Les Etats Unis écrivent des romans, les Russes eux se concentrent sur le résultat final: Bakhmut!

 

BY 

M. K. BHADRAKUMAR

Une caractéristique récurrente de la guerre froide était que les États-Unis accordaient presque toujours une grande importance aux effets d’optique des affaires soviéto-américaine tandis que Moscou choisissait de se concentrer sur le résultat final. 

La crise des missiles de Cuba est l’exemple le plus connu où le dénouement concernait l’abandon public du déploiement soviétique prévu de missiles à Cuba, une déclaration publique américaine et un accord pour ne plus envahir Cuba. Mais on a appris plus tard qu’il y avait aussi   une partie non rendue publique, à savoir le démantèlement de tous les missiles balistiques Jupiter qui avaient été déployés par les Etats Unis en Turquie

Le modèle de comportement reste le même en Ukraine. 

Selon le récit occidental, la Russie regarde l’abîme de la défaite au milieu de la « déroute » dans la région de Kharkov. Fait intéressant, cependant, aux niveaux des responsables périphériques, il y a une réticence notable à battre les tambours; probablement parce qu’ils ont compris que les forces ukrainiennes sont simplement revenues dans la direction Balakleysko-Izyum pour occuper les zones que les Russes avaient prévu de quitter. 

Moscou laisse à nouveau le terrain de la fabrique du roman superficiel entièrement aux journalistes américains.

Moscou se concentre sur le résultat final, qui a eu trois dimensions :

-premièrement, achever l’évacuation en cours depuis la direction Balakleysko-Izyum sans perte de vies

-deuxièmement, exploiter les mouvements de troupes ukrainiennes pour cibler les forces ukrainiennes qui sont maintenant à découvert, les russes les pilonnent depuis des positions bien fortifiées dans la région de Kharkov

-troisièmement, se concentrer sur la campagne à Donetsk. 

La dernière partie devient très sensible pour Moscou, car une partie importante des « correspondants de guerre » russes ont publié des rapports sensationnels selon  lesquels c’est maintenant l’apocalypse. Même des politiciens de haut rang comme Gennady Zyuganov, secrétaire général du Parti communiste et voix puissante à la Douma d’État, se sentent nerveux. 

Zyuganov a déclaré mardi lors de la première réunion plénière de la session d’automne de la Douma d’État russe que « l’opération spéciale »   s’est transformée en une guerre à part entière et que la situation sur le front a « considérablement changé » au cours des deux derniers mois. 

Un extrait du discours, publié sur le site Web du Parti communiste,  citait également Zyuganov disant que « chaque guerre nécessite une réponse. Elle exige avant tout une mobilisation maximale des forces et des ressources. Cela exige une cohésion sociale et une hiérarchisation claire.

Bien que conçu comme une critique constructive, le conseil de Zyuganov sera presque certainement ignoré par le Kremlin. Le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a répondu avec empressement : « Pour le moment, non, la mobilisation totale ou partielle ce n’est pas à l’ordre du jour . » 

La base de soutien du président Poutine reste aussi solide que jamais. Les récentes élections régionales et locales russes se sont en partie transformées en « référendum » sur la situation en Ukraine. Et le fait que le parti au pouvoir ait obtenu l’un des meilleurs résultats de son histoire en remportant environ 80 % des mandats dans les parlements régionaux et locaux montre un vote de confiance retentissant envers la   direction de Poutine. 

Cela dit, les « patriotes en colère » posent un casse-tête. C’est pourquoi la dernière   situation autour de Bakhmut à Donetsk revêt une importance particulière. Bakhmut est sans aucun doute la cheville ouvrière de toute la fortification que Kiev a érigée dans le Donbass au cours des 8 dernières années. C’est un carrefour de communication stratégique avec des routes dans de nombreuses directions –   Lysychansk, Horlivka, Kostiantynivka et Kramatorsk – et le contrôle de la ville est vital pour établir une suprématie totale sur la région de Donetsk.

Les troupes russes et les milices alliées tentent depuis le 3 août de percer les défenses ukrainiennes dans le sens Bakhmut-Soledar mais avec un succès mitigé. Maintenant arrivent des rapports selon lesquels les Russes sont entrés dans la ville de Bakhmut et ont pris le contrôle de la zone industrielle dans les parties nord-est. 

Certains rapports indiquent que les sous-traitants militaires russes connus sous le nom de groupe Wagner ont été déployés à Bakhmut. Il s’agit d’anciens militaires hautement qualifiés. 

Les enjeux sont extrêmement élevés. Pour Kiev, toute la logistique des opérations à Donetsk peut s’effondrer si elle perd le contrôle de Bakhmut. Quant aux Russes, la percée dans la direction Bakhmut-Soledar lèvera le principal obstacle à l’offensive cruciale vers l’axe Slaviansk-Kramatorsk à l’ouest, le dernier conglomérat des forces ukrainiennes à Donetsk. Bakhmut n’est qu’à 50 km de Slavyansk-Kramatorsk. 

Parlant de la « contre-offensive » ukrainienne le week-end dernier à la National Public Radio, le général Mark Milley, président américain, Chiefs of Staff, avait fait quelques remarques intéressantes : 

  • L’Ukraine a accumulé une bonne quantité de puissance de combat. La façon dont ils l’utilisent sera désormais le facteur déterminant. Les choses se préciseront « dans les jours et semaines à venir ».
  • Jusqu’à présent, l’armée ukrainienne s’est extrêmement bien battue en défense. La défense a toujours été la forme de guerre la plus puissante. 
  • L’Ukraine passe maintenant à des opérations offensives où il est essentiel d’intégrer la puissance de feu dans sa manœuvre afin d’atteindre la supériorité. 
  • Par conséquent, « il reste à voir » ce qui se passera dans les prochaines semaines. « C’est une tâche très, très difficile que les Ukrainiens entreprennent » – combinant leur attaque avec une manœuvre.

L’offensive ukrainienne à Kharkov a été planifiée comme une attaque de flanc pour encercler et détruire les groupements russes dans la région de Balakleya, Kupyansk et Izyum. Mais le commandement russe avait anticipé une telle tentative, car sa ligne de front s’était amincie ces derniers temps. Les forces ukrainiennes étaient presque 4 à 5 fois plus nombreuses que les Russes. 

Fait intéressant, en prévision d’une offensive ukrainienne, les civils qui ont accepté de quitter la région pour la Russie ont été évacués des colonies menacées dans des convois militaires. Utilisant des tactiques de défense mobile sous le couvert d’unités spécialement organisées, les Russes ont finalement réussi à retirer leurs forces. 

Finalement , le plan ukrainien/américain/OTAN de manœuvrer une attaque de flanc et d’encercler les troupes russes a été contrecarré avec des pertes minimes. D’autre part, les Ukrainiens admettent également que les Russes ont infligé d’importantes pertes de main-d’œuvre à leurs adversaires (qui comprenaient une grande partie des combattants des pays de l’OTAN).   

Mais l’armée russe a également commis des erreurs. Ainsi, leurs positions avancées n’ont pas été minées – assez inexplicablement; la collecte de renseignements de première ligne était déficiente; et les troupes russes résiduelles (réduites à un tiers de l’effectif total) n’étaient même pas équipées d’armes antichars. 

Le résultat le plus important des événements de la semaine dernière est que le conflit a pris la nature d’une guerre à part entière.

 Zyuganov n’était pas à côté de la plaque lorsqu’il a déclaré dans son discours à la Douma d’État russe : « L’opération militaro-politique… s’est transformée en une guerre à part entière, qui a été déclarée contre nous par les Américains, les membres de l’OTAN et une Europe unifiée. 

« Une guerre est fondamentalement différente d’une opération spéciale. Une opération spéciale est quelque chose que vous annoncez — et quelque chose que vous pouvez choisir d’y mettre fin. Une guerre est quelque chose que vous ne pouvez pas arrêter même si vous le voulez. Il faut se battre jusqu’au bout. 

La guerre a deux issues possibles : la victoire ou la défaite. 

Poutine a une grande décision à prendre maintenant. 

Le point positif est que la ligne de front a été redressée et que d’importantes réserves russes sont transférées sur les champs de bataille, de facto, un état de guerre existe désormais entre la Russie et l’OTAN. 

Les récents appels téléphoniques à Poutine successifs du président français Emmanuel Macron et ldu chancelier allemand Olaf Scholz , après un intermède de plusieurs mois, signalent qu’il y a peut être une raison pour eux, d’essayer de reprendre langue avec le chef du Kremlin. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s