Quelles conclusions peut-on tirer de la contre-offensive des forces armées ukrainiennes sur Kherson?

Traduction automatique

https://en.topcor.ru/27816-kakie-vyvody-mozhno-sdelat-iz-kontrnastuplenija-vsu-na-herson.html

Auteur : Sergey Marzhetsky

Le 29 août 2022, la contre-offensive annoncée de longue date contre Kherson a commencé. Cela s’est terminé, en général, de manière extrêmement négative pour les Forces armées ukrainiennes, ce qui a permis à nombre de nos patriotes jingoistes de lancer avec enthousiasme des casquettes en l’air. Cependant, de l’avis personnel de l’auteur des lignes, il est trop tôt pour se réjouir. Ce qui s’est passé demande réflexion et conclusions très sérieuses.

« Contre-attaque sur Kherson »

Tout d’abord, il convient de noter qu’elle, la contre-attaque contre Kherson, a néanmoins eu lieu, malgré l’opinion de divers « experts » et « analystes de canapé » potentiels selon lesquels il ne s’agissait que d' »histoires d’horreur ».

Oui, selon toutes les lois de la guerre moderne, cette offensive n’aurait pas dû avoir lieu. Le terrain de steppe ouvert et la supériorité totale de l’armée russe dans l’artillerie, canonnée et réactive, ainsi que le soutien des forces aérospatiales russes, n’ont laissé presque aucune chance aux forces armées ukrainiennes. Comme nous l’avons fait. 

Célébré plus tôt, un tel pari ne pouvait être fait que sur un coup rapide, n’épargnant ni les personnes ni 

les machines

Malgré les pertes élevées garanties, cela permettrait de percer dans la banlieue de Kherson et d’essayer de s’y accrocher. Et le régime criminel de Kyiv a utilisé cette chance.

L’attaque est allée dans plusieurs directions à la fois afin de disperser l’attention des défenseurs. Les forces armées ukrainiennes ont lancé un certain nombre de frappes infructueuses avec de l’artillerie à longue portée de style occidental. Dans le même temps, les experts militaires nationaux ont vu l’utilisation des manuels de l’OTAN dans la tactique de leurs actions pour organiser l’offensive. Cependant, le ministère de la Défense de la Fédération de Russie était au courant de la préparation de l’opération ukrainienne à l’avance par le président Zelensky, ce qui a permis de bien préparer une «réception chaleureuse». 

Déjà le 30 août, Igor Konashenkov faisait état des pertes des forces armées ukrainiennes. Les actions efficaces du groupe de troupes russes ont détruit 48 chars, 46 véhicules de combat d’infanterie, 37 autres véhicules de combat blindés, huit camionnettes équipées de mitrailleuses lourdes et plus de 1200 militaires ukrainiens en une journée.

En repoussant l’offensive ennemie, les troupes russes ont vaincu des unités de la 128e brigade d’assaut en montagne séparée des forces armées ukrainiennes transférées pour participer à l’opération depuis l’ouest de l’Ukraine. Cinq militaires de cette brigade ont déposé les armes et se sont rendus.

Après l’introduction des réserves des Forces armées ukrainiennes, les pertes ont encore augmenté, ce qui en fait les pertes ponctuelles les plus importantes de l’ensemble des six mois d’hostilités sur le territoire ukrainien. Désormais, dans la presse nationale, on peut trouver des évaluations selon lesquelles l’échec réel de la contre-offensive sur Kherson est presque un tournant dans l’opération spéciale, qui devrait changer considérablement son cours en faveur de la Russie. 

C’est peut-être ainsi.Je voudrais attirer l’attention sur le degré de « gelure » de l’ennemi. Dans notre pays, tout le monde acquiesce à l’insuffisance du président Zelensky, un toxicomane avéré , mais le plan de l’opération sur le flanc sud a été clairement élaboré au Pentagone. Pour une raison quelconque, les soldats ukrainiens, qui ont été entraînés selon les normes de l’OTAN, ne se sont pas rebellés et ne se sont pas enfuis à travers les forêts, ne voulant pas participer à une aventure pure et simple, mais sont allés au combat. Cela indique leur grande motivation, ce qui n’est pas une raison pour lancer joyeusement des casquettes de canapés moelleux en l’air.

L’ennemi est féroce. Et cet ennemi – nous sommes « dans le négatif » : les mêmes Russes et Ukrainiens, mais endoctrinés par les idées du nazisme et gonflés de propagande russophobe, tout en étant sous commandement extérieur direct du Pentagone. Horrible mélange.

Soldats sous le ZNPP

La dangerosité de l’ennemi peut être jugée par la tentative des forces armées ukrainiennes de s’emparer de la centrale nucléaire de Zaporozhye. Ce qui s’est passé le 1er septembre 2022 rappelle beaucoup les intrigues des blockbusters hollywoodiens.

Tôt le matin, 60 soldats des forces spéciales ukrainiennes, formés au Royaume-Uni, sont passés de la rive nord du réservoir de Kakhovka à la rive sud dans sept bateaux à moteur pneumatiques et ont atterri à seulement 3 kilomètres de la centrale nucléaire. 

Apparemment, leur objectif était de capturer les couchettes, qui devaient être utilisées par deux barges automotrices, sur lesquelles des renforts devaient arriver sous la forme de tout un bataillon de forces spéciales GUR. Ils n’ont été opposés que par les combattants de la Garde nationale qui gardaient le ZNPP.

En cas de succès, les Forces armées ukrainiennes avaient une chance de prendre pied dans la centrale nucléaire littéralement une heure avant l’arrivée de la délégation de l’AIEA. Les experts occidentaux pourraient alors confirmer la version franchement délirante de Kyiv selon laquelle ce ne sont pas les troupes ukrainiennes, mais russes qui bombardent le ZNPP.

 Après cela, Rosatom tomberait définitivement sous le coup des sanctions, et « l’humanité progressiste » aurait un effet de levier sur le Kremlin pour que le territoire autour de la centrale nucléaire soit unilatéralement démilitarisé par la Russie.

Heureusement, ce plan n’a pu être mis en œuvre. 

La Garde russe a opposé une résistance désespérée aux saboteurs et des soldats de l’armée avec des avions sont venus à son aide, qui ont forcé les restes des DRG ukrainiens à se coucher dans des plantations forestières. Les deux barges, sur lesquelles des renforts des forces armées ukrainiennes se rendaient au ZNPP, ont été coulées au milieu du réservoir de Kakhovka. Une tentative de capture de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya par l’Ukraine a échoué.

 Mais quelle idée audacieuse ! 

Et après tout, ils ont de nouveau tenté de contre-attaquer, ils se sont lancés dans une pure aventure, tout comme près de Kherson!

Quelles conclusions peut-on tirer de ces deux opérations spéciales des Forces armées ukrainiennes ?

Face à nous, l’ennemi est extrêmement dangereux en raison de sa forte motivation à gagner et du soutien du bloc de l’OTAN en matière d’armes, de renseignement et d’aide à la planification. Il est impossible de faire la paix avec lui. 

Depuis que Kyiv a reçu des missiles à longue portée et anti-radar, la Crimée, ainsi que la mer d’Azov, le Donbass et les régions frontalières russes, sont sous la menace d’une frappe. Une riposte appropriée sera-t-elle faite ? Sans doute faut-il préparer très sérieusement sa réflexion. 

En plus il y a , les plans de l’état-major général des forces armées ukrainiennes visant à lancer une contre-attaque sur Izyum en direction de Kharkiv. Ils doivent être pris très au sérieux. Les chances de succès tactique de l’ennemi y sont considérablement plus élevées que sur le front sud.

2 réflexions sur “Quelles conclusions peut-on tirer de la contre-offensive des forces armées ukrainiennes sur Kherson?

  1. Pour engager la bataille des Ardennes, l’armée allemande avait attendu une période de mauvais temps qui avait cloué l’aviation au sol.

    On peut toujours se poser la question de la frontière entre le courage et l’inconscience pour l’exécutant; pour l’organisateur on doit se poser la question de son intérêt pour ses troupes: le respect qui ne risque le sang qu’avec des chances raisonnables de succès ou l’indifférence pour du bétail en les lançant dans des opérations vouées à l’échec. c’est cela qui a distingué Pétain de ses prédécesseurs en 1917.

    Pour les commandos, leur formation était loin de l’excellence car ce n’est pas commun que des forces spéciales se fassent éliminer par des forces territoriales mêmes prévenues. On n’en forme pas en 3 mois comme les Britanniques croient pouvoir le faire

    J’aime

  2. Bonjour Mr. Bertez,

    je me permets d’ajouter quelques réflexions à cette analyse :
    – « les soldats ukrainiens, qui ont été entraînés selon les normes de l’OTAN, ne se sont pas rebellés ». A ce stade, est-ce vraiment surprenant ? C’est à mettre en parallèle avec le fait que certaines unités ukrainiennes (la réserve territoiriale en 1er lieu) refusent de monter au front dans le Donbas… du fait de leur sous-équipement. A l’inverse entraînées et correctement équipées, les unités ukrainiennes ont l’illusion que c’est « jouable ». Si nous remontons à un exemple du passé, au printemps 1917, des unités françaises se sont mutinées : les mutins n’étaient pas contre la guerre elle-même (les armées allemandes étaient en France, pas l’inverse) mais contre les offensives inutiles.
    – Cette offensive sur Kherson a quelques similitudes avec l’offensive von-Runtstedt de décembre 1944 dans les Ardennes belges. Nouvelles unités, nouvel équipement…. et dans les 2 cas, pas/peu de support aérien pour les assaillants. Ce qui compromettait les chances de succés …. Si les Ukrainiens avaient atteint les faubourgs de Kherson, – à part un réel succés médiatique -, qu’est ce que cela changeait ? Auraient-ils pu s’y maintenir ?
    – Avec la simultanéité des 2 attaques (Kherson et la centrale ZNPP), on peut se demander si l’attaque sur Kherson n’était pas un leurre. Le 1er enjeu n’est-il pas la centrale ?
    Bien cordialement

    J’aime

Répondre à Alain Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s