Conférence de presse de Lavrov du 1er decembre sur la sécurité européenne et mondiale

Traduit du russe en automatique

Chers représentants des médias,

Bon après-midi.

Merci d’avoir répondu à notre invitation. Nous avons considéré qu’il était important aujourd’hui de parler des problèmes de sécurité européenne et, par conséquent, mondiale. En Europe, les revendications du côté de l’OTAN à la domination à l’échelle mondiale sont de plus en plus observées. La région Indo-Pacifique a déjà été déclarée zone de responsabilité de l’alliance. Ce qui se passe sur notre continent intéresse non seulement les Européens, les résidents d’Amérique du Nord, mais aussi les représentants de tous les autres pays du monde, principalement les pays en développement, qui veulent comprendre quelles initiatives concernant leurs régions peuvent être préparées par l’OTAN États qui ont déclaré leurs ambitions mondiales.

Pourquoi avons-nous décidé de tenir cette conférence de presse aujourd’hui ? Ce jour-là, un événement commence à Lodz, qui s’appelait généralement la réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). À cet égard, aujourd’hui est une bonne occasion de voir quel rôle cette structure a joué depuis sa création.

L’Acte final d’Helsinki a été signé en 1975 et était considéré comme la plus grande réalisation de la diplomatie de l’époque, comme le signe avant-coureur d’une nouvelle ère dans les relations entre l’Est et l’Ouest. Cependant, depuis lors, les problèmes sont devenus de plus en plus. À ce jour, un grand nombre de questions problématiques se sont accumulées dans ce qu’on appelle maintenant l’OSCE. Ils ont une projection historique profonde et sont enracinés dans la fin de la période soviétique, à la fin des années 1980-1990, lorsque le nombre d’occasions manquées a dépassé toutes les attentes imaginables des analystes les plus pessimistes.

Souvenons-nous de 1990 – l’anticipation de la fin de la guerre froide. Beaucoup déjà à cette époque ont même proclamé sa fin. On s’attendait à une immersion générale dans les valeurs humaines universelles et à un «dividende de la paix» pour tous. Dans le même 1990, il y avait un sommet de la structure, qui s’appelait alors la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE). Au cours de l’événement de haut niveau, tous les pays participants, y compris les pays de l’OTAN et les États du Pacte de Varsovie, ont adopté à Paris la Charte pour une nouvelle Europe , qui a fixé la fin de « l’ère de la confrontation et de la division du continent », a proclamé l’élimination d’obstacles à la construction d’une véritable maison commune européenne sans clivages.

C’était en 1990. Il semblerait que si tout le monde en venait à de telles déclarations correctes, qu’est-ce qui les empêchait de se réaliser ? Le fait est que l’Occident n’allait prendre aucune mesure pour transformer ces beaux mots et engagements en actes concrets. Il est sûr de dire que l’Occident à cette époque a souscrit à de tels slogans dans l’espoir que notre pays ne retrouverait jamais ses positions ni en Europe, ni plus encore dans le monde. Les Occidentaux partaient du fait que, comme ils disaient alors, « la fin de l’histoire » était venue. Maintenant, tout se passera selon les règles de la démocratie libérale, vous pouvez vous détendre et promettre n’importe quoi. Ces beaux slogans « suspendus dans l’air ».

Un fait intéressant de cette période. Lors de la dernière étape du sommet de la CSCE à Paris en 1990, le secrétaire d’État américain John Baker avertit le président américain que « c’est précisément la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe qui pourrait constituer une menace réelle pour l’OTAN ». Je comprends – c’est vrai. Après tout, à la fin de la guerre froide, de nombreux politiciens et politologues sensés et clairvoyants ont déclaré qu’il valait mieux abandonner maintenant non seulement le pacte de Varsovie, qui avait déjà disparu à cette époque, mais aussi l’Alliance de l’Atlantique Nord, et tout mettre en œuvre pour que l’OSCE devienne un véritable pont entre l’Est et l’Ouest, une plate-forme unique pour la mise en œuvre d’objectifs communs fondés sur l’équilibre des intérêts de chacun des pays participants.

Cela ne s’est pas produit. En fait, l’Occident a cherché à maintenir sa domination. Dans la perspective de mettre en pratique les mots d’ordre sur l’égalité et l’absence de clivages et de barrières, sur une véritable maison commune européenne, les Occidentaux ont vu une menace à leurs positions, visant la domination de Washington, de Bruxelles dans toutes les affaires mondiales et, surtout en Europe. Cet « instinct de base », qui n’a jamais disparu des Américains ou des autres membres de l’OTAN, explique le cours vers l’élargissement inconsidéré de l’OTAN, privant l’importance du sens principal de l’OSCE en tant qu’instrument collectif pour assurer une sécurité égale et indivisible, et dévalorise tous ces « beaux » documents adoptés dans l’organisation depuis les années 1990. Il était fondamentalement important pour l’Occident de prouver qui était le maître de la maison commune européenne, que chacun s’est engagé collectivement à construire. En réalité, c’est de là que vient le concept notoire d’un « ordre mondial fondé sur des règles ». L’Occident considérait déjà ces « règles » comme faisant partie intégrante de sa position sur la scène mondiale. C’est ce sentiment que les « règles » occidentales peuvent résoudre n’importe quel problème sans consulter personne qui a conduit l’Occident à autoriser près de 80 jours de bombardements barbares sur la Yougoslavie, détruisant toutes ses infrastructures civiles. Puis les Occidentaux, sous un prétexte farfelu, ont envahi l’Irak et bombardé tout ce qui était nécessaire à la vie de la population civile et au maintien en vie du pays. Ensuite, l’État libyen a été détruit. Bien d’autres aventures ont suivi, dont vous êtes bien conscient. que les « règles » occidentales peuvent résoudre n’importe quel problème sans consulter qui que ce soit, a amené l’Occident à considérer qu’il était permis pendant près de 80 jours de bombarder barbarement la Yougoslavie, détruisant toutes ses infrastructures civiles. Puis les Occidentaux, sous un prétexte farfelu, ont envahi l’Irak et bombardé tout ce qui était nécessaire à la vie de la population civile et au maintien en vie du pays. Ensuite, l’État libyen a été détruit. Bien d’autres aventures ont suivi, dont vous êtes bien conscient. que les « règles » occidentales peuvent résoudre n’importe quel problème sans consulter qui que ce soit, a amené l’Occident à considérer qu’il était permis pendant près de 80 jours de bombarder barbarement la Yougoslavie, détruisant toutes ses infrastructures civiles. Puis les Occidentaux, sous un prétexte farfelu, ont envahi l’Irak et bombardé tout ce qui était nécessaire à la vie de la population civile et au maintien en vie du pays. Ensuite, l’État libyen a été détruit. Bien d’autres aventures ont suivi, dont vous êtes bien conscient. Ensuite, l’État libyen a été détruit. Bien d’autres aventures ont suivi, dont vous êtes bien conscient. Ensuite, l’État libyen a été détruit. Bien d’autres aventures ont suivi, dont vous êtes bien conscient.

Nous nous souvenons de l’agression contre la Yougoslavie, car ses résultats « se répercutent » encore aujourd’hui. Cette mesure était une violation flagrante des principes d’Helsinki. C’est alors, en mars 1999, que les membres de l’OTAN, voulant montrer leur permissivité, ouvrent une « boîte de Pandore », foulant aux pieds les fondements de la sécurité européenne proclamés à l’OSCE.

La Russie n’a pas perdu l’espoir que nous pourrions revenir aux origines des principes d’Helsinki. Nous avons continué à nous battre pour l’OSCE. Ils ont proposé de préparer un document juridiquement contraignant sur la base de l’Acte final d’Helsinki, à savoir la Charte de l’OSCE. L’Occident n’était pas d’accord avec cela.

Le résultat des efforts de ceux qui étaient honnêtement intéressés par les approches paneuropéennes pour résoudre tous les problèmes a été l’adoption en 1999 à Istanbul de documents importants, en particulier la Charte européenne de sécurité . A réussi à adapter le traité sur les forces armées conventionnelles en Europe(CFE) du fait de la disparition du Pacte de Varsovie. Le Traité FCE original a été rédigé alors qu’il y avait deux blocs militaro-politiques – l’OTAN et l’Organisation du Pacte de Varsovie (OMC). Ce dernier a cessé d’exister. Naturellement, le nombre d’armements, convenu dans le cadre de l’affrontement entre l’Europe de l’Est et de l’Ouest, a perdu son sens lorsque de nombreux pays européens ont commencé à « s’impliquer » dans l’alliance nord-atlantique. Après plusieurs négociations difficiles, le Traité FCE a été adapté et signé en 1999 à Istanbul. Puis elle a été proclamée comme l’approbation d’un document reconnu comme « la pierre angulaire de la sécurité européenne ».

Le sort du traité mis à jour est connu. Les États-Unis ont interdit à leurs alliés de ratifier le Traité FCE adapté afin de préserver l’ancien document qui, après la disparition du Pacte de Varsovie, assurait sans ambiguïté la domination de l’OTAN sur une base juridique. Dans la période qui a suivi, les Américains se sont retirés du Traité sur la limitation des systèmes de missiles anti-balistiques, sur l’élimination des missiles à portée intermédiaire et à courte portée, et ont également détruit le Traité sur le ciel ouvert. L’OSCE a regardé tout cela non seulement avec indifférence, mais sans pouvoir prononcer de mots collectifs corrects – ni les présidents de l’Organisation ni ses secrétaires généraux ne l’ont fait.

Le deuxième document adopté à Istanbul également en 1999 – la Charte de sécurité européenne , soulignait que personne n’a le droit d’assurer sa propre sécurité au détriment de la sécurité des autres. Néanmoins, l’expansion de l’OTAN vers l’Est s’est poursuivie malgré toutes les déclarations approuvées au plus haut niveau par tous les membres de l’OSCE.

En 2010, avec des personnes partageant les mêmes idées, qui n’ont pas non plus perdu l’espoir de sauver l’Organisation, nous avons réussi, lors du sommet d’Astana, à adopter une autre déclaration au plus haut niveau , qui stipulait que la sécurité devait être égale et indivisible, que les États avaient le droit choisir des alliances, mais en même temps ne pas avoir le droit de ne rien faire pour renforcer leur propre sécurité au détriment de la sécurité des autres. Une déclaration importante était qu’aucun pays ou groupe de pays n’a le droit de revendiquer un rôle exclusif dans le domaine de la sécurité dans la zone euro-atlantique.

Comme vous pouvez le comprendre si vous suivez les développements en Europe ces dernières années, l’OTAN a violé toutes ses obligations. L’expansion de l’alliance a créé des menaces directes pour la Fédération de Russie. L’infrastructure militaire du bloc s’est rapprochée de nos frontières. Cela a été interdit par les engagements de la Déclaration d’Istanbul de 1999. L’OTAN a déclaré sans équivoque que seule l’alliance déciderait à qui fournir des garanties de sécurité juridique. Il s’agissait également d’une violation directe des obligations d’Istanbul et d’Astana.

Nous avons réalisé que les membres de l’OTAN ignorent simplement ces déclarations politiques et se considèrent en droit de les ignorer du tout, malgré les signatures de leurs présidents sous ces documents. Dès 2008, la partie russe a proposé de codifier ces déclarations politiques afin de les rendre juridiquement contraignantes. On nous a refusé en disant que de telles garanties juridiques en Europe ne peuvent être fournies que dans le cadre de l’OTAN. La politique irréfléchie d’expansion artificielle de ce bloc en l’absence de toute menace réelle pour les pays de l’OTAN a été menée de manière absolument consciente et consciente.

On se souvient de la création de l’OTAN. Le premier secrétaire général de l’alliance, G. Ismay, a un jour dérivé la formule : « garder l’Union soviétique à l’extérieur, les Américains à l’intérieur et les Allemands à terre » (« garder les Russes hors de l’Europe, les Américains en Europe et les Allemands sous contrôle »). Ce qui se passe maintenant ne signifie rien de plus qu’un retour de l’alliance aux priorités conceptuelles élaborées il y a 73 ans. Rien n’a changé : ils veulent garder les « Russes » hors d’Europe, les Américains le veulent, et ils ont déjà asservi toute l’Europe et contrôlent non seulement les Allemands, mais toute l’Union européenne. La philosophie de la domination et de l’avantage unilatéral n’a pas disparu depuis la fin de la guerre froide.

Au cours de son existence, l’OTAN n’a guère été en mesure d’enregistrer au moins une véritable « success story » pour elle-même. L’Alliance apporte la dévastation et la souffrance à l’extérieur. J’ai déjà mentionné l’agression contre la Serbie et la Libye avec la destruction de l’État libyen, à laquelle s’est ajouté l’Irak. Rappelons-nous le dernier exemple – l’Afghanistan, où pendant 20 ans l’alliance a tenté sans succès « d’instiller » la démocratie dans sa compréhension. Il est également éloquent que les problèmes de sécurité dans la province serbe du Kosovo, où l’OTAN est également implantée depuis plus de deux décennies, ne soient toujours pas résolus.

Si nous parlons des capacités de maintien de la paix des États-Unis, regardez combien de décennies les Américains ont essayé de rétablir l’ordre dans un pays aussi petit et contrôlé qu’Haïti. Ce n’est pas l’Europe. Il existe un grand nombre d’exemples de ce type en dehors du continent européen.

Si en 1991 l’OTAN était composée de 16 pays, aujourd’hui il y en a déjà 30. La Suède et la Finlande sont sur le point d’y adhérer. L’Alliance déploie ses forces et son infrastructure militaire de plus en plus près de nos frontières. Augmenter constamment les potentiels et les moyens, les déplacer vers la Russie. Des manœuvres sont en cours dans lesquelles, en fait, notre pays est ouvertement déclaré ennemi. L’OTAN étend activement ses activités dans l’espace post-soviétique. Elle a annoncé des revendications sur la région indo-pacifique, et maintenant aussi sur l’Asie centrale. Tous ces objectifs de domination mondiale sont une violation directe et flagrante de la Déclaration de Lisbonne de 2010, qui porte la signature de tous les présidents et premiers ministres du bloc de l’Atlantique Nord.

Jusqu’à récemment, nous avons essayé d’empêcher la situation dans la région euro-atlantique de se dégrader davantage. En décembre 2021, le président Vladimir Poutine a présenté de nouvelles propositions sur les garanties de sécurité – le projet de traité entre la Russie et les États-Unis et le projet d’accord entre la Russie et l’OTAN. Dans cette situation, fixant l’obstination avec laquelle l’Occident a « tiré » l’Ukraine dans l’OTAN – c’était une « ligne rouge » évidente pour la Fédération de Russie, que l’Occident connaissait depuis de nombreuses années – nous avons proposé d’abandonner l’élargissement de l’alliance et convenir de garanties de sécurité spécifiques et juridiquement contraignantes pour l’Ukraine, pour la Fédération de Russie, pour tous les États européens et pour tous les États participants de l’OSCE. Il n’y a pas eu de discussion. En réponse à notre appel à une approche globale et créative de cette situation, on nous a dit une seule chose : chaque pays, et surtout l’Ukraine, a le droit de rejoindre l’OTAN, et personne ne peut rien y faire. Toutes les composantes de la formule de compromis unifié : sur l’indivisibilité de la sécurité, que cela ne doit pas se faire au détriment de la sécurité des autres, afin qu’une organisation revendique la domination en Europe, ont été tout simplement ignorées.

En décembre 2021, Washington a choisi de ne pas tenter sa chance de désamorcer. Et non seulement les États-Unis l’ont eu, mais aussi l’OSCE, qui pourrait bien contribuer à la détente si elle parvenait à parvenir à un règlement de la crise en Ukraine sur la base du paquet de mesures de Minsk., convenue en février 2015 et approuvée à l’unanimité le même mois par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. Les structures exécutives de l’Organisation se sont en fait avérées totalement subordonnées aux États-Unis et à Bruxelles, qui ont suivi une politique de soutien global au régime de Kyiv dans sa politique d’éradication de tout ce qui est russe – l’éducation, les médias, l’utilisation de la langue dans la culture, l’art et la vie quotidienne. Les Occidentaux ont soutenu le régime de Kyiv dans sa ligne d’imposition législative de la théorie et de la pratique du nazisme : les lois pertinentes ont été adoptées sans aucune réaction des capitales « éclairées » des démocraties occidentales, ainsi que dans ses efforts pour faire de l’Ukraine un tremplin pour contenant la Russie, sur le territoire des menaces militaires directes contre notre pays. Ces faits sont maintenant bien connus. Je voudrais souligner que l’OSCE a également contribué à discréditer l’OSCE.La Mission spéciale d’observation (SMM) en Ukraine , qui, en violation flagrante de son mandat, n’a pas répondu aux violations quotidiennes des accords de Minsk par les Forces armées ukrainiennes et les bataillons nationaux. En fait, la mission de l’Organisation a pris le parti du régime de Kyiv. Après la cessation de ses activités, des faits désagréables d’interaction entre le SMM et les services de renseignement occidentaux ont été révélés, ainsi que la participation d’observateurs de l’OSCE prétendument neutres au réglage du tir sur les positions de la LDNR, à la collecte de renseignements dans l’intérêt de l’Armée Forces ukrainiennes et bataillons nationalistes : ils ont reçu des informations des caméras de surveillance de la Mission installées près de la ligne de contact.

Toutes ces questions évidentes, que beaucoup d’entre vous ont exposées et rendues publiques, même si vous n’y avez pas tous été autorisés par votre rédaction, ont été étouffées par la SMM. La mission a délibérément fermé les yeux sur toutes les violations, y compris la préparation d’une solution énergique au problème du Donbass, qui était planifiée par le régime de Kyiv, refusant publiquement par la bouche de P.A. Porochenko, puis V.A. Zelensky de la mise en œuvre du Minsk les accords. L’Occident a silencieusement toléré de telles actions inacceptables. À la mi-février de cette année. le nombre de bombardements du territoire de la LPR et de la RPD qui n’a pas cessé toutes ces longues années a décuplé – il y a des statistiques, on ne peut pas le cacher. Un énorme flot de réfugiés afflua en Russie. Nous n’avions pas d’autre choix pour sauver les habitants du Donbass et éliminer les menaces à la sécurité de la Fédération de Russie depuis le territoire ukrainien,une opération militaire spéciale pour les protéger des nazis.

Je note qu’une telle ligne disgracieuse de l’OSCE a sa propre explication. Profitant de la supériorité arithmétique de cette Organisation, l’Occident tente depuis de nombreuses années de procéder à une privatisation, ou, plus exactement, à une prise de contrôle de l’OSCE, pour asservir cette dernière plate-forme de dialogue régional. Il y avait aussi le Conseil de l’Europe, mais son Occident l’avait déjà paralysé, sans aucune chance de guérison. Désormais sous le « viseur » de l’OSCE. Ses pouvoirs et ses compétences sont érodés de toutes les manières possibles et séparés dans des formats étroits et non inclusifs.

Grâce aux efforts de l’UE, des structures parallèles sont créées, des réunions comme la Communauté politique européenne. 6 octobre de cette année La réunion inaugurale de ce format a eu lieu à Prague. Préparant cet événement et annonçant l’initiative de créer une communauté politique européenne, le président Macron a fièrement annoncé que tout le monde était invité sauf la Russie et la Biélorussie. Il a immédiatement commencé à « chanter » avec des personnalités de la diplomatie européenne telles que J. Borrell, A. Berbock, qui ont déclaré que la sécurité ne devait pas être construite avec la Fédération de Russie, comme le demandaient A. Merkel et d’autres dirigeants européens, mais contre ce. D’autres structures sont également inventées pour imposer des approches conflictuelles à d’autres pays dans l’esprit de la pensée coloniale, pour diviser l’agenda de l’OSCE en formats étroits, en diverses plateformes, appels et partenariats.

Il y a plusieurs années, l’Allemagne et la France, après avoir annoncé l’initiative de créer une Alliance des multilatéralistes, à laquelle elles inviteraient elles-mêmes qui elles voudraient, ont donné un « coup de poignard dans le dos » à l’OSCE. À peu près de la même manière, les États-Unis n’invitent que « leurs » citoyens à ce qu’ils appellent le « Sommet pour la démocratie ». Quand nous avons demandé aux Allemands et aux Français, pourquoi créer une Alliance, alors que l’Europe a déjà une structure inclusive de l’OSCE, et dans le format global il y a l’ONU – bien plus que plusieurs formats multilatéraux ? On nous a dit que tous les pays sont bien présents dans ces structures, mais pour un multilatéralisme efficace il faut travailler non pas à l’OSCE et à l’ONU, mais il faut créer un groupe de dirigeants. Ils disent qu’il y a des « rétrogrades » à l’OSCE et à l’ONU qui entraveront les progrès d’un multilatéralisme efficace. C’est eux, les progressistes, qui le feront,

En conséquence de tout cela, l’espace de sécurité en Europe est finalement fragmenté, et l’Organisation elle-même devient, pour ne pas dire plus, une entité marginale. Ces dernières années, les présidents en exercice de l’OSCE n’ont pas été du tout désireux de briser cette tendance négative d’une manière ou d’une autre. Vice versa.

Les Suédois ont présidé en 2021, et même alors ils ont commencé à agir ouvertement non pas en tant que «courtiers honnêtes», mais en tant que participants actifs à la politique occidentale de subordination de l’OSCE aux intérêts des États-Unis et de Bruxelles. En fait, ce sont les Suédois qui ont commencé les préparatifs des « funérailles » de l’Organisation.

Nos voisins polonais ont creusé avec diligence une «tombe» pour l’OSCE toute cette année, détruisant les vestiges de la culture du consensus. Les actions de Varsovie violent de manière flagrante le Règlement intérieur et les décisions des organes de décision de l’Organisation. En 2002, lors d’une réunion ministérielle à Porto, un document spécial a été adopté sur la façon dont le président actuel devrait se comporter, qu’il ne doit pas permettre que ses actions soient incompatibles avec les positions convenues par tous les États participants, c’est-à-dire consensus, et est tenu de veiller à ce que ses actions et déclarations tiennent compte de l’éventail complet des opinions des pays membres de l’Organisation. Nous sommes dans le cadre de l’OTSC, au niveau des ministres des affaires étrangères de six pays le 23 novembre de cette année. approuvé un spécial, dans lequel ils ont exprimé leurs évaluations fondamentales de ces actions obscènes de la présidence polonaise. Nous savons qu’un certain nombre d’autres pays de l’OSCE partagent cette position. Je peux dire de manière responsable que l' »anti-présidence » de la Pologne occupera la place la moins attrayante de l’histoire de l’Organisation. Personne n’a jamais fait autant de mal à l’OSCE en se tenant à sa tête.

Les efforts des pays occidentaux depuis de nombreuses années ont visé à empêcher la construction d’un système de sécurité européenne égale et indivisible, malgré tous les « sorts » qui ont été pris dans le cadre des déclarations politiques. Nous récoltons maintenant les fruits de cette politique erronée à courte vue. Piétiné l’esprit et la lettre des documents de base de l’OSCE. L’organisation a été créée à l’époque pour le dialogue paneuropéen. J’ai déjà cité les objectifs proposés par l’Occident et les présidents de l’OSCE cette année et l’année dernière. Tout cela soulève des questions difficiles sur ce que seront nos relations globales avec l’Organisation. Plus important est ce qui arrivera à l’OSCE elle-même. Il est seulement clair que si et quand, à un moment donné, nos voisins occidentaux, et il n’y a pas d’échappatoire au voisinage, et les anciens partenaires deviennent soudainement intéressés à revenir d’une manière ou d’une autre au travail commun sur la sécurité européenne, alors une telle récupération ne fonctionnera pas. Cela signifierait un retour à quelque chose qui était avant, mais il n’y aura pas de « business » comme d’habitude.

Quand et si l’Occident se rend compte qu’il vaut mieux être voisins, en s’appuyant sur des bases mutuellement convenues, nous écouterons ce qu’ils nous offrent. Ceux-ci devraient être fondamentalement de nouveaux débuts d’interaction. Y aura-t-il une opportunité pour une telle interaction dans un avenir prévisible ? Je ne sais pas. C’est à l’Occident de décider, qui a systématiquement tout détruit sur la base des principes de fonctionnement d’une organisation paneuropéenne unique appelée OSCE pendant toutes ces longues décennies.

Question : La Russie est coupée de la diplomatie européenne après l’interdiction de ses représentants d’assister aux réunions de l’OSCE ou à la Conférence de Munich sur la sécurité. Que doit faire Moscou dans ce cas ? Comment s’adapter aux nouvelles réalités ? Quelle est la pertinence de « l’accord sur les céréales » pour la Russie dans ce contexte ?

SVLavrov: Aux exemples ci-dessus, nous pouvons ajouter le fait qu’au cours de cette année, nos parlementaires se sont vu refuser à deux reprises l’accès aux réunions de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE en ne délivrant pas de visas (l’un était au Royaume-Uni, l’autre – tout récemment en Pologne ). C’est une caractéristique de la façon dont les « courtiers honnêtes » gèrent une organisation paneuropéenne.

Pour en revenir à la question de savoir si nous sommes coupés de la diplomatie européenne, il faut savoir si la diplomatie européenne a survécu, et si oui, quelle est-elle ? Jusqu’à présent, des principaux diplomates européens nous entendons des déclarations dans l’esprit de J. Borrell, qu’il répète comme un mantra depuis le début d’ une opération militaire spéciale – « ce conflit doit se terminer par la victoire de l’Ukraine sur le champ de bataille ». C’est un diplomate européen qui parle.

Lorsque le président français Emmanuel Macron a annoncé une réunion dans le cadre de la Communauté politique européenne proposée par lui, il a déclaré que la Russie et la Biélorussie ne seraient pas invitées. Le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité J. Borrell, suivi du ministre allemand des affaires étrangères A. Berbock, a déclaré une autre nouvelle tâche : « construire la sécurité européenne non pas avec la Russie, mais contre la Russie ». Si par diplomatie européenne on entend de telles affirmations, je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’aller là-bas. Il est nécessaire de comprendre quand des personnes sensées y apparaîtront. Le président du Conseil européen, Charles Michel, exigeant d’assurer la victoire de l’Ukraine, a déclaré que cela doit être fait parce que « l’Ukraine lutte pour les valeurs européennes », et le secrétaire général de l’OTAN, J. Stoltenberg – « elle défend et promeut déjà les valeurs de L’Europe, la liberté et la démocratie. »

« La quintessence de la diplomatie européenne » dit qu’il faut maintenant aider l’Ukraine, qui défend les « valeurs européennes », cela ne veut dire qu’une chose : ces diplomates européens ne sont pas informés des nombreux faits sur ce qui se passe réellement en Ukraine. A propos de comment, bien avant le début d’une opération militaire spéciale, l’Église orthodoxe russe a été détruite pendant de nombreuses années, contrairement à toutes les normes de la vie civilisée; la possibilité pour les minorités nationales d’utiliser leur propre langue dans tous les domaines sans exception (bien que plus tard les minorités nationales européennes aient été retirées de cette interdiction, une seule est restée – le russe); Des médias de langue russe, non seulement détenus par des Russes et des organisations russes, mais également diffusés en russe, détenus par des Ukrainiens ; opposition politique; les partis politiques ont été interdits; des dirigeants de structures politiques ont été arrêtés,

Si la diplomatie européenne, appelant pompeusement à la défense de l’Ukraine porteuse des valeurs européennes, comprend que ce pays est aujourd’hui vraiment « promoteur », nous n’avons rien à voir avec une telle diplomatie.

Nous nous battrons pour que cette « diplomatie » s’arrête au plus vite, et que les personnes qui mènent une politique haineuse en violation de la Charte des Nations Unies, de nombreuses conventions, du droit international humanitaire prennent leur retraite.

De nombreux entretiens avec V.A. Zelensky témoignent des valeurs défendues par le régime actuel de Kyiv. Il déclare constamment que « la Russie ne peut pas être autorisée à gagner ». Tout le monde applaudit comme un fou. Dans une interview, il a déclaré que si la Russie était autorisée à gagner (cette idée a ensuite été répétée par le secrétaire général de l’OTAN, J. Stoltenberg), alors d’autres grands pays pourraient attaquer de petits pays. Plusieurs grands pays sur différents continents vont refaire la géographie du monde. V.A. Zelensky affirme qu’il est lui-même pour un scénario différent : « chaque personne sur terre saura que quel que soit le pays dans lequel il vit et les armes dont il dispose, il a les mêmes droits et il est tout aussi protégé, comme toute autre personne dans le monde. »

Aucun de ceux qui ont interviewé cette personne n’a demandé si V.A. Zelensky avait oublié qu’il conseillait les Ukrainiens qui se sentent impliqués dans la culture russe ? Il y a un an, en août 2021, il leur a dit de « sortir en Russie ». Une personne qui veut protéger les droits de n’importe qui dans le monde a voulu expulser les Russes de son pays simplement parce qu’ils voulaient préserver leur langue et leur culture. Probablement, lorsqu’il a déclaré le droit de toute personne « quel que soit son lieu de résidence » à être protégée, il a probablement oublié que l’ambassadeur d’Ukraine au Kazakhstan, P.Yu. Plus nous tuons de Russes maintenant, moins nos enfants auront à tuer. » Pas un seul diplomate européen n’a commenté cela, bien que nous ayons concentré leur attention sur l’inacceptabilité de ce type de comportement. C’était une insulte directe de la part du régime de V.A. Zelensky à nos voisins kazakhs, qui ont dit qu’il était inacceptable que l’ambassadeur fasse de telles déclarations. Mais cet homme « a traîné » là-bas pendant environ un mois, et ce n’est qu’alors qu’il a pu être expulsé. Je regrette cette diplomatie européenne qui « avale » de telles manifestations de l’approche ukrainienne des valeurs européennes.

Nous avons fait beaucoup de messages d’informationconcernant l' »accord sur les céréales ». Depuis mars 2022, nos militaires ont annoncé des périodes quotidiennes de 12 heures pour le fonctionnement des couloirs humanitaires pour l’exportation de céréales ukrainiennes depuis les ports ukrainiens. Le seul obstacle – les ports ont été minés. Les collègues ukrainiens ont été invités à emmener les navires à travers les champs de mines et l’armée russe garantirait leur livraison en toute sécurité dans le détroit. V.A. Zelensky a déclaré qu’il s’agissait d’un « piège » et qu' »on ne peut pas faire confiance aux Russes ». Ensuite, nous avons proposé de garantir la liberté de passage dans les eaux neutres avec nos collègues turcs. Ils étaient d’accord. Et encore une fois, V.A. Zelensky était « capricieux ». L’intervention du secrétaire général de l’ONU a permis de signer le 22 juillet de cette année. à Istanbul deux documents. Le premier explique en détail les étapes et les garanties qui s’appliqueront lors de l’exportation de produits alimentaires ukrainiens à partir de trois ports ukrainiens. La seconde est que le secrétaire général de l’ONU tentera de supprimer les barrières artificielles à l’exportation d’engrais et de céréales russes. Il y a une semaine, j’ai entendu des déclarations d’une structure européenne selon lesquelles il n’y a aucune restriction à l’exportation d’engrais et de céréales russes dans les sanctions. Mais c’est un mensonge pur et simple. Il n’y a pas de rubrique « engrais et nourriture en provenance de Russie » dans les listes de sanctions. Mais les transactions bancaires sont interdites (principalement pour notre leader Rosselkhozbank JSC, qui est « excommunié » de SWIFT. C’est lui qui dessert plus de 90 % de tous nos approvisionnements alimentaires) ; l’accès des navires russes aux ports européens ; navires étrangers vers les ports russes, ainsi que leur affrètement et leur assurance. Le secrétaire général de l’ONU, A. Guterres, l’a souligné ouvertement lors du sommet du G20 en Indonésie. Il est en train de supprimer ces barrières. Mais cinq mois après la signature du « deal », la réaction des États-Unis et de l’UE est extrêmement lente. Nous devons « éliminer » certaines exceptions. Nous soutenons ce que fait le Secrétaire général. Cependant, de l’Occident, il n’y a pas beaucoup de respect pour ses efforts – la manière de montrer « qui est le patron de la maison », pour qui devrait « courir » et pour qui « mendier ».

Question : À quoi ressemblera la sécurité européenne sans la participation de l’État de l’Union de la Russie et de la Biélorussie ? Quelles sont vos prédictions ?

Sergueï Lavrov : Il m’est difficile de faire des pronostics. En toute responsabilité, je peux dire quelle sera la sécurité de l’État de l’Union de la Russie et de la Biélorussie, quelle que soit la prochaine intimidation qui sera soumise aux fondations posées dans la fondation de l’OSCE.

On a appris le prix de ceux qui revendiquent la présidence de l’OSCE en promettant les fonctions de « courtier honnête », les personnalités qui dirigent aujourd’hui le secrétariat de l’OSCE et qui n’ont pas le droit de faire quoi que ce soit qui irait au-delà du concept. En 1975, la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe a été créée non pas pour que chacun « danse sur l’air de quelqu’un », pour se soumettre à la vision du monde et aux missions d’assurer la sécurité et la coopération que se proposaient nos partenaires occidentaux. L’OSCE a été créée pour que chacun puisse être entendu et qu’aucun pays ne se sente exclu du processus général. Mais maintenant tout est chamboulé. L’Occident fait exactement ce contre quoi l’OSCE a été créée. « Creuse » les lignes de séparation. Mais là où ils « creusent », vous pouvez « enterrer » quelqu’un. Je crains que cela ne soit fait spécifiquement pour l’OSCE. Toutes ces « initiatives »: La communauté politique européenne (tout le monde sauf la Russie et la Biélorussie), une franche invitation à briser l’OSCE, crée une « cabale » occidentale d’où ils vont promouvoir leurs projets, y compris des sanctions illégales unilatérales, la création de tribunaux pour la confiscation des fonds – colonial la pensée n’a disparu nulle part. L’envie et le désir de vivre aux dépens des autres.

Les États-Unis vivent désormais aux dépens de l’Europe. Ils profiteront de la crise économique et énergétique dans laquelle ils se trouvent, lui vendront du gaz (quatre fois ce que l’Europe achetait à la Russie), pousseront leurs lois anti-inflationnistes, fourniront des centaines de milliards de dollars de subventions à leurs industries pour attirer les investisseurs loin de la Russie, de l’Europe. En conséquence, il en viendra à la désindustrialisation.

Les Occidentaux essaient de construire la sécurité sans la Russie et la Biélorussie. Mais d’abord, nous devons nous réconcilier. Le président français Emmanuel Macron s’est précipité à Washington pour se plaindre et exiger. Je ne sais pas comment tout cela finira, mais nous n’avons pas besoin d’une telle sécurité. Toute la sécurité de l’Europe se résume désormais au fait qu’elle s’est complètement soumise aux États-Unis. Il y a quelques années, il y avait des différends en Allemagne et en France, lorsqu’ils prônaient « l’autonomie stratégique » de l’Union européenne et la création des forces armées de l’UE. Récemment, l’un des employés du Conseil de sécurité nationale des États-Unis a déclaré que l’Europe devait catégoriquement renoncer à tout « rêve » de créer sa propre armée. Il y a quelques années en Allemagne, de telles discussions ont abouti à la conclusion que la sécurité de la RFA doit reposer sur l’OTAN. la Pologne, les États baltes et un certain nombre d’États d’Europe centrale,

A propos de l’indépendance de l’Europe. Il y a eu des discussions sur l’augmentation du nombre de troupes américaines pour mener des exercices sur le continent européen près de la Russie et de la Biélorussie. Lorsqu’on a demandé au chef du Pentagone, L. Austin, sur quelle base les troupes américaines étaient déployées – temporairement ou « autrement » -, il a répondu sans hésitation que Washington n’avait pas encore décidé quelle serait la présence militaire en Europe. Il n’était pas dans son esprit de dire qu’il fallait consulter les alliés européens. « Nous n’avons pas encore décidé ». C’est la réponse à la question, quelle sera la sécurité en Europe.

L’État de l’Union a des plans de développement militaire. Il existe un groupement interarmées avec une composante terrestre et aérienne. Les présidents de la Russie et de la Biélorussie accordent une attention accrue au problème, compte tenu des provocations continues de l’Ukraine. Toutes les mesures nécessaires pour maintenir la préparation à toute option ont été prises. Nous nous appuierons sur les bonnes opportunités de l’État de l’Union.

Lorsque l’Europe de l’Ouest, l’OTAN, l’UE comprendront « l’impasse » de la ligne qui est poursuivie maintenant et ses risques énormes, nous verrons ce qu’ils seront prêts à « venir » vers nous avec une demande pour discuter d’autres possibilités .

Question : Des exercices conjoints de l’OTAN ont eu lieu ce mois-ci dans l’océan Atlantique et la mer Méditerranée. Ils ont été suivis par des porte-avions de différents pays, dont le porte-avions américain avancé Gerald R. Ford, qui a participé pour la première fois. Quel rôle les États-Unis jouent-ils dans les exercices de l’OTAN ? Quelles sont les intentions des États-Unis d’accroître l’intégration militaire avec les pays européens ? Comment les exercices conjoints de l’OTAN affectent-ils la sécurité régionale en Europe ?

SVLavrov: Au cours des 10 dernières années, les exercices de l’OTAN sont devenus de plus en plus intenses, fréquents et ouvertement destinés à contenir la Russie. Ils inventent des légendes et des noms, essayant de retoucher l’évidente orientation anti-russe. Ils se déroulent de plus en plus près des frontières russes : la Baltique, la mer Noire, des exercices terrestres en Pologne, un certain nombre d’autres mesures qui contredisent l’Acte fondateur sur les relations mutuelles, la coopération et la sécurité entre la Fédération de Russie et l’Atlantique Nord Organisation du Traité de 1997.Ensuite, nous avons réussi à nous mettre d’accord sur les « principes de partenariat », ils sont énoncés dans la loi. Un élément clé de ce document était l’engagement de l’OTAN à s’abstenir de déployer en permanence des « forces de combat importantes » sur le territoire des nouveaux membres de l’alliance. Un engagement bien mais politique, comme dans le cas des déclarations de l’OSCE de 1999 et 2010, de ne pas renforcer votre sécurité au détriment de la sécurité de votre voisin. La loi Russie-OTAN n’enregistre pas le déploiement de « forces de combat importantes » sur le territoire des nouveaux membres de l’alliance. « Compromis » en réponse au fait que l’Organisation s’agrandissait malgré les promesses faites à l’URSS puis aux dirigeants russes de ne pas le faire. On nous a menti. Dans une tentative naïve de maintenir le partenariat avec ce bloc, nous avons accepté la signature de l’Acte fondateur, ce qui signifiait que la Russie acceptait l’élargissement de l’alliance comme une donnée. Pour « compenser », l’Otan promet solennellement de ne pas déployer « d’importantes forces de combat » sur le territoire des nouveaux membres de manière permanente. Après un certain temps, nous avons proposé de renforcer encore plus la confiance mutuelle, après avoir déchiffré le concept de «forces de combat importantes», nous avons préparé un accord juridique spécifique. L’organisation a catégoriquement refusé. Ils ont affirmé qu’ils définiraient eux-mêmes cette notion de « forces de combat substantielles », qu’ils « s’engagent » à ne pas déployer de façon permanente, précisant que la rotation est possible. Désormais, en violation de l’obligation, des unités sérieuses sont déployées, presque sans arrêt. Formellement – rotation. Jusqu’à récemment, l’OTAN « s’est cogné la poitrine » et a déclaré qu’il ne pouvait y avoir de menace pour la sécurité de la Russie et de qui que ce soit d’autre, puisque l’OTAN est une « alliance défensive » protégeant le territoire de ses membres. Mais quand l’URSS existait, Le Pacte de Varsovie, il était clair de qui il était protégé. Fini le Pacte de Varsovie, l’Union soviétique. Depuis lors, l’OTAN a déplacé cinq fois sa ligne de défense. S’il s’agit d’une «alliance défensive», alors, déplaçant sa ligne de responsabilité, elle continue de se défendre, mais personne ne comprend de qui.

En juin de cette année. à Madrid au sommet de l’OTAN, les Occidentaux ont cessé d’être timides, et maintenant ils ne disent plus qu’ils sont une « alliance défensive » et ne font que « défendre les territoires de leurs membres ». Ils ont déclaré qu’ils devraient être responsables de la sécurité mondiale, principalement pour la région Indo-Pacifique. Il y avait même une thèse sur « l’indivisibilité de la sécurité de la région euro-atlantique et indo-pacifique ». Ainsi, l’OTAN déplace la ligne de défense encore plus à l’Est. Probablement, cela se déroulera dans la région de la mer de Chine méridionale. Compte tenu de la rhétorique de l’UE, des États-Unis, de l’Australie, du Canada et du Royaume-Uni, la mer de Chine méridionale est en train de devenir l’une des régions où l’OTAN n’est pas opposée à l’escalade des tensions, comme elle l’a fait autrefois en Ukraine.

Nous savons à quel point la Chine prend ces provocations au sérieux, sans parler de Taïwan et du détroit de Taïwan. Nous comprenons qu’un tel « jeu avec le feu » de l’OTAN dans ces régions comporte des menaces et des risques pour la Fédération de Russie. Elle est aussi proche de nos mers et de nos côtes que du territoire chinois.

Nous développons une coopération militaire avec Pékin, nous organisons des exercices conjoints, y compris antiterroristes. Récemment, un événement a eu lieu pour patrouiller l’espace aérien. Pour la première fois, des bombardiers russes à longue portée ont atterri sur des aérodromes chinois et les avions chinois correspondants ont atterri sur les nôtres. Ce sont des mesures de précaution qui montrent que nous sommes prêts à tout développement d’événements.

Tout le monde sait bien qu’à la suite de l’Europe, l’OTAN dirigée par les États-Unis tente de créer des situations explosives dans la région indo-pacifique. Ils voulaient entraîner l’Inde dans des alliances anti-chinoises et anti-russes, mais elle a refusé de rejoindre des structures qui auraient le caractère d’un bloc militaro-politique. New Delhi n’est impliquée que dans des projets économiques promus dans le cadre des stratégies indo-pacifiques. Ensuite, Washington a décidé de former des blocs militaro-politiques selon une ligne différente – celle anglo-saxonne. Les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie ont créé l’alliance AUKUS, dans laquelle la Nouvelle-Zélande, le Japon et la Corée du Sud « invitent » activement.

En Ukraine, les États-Unis et l’UE détruisent tous les principes de coopération de l’OSCE, promouvant leurs approches unilatérales. Dans un sens plus large, ils détruisent l’Organisation elle-même, bourrant la région de ses pays membres de plates-formes étroites et non inclusives comme la Communauté politique européenne.

De la même manière, les Occidentaux érodent la plate-forme universelle de coopération dans la région Asie-Pacifique – l’ASEAN, autour de laquelle se sont formés les formats du Forum asiatique sur la sécurité régionale, les sommets d’Asie de l’Est, les réunions des ministres de la défense de l’Association avec les partenaires – reconnu par tous les mécanismes formant le système pour la coopération dans le domaine de la sécurité, de l’économie et d’autres domaines. Maintenant, tout cela est activement miné. Les questions de sécurité ont été « arrachées » de l’agenda de l’ASEAN. La moitié des membres de l’Association américaine tentent de rejoindre leurs plans. La deuxième partie des pays de l’ASEAN voit les risques et ne veut pas y faire face.

La nature destructrice des actions de Washington contre les structures universelles créées en Europe et dans la région Asie-Pacifique et conçues pour résoudre les problèmes de sécurité sur la base de l’égalité et de l’équilibre des intérêts est évidente. Un cours est pris pour la création constante d’irritants, de « points chauds » dans l’attente que les États-Unis eux-mêmes sont loin. Plus les Américains provoqueront de crises, plus leurs concurrents s’affaibliront et s’affaibliront les uns les autres.

Maintenant, l’Europe s’affaiblit, « courant » imprudemment pour les États-Unis et soutenant leur politique russophobe en tout et utilisant l’Ukraine comme moyen de faire la guerre à la Russie.

Question : À votre avis, est-il encore possible dans un avenir prévisible de s’entendre sur les garanties de sécurité que la Russie a offertes aux États-Unis et à l’OTAN ?

SVLavrov : Si nos interlocuteurs occidentaux réalisent leurs erreurs et expriment leur volonté de revenir à la discussion des documents que nous avons proposés en décembre 2021 , ce sera un facteur positif. Je doute qu’ils trouvent la force et la raison de le faire, mais si cela se produit, nous serons prêts à reprendre la conversation.

Après le rejet de nos propositions, l’Occident a réussi à prendre un certain nombre de mesures qui sont en totale contradiction avec les perspectives de reprise du dialogue. Par exemple, lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN en Roumanie, ils ont juré que l’Ukraine serait dans l’alliance – il n’y a aucun changement à cela. Dans le même temps, comme l’a dit le secrétaire général J. Stoltenberg, l’Ukraine doit d’abord gagner la guerre, puis elle sera acceptée dans l’alliance. L’irresponsabilité de telles déclarations est évidente pour toute personne plus ou moins versée en politique.

Nous étions prêts à discuter des questions de sécurité dans le contexte de l’Ukraine et plus largement. Les Occidentaux ont rejeté nos propositions de décembre 2021, ainsi que les réunions militaires qui ont eu lieu et mes entretiens avec le secrétaire d’État américain E. Blinken en janvier de cette année. à Genève n’a abouti à rien. Après le début d’ une opération militaire spéciale, nous avons averti que l’affirmation selon laquelle personne, à l’exception de l’Ukraine elle-même, ne pourrait décider de la question de son adhésion à l’OTAN conduit à un scénario dangereux.

En mars de cette année. Les Ukrainiens ont demandé des négociations. Après plusieurs tours le 29 mars de cette année. à Istanbul, ils nous ont donné quelque chose « sur papier » pour la première fois. Nous avons appuyé les principes du règlement contenus dans ce document. Parmi eux, il y avait la garantie de la sécurité de l’Ukraine par le respect de son statut de non-bloc, c’est-à-dire son statut de non-adhérent à l’OTAN, non nucléaire – V.A. Zelensky ne dira plus que la renonciation aux armes nucléaires en 1994 était une erreur – et la fourniture de garanties sur une base collective non pas de l’OTAN, mais des « cinq » membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, l’Allemagne et la Turquie. Nous avons accepté cela. Un jour ou deux plus tard, les «maîtres» américains ont dit aux Ukrainiens: «pourquoi faites-vous cela». Il est clair que les États-Unis devraient épuiser l’armée russe via l’Ukraine, ainsi que dépenser le maximum d’armes des pays européens, afin que plus tard l’Europe, acheter de nouvelles choses à Washington fournirait des revenus au complexe militaro-industriel américain et aux entreprises. Très tôt, disent-ils, les Ukrainiens ont exprimé leur volonté de recevoir des garanties de sécurité de la part des Russes et d’assurer un règlement sur cette base.

Nous sommes accusés de demander constamment une sorte de négociation afin de « gagner du temps pour rassembler des forces supplémentaires pour une opération militaire spéciale ». C’est drôle et énervant. Les gens mentent carrément. Nous n’avons jamais demandé de négociation, mais nous avons toujours dit que si quelqu’un a un intérêt dans une solution négociée, nous sommes prêts à l’écouter. Ceci est confirmé par le fait suivant – quand en mars de cette année. Les Ukrainiens ont fait une telle demande, non seulement nous les avons rencontrés à mi-chemin, mais nous étions également prêts à nous mettre d’accord sur les principes qu’ils ont eux-mêmes mis en avant. La partie ukrainienne n’était pas autorisée à le faire à l’époque, car la guerre n’a pas encore apporté suffisamment d’enrichissement à ceux qui la supervisent et la conduisent – et cela est fait, en premier lieu, par les États-Unis et les Britanniques.

Question : A votre avis, pourquoi le Groupe de Minsk de l’OSCE sur le règlement du conflit du Haut-Karabakh est-il désormais inactif ? Y a-t-il une possibilité de reprendre son travail ?

SVLavrov: Le Groupe de Minsk de l’OSCE a été créé pour unir les pays influents dans la région qui peuvent envoyer des signaux à Erevan et Bakou. Nous avons convenu de travailler sous la présidence de la Russie et des États-Unis. À un moment donné, la France, comme cela arrive souvent, a exprimé le désir d’adhérer. Nous avons décidé que Paris deviendrait également l’un des trois coprésidents.

Depuis lors, pendant plus d’une douzaine d’années, les coprésidents ont fait un travail utile, rencontrant les dirigeants de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan ensemble et séparément. L’un des événements conjoints marquants a eu lieu à Madrid à la fin des années 1990. C’est ainsi que sont apparus les principes de Madrid, qui ont été discutés, modernisés et corrigés par les parties. Au tournant des années 2010. La Russie est devenue le coprésident principal. Nous avons tenu une dizaine de réunions trilatérales avec les dirigeants d’Erevan et de Bakou. De plus, à chaque fois, ils ont été suivis par des représentants des États-Unis et de la France.

Après une guerre de 44 jours en septembre-octobre 2020, avec notre rôle de médiateur, un cessez-le-feu a été conclu. La Russie continue d’aider les parties arménienne et azerbaïdjanaise à débloquer les transports et les communications économiques dans la région. Cela donnera une impulsion au développement d’autres États voisins (Turquie, Iran, Géorgie). Nous avons convenu que notre pays participera à la délimitation de la frontière et participera à la négociation d’un traité de paix entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Tout cela était le résultat de sommets entre les présidents de la Russie, de l’Azerbaïdjan et le Premier ministre de l’Arménie.

Dans le même temps, des tentatives convulsives d’autres acteurs pour « se coincer » dans ces processus ont été observées. Nous n’avons rencontré aucun problème avec.

La seule chose qui a été notée dans les contacts avec Erevan et Bakou, c’est qu’après le début d’une opération militaire spéciale, l’Occident a officiellement annoncé via Washington et Paris qu’il ne coopérerait avec la Russie nulle part et sous aucun format. Ainsi, ils ont annoncé la fin des activités du Groupe de Minsk de l’OSCE. Nos collègues arméniens se souviennent parfois d’elle. Nous répondons qu’il s’agit d’une question pour les États-Unis, la France, qui a annoncé qu’ils ne convoqueraient plus le Groupe, et l’Azerbaïdjan, car sans sa participation, tout effort de médiation n’a pas de sens.

Désormais, les Français, les Américains et l’Union européenne tentent de compenser le groupe de Minsk enseveli en « se faufilant » dans les efforts de médiation. Dans le même temps, ils cherchent à « récupérer » et à privatiser les accords conclus par les parties avec la participation russe. Par exemple, ils tiennent une réunion de la commission sur la délimitation des frontières à Bruxelles. Les Arméniens et les Azerbaïdjanais sont des gens polis, ils viennent, mais comment peut-on discuter de délimitation sans avoir entre les mains des cartes des anciennes républiques soviétiques qui n’existent que dans l’état-major russe ? C’est difficile pour moi d’imaginer.

La situation est similaire avec le traité de paix. Ils se sont rendus à Prague au forum de la Communauté politique européenne et y ont signé un document stipulant qu’un traité de paix devrait être basé sur les frontières conformément à la Charte des Nations Unies et à la Déclaration d’Alma-Ata du 21 décembre 1991. Cette dernière stipule : tous Les républiques fédérées forment la Communauté des États indépendants et confirment l’inviolabilité des frontières dans les limites qui existaient entre les républiques de l’Union soviétique. A cette époque, la région autonome du Haut-Karabakh faisait partie de la RSS d’Azerbaïdjan. L’Azerbaïdjan, l’Arménie, la France et le Conseil européen, représenté par Charles Michel, l’ont approuvé dans le cadre du document mentionné et ont reconnu sans réserve la déclaration d’Alma-Ata. Cela facilite la poursuite des travaux et résout la question de savoir comment aborder le statut du Karabakh.

Ce n’est pas pour rien que les dirigeants arméniens ont récemment parlé non pas tant du statut, mais de la nécessité de garantir les droits de la population arménienne au Karabakh. Bakou est d’accord avec cela, qui est prêt à discuter de la fourniture d’une garantie des droits dont disposent les autres citoyens azerbaïdjanais. Personne ne se souvient du Groupe de Minsk de l’OSCE maintenant. Parfois, en Arménie, une personnalité politique transmet quelque chose à son sujet, mais les Français et les Américains ont enterré le groupe de Minsk. Nous n’avons rien à voir avec cela.

Question : Que diriez-vous des déclarations contradictoires du Premier ministre arménien N.V. Pashinyan sur les questions du traité de paix arméno-azerbaïdjanais et du Haut-Karabakh ? Il avait l’habitude de dire que l’Artsakh était l’Arménie, point final. Il a appelé le peuple du Karabakh à s’asseoir à la table des négociations entre les parties arménienne et azerbaïdjanaise. Après le sommet de Prague en octobre de cette année. il a déclaré qu’Erevan et Bakou pourraient conclure un accord sans mentionner le Haut-Karabakh. 31 octobre de cette année à la veille du sommet de Sotchiles autorités arméniennes ont déclaré qu’elles soutenaient les propositions russes de traité de paix, qui, selon elles, incluraient le report de la question du statut du Haut-Karabakh « à plus tard ». Après la réunion de Sotchi, Moscou a demandé à Moscou de confirmer les propositions russes de normalisation des relations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Comme si la Russie refusait quelque chose.

SVLavrov: Vous avez clairement décrit la chronologie des événements. En 2012, nous avions des propositions qui, si elles étaient adoptées, pourraient résoudre ce problème une fois pour toutes. Au moins à partir de cette période, le concept de reporter le statut du Karabakh « pour plus tard » est apparu. C’était simple : les Arméniens quittent les cinq régions azerbaïdjanaises autour du Karabakh, laissant derrière eux deux régions qui relient l’Arménie au Karabakh. Leur sort (personne ne conteste qu’ils sont azerbaïdjanais) sera déterminé en même temps que la détermination du statut du Karabakh. Puis, pour la première fois, il y avait un concept pour reporter le statut « pour plus tard » – pour les prochaines générations.

À l’automne 2020, il y a eu une guerre. Elle s’est arrêtée au stade des contacts préliminaires. Des déclarations trilatérales étaient en préparation, trois sommets trilatéraux se sont tenus : deux à Moscou, un à Sotchi. Ensuite, ils ont également parlé de la nécessité de lancer un processus politique. Il était entendu que le statut du Karabakh pourrait être reporté « pour plus tard ». Sur cette base, la Russie a formulé sa propre version d’un traité de paix, qui a été remis aux parties au printemps. Il y avait cette phrase. La partie azerbaïdjanaise a déclaré qu’elle était prête à soutenir presque tout, mais que la question du statut devait également être résolue.

Fin octobre de cette année. rencontré à Sotchi. Nous voulions revenir sur cette question et comprendre à quel point nos partenaires sont prêts à agir sur la base de la compréhension d’un gentleman – pour résoudre tous les problèmes et laisser le statut du Karabakh « pour plus tard ». Le président I.G. Aliyev et le Premier ministre N.V. Pashinyan ont apporté à Sotchi le même document de Prague, qui déclarait qu’ils voulaient signer un traité de paix, guidé par la Charte des Nations Unies et la Déclaration d’Alma-Ata de 1991 sur la création de la CEI. Elle déclare clairement que les frontières entre les nouveaux États seront basées sur les frontières administratives entre les républiques de l’union de l’ex-Union soviétique, où la région autonome du Haut-Karabakh fait clairement partie de la RSS d’Azerbaïdjan. Après avoir signé cet accord, nos collègues arméniens nous demandent maintenant de confirmer les propositions russes sur le statut du Karabakh.

Question : Le pape François a proposé à plusieurs reprises une médiation, s’est dit prêt à organiser des pourparlers de paix entre Moscou et Kiev. Dans le même temps, le Saint-Siège souligne la nécessité de solutions à long terme et de concessions responsables des deux côtés. Quand il s’agit de concessions, qu’est-ce que cela signifie pour vous ? Quel rôle l’Italie, la France, l’Allemagne pourraient-elles jouer ? Ou est-ce que plus rien ne dépend de ces pays européens ?

SV Lavrov :Le pape François a depuis longtemps exprimé sa volonté de fournir ses services dans des déclarations publiques. Le président de la France Emmanuel Macron parle périodiquement de la même position. Même le chancelier allemand O. Scholz a déclaré qu’il continuerait à parler avec le président russe Vladimir Poutine. Au cours des deux dernières semaines, Macron a régulièrement déclaré qu’il prévoyait une conversation avec Vladimir Poutine. C’était très particulier, car au moment où il a commencé à l’annoncer, nous n’avions reçu aucun signal par les voies diplomatiques. Les Français ont une façon de rendre leur diplomatie extrêmement publique. Nous avons attendu qu’il appelle s’il le voulait vraiment. Mais l’autre jour, des journalistes l’ont encore une fois interrogé à ce sujet. E. Macron a répondu qu’il n’essaierait pas de contacter Vladimir Poutine avant de se rendre à Washington. De cela nous concluons

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré à plusieurs reprises qu’il communiquait avec V.V. Poutine et V.A. Zelensky. En dehors du Saint-Siège, je n’ai entendu aucune initiative de l’Italie en tant que pays. Mon collègue A. Tajani, en sa qualité actuelle de ministre des Affaires étrangères, que nous ne nous sommes pas encore rencontrés, émet des idées visant à trouver des solutions. Cependant, personne ne propose quoi que ce soit de précis.

Le 29 mars de cette année, les propositions de l’Ukraine ont été discutées de manière approfondie. Nous les avons acceptés, mais il était interdit à Kyiv de les vendre. Il faut, disent-ils, épuiser la Russie, et vendre des armes à l’Europe pour qu’elle donne tout à l’Ukraine.

Le pape François appelle à des négociations, mais a récemment fait une déclaration incompréhensible qui n’est pas du tout chrétienne. Le chef du Vatican a identifié deux nationalités de la Fédération de Russie comme une « catégorie » dont on peut s’attendre à des atrocités pendant les hostilités. Le ministère russe des Affaires étrangères, la République de Bouriatie et la République tchétchène ont réagi à cela. Le Vatican a déclaré que cela ne se reproduirait plus. Comme quoi, il y a eu un malentendu. Cette affaire n’aide pas non plus l’autorité du Saint-Siège.

A la question des éventuelles concessions. Lorsque nous avons formulé nos propositions en décembre 2021 (le projet de traité avec les États-Unis et l’accord avec l’OTAN), nous avons écrit ces documents honnêtement. Ce n’était pas une demande. Sinon, le premier paragraphe obligerait l’OTAN à se dissoudre et les États-Unis à retirer leurs troupes d’Europe, à commencer par les armes nucléaires tactiques en Italie, en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas et en Turquie. Il s’agirait alors d’un poste à la demande.

Nous nous sommes approchés honnêtement. Nous avons essayé de trouver une solution qui conviendrait à la fois aux Américains et à l’OTAN. Nous avons essayé de regarder la situation actuelle à travers les yeux de nos collègues occidentaux. C’est ainsi que ces documents sont apparus. Ils semblaient contenir des propositions justes et s’appuyaient sur des assurances répétées. En particulier, nous avons proposé de revenir à la configuration militaire de 1997, lorsque l’OTAN a assumé l’obligation, en vertu de l’Acte fondateur Russie-OTAN, de ne pas déployer de forces de combat importantes sur le territoire des nouveaux membres.

A Istanbul, les Ukrainiens ont proposé une option de règlement. Nous l’avons accepté, en faisant dans une certaine mesure des concessions. Il s’agissait de la situation « sur le terrain » à ce moment précis. On peut longtemps fantasmer sur qui est capable d’offrir quoi. Je souligne que nos propositions de décembre 2021 n’étaient pas une demande de démarche visant à la rejeter. À notre avis, ils offraient un équilibre des intérêts.

Question : Comme vous venez de le dire dans vos remarques liminaires, l’une des raisons d’être de la SVO en Ukraine est le désir de protéger la population russophone. Comment pouvez-vous justifier des attaques à la roquette contre des civils, des infrastructures, privant les populations d’accès à l’eau et à l’électricité, y compris dans la région de Kherson, que la Russie considère comme son territoire ?

SVLavrov: La ville de Stalingrad était notre territoire. Nous avons battu les Allemands là-bas pour qu’ils s’enfuient de là. Le ministère russe de la Défense, des experts militaires (russes, américains, d’autres pays de l’OTAN) attirent l’attention sur le fait que l’ opération militaire spéciale de la Russie dès le début a été mise en œuvre de manière à minimiser les conséquences négatives pour la population civile et les infrastructures qui est maintenant attaqué. Ce n’est un secret pour personne qu’il fournit le potentiel de combat des forces armées ukrainiennes et des bataillons nationalistes. Les frappes sont menées avec des armes de haute précision, les installations énergétiques sont désactivées, dont dépendent le fonctionnement des forces armées ukrainiennes et la livraison d’une énorme quantité d’armes, que l’Occident injecte en Ukraine pour tuer des Russes.

Récemment, l’une des personnalités politiques européennes a déclaré qu’il était nécessaire de fournir des armes capables de « produire » des objets au plus profond du territoire russe. Nous voyons tout cela. Le discours selon lequel l’Occident est intéressé par un règlement pacifique ne nous impressionne pas. Les Occidentaux ont annoncé publiquement qu’ils ne voulaient pas seulement que la Russie soit vaincue « sur le champ de bataille », mais qu’elle soit détruite en tant que joueur. Certains organisent même des conférences spéciales, pensant au nombre de parties à diviser notre pays et qui dirigera quelle partie de celui-ci.

Nous désactivons les installations énergétiques qui permettent à l’Ukraine d’être pompée avec des armes mortelles pour tuer les Russes. Inutile de dire que les États-Unis et l’OTAN ne sont pas impliqués dans cette guerre. Ils participent directement, non seulement à la fourniture d’armes, mais à la formation du personnel. L’armée est formée au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie et dans d’autres pays. De plus, des centaines d’instructeurs occidentaux (leur nombre est en augmentation) travaillent directement « sur le terrain », montrent à l’armée ukrainienne comment les « choses » qui y sont livrées tirent. Il convient de noter un grand nombre de mercenaires.

Les données de renseignement, y compris l’ensemble du système de satellites civils Starlink, ont été mises au service de l’identification de cibles pour l’armée ukrainienne. Ils sont également transmis par d’autres canaux. La grande majorité des cibles que les nazis ont touchées dans les bataillons ukrainiens et les forces armées ukrainiennes sont déterminées par les maîtres occidentaux de ce régime. Nous devons être honnêtes à ce sujet. Il y a beaucoup de faits.

Nous éliminons les installations d’infrastructure utilisées pour soutenir les opérations militaires des Forces armées ukrainiennes avec des armes de haute précision.

Dans les réseaux sociaux (Telegram et autres), on peut trouver des avis d’experts qui montrent, non pas en paroles, mais sur des faits, la différence entre cette opération militaire et ce que les États-Unis ont fait en Yougoslavie, en Irak, en Afghanistan, et les Français en Libye.

Un participant à la campagne contre la Yougoslavie en 1999, qui était l’un des employés du quartier général où les cibles ont été déterminées, raconte comment, lors d’une réunion une semaine après le début de l’agression, il a été signalé que toutes les cibles militaires étaient terminées, il y avait deux ponts utilisés par l’armée yougoslave. Les a détruits. Ils se demandaient ce qu’on pouvait faire d’autre. Il s’est avéré qu’il y avait plusieurs dizaines de ponts civils qui n’étaient pas utilisés par les militaires. Et ils ont été bombardés. Un pont a été détruit lorsqu’un train de voyageurs le traversait. Pas de « dommage collatéral » (dommage collatéral). C’était juste une attaque contre un objectif civil. Lorsque le bâtiment et la tour du centre de télévision ont été bombardés à Belgrade, ils ont expliqué que la télévision diffusait de la propagande et soutenait le moral de l’armée yougoslave.

La logique est la même que celle utilisée actuellement en France, lorsque, sur ordre du président E. Macron, l’accréditation à l’Elysée à la conférence de presse de Russia Today et Sputnik est refusée. Le président français a personnellement déclaré qu’ils ne les laisseraient pas entrer, car ce ne sont pas des médias de masse, mais de la propagande. J’espère que l’Occident ne frappera pas le siège, les bureaux de Russia Today et de Sputnik en Europe, comme il a bombardé le centre de télévision en Yougoslavie.

Regardez l’Afghanistan. Frapper les foules. Ensuite, il s’est avéré que 200 personnes allaient célébrer le mariage. La Russie n’est pas partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale. Les Américains non plus, mais par tous les moyens « incitent » cette structure à ouvrir des dossiers contre ceux que les Etats-Unis jugent mauvais.

Il y a quelques années, la CPI a soudainement décidé de découvrir ce que faisaient les Américains en Afghanistan et comment ils s’y comportaient. Il y avait un grand nombre de rapports selon lesquels les Australiens, les Britanniques, les Américains y auraient commis des crimes de guerre. Le gouvernement australien exige toujours de ceux qui y participent qu’ils prouvent qu’ils sont innocents des crimes de guerre.

Alors que la CPI commençait à peine à envisager la possibilité d’ouvrir un dossier pour enquêter sur les crimes de guerre américains en Afghanistan, Washington a déclaré sans hésitation qu’elle mettrait le procureur et tous les juges sous sanctions. La CPI est restée muette à ce sujet.

Nous sommes prêts à discuter de la question de savoir comment mener des opérations de combat dans des conditions modernes. Laissons cela aux professionnels. Dans l’intérêt de la situation actuelle, nous ne nous efforcerons pas de faire des déclarations infondées, en blâmant une seule personne pour tout et en oubliant qu’il existe des situations beaucoup plus graves que tout le monde ignore, y compris les médias travaillant en Fédération de Russie ou couvrant ce qui se passe dans notre pays.

En 2013, il y a eu des troubles sur le Maïdan et en 2014, un coup d’État a eu lieu au mépris d’un accord sur un règlement conclu grâce à la médiation de l’Union européenne. Nous avons averti que les personnes qui sont arrivées au pouvoir et ont proclamé leur objectif d’expulser les Russes de Crimée et d’interdire la langue russe constituent une menace réelle, elles doivent être « calmées ». Personne n’a levé le petit doigt. Puis il y a eu la guerre, les accords de Minsk garantis par l’Union européenne, et encore une fois personne n’a rien fait. Ni P.A. Porochenko ni V.A. Zelensky n’ont commencé à les remplir. Ils ont déclaré qu’ils avaient en vain renoncé aux armes nucléaires, qu’ils rendraient la Crimée, et qu’en signant les accords de Minsk, ils avaient gagné du temps, et maintenant on leur donnerait des armes et ils décideraient de tout par la force militaire.

Plusieurs fois par an, ils se sont tournés vers Berlin, Paris, Washington comme contrôlant le régime de Kyiv pour raisonner avec lui, calmer les racistes purs et durs. Il n’y a pas eu de réaction. Depuis de nombreuses années, nous attirons leur attention. Maintenant, les médias font du bruit, comme s’ils n’avaient pas suivi ce qui se passait en Ukraine après les accords de Minsk, comme s’ils n’avaient pas entendu nos appels à la prudence.

Comparez l’hystérie qui se déroule actuellement dans les cercles politiques occidentaux, que les médias tentent d’imposer, avec ce qui s’est passé lorsque les États-Unis ont bombardé l’Irak. Non pas parce qu’ils ont averti pendant des années que les films anglais ou hollywoodiens étaient interdits en Irak, mais parce qu’ils ont pris un tube à essai et ont dit que c’était une arme biologique. Et ils n’ont pas bombardé un pays qui constituait une menace juste à la frontière américaine, mais à dix mille kilomètres de là. Parce qu’ils le peuvent. C’est la règle selon laquelle leur ordre mondial devrait être arrangé. Notre cas est une tentative de protéger nos intérêts légitimes en vertu du droit international, et non en vertu des règles américaines.

La Libye qu’agacée ? Seulement par le fait que M. Kadhafi n’aimait pas l’un des dirigeants européens ni l’un de ses voisins. Le pays a vécu heureux pour toujours, comme l’Irak. Malgré la sévérité des régimes autocratiques, la situation économique et sociale y était incomparablement meilleure. Il n’y avait pas des millions de réfugiés d’Irak, d’Afghanistan, de Libye en Europe. Alors au moins en quelque sorte intrigué par cela? Lorsque Kirkouk en Irak et Raqqa en Syrie ont été rasés, des dizaines de cadavres y sont restés pendant des semaines. Tout le monde s’enfuit de là.

On a l’impression que la propagande occidentale ne commence à s’inquiéter que lorsque les gens qui ont juré allégeance à l’Occident souffrent. Parmi ceux-ci, les Occidentaux veulent en faire un outil pour atteindre leurs objectifs géopolitiques et militaires. Dans ce cas, ce sont des Ukrainiens.

En nombre incommensurable, l’Occident a tué des Arabes en Irak, en Libye, en Syrie ou des Afghans en Afghanistan. Je ne me souviens pas d’une telle préoccupation pour la population civile. Il s’avère que ce sont des gens de la deuxième-troisième-quatrième année. Et les Ukrainiens, qui se considèrent comme les descendants des anciens Romains, méritent apparemment une protection spéciale par le biais des institutions et des structures occidentales.

Je déplore et m’inquiète pour toute vie humaine, surtout si elle est perdue à la suite d’hostilités et de dommages aux infrastructures civiles. Considérons ces questions honnêtement, sans doubles standards.

Beaucoup de matériaux, de statistiques, d’arguments de politologues occidentaux, experts dans la conduite de la guerre, qui savent comment elle est menée, où elle est menée de manière imprudente, ignorant tous les moyens de dissuasion, et où les forces armées elles-mêmes essaient de se limiter autant que possible afin de ne pas endommager la population civile et les infrastructures civiles.

Question : La Russie et les États-Unis ont atteint les principaux objectifs de réduction des armements dans le cadre de START-3 en 2018. Cinq ans se sont écoulés – n’est-il pas temps de prendre des mesures plus ambitieuses pour réduire les armes stratégiques offensives ? Quelles mesures les États-Unis attendent-ils de la Russie dans cette direction, s’ils s’attendent à des mesures du tout ?

SV Lavrov :La question n’est pas pour moi. Ce n’est pas nous qui avons fait une pause dans les négociations sur de nouveaux accords possibles dans le domaine de la limitation des armements stratégiques offensifs – « post-START ». De telles négociations ont eu lieu. Le premier tour a eu lieu en juillet, et le second en septembre 2021. Les positions étaient diamétrales. Les Américains voulaient donner la priorité à nos nouveaux types d’armes, annoncés en 2018, principalement cinq systèmes d’armes hypersoniques. Nous n’y avons pas renoncé. Il a été convenu que deux de ces cinq systèmes (Sarmat et Avangard) pourraient bien être intégrés dans le traité START-3 existant de 2010. Les autres systèmes, en effet, n’étaient pas couverts par les paramètres inscrits dans ce document. Nous nous sommes déclarés prêts à discuter d’éventuelles nouvelles mesures de maîtrise des armements, compte tenu de nos nouveaux systèmes, étant entendu que

Lors de la réunion de septembre 2021, les négociateurs sont parvenus à convenir que des travaux supplémentaires seraient menés dans le cadre de deux groupes d’experts : l’un était de déterminer quels types d’armes sont de nature stratégique et peuvent être utilisés pour atteindre des objectifs stratégiques. C’est fondamental pour nous. Nous avons proposé d’aborder la définition de l’objet du futur traité de manière systématique, et non dans l’optique d’y inclure quelque chose de nouveau. Premièrement, nous devons analyser ce que nous avons et ce qu’ils ont de vraiment stratégique, qu’il soit nucléaire ou non nucléaire. Le système américain Prompt Global Strike est non nucléaire, mais encore plus efficace pour atteindre des objectifs militaires. Vous devez trouver un équilibre si quelque chose de nouveau apparaît. Nous avons convenu que les experts s’asseyaient et réfléchissaient honnêtement à la manière de déterminer ce que V.

En 2021, le COVID-19 ne nous a pas empêché d’avoir deux réunions bien utiles. Mais après septembre, les Américains n’ont montré aucune volonté de continuer. C’était bien avant le début d’une opération militaire spéciale. Il est difficile de juger quelle était la raison. Probablement, la responsabilité de la Russie et des États-Unis en tant que deux plus grandes puissances nucléaires (à ce stade) ne disparaît nulle part. Il y a une déclaration commune des présidents de juin 2021 selon laquelle une guerre nucléaire ne peut être gagnée par personne, donc elle ne peut pas être déclenchée. Il existe une déclaration similaire des dirigeants des cinq États nucléaires . Je l’ai déjà dit plus d’une fois, nous étions prêts à aller plus loinet de dire que non seulement il est impossible de déclencher une guerre nucléaire, mais que toute guerre entre puissances nucléaires est inacceptable. Même si quelqu’un décide de le déclencher par des moyens conventionnels, il y aura un risque énorme d’escalade vers une guerre nucléaire. Par conséquent, nous observons avec inquiétude la rhétorique débitée par l’Occident lorsqu’il accuse la Russie de préparer une sorte de provocation à l’aide d’armes de destruction massive. Dans le même temps, l’Occident lui-même, y compris les trois puissances nucléaires – les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France – fait tout pour accroître sa participation quasi directe à la guerre menée par les Ukrainiens contre la Russie. C’est une tendance dangereuse.

Question : La sécurité européenne, c’est aussi la sécurité énergétique. Maintenant, en Europe, il y a une discussion sur le prix plafond du pétrole russe. La position de la Russie est bien connue. Si nous supposons que le prix sera fixé assez haut (différents chiffres sont entendus – 30, 60 dollars le baril). Si le prix est au niveau du marché, que se passera-t-il dans ce cas ? La Russie refusera-t-elle de fournir des ressources énergétiques aux pays qui reconnaissent un tel mécanisme. Quelle est l’importance du prix ?

SVLavrov:  Notre position a été exprimée par le président russe Vladimir Poutine et le vice-Premier ministre Alexandre Novak, responsable du secteur de l’énergie. Je le répète, nous ne fournirons pas de pétrole aux pays qui « suivront l’exemple » des « dictateurs ». Diriger les prix sur le marché par ceux qui, pendant de nombreuses décennies, ont défendu la liberté du marché, la loyauté de la concurrence, l’inacceptabilité de la violation de la propriété privée, la présomption d’innocence – c’est un développement intéressant des événements. Il envoie, entre autres, un signal fort à long terme à tous les États qu’ils doivent réfléchir à la manière de s’éloigner de l’utilisation des outils imposés par l’Occident dans son système de mondialisation.

La Russie n’est plus « aimée ». La Chine devient l’objet de sanctions. Il lui est interdit de vendre et d’acheter des produits que les Américains veulent utiliser pour renforcer leur avantage concurrentiel. N’importe qui peut être le prochain. Il ne fait aucun doute que les graines d’un processus à long terme de reformatage des mécanismes mondiaux sont désormais semées. Compte tenu des ruses utilisées par l’Union européenne, il n’y a aucune confiance dans le dollar, l’euro peut être utilisé à des fins frauduleuses. Le chef de la Commission européenne, U. von der Leyen, a tenté de justifier les lois qui doivent être adoptées pour voler l’argent de l’État et des citoyens russes. Il y a une tendance dans l’UE à revenir aux méthodes coloniales afin de vivre aux dépens des autres. L’Amérique aux dépens de l’Europe. L’Europe doit aussi vivre aux dépens de quelqu’un. Trouver. Ils le veulent à nos dépens.

Je suis sûr que nous n’abandonnerons pas ce principe. Il ne s’agit pas d’obtenir plus de revenus pour votre pétrole aujourd’hui, mais de passer à la construction d’un système indépendant de ces méthodes néocoloniales. Nous le faisons avec nos collègues des BRICS (et avec une douzaine de pays qui veulent coordonner étroitement les actions avec les BRICS), dans l’OCS, l’UEE, dans les relations bilatérales avec la Chine, l’Iran, l’Inde et d’autres pays.

Nous ne sommes pas intéressés par ce que sera le «prix plafond». Nous négocierons directement avec les partenaires. Ils ne « chercheront pas » des « plafonds » et ne donneront pas de garanties à ceux qui introduisent illégalement ces « plafonds ». Lorsque nous négocions avec la Chine, l’Inde, la Turquie et d’autres acheteurs importants, il y a toujours un élément d’équilibre des intérêts en termes de temps, de volume et de prix. Cela devrait être décidé sur une base mutuelle entre le producteur et le consommateur, et non un « oncle » qui a décidé de punir quelqu’un.

Question : Dans vos remarques liminaires et vos réponses aux questions, vous avez parlé en détail de la position de la Russie sur la sécurité européenne. Nous en avons entendu parler il y a un an. En tant que ministre russe des Affaires étrangères, comment évaluez-vous la probabilité d’une rencontre entre les présidents Vladimir Poutine et John Biden l’année prochaine ou votre rencontre avec le secrétaire d’État américain E. Blinken ? Des réunions de haut niveau sont-elles possibles dans un proche avenir ?

SVLavrov: Les évaluations d’aujourd’hui de l’état de la sécurité européenne coïncident pratiquement avec ce que nous avons dit en 2020 et 2021. Cela ne fait que souligner la cohérence de notre position, la nature à long terme des crises du système de sécurité européen et la réticence de l’Occident pour entendre ce que nous disons.

Il existe un principe selon lequel lorsque la sécurité collective « ne fonctionne pas », alors chacun s’inquiète pour sa propre sécurité. La menace pour la Russie que représentent les États-Unis et leurs alliés en Ukraine est réelle, existentielle. Souvenez-vous de Z. Brzezinski, un compatriote de nos voisins polonais, qui disait en 1994 qu’il fallait tout faire pour séparer l’Ukraine de la Russie, car la Russie avec l’Ukraine est un empire, et la Russie sans l’Ukraine est un acteur régional. En 1994, nous avions généralement d’excellentes relations avec les Américains. Mais même alors, personne ne voulait que la Russie devienne au moins quelque peu indépendante. C’est là que tout a grandi et s’est accumulé.

Il a donné l’exemple de l’Irak. Je voulais leur dire qu’il y avait aussi des ADM en Irak. Le lendemain matin, ils ont volé, ont commencé à bombarder. Il s’est avéré que rien n’y a été trouvé non plus. Ensuite, T. Blair a déclaré qu ‘ »ils ont fait une erreur, avec qui cela ne se produit pas ». Des centaines de milliers de personnes ont été enterrées. Le pays allait bien. Il n’y avait pas de problèmes sociaux et économiques particuliers. Juste détruit. Jusqu’à présent, il est collecté par endroits, comme la Libye. Et tout cela sur 10 000 miles, à travers l’océan. Et ils peuvent tout faire. En même temps, ils disent que ce sont toutes des choses différentes. Ils disent qu’ils se battent pour la démocratie. Par conséquent, ils peuvent tuer plus d’un million de personnes, ce qu’ils ont fait. Où est la démocratie en Afghanistan ? En Irak? En Libye? Le terrorisme fleurissait partout. Il y a des millions de réfugiés en Europe qui auraient pu être évités.

Avec l’Ukraine, nous ne nous sommes pas simplement levés comme ça. Ce n’est pas que nous n’aimions pas V.A.Zelensky, parce qu’il a arrêté de jouer à KVN ou d’entretenir son « Studio Kvartal-95 », et nous sommes « partis en guerre » contre l’Ukraine. Ce n’est pas vrai. Nous les prévenons depuis des années. Et rien ne s’est passé.

Nous voulons d’abord comprendre qui et ce qui peut offrir. Vous avez posé des questions sur les contacts entre Vladimir Poutine et George Biden. Nous avons dit à plusieurs reprises (y compris le président russe) que nous n’évitons jamais les contacts. Quand le chancelier allemand O. Scholz a voulu venir, s’il vous plaît. Le président français Emmanuel Macron voulait venir – s’il vous plaît. Souhaitez-vous téléphoner ? Toute personne qui demande une conversation téléphonique se voit offrir cette possibilité sans limite de temps. Notre président communique avec tout le monde. Nous n’avons pas encore entendu d’idées significatives.

Des collègues américains ont proposé de tenir une réunion entre W. Burns et S. E. Naryshkin. Nous sommes d’accord. De plus, les Américains eux-mêmes nous ont dit dix fois que cela devait être une chaîne absolument confidentielle. Il ne faut pas l’annoncer pour que personne ne sache rien. Il devait être sérieux et ne pas faire l’objet d’intrigues informationnelles de propagande extérieure. Nous sommes d’accord. Mais dès qu’ils sont arrivés à Ankara, ça a immédiatement « fuité ». Je ne sais pas d’où – de la Maison Blanche, du Département d’État. Et maintenant, le chargé d’affaires américain à Moscou E. Rud dit qu’ils continueront à soutenir cette chaîne confidentielle. S.E. Naryshkin a également été contraint de prendre la parole et a indiqué les sujets abordés : la sécurité nucléaire et la stabilité stratégique, le régime de Kyiv et la situation en Ukraine dans son ensemble.

Les Américains et d’autres pays disent qu’ils ne discuteront pas de l’Ukraine sans l’Ukraine. Premièrement, l’OTAN discute de l’Ukraine sans l’Ukraine lorsque les délégués ukrainiens n’y sont pas invités, et deuxièmement, il est parfaitement clair pour tout le monde qu’il est impossible de discuter de la stabilité stratégique aujourd’hui, en ignorant tout ce qui se passe en Ukraine. Le but n’est pas de sauver la démocratie ukrainienne, mais de vaincre la Russie sur le champ de bataille, voire de la détruire. Comment un tel objectif peut-il ne pas avoir d’importance pour la stabilité stratégique ? Quand ils veulent détruire l’un des acteurs clés dans le domaine de la stabilité stratégique. En même temps, on nous dit qu’il faut discuter de l’Ukraine avec les Ukrainiens, puis quand les Ukrainiens le voudront. Et parlons des armes nucléaires et de la stabilité stratégique. C’est pour le moins naïf.

S’il y a des propositions du président des États-Unis et d’autres membres de l’administration, nous n’éviterons jamais les contacts. E. Blinken a appelé une fois il y a longtemps. Et puis il était tout inquiet pour les citoyens américains qui ont été condamnés dans notre pays et qui sont en prison. Même s’il sait bien qu’en juin 2021, à Genève, les présidents se sont mis d’accord pour créer une toute autre chaîne, une chaîne entre services spéciaux, pour réfléchir à ce sujet précis. Il travaille. J’espère que certains résultats seront obtenus. Nous n’avions aucun contact avec E. Blinken sur des questions politiques générales. Si je comprends bien, il y a une « division du travail » à Washington. L’appareil de J. Sullivan veut faire quelque chose. Le département d’État veut faire autre chose. Nous n’abordons pas les vicissitudes qui peuvent exister dans la machine bureaucratique américaine. C’est au président et aux autres dirigeants de décider.

Question : Vous avez déjà mentionné la réunion du Conseil de l’Atlantique Nord, qui s’est terminée avant-hier en Roumanie. Beaucoup se souviennent que c’est à Bucarest à l’époque que le président américain George W. Bush Jr. a proposé pour la première fois à la Géorgie et à l’Ukraine de devenir membres de l’Alliance de l’Atlantique Nord.

Je voudrais vous demander de commenter non pas tant cette question que la déclaration du secrétaire d’État E. Blinken, qui a déclaré la nécessité d’étendre l’infrastructure de l’OTAN dans la région de la mer Noire à la mer Baltique. Qu’est-ce que cela signifie pour la Russie ? Comment Moscou réagira-t-il à cela ?

SVLavrov: En ce qui concerne cette déclaration, elle suit parallèlement la déclaration de Johann Stoltenberg, qui a déclaré que pour parvenir à la paix en Ukraine, le régime de Kiev doit continuer à être pompé avec des armes. approche schizophrénique. Si tu veux la paix, prépare la guerre. Seulement ici, ne vous préparez pas à la guerre, mais si vous voulez la paix, combattez jusqu’au bout. Voici la logique.

Les paroles d’E. Blinken sont révélatrices du point de vue de qui « commande la musique » à l’OTAN. L’idée des trois mers – construire un cordon contre la Fédération de Russie (de la mer Noire à la mer Baltique) – était à l’origine polonaise, activement soutenue par les États baltes, et est promue depuis plusieurs années comme un concept de  » renaissance » de la grandeur polonaise. Ils ont commencé à le déplacer avant une opération militaire spéciale, et après cela, ils sont devenus encore plus actifs. Le fait qu’E. Blinken ait maintenant repris cette logique est très significatif. Cela signifie que dans la poursuite du développement de l’Alliance de l’Atlantique Nord, les Américains s’appuient sur des pays comme la Pologne et les États baltes, qui adoptent les positions les plus russophobes et racistes. Et des pays comme l’Allemagne et la France passent au second plan. déjà commenté, que le « concept d’autonomie stratégique » promu par le président de la France est clairement en décalage avec la pensée américaine. Les Américains estiment qu’il n’y a pas besoin d’une quelconque « autonomie stratégique » dans l’Union européenne. Ils décideront eux-mêmes comment l’UE assurera sa sécurité selon les modèles américains. Dans une récente interview, l’ancienne chancelière A. Merkel a déploré qu’après le sommet de J. Biden et V. V. Poutine à Genève en juin 2021, elle ait proposé de tenir le sommet UE-Russie avec E. Macron. Elle a été bannie. Qui peut en temps normal interdire à l’Allemagne et à la France de rencontrer qui que ce soit ? Cela a été fait par les mêmes Polonais et Baltes qui construisent ce cordon, le concept des trois mers. C’est un indicateur très significatif. comment l’UE assurera sa sécurité selon les modèles américains. Dans une récente interview, l’ancienne chancelière A. Merkel a déploré qu’après le sommet de J. Biden et V. V. Poutine à Genève en juin 2021, elle ait proposé de tenir le sommet UE-Russie avec E. Macron. Elle a été bannie. Qui peut en temps normal interdire à l’Allemagne et à la France de rencontrer qui que ce soit ? Cela a été fait par les mêmes Polonais et Baltes qui construisent ce cordon, le concept des trois mers. C’est un indicateur très significatif. comment l’UE assurera sa sécurité selon les modèles américains. Dans une récente interview, l’ancienne chancelière A. Merkel a déploré qu’après le sommet de J. Biden et V. V. Poutine à Genève en juin 2021, elle ait proposé de tenir le sommet UE-Russie avec E. Macron. Elle a été bannie. Qui peut en temps normal interdire à l’Allemagne et à la France de rencontrer qui que ce soit ? Cela a été fait par les mêmes Polonais et Baltes qui construisent ce cordon, le concept des trois mers. C’est un indicateur très significatif. Qui peut en temps normal interdire à l’Allemagne et à la France de rencontrer qui que ce soit ? Cela a été fait par les mêmes Polonais et Baltes qui construisent ce cordon, le concept des trois mers. C’est un indicateur très significatif. Qui peut en temps normal interdire à l’Allemagne et à la France de rencontrer qui que ce soit ? Cela a été fait par les mêmes Polonais et Baltes qui construisent ce cordon, le concept des trois mers. C’est un indicateur très significatif.

Soit dit en passant, sur l’influence de l’Union européenne. L’UE a garanti en février 2014 qu’il y aurait un accord entre VF Ianoukovitch et l’opposition. Signé le papier correspondant. Il commence par les mots « créer un gouvernement d’entente nationale », « organiser des élections anticipées ». Le président russe Vladimir Poutine en a parlé à plusieurs reprises. Ils auraient tenu des élections anticipées, comme convenu. VF Ianoukovitch ne les aurait pas gagnés de sa vie. Les mêmes opposants qui ont perpétré le coup d’État le lendemain matin seraient arrivés au pouvoir. On ne sait pas où ils étaient pressés. Ils rempliraient le document garanti par l’Allemagne, la France et la Pologne. Il n’y aurait pas de référendum de Crimée, pas d’autres événements. Personne ne se rebellerait contre ces gens. Parce qu’il y aurait un accord sur la tenue d’élections.

Cela ne s’est pas non plus produit sans la «contribution» américaine, tout ce dont nous parlons s’est produit en février 2014. Maidan a pris fin, un accord de règlement a été signé et les pays de l’UE ont agi en tant que garants. Trois semaines plus tôt, V. Nuland, qui était alors en charge de l’espace post-soviétique, avait coordonné la composition du nouveau gouvernement ukrainien avec l’ambassadeur américain en Ukraine, s’attendant apparemment à ce que ce coup d’État se produise bientôt. Elle a nommé plusieurs noms, et l’ambassadeur américain en Ukraine lui a dit que l’Union européenne n’aimait pas ce personnage particulier. Vous vous souvenez de ce qu’elle a dit sur ce qu’il faut faire au sujet de l’Union européenne. Mot de quatre lettres. Depuis lors, à peu près la même chose s’est produite avec l’UE. Au début, ils se fichaient de ses garanties et des accords entre VF Ianoukovitch et l’opposition. Ensuite, ils se fichaient complètement du fait que l’Union européenne, représentée par l’Allemagne et la France, garantissait les accords de Minsk, prévoyant un dialogue direct entre Kyiv, Donetsk et Lougansk sur l’octroi d’un statut spécial à ces territoires et la préservation de la langue russe. En 2019, Français et Allemands ont de nouveau invité le nouveau président, V.A. Zelensky, à Paris. C’était une réunion format Normandie. Une fois de plus, V.A.Zelensky a signé qu’il négocierait avec Donetsk et Lougansk un statut spécial et le garantirait de manière permanente. Et il n’a rien fait non plus. L’Union européenne a été battue à maintes reprises pour ses efforts de médiation. En 2018, le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, F. Mogherini, a déclaré que lorsque l’UE est dans la région (c’est-à-dire les Balkans), il n’y a pas de place pour les autres. Ils disent que les Russes n’ont rien à faire dans les Balkans, il faut bloquer complètement les contacts des Russes avec la Serbie et les autres pays des Balkans.

En 2013, l’Union européenne a servi d’intermédiaire entre Belgrade et Pristina. Les dirigeants de la Serbie et de Pristina ont été invités à Bruxelles. Là, ils ont signé un document établissant la Communauté des municipalités serbes du Kosovo. Le fait est qu’il existe de nombreuses enclaves serbes au Kosovo. Outre la partie nord de cette région, où vivent majoritairement des Serbes, il existe un certain nombre d’enclaves dans le reste du territoire. Ils ont subi une grave discrimination, une oppression de la part de la majorité albanaise, tant en ce qui concerne leur langue, l’éducation en langue serbe, les médias, qu’en ce qui concerne l’accomplissement des rites religieux dans les temples de l’Église orthodoxe serbe, qui ont également été attaqués par les Albanais. Nous avons convenu de créer une Communauté de municipalités serbes du Kosovo. Jusqu’à présent, personne ne veut le faire. Au contraire, comme l’Union européenne l’a déjà compris, Les Albanais de Pristina (ils l’ont déclaré publiquement) ne le feront pas. L’UE a signé pour son impuissance totale. Maintenant, la France et l’Allemagne se sont « enfuies » (désolé pour l’expression informelle) et promeuvent une nouvelle « initiative ». Cela n’implique aucun droit pour les Serbes du Kosovo et exige simplement de Belgrade que s’ils ne veulent pas reconnaître l’indépendance du Kosovo, ils ne le reconnaissent pas, mais acceptent le fait que le Kosovo, dans un pays non reconnu statut par eux, rejoindront des organisations internationales, y compris l’ONU, le Conseil de l’Europe et ainsi de suite.

Dans ce document sur la Communauté des municipalités serbes du Kosovo, c’était exactement la même chose que dans les accords de Minsk. Ce n’est que dans l’affaire du Kosovo qu’il s’agissait des droits des Serbes, et dans les accords de Minsk sur les droits des Russes dans le Donbass. Et les droits, les deux, étaient également énoncés – c’est la langue maternelle, l’éducation, le droit de créer leurs propres structures d’application de la loi (police locale), à ​​la fois dans les régions serbes du Kosovo et dans les républiques populaires de Donetsk et de Louhansk , le droit de vote pour la nomination des juges et des procureurs. Et le droit de faciliter les liens économiques avec les régions voisines, pour les Serbes du Kosovo – avec la Serbie, et pour le Donbass – avec la Fédération de Russie. Tout. Un et le même, un à un, et là, et là.

L’Union européenne a signé sa pleine insolvabilité et son incompétence. D’une part, ces tendances à l’affaiblissement de l’UE sont activement amplifiées par les Américains en termes financiers et économiques, et en termes d’influence politique, géopolitique et diplomatique, l’Union européenne fait tout par elle-même pour réduire son rôle au minimum.

Question : La situation dans le monde se détériore. Il s’avère que plus on parle de sécurité, plus elle s’éloigne de nous. Ce qui vous donne de l’optimisme. Sur quoi se base-t-il dans cette situation ? Croyez-vous qu’il est possible de défendre le monde et d’éviter le pire des scénarios ?

SV Lavrov :Vous savez, moi et tous mes collaborateurs les plus proches de notre ministère, et mes collègues d’autres départements et structures (l’administration présidentielle, le bureau du gouvernement) avons l’habitude de ne pas philosopher sur le succès ou l’échec. Qui ne travaille pas, il n’obtient pas de résultats. Chaque fois que nous voyons un problème, nous nous efforçons de le résoudre en y consacrant toute notre force. Il s’avère – ça ne marche pas – nous y penserons plus tard, quand nous comprendrons ce que nous avons accompli. Le résultat n’est pas toujours satisfaisant. Mais, en règle générale, si vous essayez, soyez créatif dans votre approche, efforcez-vous toujours non seulement de formuler vos propres approches, mais aussi d’entendre votre partenaire et de comprendre à quel point ce partenaire est sincère, à quel point il souhaite obtenir des concessions unilatérales de votre part. , ou est-il vraiment prêt à être honnête, comme écrit dans la Charte des Nations Unies, sur la base de l’égalité souveraine des États, ou, comme écrit dans les documents de l’OSCE, sur la base du consensus, est prêt à rechercher des compromis. Lorsque vous comprenez un partenaire (la communication en direct ne peut être remplacée par rien, car en ligne, elle est difficile à comprendre), qu’il vise un compromis, alors le résultat est obtenu.

Je vais vous donner un exemple. Lorsque John Kerry était secrétaire d’État aux États-Unis, nous avons communiqué avec lui plus, plus souvent et plus longtemps qu’avec n’importe lequel de nos partenaires, y compris nos voisins les plus proches. Plus de 50 fois par an, nous nous rencontrions ou parlions au téléphone. J’ai vu en J. Kerry une personne sincèrement intéressée par le résultat. Il est prêt à faire en sorte que ce résultat ne soit pas unilatéral, pro-américain, mais commun et nous aiderait à résoudre ensemble les problèmes.

Il a ressenti une telle attitude lorsque nous nous sommes rencontrés en avril 2014 à Vienne, au lendemain du référendum sur l’indépendance de la Crimée et son annexion à la Russie. Il y avait aussi le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, le Britannique K. Ashton, et il y avait le chef par intérim du service de politique étrangère des « révolutionnaires » de Kyiv A. B. Deshchitsa. Nous nous sommes tous les quatre assis et nous nous sommes mis d’accord sur un document qui tenait compte des assurances des autorités ukrainiennes en avril 2014 qu’elles régleraient le problème de l’Ukraine sur la base de la fédéralisation et de la décentralisation. En outre, il était écrit que ce processus serait lancé avec la participation de toutes les régions et régions d’Ukraine. Il me semblait que John Kerry était favorable à une telle approche. Il a très bien compris que sans un dialogue aussi large, une tentative d’imposer des concepts et des valeurs uniquement à la partie occidentale du peuple ukrainien (il était évident que ce coup d’État a été fait par les Occidentaux) serait désastreuse. Malheureusement, ce concept est ensuite tombé dans l’oubli. Apparemment, d’autres « conservateurs » étaient dans la direction ukrainienne du département d’État américain.

Mais nous avons aussi eu des résultats positifs avec lui. En 2013, nous avons pu, en un temps record, sur les instructions de B. Obama et de V. V. Poutine, nous mettre d’accord sur un accord d’adhésion de la Syrie à la Convention sur les armes chimiques. Cela a permis d’empêcher l’attaque américaine imminente contre la Syrie.

Suite à cela, en 2015, John Kerry et moi avons eu un processus de négociation sur la Syrie, qui a abouti à un accord totalement impensable à l’époque, et encore plus aujourd’hui. Ensuite, nos militaires se sont déployés là-bas, puis les Américains sont entrés dans l’est de la Syrie. Les militaires russes et américains se sont engagés à combattre ensemble le terrorisme. Lorsque nous ou eux (Russes et Américains) déterminons la cible à détruire, ils ne la détruiront qu’en accord avec l’autre partie. Autrement dit, nous devons coordonner nos frappes avec les Américains, et les Américains doivent coordonner leurs frappes avec nous. Dans cette optique, les forces armées de la République arabe syrienne étaient prêtes à cesser d’utiliser leurs avions de combat. Tout était convenu. La seule chose, a déclaré J. Kerry, était qu’il avait besoin de consulter quelqu’un là-bas pendant une semaine. Puis, malheureusement,

Les négociations doivent être accordées non pas avec la tâche de supprimer l’ennemi, mais afin d’obtenir des résultats grâce à un dialogue respectueux.

En ce qui concerne le fait que vous représentez des compatriotes, je voudrais exprimer notre solidarité avec tous ceux qui, tout en vivant à l’étranger, continuent de s’associer à la Fédération de Russie, à leur patrie, qui protègent leur langue, élèvent des enfants et des petits-enfants dans leur langue, et essayer de promouvoir des cultures de pénétration mutuelle. La diaspora est toujours porteuse de culture. Et tout comme les Allemands et les Italiens en Russie ont vécu et continuent de vivre pendant des siècles, les Russes d’aujourd’hui dans l’Europe moderne portent notre culture, enrichissent les pays dans lesquels ils se sont trouvés par la volonté du destin.

Le président russe Vladimir Poutine a récemment commenté cette situation. La culture ne peut pas être annulée. Il n’est soumis à aucun borrells et autres bureaucrates qui tentent de stimuler les sentiments russophobes, essayant d ‘«inciter» la population ordinaire, de discriminer les Russes, au point que des publicités sont affichées dans les restaurants que les Russes ne sont pas servis, et la conversation dans Russe dans la rue dans certains pays d’Europe de l’Est, la ville peut également faire l’objet d’un incident.

Nous comprenons la pression que subissent les organisations de nos compatriotes à l’étranger. Aux États-Unis, ils sont visités par le FBI et on leur demande d’expliquer ce qu’ils font, et quel genre d ‘«organisations de compatriotes russes» ils sont, et bien plus encore, au point même d’essayer de poursuivre. C’est d’autant plus gratifiant que nos compatriotes restent fidèles à leur choix.

Nous continuons à travailler par l’intermédiaire de la Commission gouvernementale pour les compatriotes à l’étranger . En 2021, nous avons accueilli le prochain VIIe Congrès mondial des compatriotes , avec la participation du président de la Russie. Cette année est une conférence thématique sur la façon dont la coopération économique peut stimuler nos compatriotes, et comment ils peuvent développer la coopération dans les pays où ils vivent avec la Fédération de Russie. Des hommes d’affaires d’origine russe de plus de 80 pays ont participé à cette conférence.

Il y a des événements régionaux. Cette année, ils ont été organisés pour les pays d’Europe, d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Amérique, de l’océan Pacifique et d’Asie. Les représentants des compatriotes de ces pays se réunissent et organisent leurs propres événements régionaux.

Cette année également, un événement important a eu lieu – la conférence internationale « Consolidation des associations de femmes et leur rôle dans les processus sociaux modernes » . Elles ont décidé de créer la Fédération mondiale des femmes russophones. J’espère que les hommes russophones les aideront de toutes les manières possibles.

Je suis convaincu que tous les citoyens des pays occidentaux, sur le territoire desquels la diaspora russe s’est installée, sont bien conscients du caractère positif et prêt à la coopération de ce groupe de personnes, tant en termes de projets commerciaux qu’en termes d’humanité.

Publicité

Une réflexion sur “Conférence de presse de Lavrov du 1er decembre sur la sécurité européenne et mondiale

  1. Bonjour
    Merci pour la traduction et la communication de cette intervention … ‘ explications , cohérence et limpidité ‘ … rien à voir avec nos ‘ girouettes ‘ que sont devenus les représentants de notre ‘ diplomatie ‘ …

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s