Antonio Guterres détruit les fondements de l’ONU. Signe du désarroi occidental.

Le poste de secrétaire général n’autorise pas Antonio Guterres à faire des déclarations politiques, selon Moscou

Le secrétaire général de l’ONU ne devrait pas essayer d’influencer la position des membres de l’organisation, a souligné jeudi la délégation russe aux Nations unies, après qu’Antonio Guterres ait qualifié d’illégal les référendums dans le Donbass et dans les régions de Kherson et de Zaporozhye.

António Guterres a affirmé que les référendums, au cours desquels les gens ont voté à une écrasante majorité pour rejoindre la Russie, « ne peuvent pas être qualifiés d’expression authentique de la volonté populaire » car ils se sont tenus dans des zones « sous occupation russe ». 

Il a décrit la procédure d’adhésion à venir des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, et des États autoproclamés de Kherson et de Zaporozhye comme « un processus d’annexion des régions ukrainiennes ». 

La décision de Moscou « ne peut être conciliée avec le cadre juridique international », car la Charte des Nations Unies et la Déclaration sur les relations amicales de 1970 interdisent l’acquisition territoriale « résultant de la menace ou de l’usage de la force », a déclaré le secrétaire général.

Note il est évident que ces texte visent l’usage de la force pour contraindre les populations concernées au vote positif au referendum, pas l’usage de la force pour protéger les populations qui sont victime d’une agression!


La mission de la Russie auprès de l’ONU a déclaré qu’elle regrettait les paroles de Guterres, qui en elles-mêmes représentaient une violation de la Charte des Nations Unies.

Le document principal de l’ONU identifie le secrétaire général comme le « chef de l’administration de l’Organisation », a-t-elle rappelé dans un communiqué. « Les fonctions administratives ne donnent pas au secrétaire général le droit de faire des déclarations politiques au nom de l’ONU dans son ensemble – car elle appartient à ses États membres – et encore moins de fournir à lui seul une interprétation des normes de la Charte et des documents de l’Assemblée générale. »

La Charte des Nations Unies stipule également que le secrétaire général et le secrétariat doivent toujours agir de manière impartiale et « s’abstenir de toute action qui pourrait nuire à leur position de fonctionnaires internationaux responsables uniquement devant l’Organisation », ont ajouté les diplomates russes.

Cependant, en ce qui concerne le conflit en Ukraine, Guterres a « constamment fait preuve de la même approche sélective que les pays de l’Occident collectif, se mettant littéralement dans la file d’attente avec eux », indique le communiqué.

Au lieu d’agir conformément à ses fonctions, le secrétaire général « a choisi de contribuer à influencer la position des États membres de l’ONU avant l’ouverture anticipée par les pays occidentaux de la discussion sur la question des référendums », a insisté la mission russe.

L’Ukraine et ses partisans aux États-Unis et dans l’UE ont qualifié les référendums de « imposture », promettant de ne pas reconnaître leurs résultats et promettant d’imposer davantage de sanctions à la Russie si elle accepte de nouveaux territoires.

3 réflexions sur “Antonio Guterres détruit les fondements de l’ONU. Signe du désarroi occidental.

  1. Bonjour
    Mais enfin , quand la Russie va comprendre , que ceux que font les pays ‘ civilisé ‘ … les pays du camp du ‘ bien ‘ … ne peut pas être fait par les ‘ méchants ‘ … les ‘ dictatures ‘ … m’enfin … holalala les Russes … et les Chinois aussi … vraiment ils comprennent pas que les pays ‘ démocratique ‘ ont tout les droits …
    Donc faites ceux que l’on vous dit et soyez gentils … mais pas ceux que nous faisons … amen … vive la Démocratie … le droit des peuples à disposer d’eux même , mais à notre convenance , nous sommes les pays des lumières et nous savons ceux qui est le mieux pour vous … ré amen …

    J’aime

  2. Eternel recommencement…

    « Le machin qu’on appelle ONU. » Le 10 septembre 1960, à Nantes, le général de Gaulle assène cette formule assassine, désormais inscrite dans les livres d’histoire. Le général refuse, à l’époque, de financer l’expédition des Casques bleus au Congo (ex-belge). Surtout, il ne supporte pas de voir l’Organisation des Nations unies et son secrétaire général d’alors, Dag Hammarskjöld, se mêler de la décolonisation et s’ingérer dans le dossier algérien.

    Le général n’a pas, non plus, oublié l’impuissance de la défunte SDN (Société des Nations), incapable d’empêcher la Seconde Guerre mondiale, et se complaisant, à Genève, dans une bureaucratie futile et mondaine, magnifiquement décrite par Albert Cohen dans Belle du seigneur. Pour de Gaulle, « la SDN s’exaltait de ses propres principes surtout lorsqu’il s’agissait de condamner théoriquement la guerre ». Et l’ONU s’inscrivait dans son sillage.

    https://www.lepoint.fr/monde/ou-va-le-monde-pierre-beylau/beylau-pourquoi-la-france-aime-l-onu-21-09-2017-2158604_231.php

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s