Nulle part ailleurs: le sommet du multilatéralisme. L’OSC à Samarcande.

Le sommet de l’OCS de cette semaine offre beaucoup d’espoir pour un monde plus sain et plus pacifique.

Le 22e sommet de cette semaine de l‘Organisation de coopération de Shanghai promeut explicitement et sans réserve le partenariat pacifique et le multilatéralisme – en contraste frappant avec la vision occidentale de facto du monde de l’hégémonie et des conflits sans fin.

Le sommet de l’OCS, qui s’est tenu jeudi et vendredi, a vu les dirigeants de 15 pays se réunir en Ouzbékistan, pays qui accueille le rassemblement cette année. Le lieu dans l’ancienne ville de Samarkand est tout à fait approprié. C’est l’une des plus anciennes villes d’Asie et c’était une plaque tournante des routes de la soie séculaires pour le commerce et l’interaction humaine.

Mais la conférence est beaucoup plus tournée vers le présent et l’avenir que vers le passé historique. Le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev a salué l’événement comme « la naissance d’une nouvelle étape » dans le développement de l’OCS pour « lancer un nouveau dialogue inclusif » entre les nations.

Les présidents Vladimir Poutine de Russie et Xi Jinping de Chine étaient présents ainsi que les dirigeants de l’Inde, du Kazakhstan, du Kirghizistan, du Tadjikistan, du Pakistan et du pays hôte, l’Ouzbékistan. Ces huit nations sont les principaux membres actuels de l’OCS.

L’Iran doit devenir membre à part entière cette année et les autres membres potentiels présents incluent la Biélorussie, la Turquie, l’Arabie saoudite, le Qatar et les Émirats arabes unis. 

Une dizaine de nations sont dans la file d’attente pour éventuellement rejoindre l’organisation. Ils comprennent l’Afghanistan, la Mongolie, le Cambodge et le Népal. 

L’Arménie et l’Azerbaïdjan sont également en file d’attente pour rejoindre l’OCS. Il y a de l’espoir que leurs dirigeants pourraient trouver une certaine convergence de vues lors du forum de cette semaine pour réprimer la récente flambée de violence entre les deux voisins caucasiens.

La perspective d’adhésion de l’Afghanistan est poignante. Le pays est en grande détresse économique après 20 ans de guerre de l’OTAN dirigée par les États-Unis. L’année dernière, les États-Unis ont finalement abandonné le pays d’Asie centrale dans la défaite et le désarroi, après avoir mis cette nation à genoux après la guerre et l’occupation. Il est approprié que l’Afghanistan se tourne maintenant vers la reconstruction sous les auspices fraternels des pays voisins dans le cadre du Conseil de coopération de Shanghai.

Le SCO a été fondé en 2001 à Shanghai. Son siège est à Pékin, la capitale chinoise. Ses origines remontent à 1996 lorsque la Russie et la Chine ont cofondé le Shanghai Five Group. Lorsque l’Ouzbékistan a adhéré en 2001, le forum est alors officiellement devenu l’Organisation de coopération de Shanghai.

Au cours des deux dernières décennies, l’organisation n’a cessé de croître pour représenter aujourd’hui le plus grand bloc régional du monde en termes de couverture géographique et de population. Avec ses membres actuels, l’OCS représente 40 % de la population mondiale et environ un tiers de la production économique mondiale totale. Avec l’ajout prévu de nouvelles nations, il aura une importance inégalée en tant qu’organisme intergouvernemental.

L’OCS est l’expression la plus tangible du monde multipolaire émergent. 

Ses principes fondateurs reposent sur le dialogue mutuel et la coopération dans le respect du droit international et de la souveraineté nationale inaliénable. L’organisation proclame un partenariat et une coexistence pacifiques en pleine conformité avec la Charte des Nations Unies fondée en 1945 au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

S’exprimant lors du sommet cette semaine, le président russe Poutine a déclaré que l’OCS était « un forum de coopération constructive et créative ». Il a souligné que si les pays membres ont des cultures et des politiques étrangères différentes, ils sont tous unis par un engagement à travailler ensemble en tant que partenaires égaux respectant la souveraineté de chacun et le principe de non-ingérence.

Le président chinois Xi a fait remarquer que la vision de l’OCS était en harmonie avec l’initiative « la Ceinture et la Route » de son pays pour le développement économique international. Le projet a près de 10 ans et a soudé plus de 100 nations dans un partenariat pour la coopération et le développement économiques soutenus par des investissements commerciaux et des échanges chinois massifs. La Chine est en passe de devenir la première économie mondiale, dépassant les États-Unis.

La vision positive de l’OCS contraste vivement avec l’approche à l’occidentale des relations internationales. Sous la direction des États-Unis, le modèle occidental est de plus en plus perçu comme une entrave au développement mondial.

En effet, on peut aller plus loin et affirmer que les États-Unis et leurs partenaires occidentaux créent un monde de conflits incessants, d’insécurité et de régression. En effet, Washington poursuit l’ambition hégémonique d’un monde unipolaire dominé par les États-Unis où les intérêts de l’Amérique et de ses alliés occidentaux sont la seule prérogative et l’unique priorité.

Cet état d’esprit hégémonique est en contradiction avec les principes fondateurs de l’ONU et du droit international. Bien sûr, les États-Unis et leurs alliés européens usent d’une charmante rhétorique revendiquant des intentions vertueuses. Mais la rhétorique rose est contredite par la pratique patente du comportement unilatéral et le mépris systématique du droit international. Aucune nation n’est plus en désaccord avec la Charte des Nations Unies que les États-Unis: ils poursuivent sans motif la guerre et la violence pour satisfaire leurs intérêts. « La rhétorique américaine (et européenne) égoïste est une tromperie dégoûtante et hypocrite pour ce qui est manifestement une conduite impérialiste et criminelle ».

Le président Poutine a noté lors du sommet de l’OCS que les efforts américains pour imposer un monde unipolaire « ont pris une forme totalement négative ces derniers temps, que l’écrasante majorité des nations de la planète trouve inacceptable ». Il a ajouté que la Russie, la Chine et l’OCS « se tiennent ensemble pour un monde juste, démocratique et multipolaire basé sur le droit international et le rôle central des Nations Unies, et non sur certaines règles que quelqu’un a inventées et tente d’imposer aux autres sans même expliquer ce qu’elles sont . »

Lorsque les États-Unis et leurs alliés occidentaux parlent d’« ordre mondial fondé sur des règles », ils entendent en réalité un ordre asservi à leurs intérêts économiques et politiques égoïstes. Toute nation qui ne se conforme pas à ce diktat est susceptible d’être sabotée par une agression militaire ou une guerre économique, cette dernière étant appelée par euphémisme « sanctions ».

Le conflit en Ukraine, qui a maintenant dépassé la barre des 200 jours, est un exemple de cette mentalité hégémonique dans la pratique. La guerre dans ce pays a été présagée par des années d’agression par les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN pour déstabiliser la Russie parce que Moscou a refusé d’apaiser les intérêts impériaux de Washington. À une époque d’immenses tensions économiques mondiales, les États-Unis et leurs partenaires de l’OTAN acheminent des dizaines de milliards de dollars d’armes vers l’Ukraine dans une croisade belliciste. Il n’y a pas la moindre prétention d’essayer de trouver une solution pacifique et diplomatique au conflit. L’Ukraine est utilisée et abusée comme tremplin pour une guerre menée par les États-Unis contre la Russie, une guerre qui pourrait exploser en une troisième guerre mondiale catastrophique.

Les États-Unis et leurs acolytes occidentaux opèrent en créant continuellement des relations de guerre froide et de fausses démarcations d’inimitié entre les nations. La mentalité sociopathe est la suivante : vous êtes soit avec nous (c’est-à-dire soumis) soit contre nous (c’est-à-dire un ennemi).

Le problème de la Russie avec les États-Unis n’est en aucun cas unique à la Russie. Des dizaines d’autres nations figurent sur la liste noire de Washington en matière de guerre économique. Cuba se distingue peut-être dans le cas le plus flagrant, sous le marteau des sanctions depuis plus de six décennies pour la seule raison qu’elle a un gouvernement socialiste. L’Iran, le Venezuela, la Corée du Nord, la Syrie, le Nicaragua et bien d’autres sont assaillis de sanctions économiques simplement pour ne pas avoir respecté le mandat d’hégémonie de Washington. Tout cela est totalement illégal et en violation totale de la Charte des Nations Unies et du droit international. Pourtant, les États-Unis ont l’audace d’étiqueter les autres comme « voyous », « paria » et « État terroriste », alors que le fait est que Washington est le premier État criminel du monde.

L’ingérence dans les affaires intérieures d’autres nations est le modus operandi standard des États-Unis. Cette semaine, le Sénat américain a présenté un projet de loi qui fournira à Taïwan 6,5 milliards de dollars d’armes militaires. Le soi-disant Taiwan Policy Act 2022 est une attaque directe contre la politique d’une seule Chine mandatée par l’ONU et la souveraineté de la Chine sur Taiwan. C’est encore une autre violation du droit international et en fait des propres lois des États-Unis concernant les relations conventionnelles avec la Chine. À quel point pouvez-vous devenir perfide et voyou ?

La Maison Blanche a également averti cette semaine la Chine de « ne pas faire affaire avec la Russie ». Il a déclaré que la Chine deviendrait «isolée» si elle le faisait.

Xi Jinping et Vladimir Poutine ne peuvent que sourire aux ridicules gesticulations américaines. Le sommet de l’OCS est la preuve que la Russie et la Chine sont loin d’être isolées. Ils englobent des nations qui représentent la majorité de l’humanité. Ce sont les dirigeants américains fous de pouvoir qui s’isolent dans leur épouvantable souhait de mort pour la planète.

Encore une fois, tout l’intérêt de la conduite des États-Unis est de provoquer des divisions, des tensions, des antagonismes et finalement la guerre afin de projeter leurs intérêts. L’économie capitaliste américaine y prospère. Sans elle, il meurt.

Les États-Unis sont incapables de coopération et de coexistence pacifiques parce que leurs intérêts impérialistes sont fondamentalement anathèmes face à une telle conduite respectueuse des lois.

L’ironie amère est que les nations européennes paient maintenant très cher en suivant l’hégémonie américaine avec leur propre destruction auto-infligée. Ce qui prouve que les intérêts américains sont singulièrement exclusifs malgré la rhétorique trompeuse sur les « alliés ». D’autres nations ne sont que des servantes à cette fin, bien qu’elles reçoivent le titre faux et cynique d’« alliés ». Sous la terrible mauvaise direction des gouvernements européens et d’une bureaucratie de l’Union européenne qui se plie à Washington au lieu d’écouter les besoins de leurs citoyens, les populations européennes sont soumises à une privation économique sans précédent. Cet hiver verra des scènes extraordinaires de misère sociale dues aux pénuries de carburant et à une inflation paralysante.

Heureusement, cependant, les jours de l’empire américain et de ses satellites serviles sont révolus. L’économie capitaliste américaine est à l’agonie. La puissance mondiale américaine sape comme un vieil homme dont les jours virils sont révolus depuis longtemps. L’Oncle Sam a peut-être encore des désirs vaguement entretenus de contrôle et de domination, mais il est de plus en plus impuissant à faire quoi que ce soit à ce sujet. Les régimes européens pathétiques n’ont pas encore compris la nouvelle réalité et ils sombrent avec leur oncle américain décrépit.

Il ne s’agit cependant pas d’être complaisant. 

Nous vivons une période anxieuse de changement historique. 

L’unipolarisme dirigé par les Américains est mourant et désespéré. Cela le rend extrêmement dangereux, comme en témoigne la folie de l’OTAN dirigée par les États-Unis pour la guerre, la guerre et encore plus de guerre.

C’est pourquoi le sommet de l’OCS de cette semaine offre beaucoup d’espoir pour un monde plus sain et plus pacifique.

Editorial de S.C. du 16 septembre.

EN PRIME

Le président chinois Xi Jinping a prononcé vendredi à Samarcande une allocution lors de la 22e réunion du Conseil des chefs d’Etat de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

Voici le texte intégral de l’allocution :

Suivre la tendance de notre époque et renforcer la solidarité et la coopération pour bâtir ensemble un meilleur avenir

— Allocution de M. Xi Jinping

Président de la République populaire de Chine

à la 22e Réunion du Conseil des Chefs d’État

de l’Organisation de Coopération de Shanghai

Samarcande, 16 septembre 2022

Excellence Monsieur le Président Chavkat Mirzioïev,

Chers Collègues,

C’est un grand plaisir pour moi de participer à la réunion du Conseil des Chefs d’État de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS). Je voudrais remercier le Président Chavkat Mirzioïev pour son accueil chaleureux et les dispositions attentionnées. Depuis un an, la présidence ouzbèke a accompli un travail considérable et fructueux, permettant de promouvoir la coopération de l’OCS dans différents domaines. Je tiens à exprimer ma haute appréciation.

La ville de Samarcande, perle sur la Route de la Soie de renommée mondiale, a été témoin de la gloire de l’ancienne Route de la Soie qui a grandement contribué à la circulation des marchandises, à la diffusion des sciences et des technologies, à la rencontre des idées et à l’intégration de cultures diverses sur le continent eurasiatique, et apporté un éclairage historique aux pays de l’OCS pour réaliser la paix et le développement.

Cette année marque le 20e anniversaire de la signature de la Charte de l’OCS et le 15e anniversaire de la signature du Traité sur le bon voisinage, l’amitié et la coopération de long terme. Depuis des années, les États membres de l’OCS, guidés par ces deux documents fondamentaux dans leurs visions et actions, ont réussi à trouver une nouvelle voie de développement pour les organisations internationales, et accumulé d’importantes expériences réussies enrichissantes.

– Confiance politique mutuelle. Nous portons la vision de l’amitié éternelle et de la paix durable entre États membres, respectons les intérêts vitaux de part et d’autre et les voies de développement choisies par chacun, et soutenons les efforts de toutes les parties pour réaliser la paix, la stabilité, le développement et le redressement.

– Coopération mutuellement bénéfique. Nous prenons en compte les intérêts de part et d’autre, poursuivons le principe de consultations et de coopération en vue des bénéfices partagés, œuvrons au renforcement de la synergie de nos stratégies de développement et avançons toujours dans la voie de bénéfice mutuel et de prospérité commune.

– Égalité entre pays. Nous sommes d’avis que les pays, grands ou petits, sont tous égaux, et qu’il faut, conformément au principe du consensus, engager des consultations amples et amicales, et s’opposer à ce que les grands et puissants malmènent les petits et faibles.

– Ouverture et inclusion. Nous préconisons la coexistence harmonieuse et l’inspiration mutuelle entre différents pays, nations et cultures, et appelons au dialogue entre les civilisations et à la recherche d’un terrain d’entente dans la diversité. Nous sommes prêts à travailler avec plus de pays et d’organisations internationales animés d’un même idéal pour établir des partenariats et développer la coopération mutuellement bénéfique.

– Équité et justice. Nous observons scrupuleusement les buts et principes de la Charte des Nations Unies, gérons toujours les grandes questions internationales et régionales selon la réalité des faits et nous opposons à ce qu’un pays nuise aux droits et intérêts légitimes des autres pour ses propres intérêts égoïstes.

Ces cinq points illustrent pleinement l’esprit de Shanghai marqué par la confiance mutuelle, le bénéfice mutuel, l’égalité, les consultations, le respect de la diversité culturelle et la recherche d’un développement commun. Les faits prouvent que l’esprit de Shanghai est la source de vitalité pour le développement de l’OCS et surtout le principe fondamental à respecter par l’OCS à long terme. L’esprit de Shanghai nous a guidés dans l’accomplissement de grands succès et nous guidera à l’avenir dans notre marche en avant.

Chers Collègues,

Dans le développement de la société humaine, comme dans la nature, il y a du beau temps mais aussi de la pluie. Le monde d’aujourd’hui traverse des changements accélérés jamais connus depuis un siècle et est entré dans une nouvelle phase d’incertitude et de transformation. L’épidémie inédite depuis un siècle n’a pas encore été éradiquée. Les conflits régionaux regagnent du terrain. La mentalité de la guerre froide et la politique des blocs ressurgissent. L’unilatéralisme et le protectionnisme remontent. La mondialisation économique fait face à des contre-courants. Les déficits de paix, de développement, de confiance et de gouvernance continuent de se creuser. L’humanité se trouve à la croisée des chemins face à des défis sans précédent.

Face à la nouvelle situation, l’OCS, force constructive importante dans les affaires internationales et régionales, doit affronter courageusement les aléas internationaux, suivre résolument le courant de notre époque, renforcer la solidarité et la coopération, et bâtir une communauté d’avenir partagé de l’OCS encore plus solide.

Premièrement, nous devons renforcer le soutien mutuel. Il nous faut intensifier les échanges de haut niveau et la communication stratégique, approfondir la compréhension et la confiance politique mutuelles et nous soutenir mutuellement dans les efforts pour préserver la sécurité et les intérêts de développement. Nous devons nous prémunir contre les tentatives de forces extérieures d’orchestrer les  » révolutions de couleur  » et nous opposer ensemble à l’ingérence dans les affaires intérieures d’autrui sous quelque prétexte que ce soit, et prendre fermement en main notre propre destin.

Deuxièmement, nous devons élargir la coopération sécuritaire. Comme dit un proverbe ouzbek,  » La paix fait prospérer un pays, tout comme la pluie nourrit la terre « . Pour combler le déficit de paix et répondre aux défis sécuritaires dans le monde, la Chine a avancé l’Initiative pour la Sécurité mondiale et invité les pays du monde à porter la vision de sécurité commune, intégrée, coopérative et durable et à promouvoir la construction d’une architecture de sécurité équilibrée, effective et durable. La Chine sera heureuse de voir les différentes parties prendre part à la mise en œuvre de cette initiative.

Nous devons continuer de mener des exercices conjoints anti-terroristes, lutter sévèrement contre le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme, le trafic de drogue, la cybercriminalité et la criminalité transnationale organisée, et trouver des réponses efficaces aux défis sécuritaires non traditionnels comme la sécurité des données, la sécurité biologique et la sécurité spatiale. La Chine est prête à former 2 000 agents d’application de la loi pour les États membres de l’OCS dans les cinq ans à venir et à créer une base de formation Chine-OCS du personnel anti-terroriste afin de renforcer les capacités des États membres en matière d’application de la loi.

Nous devons continuer de faire valoir le rôle du groupe de contact OCS-Afghanistan et du mécanisme de coordination et de coopération des pays voisins de l’Afghanistan, et encourager les autorités afghanes à mettre en place une structure politique large et inclusive et à éliminer le terreau du terrorisme.

Troisièmement, nous devons approfondir la coopération pragmatique. Donner une vie meilleure aux populations des pays de la région est notre objectif commun. L’Initiative pour le Développement mondial lancée par la Chine vise à focaliser l’attention internationale sur le développement, à bâtir un partenariat mondial pour le développement et à réaliser un développement mondial plus fort, plus vert et plus sain. La Chine entend travailler avec les autres parties à concrétiser cette initiative dans la région et à soutenir le développement durable des pays de la région.

Nous devons mettre en œuvre les deux déclarations portant sur la préservation de la sécurité énergétique et alimentaire mondiale à adopter par le présent Sommet et mieux protéger la sécurité énergétique et alimentaire. La Chine fournira aux pays en développement qui en ont besoin des céréales et d’autres aides humanitaires d’urgence d’un montant de 1,5 milliard de yuans RMB.

Nous saluons l’adoption prochaine par ce Sommet du Plan global 2023-2027 pour la mise en œuvre du Traité de l’OCS sur le bon voisinage, l’amitié et la coopération à long terme. Nous avons à bien mettre en œuvre les documents de coopération à adopter dans le cadre du Sommet notamment sur le commerce et l’investissement, la construction des infrastructures, la préservation des chaînes d’approvisionnement, l’innovation scientifique et technologique et l’intelligence artificielle. Il est important de continuer de renforcer la synergie entre la coopération dans le cadre de l’Initiative  » la Ceinture et la Route  » et les stratégies de développement national et initiatives de coopération régionale, d’élargir la coopération sous-multilatérale et sous-régionale et de créer plus de moteurs de croissance dans la coopération.

Nous devons mettre en œuvre la feuille de route pour l’augmentation de la part des règlements en monnaie locale des États membres de l’OCS, renforcer le développement du système de paiement et de règlement transfrontaliers en monnaie locale et œuvrer à la création d’une banque de développement de l’OCS, en vue d’accélérer l’intégration économique régionale. La Chine accueillera l’année prochaine une réunion ministérielle de l’OCS sur la coopération pour le développement et un forum sur les chaînes industrielles et d’approvisionnement, et mettra en place un centre de coopération Chine-OCS en matière de mégadonnées, afin de bâtir de nouveaux moteurs pour le développement commun. La Chine est prête à mener une coopération spatiale avec les autres parties et à les soutenir, par la fourniture de services de données satellitaires, dans le développement agricole, la connectivité et la lutte contre les catastrophes naturelles.

Quatrièmement, nous devons renforcer les échanges humains et culturels. Les civilisations interagissent grâce aux échanges et progressent à travers leurs interactions. Nous devons approfondir la coopération dans les domaines tels que l’éducation, les sciences et technologies, la culture, la santé, les médias et la radiotélévision, continuer d’organiser les événements phares dont le Campus des jeunes, le Forum des femmes, le Forum d’amitié populaire et le Forum sur la médecine traditionnelle, et soutenir la Commission du bon voisinage, de l’amitié et de la coopération de l’OCS et d’autres associations populaires pour qu’elles jouent tout leur rôle. La Chine construira une zone de démonstration des sports d’hiver Chine-OCS, et tiendra l’année prochaine des forums sur la réduction de la pauvreté et le développement durable et sur des villes jumelées. Dans les trois ans à venir, elle réalisera 2 000 opérations de la cataracte à titre gratuit et fournira 5 000 places de formation des ressources humaines pour les populations des pays de l’organisation.

Cinquièmement, nous devons poursuivre le multilatéralisme. S’obstiner à monter de  » petits cercles  » entraînera le monde dans la division et la confrontation. Nous devons défendre fermement le système international centré sur l’ONU et l’ordre international fondé sur le droit international, valoriser les valeurs communes de l’humanité, et rejeter le jeu à somme nulle et la politique des blocs. Il nous faut élargir les échanges de notre organisation avec l’ONU et d’autres organisations internationales et régionales, pour poursuivre ensemble le véritable multilatéralisme, perfectionner ensemble la gouvernance mondiale et faire évoluer ensemble l’ordre international dans un sens plus juste et plus équitable.

Chers Collègues,

L’Eurasie est notre foyer commun. Sauvegarder la paix et le développement sur le continent est l’aspiration commune de tous les pays de la région et du monde entier. L’OCS assume à cet égard une responsabilité importante. Ces dernières années, un nombre croissant de pays ont demandé à rejoindre la grande famille de l’OCS, ce qui montre pleinement la force de sa vision de la coopération et la confiance largement partagée en son avenir. En œuvrant au développement et à l’élargissement de l’OCS et en valorisant son rôle positif, nous pourrons injecter des énergies positives et insuffler un nouveau dynamisme à la sauvegarde de la paix durable et de la prospérité commune en Eurasie et dans le monde. La Chine soutient un élargissement actif et prudent de l’organisation, qui implique la promotion du processus d’admission de l’Iran en tant qu’État membre, le lancement de la procédure d’adhésion de la Biélorussie, l’admission de Bahreïn, des Maldives, des Émirats arabes unis, du Koweït et du Myanmar en tant que partenaires de dialogue et l’octroi aux pays candidats concernés des statuts juridiques pertinents. À nous de saisir l’opportunité pour consolider le consensus, approfondir la coopération et créer ensemble un bel avenir de l’Eurasie.

À cette occasion, je voudrais exprimer à l’Inde les félicitations de la Chine de prendre la prochaine présidence de l’OCS. Ensemble avec les autres États membres, nous soutiendrons l’Inde dans l’accomplissement de son travail.

Chers Collègues,

Depuis le début de cette année, face à un environnement de développement complexe et sévère tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, la Chine a poursuivi le principe général d’aller de l’avant à pas assurés, et œuvré à assurer à la fois l’efficacité de la lutte contre la COVID-19, la stabilité de l’économie et la sécurité du développement. Nous avons continué de promouvoir de manière coordonnée la lutte contre la COVID-19 et le développement économique et social. Ces efforts nous ont permis de protéger autant que possible la vie et la santé du peuple et de stabiliser au maximum les fondamentaux du développement économique et social. Les fondamentaux de l’économie chinoise, marqués par une forte résilience, un grand potentiel, une large marge de manœuvre et une soutenabilité de long terme, resteront inchangés, ce qui permettra de donner une forte impulsion à la stabilisation et à la reprise de l’économie mondiale et d’offrir des opportunités de marché plus importantes aux pays du monde.

Dans un mois, se tiendra le 20e Congrès national du Parti communiste chinois. Ce sera un congrès important qui aura lieu à un moment crucial dans la nouvelle marche de la Chine vers la construction d’un pays socialiste moderne sur tous les plans et la réalisation de l’objectif du deuxième centenaire. Le congrès fera un bilan global des accomplissements majeurs et des expériences précieuses qu’a obtenus la Chine dans la réforme et le développement, et élaborera les programmes d’action et politiques générales pour répondre aux nouveaux objectifs de développement de la Chine dans sa marche en avant et aux nouvelles attentes du peuple à l’ère nouvelle. Nous poursuivrons la voie de modernisation chinoise pour réaliser le grand renouveau de la nation chinoise et continuerons de promouvoir activement la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité. Par ses nouveaux progrès de développement, la Chine offrira de nouvelles opportunités au monde et contribuera, par la sagesse et la force, à la paix et au développement dans le monde et au progrès de l’humanité.

Chers Collègues,

Quelque long que soit le chemin, en persévérant dans la bonne direction, nous parviendrons à destination. Travaillons dans l’esprit de Shanghai pour promouvoir le développement solide de notre organisation, et construire ensemble un foyer pacifique, stable, prospère et beau.

Je vous remercie.

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s