La guerre contre l’Allemagne vient d’entrer dans sa phase chaude.

Non ce n’est pas un lapsus! Je dis bien la guerre contre l’Allemagne.

Il suffit de lire les think tanks américains – même sans lire le fake de la Rand qui tout en étant un fake dit la vérité- pour comprendre que les américains ne sont pas du tout satisfaits du comportement allemand.

Scholtz gesticule, il fait des déclarations de soutien à l’Ukraine, il cherche à montrer qu’il est bon partenaire de l’OTAN etc , mais sur le fond, sur le terrain et dans la réalité il traine les pieds.

Pire Scholz sabote l’action américaine.

Voila la réalité que bien peu d ‘observateurs osent l’exposer. Scholz sabote l’action des Anglo Saxons ; et ils en ont marre!

Scholz sabote donc il doit être mis au pas.

La pression des Verts, vendus aux américains -c’est de notoriété publique- ne suffit pas.

Il faut maintenant tordre le bras des Allemands et que cela leur fasse mal.

C’est un avertissemnt.

Lisez mon tweet ci dessous, lisez mes articles; j’affirme régulièrement que les européens ne s’alignent pas de gaité de cœur sur les américains, non, ils sont obligés parce qu’ils sont tenus.

L’Europe est tenue par les couilles à différents niveaux; mais le plus important c’est le niveau monétaire.

Et la aussi en faisant chuter l’euro, en attisant la spéculation contre l’euro , les anglo saxons donnent un avertissement aux européens: attention , disent ils nous pouvons disloquer votre pseudo-union-européenne. nous pouvons élargir les spreads , faire monter les risques de redénomination, vendre l’euro a découvert et vous enfoncer dans l’inflation importée. Non seulement nous vous ferons mal mais en plus nous gagnerons de l’argent! Beaucoup d’argent, à la Soros.

En attendant l’arme atomique dont disposent les Anglo saxons; il leur suffit de bloquer le refinancement en dollars des imbéciles et traitres banques européennes. Ces banques, qui par appât du gain se sont totalement mises dans la dépendance des eurodollars.

L’Europe ne choisit pas, elle est tenue par les chantages personnels , tenue par le chantage à la monnaie, tenue par le chantage bancaire.

Les Anglo saxons peuvent faire s’écrouler nos banques. Nous sommes tenus par l’énergie. Tenus par l’overreach juridictionnel américain.

Les gouvernements européens seraient bien avisés de changer d’alliances et au lieu de faire alliance avec les élites américaines et globalistes contre leurs pays , ils devraient refaire alliance avec leur propre peuple… n’est-ce pas Macron, qu’en penses- tu ?

Traduction d’un texte de « b » de MoA , « b » est allemand.

La guerre contre l’Allemagne vient d’entrer dans sa phase chaude

Pas plus tard qu’hier, j’ai expliqué comment les États-Unis gagnaient leur guerre contre les industries et les citoyens européens .

Cette guerre, cachée derrière la crise ukrainienne créée par les États-Unis, est conçue pour détruire l’avantage manufacturier de l’Europe par rapport aux États-Unis. Elle est cependant plus susceptible de renforcer la position économique de la Chine et d’autres économies asiatiques.

J’ai soutenu que l’Allemagne devait ouvrir le gazoduc Nord Stream II qui peut amener du gaz naturel russe en Allemagne sans traverser le territoire d’autres pays. Il doit également permettre à Siemens de réparer les compresseurs Nord Stream I défectueux. C’est en fait inévitable si l’industrie allemande doit survivre.

D’autres sont arrivés à la même conclusion et ont décidé de saboter les pipelines pour rendre leur réouverture impossible :

Trois lignes offshore du réseau de gazoducs Nord Stream ont subi des dommages « sans précédent » en une journée, a déclaré mardi Nord Stream AG, l’opérateur du réseau, dans ce qu’un responsable allemand a qualifié d' »attaque ciblée ». Nord Stream 2 a subi une fuite de gaz qui a ensuite été suivie d’une chute de pression sur Nord Stream 1.

La société a également déclaré qu’il était impossible d’estimer quand la capacité de fonctionnement du réseau de gaz serait rétablie.

Les dommages sous-marins simultanés à trois pipelines ne sont évidemment pas un accident.

Un responsable de l’économie allemande a déclaré au Tagesspiegel : « Nous ne pouvons pas imaginer un scénario qui ne soit pas une attaque ciblée ».

Ils ont ajouté: « Tout parle contre une coïncidence. »


plus gros

Les marchands de guerre du British Telegraph affirment sans aucune preuve ni logique que la Russie est le coupable (quel intérêt aurait -elle à se tirer pareille balle dans le pied?) :

Le sabotage russe des approvisionnements en gaz vers l’Europe est à craindre après que trois lignes offshore du système de gazoduc Nord Stream aient subi des dommages « sans précédent » en une seule journée.…La Russie a suspendu l’approvisionnement en gaz de l’Europe alors qu’elle cherche à riposter aux sanctions occidentales imposées pour l’invasion illégale de l’Ukraine. Des journaux allemands ont rapporté des sources affirmant que les fuites étaient le résultat d’une « attaque ciblée ».

Comme indiqué dans l’article d’hier, l’affirmation selon laquelle la Russie retient le gaz de l’Europe est carrément fausse :

Nord Stream II a été créé pour rendre l’Allemagne indépendante des pipelines traversant la Pologne et l’Ukraine. Le bloquer était la chose la plus stupide à faire pour l’Allemagne et c’est ainsi que le chancelier Scholz l’a fait.

Au cours des mois suivants, la Pologne a bloqué le gazoduc Yamal qui amenait également du gaz russe en Allemagne. L’Ukraine a poursuivi en coupant deux pipelines russes. Les principales stations de compression du gazoduc Nord Stream I, que la société allemande Siemens avait fait construire et qui a le contrat de maintenance, ont échoué les unes après les autres. Les sanctions interdisent à Siemens de les réparer.

Ce n’est pas la Russie qui a bloqué son gaz et son pétrole sur les marchés européens. Ce sont les gouvernements allemand, polonais et ukrainien qui l’ont fait.

La Russie serait en fait heureuse de vendre plus. Poutine a récemment de nouveau proposé de pousser autant de gaz russe que possible via Nord Stream II vers l’Allemagne : …

Si la Russie devait couper des pipelines dans la mer Baltique, cela endommagerait ceux qui acheminent le gaz norvégien vers l’Europe, pas les pipelines qu’elle possède et qui lui donnent un certain effet de levier.

La Russie n’a donc sûrement aucun intérêt plausible à saboter le système Nord Stream. D’autres cependant ont de tels intérêts. Ils veulent probablement que l’Allemagne « reste en ligne » avec leur guerre pour décoloniser la Russie . Les principaux acteurs potentiels derrière cela sont les gouvernements américain, britannique, ukrainien et polonais ou un mélange de ceux-ci.

La géographie et la faible profondeur de la mer Baltique semblent exclure qu’un sous-marin américain ou britannique ait causé des dégâts. L’Ukraine n’a pas accès à la mer Baltique. La Pologne, qui avait déjà tenté d’empêcher ou d’entraver la construction du Nord Stream II, est l’acteur le plus probable derrière cela même si je doute qu’elle oserait agir seule.

Considérez ceci à partir d’avril 2021 :

Les développeurs du gazoduc Nord Stream 2 ont accusé les forces navales étrangères d’activités « provocatrices » à proximité des travaux de construction. Le pipeline controversé est achevé à environ 93 % et deux navires de pose de canalisations russes sont en poste et travaillent sur le projet dans les eaux danoises.

Andrei Minin, directeur de la filiale de Nord Stream 2 AG, dirigée par Gazprom, a déclaré à TASS que « les navires de guerre et les navires étrangers montraient une activité plus élevée » à proximité de l’opération, et que « de telles actions sont provocatrices et peuvent endommager les gazoducs ». Il a également accusé la Pologne d’avoir déployé un avion de patrouille militaire M-28 pour inspecter le site.

« La marine polonaise ne mène pas d’opérations provocatrices et s’acquitte de ses tâches statutaires en accord avec les lois internationales », a répondu le commandement central de l’armée polonaise dans un message publié sur les réseaux sociaux. « Les avions M-28B Bryza effectuent régulièrement des vols de patrouille dans la région de la mer Baltique. »

La Pologne s’oppose fermement au développement de Nord Stream 2, qui offrira à Gazprom une voie alternative sous-marine pour fournir du gaz naturel aux clients d’Europe occidentale. À l’heure actuelle, ce gaz doit passer par des réseaux de gazoducs terrestres en Pologne et en Ukraine, ce qui entraîne de précieux frais de transit et offre aux deux pays – qui n’entretiennent pas toujours des relations cordiales avec la Russie – une certaine sécurité énergétique.

Suivi de celui-ci à partir de mai 2021 :

La Pologne a réagi avec colère à la décision du président Joe Biden de lever les sanctions américaines contre Nord Stream II, avertissant que cette décision pourrait menacer la sécurité énergétique en Europe centrale et orientale.

« L’information n’est certainement pas positive du point de vue de la sécurité, car nous savons parfaitement que Nord Stream II n’est pas seulement un projet commercial – c’est surtout un projet géopolitique », a déclaré Piotr Muller, porte-parole du gouvernement polonais.

Le 7 février, Biden a déclaré qu’il déciderait si Nord Stream II ouvrait :

Après que les deux dirigeants aient semblé éviter de mentionner le pipeline, sous les questions répétées des journalistes lors d’une conférence de presse l’après-midi, Biden, debout à côté de la chancelière allemande, a déclaré que Nord Stream 2 n’avancerait pas si la Russie envahissait l’Ukraine, dans un avertissement au président russe Vladimir Poutine. des conséquences économiques potentielles.

« Si la Russie envahit, cela signifie que des chars ou des troupes traversent à nouveau la frontière de l’Ukraine, alors il n’y aura plus de Nord Stream 2 », a déclaré Biden lors de la conférence de presse avec Scholz, qui n’est pas allé jusqu’à Biden, mais a insisté pour que les États-Unis et l’Allemagne restent « absolument unis ».

Le 27 février, Biden a sanctionné la société propriétaire du pipeline.

Sous sa direction de droite actuelle, la Pologne s’est montrée extrêmement hostile à l’Allemagne. Ce mois-ci, il a même renouvelé sa demande de réparations de guerre à l’Allemagne, une question qui avait été réglée il y a des décennies :

Le plus haut responsable politique polonais a déclaré jeudi que le gouvernement demanderait l’équivalent de quelque 1,3 billion de dollars de réparations à l’Allemagne pour l’invasion et l’occupation de son pays par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Jaroslaw Kaczynski, chef du parti Droit et Justice, a annoncé l’énorme réclamation lors de la publication d’un rapport tant attendu sur le coût pour le pays des années d’occupation allemande nazie alors qu’il marque 83 ans depuis le début de la Seconde Guerre mondiale….Le ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré jeudi que la position du gouvernement restait « inchangée » dans la mesure où « la question des réparations est réglée ».

« Il y a longtemps, en 1953, la Pologne a renoncé à de nouvelles réparations et a confirmé à plusieurs reprises cette renonciation », a déclaré le ministère dans une réponse par e-mail à une question de l’Associated Press sur le nouveau rapport polonais.

Il est grand temps que le gouvernement allemand se réveille et reconnaisse qu’une guerre a été lancée contre son pays.

Et non. Ce n’est vraiment pas la Russie qui la mène.

Publicité

9 réflexions sur “La guerre contre l’Allemagne vient d’entrer dans sa phase chaude.

  1. C’est une guerre dans la guerre. L’Allemagne qui est la locomotive de l’UE ne peut fonctionner qu’avec essentiellement dans son mixte énergétique qu’à l’énergie fossile russe.
    En flinguant l’économie allemande, on fait ce que la guerre 14-18 avait réussi: casser la puissance montante industrielle germanique (la Chine d’alors) par la guerre et en meme temps tenter de renverser le régime tsariste par la révolution bolchevik de 1917 en finançant l’agent Trotsky. (Lire ce texte qui nous rappellera les manières de faire d’une élite financière anglo-saxonne pour mener une « révolution de couleur » en y plaçant ses hommes… Sauf que le destin en avait décidé autrement, certes en faisant payer à la Russie le prix fort puisque ce fut Staline qui prit la main… Trotsky tombant malade entre temps et perdant la main: https://catholicapedia.net/Documents/cahier-saint-charlemagne/documents/C120_Rakovsky_32p.pdf
    Il est possible que l’enjeu énergétique à l’est avec la Russie ait nécessité de s’assurer l’alliance russo-anglo-saxonne sur le temps long puisque la perte du Bagdad-bahn au sud aurait obligé l’Allemagne à développer des accords approvisionnels avec la Russie tsariste… Avec Trotsky comme nouveau maitre dirigeant la Russie, on étouffait cette Allemagne industrielle aux velléités impériales ombrageuses à l’hégémonie thalassocratique anglaise et américaine.

    La question de la puissance énergétique allemande était (et est aujourd’hui) le nerf de la guerre passée et présente. L’approvisionnement se faisait, au début du siècle dernier, par le Bagdad Bahn. « Le projet de la ligne Bagdad-Bahn va générer une confrontation indirecte entre le Royaume-Uni et l’Allemagne. Celle-ci se dessine dans un premier temps dans une guerre économique qui juxtapose les intérêts de leurs compagnies pétrolières respectives. (…) La Serbie, allié de la Russie et proche de la Triple Entente, représentait le point faible du projet allemand. l’officier Britannique Robert George Dalrymple Laffan, conseiller au service de l’armée serbe en 1912, témoigne et rend compte de la situation dans un de ses ouvrages : « Si Berlin-Bagdad se réalisait, un énorme bloc de territoires continentaux inexpugnables par une puissance maritime et produisant toutes sortes de richesses économiques serait unifié sous l’autorité allemande. […] Par cette barrière, la Russie serait coupée de la Grande-Bretagne et de la France, ses amis occidentaux. A cette distance, les armées allemandes et turques pourraient facilement mettre en danger nos intérêts égyptiens et, par le Golfe persique, notre Empire des Indes serait menacé. Le port d’Alexandrette et le contrôle des Dardanelles donneraient bientôt à l’Allemagne une puissance navale énorme en Méditerranée. Un coup d’œil à la carte du monde nous montre comment la chaîne des Etats s’étire de Berlin à Bagdad : l’Empire germanique, l’Empire austro-hongrois, la Bulgarie, la Turquie. Une seule petite bande de territoire bloque la voie et empêche les deux extrémités de la chaîne de se rejoindre : la Serbie. La Serbie est petite, mais reste rebelle entre l’Allemagne et les grands ports de Constantinople et Salonique, gardienne des portes de l’Orient… La Serbie est véritablement la première ligne de défense de nos possessions orientales. Si elle venait à être brisée ou attirée dans le système Berlin-Bagdad, notre vaste empire mal défendu subirait rapidement le choc de la pression germanique vers l’Est. » (…) Le 28 juin 1914, le nationaliste serbe de Bosnie Gavrilo Princip assassine l’archiduc François Ferdinand à Sarajevo. Le même jour aura lieu la concrétisation ultime de l’exploitation pétrolière en Mésopotamie avec la totalité des concessions pétrolières confié à la Turkish Petroleum Company par le gouvernement ottoman. (…) L’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie le 28 juillet 1914 et entraîne le monde dans une grande guerre. Lorsque les Autrichiens envahissent la Serbie, 489 000 Britanniques venant du Commonwealth et 79 000 Français se lancent dans la bataille des Dardanelles en avril 1915. Face à 315 500 Ottomans épaulés par le général allemand Otto Liman von Sanders, ils ont l’objectif de scinder en deux le bloc Pangermaniste et sa ligne du Bagdad-Bahn. La même année, les Français, les Anglais et les Russes entament les négociations pour démanteler et se partager l’Empire ottoman. Au lendemain de la fin de la guerre, la France récupérera les 25% des parts de la Deutsche Bank dans la Turkish Petroleum Company, ainsi que la Syrie et le Liban. Les Britanniques étendront leurs influence de la Palestine jusqu’au Koweït. Récupérant les zones pétrolières, les Anglais réussiront à enterrer le projet Bagdad-Bahn. En 1918, le Moyen-Orient se retrouve totalement remodelé et se prépare déjà à être plongé dans un nouveau siècle de conflits. » https://gazettefrancaise.com/2017/05/19/bagdad-bahn-une-ligne-a-haute-tension-aux-preludes-de-1914/

    J’aime

  2. Bis repetita Nord Stream I et II Reagan a approuvé le plan de sabotage des gazoducs de l’Union Soviétique en 1982…! Le résultat a été l’explosion non-nucléaire la plus monumentale et l’incendie gigantesque jamais vue de l’espace, ajoutant que les satellites américains ont filmé l’explosion qui s’est produite en été 1982…! 🙁
    Même affaire qu’en 1980…
    Désaccord entre les alliés (Etats-Unis et Européens)
    Les plans soviétiques de construction du gazoduc Ourengoï–Pomary–Oujhorod, pipeline de gaz naturel en Sibérie, ont été fortement opposés par l’administration Reagan. Les Américains craignaient que l’Europe occidentale ne devienne dépendante de l’approvisionnement en gaz soviétique, donnant un levier énergétique à l’Union soviétique. Ils craignaient également que le Kremlin n’utilise les recettes d’exportation à des fins militaires. En décembre 1981, les États-Unis ont mis en place des sanctions empêchant les entreprises américaines d’exporter des technologies pétrolières et gazières – nécessaires à la construction du pipeline – vers l’Union soviétique. En juin 1982, ces sanctions ont été étendues aux filiales de sociétés américaines en Europe.
    Les alliés d’Europe occidentale de Washington ont cependant refusé de boycotter l’oléoduc. Les ministres des Affaires étrangères de la Communauté économique européenne ont qualifié d’illégale l’extension des sanctions américaines et ont envoyé une note officielle de protestation. Du point de vue européen, la participation au projet de pipeline a été considérée comme une opportunité pour l’industrie sidérurgique et mécanique en dépression en Europe et comme un moyen de se diversifier par rapport aux approvisionnements pétroliers de l’OPEP. Par conséquent, les gouvernements d’Europe occidentale ont insisté sur le fait que les contrats déjà signés entre les Soviétiques et les entreprises européennes devaient être honorés. Cela a conduit plusieurs entreprises européennes à être sanctionnées par les États-Unis. Reagan aurait dit : « Eh bien, ils peuvent avoir leur maudit pipeline. Mais pas avec des équipements américains ni avec la technologie américaine. » Les efforts des États-Unis pour empêcher la construction du pipeline et son embargo sur l’exportation des fournitures nécessaires à sa construction 1980-1984), a constitué l’une des crises transatlantiques les plus graves de la guerre froide.
    https://en.wikipedia.org/wiki/Urengoy–Pomary–Uzhhorod_pipeline?fbclid=IwAR1ksAolFSNcpI0Y05EIXM9ZgK2VtiEd1C6r7tXv_J6jle_eA5q8v4eBfJg

    J’aime

  3. Cet article est très éclairant sur les motivations des décideurs.
    Mais qui est le bénéficiaire effectif?
    Qui contrôle la haute banque US et EU, les médias, qui fait chanter ou (fait tuer) les dirigeants politiques ?
    Un pays dont les élites veulent absolument garder l’Ukraine sous leur contrôle comme « une chasse gardée » peut être pour le « re »coloniser parce que sa population qui l’a quitté après 1945 est menacée par tous ses voisins soutenus par la Russie .

    J’aime

  4. Cette action est un immense néon qui dit « pas de retour en arrière » possible.

    Ca peut être les américains contre la tiédeur des allemands.
    Ca pourrait être une faction russe qui veut convaincre les tièdes, la aussi pour la fuite en avant.

    En tout état de cause, l’Europe prospère avec le gaz russe, c’est terminé. La fuite en avant dans la violence est certaine.
    Voilà le message.

    J’aime

  5. Les Russes seraient donc masochistes: après avoir bombardé une centrale qu’ils occupaient, ils saboteraient des gazoducs dont ils contrôlent le robinet!

    Ceci dit à quoi cela sert-il de saboter des gazoducs qui ne transportent plus rien pour encore un certain temps, voire un temps certain si on écoute Ursula – traitresse à son pays – qui veut supprimer toute importation énergétique russe ad vitam aeternam

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s