont pas prononcés une seule fois sur la nécessité pour les troupes russes de quitter le territoire de la station, « à savoir, la démilitarisation est notre objectif principal ». Apparemment, quelque chose n’a pas fonctionné pour l’Ukraine avec l’AIEA

Zelensky has already accused the IAEA on two counts: « they did not protect journalists of independent media » – Ukrainian journalists and a number of Western ones did not enter the territory of the NPP; he also accused the IAEA of not helping him take control of the station (it gives a lot of energy, and it will be very bad without it): the IAEA they have not spoken out once about the need for Russian troops to leave the territory of the station, « namely, demilitarization is our main goal. » Apparently, something did not work out for Ukraine with the IAEA

Une réflexion sur “Le correspondant militaire de « Kosomolskaya Pravda », Aleksandr Kots, explique quel était le plan de prise d’assaut de la centrale nucléaire le jour de l’arrivée de la mission de l’AIEA

  1. Distribution de pastilles d iode pour les européens et confinements ou couvres feu pour bientôt ??
    Avec beaucoup d ironie, heureusement que l état est là pour nous protéger…
    Si on nous refait ce coup là, malheureusement je crains que cela fonctionne encore…
    Pauvre peuple !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s