« Le dollar est fondamentalement une farce ». Traduction.

VOICI UN ENTRETIEN DE HAUT NIVEAU.

Les locuteurs prennent de la hauteur, ils se placent à l’échelle générationnelle, pas à l’échelle du trading. On est dans l’histoire, pas dans l’actualité de CNBC ou Bloomberg.

Milton Berg, CFA, PDG et stratège en chef des investissements de MB Advisors, apporte des décennies d’expérience en trading et en timing du marché. 

Pour son activité disons quotidienne, il suit plus de 30 000 indicateurs!

Mais ce n’est pas ce qui est intéressant, non; le trading c’est l’arbre qui cache la forêt; et ici ce qui est examiné, de très haut, c’est la forêt.

Milton Berg a travaillé avec les plus grands noms du monde des fonds spéculatifs, notamment Soros, Druckenmiller et Steinhardt. 

Cette conversation s’inscrit dans un registre analytique qui n’est pas le mien, C’est un registre que j’apprécie également dans la mesure ou grosso modo il parvient aux mêmes conclusions que cmoi et que celles que je développe depuis des décennies.

Ed D’Agostino :


…que pensez-vous du dollar américain ? Car…


Milton Berg :

Oh, bien sûr, c’est drôle de dire qu’il n’y a pas eu d’inflation depuis 30
ans… il y a eu de l’inflation. Mais l’inflation ne s’est pas produite dans les prix à la consommation. L’inflation
était dans les prix des actifs, c’était dans les obligations et c’était dans les actions. Et en fait, c’était aussi en or. Or
acheté à 250 $ environ en 2000, excusez-moi, ouais, environ 2000 ou plus. Et puis les 20 dernières années,
il y a eu un boom majeur de l’or.


Donc, il y avait de l’inflation dans tout autre chose que les prix à la consommation. Et maintenant, le chat est sorti du
sac, nous avons une inflation des prix à la consommation, très difficile de revenir là où nous étions, de faire
baisser l’inflation.

Et donc je pense que nous sommes dans une période d’inflation. L’inflation est une terrible taxe.

C’est un impôt terrible pour les riches, mais c’est encore plus lourd pour les travailleurs.


Ed D’Agostino :
Bien sûr.


Milton Berg :


Et c’est juste une chose terrible. Et je suppose… que nous avons des gouvernements qui contrôlent notre masse
monétaire et des gouvernements qui contrôlent nos dépenses. Et au Congrès des États-Unis, vous
savez que la majorité des membres du Congrès ou des sénateurs sont des avocats en arrière-plan. Ce sont
des avocats. Connaissez-vous quelqu’un qui est économiste?


Ed D’Agostino :
Non, je ne sais pas.


Milton Berg :


Je pense que l’on a peut-être une bonne expérience économique. Donc, ils dépensent de l’argent que nous n’avons pas;
Ils ne comprennent pas que dans l’histoire du monde, tous les biens et services ont été
rares. Il y a une pénurie de biens et de services. C’est le prix, c’est un coût d’intérêt, et le
coût des biens et services, qui nous donnent un message de ce que nous pouvons acheter et de ce que nous pouvons vendre.
Et la Réserve fédérale et le gouvernement américain – en dépensant ce qu’ils n’ont pas – ont
fondamentalement perturbé le message que la tarification est censée nous donner.

Donc, les choses n’iront pas si bien à l’avenir, mais nous n’appelons pas à une dépression.


Ed D’Agostino :

Demandez-vous un niveau d’inflation de référence plus élevé pendant plus longtemps que prévu, serait-ce
juste ?

Milton Berg :

C’est ce que je pense. L’inflation est un phénomène monétaire. Je sais que les gens parlent de
chaînes d’approvisionnement et de pénuries. Dans l’histoire du monde, toute l’inflation est causée par l’augmentation
de la monnaie dans une plus grande mesure que l’augmentation des biens et que les biens et services augmentent. Et cela
dure depuis des décennies, où la Réserve fédérale a été essentiellement… Je ne veux pas utiliser le
mot impression parce qu’ils n’impriment pas vraiment. Ils ont permis au crédit d’augmenter, à la dette
et au crédit d’augmenter.


Maintenant, si vous obtenez une Réserve Fédérale honnête, Jerome Powell est honnête et il veut ramener
l’inflation à 2% ou moins, ça va être très difficile pour notre économie. Ça va
être très difficile. Les taux vont devoir grimper, et ce sera probablement très, très
déflationniste. Très, très déflationniste et très, très négatif pour l’économie.


D’un autre côté, si cela se produit, les États-Unis ne peuvent pas rembourser leurs dettes parce que si
les taux augmentent, les États-Unis ont emprunté à court terme, ils ne pourront pas rembourser
les dettes sauf s’ils augmenter les impôts. Et s’ils augmentent les impôts dans la mesure où ils peuvent rembourser
la dette, cela va encore une fois être très déflationniste, très dépressif.

Donc, les choix de la Réserve fédérale, ils ne veulent pas que la
monnaie fiduciaire soit forte, qu’en disent-ils ? Écoutez, nous ne pouvons pas permettre à un gouvernement de faire faillite
et nous ne pouvons pas permettre à un gouvernement d’augmenter les impôts à 60, 70, 80 % pour couvrir ses dettes, et nous allons
augmenter la masse monétaire.


Donc, cela dépend de ce que fait la Fed, mais c’est un choix. Soit nous avons une forte inflation à l’
avenir s’il s’agit d’une Fed malhonnête, soit vous avez une période inflationniste ou une période déflationniste s’ils
veulent vraiment avoir de l’argent sain aux États-Unis.


Ed D’Agostino :


Je pense que cela mène à une classe d’actifs qui, je pense, déroute beaucoup de gens, et c’est l’or. Il
n’a vraiment pas fonctionné aussi bien que, je pense, la plupart des gens s’y attendraient dans un environnement inflationniste.
Est-ce vraiment une fonction de la force du dollar jusqu’à présent ou y a-t-il une autre raison
pour laquelle vous pensez que l’or est peut-être un peu à la traîne ? Et quelle est votre prévision ?


Milton Berg :


Je crois que l’or a très, très bien agi. Si vous regardez l’histoire de l’or, il n’y a pas d’
actifs conservés dans l’or. Il n’y a pas de bénéfices non répartis. Le prix de l’or n’est pas le prix d’une
action. Ce n’est pas le prix d’une action comme Apple. Une entreprise comme Apple Computer, ils fabriquent
des choses, ils gagnent de l’argent, et ils conservent leurs bénéfices, et ils versent des bénéfices aux
actionnaires. L’or est un actif qui devrait maintenir sa valeur inflationniste, maintenir sa valeur au fil
des années, au fil des décennies. Et l’or l’a fait.


En fait, remontant à environ 100 ans, l’or rapportait plus de 3 % par an… 3 à 4 % par an,
ce qui est supérieur au taux d’inflation sur cette période. C’est tout ce que l’or est censé faire. Maintenant, l’or est
très cyclique, et donc vous avez de gros mouvements à la hausse et de gros mouvements à la baisse de l’or. Mais le fait
que vous ayez de l’inflation maintenant ne vous dit pas que le prix de l’or doit augmenter en ce moment

Un excellent exemple est, de 1980 à l’an 2000, l’or s’est effondré de 850 $ l’once à 250
$ l’once alors que l’IPC a doublé. Encore une fois, l’IPC a doublé, l’or est réduit de plus de moitié. L’or ne suit
pas l’inflation sur une base annuelle. Mais sur le long terme, l’or conserve sa valeur dans un
environnement inflationniste.


C’est pourquoi les gens qui sont intelligents et qui veulent garder leurs actifs pour eux-mêmes et pour leurs
enfants ou petits-enfants, le gardent en or. Parce que si c’est en or, c’est dans ton coffre-fort. Ou
s’il se trouve dans votre coffre-fort, il ne sera pas taxé. Vous ne payez pas d’intérêts sur les revenus. Il ne fera pas
faillite. Mais il va garder sa valeur.


Donc, si vous voulez acheter une Lamborghini à votre enfant et que vous voulez mettre 300 000 $ d’or dans
un coffre-fort. Vous dites à mon petit-fils de six ans : « Quand tu auras 36 ans, prends juste cet
or, tu achèteras alors une Lamborghini. »


En d’autres termes, il conservera sa valeur. Vous ne pouvez pas dire cela avec une autre devise. Et je ne suis pas sûr que
vous puissiez dire cela avec Bitcoin non plus, car je ne pense pas que Bitcoin soit réellement une monnaie. Ce n’est que
mon avis aussi. Mais l’or a été une excellente méthode pour maintenir la valeur à long terme. Et
encore une fois, vous ne payez pas d’impôts dessus.

Ed D’Agostino :

Donc, votre idée sur le transfert de valeur et le transfert de richesse, c’est vraiment intéressant. Je pouvais voir
comment le gouvernement américain en particulier aurait un réel problème avec cela. Mais étant donné que le
dollar américain est la monnaie de réserve mondiale, que pensez-vous du fait que le dollar américain
conserve ce statut de réserve ?

Milton Berg :


Le dollar américain est fondamentalement une blague. Un dollar aujourd’hui est-il représentatif d’une manière ou d’une autre d’un dollar il y a 100 ans
? Un dollar vaut 2 cents par rapport à ce qu’il était il y a 100 ans. Les monnaies fiduciaires sont l’un des excellents
moyens que les gouvernements utilisent pour voler de l’argent au peuple par le biais de l’inflation.

Donc, à très court terme, un dollar, c’est bien. Mais il ne peut pas être utilisé pour contenir
une valeur.


Donc, il devrait y avoir de meilleures alternatives qu’un dollar. Je ne frappe pas un dollar dans le sens où
c’est très, très fonctionnel. Cela fonctionne très, très bien à court terme. Mais économiser de l’argent
n’a aucun sens. Et même acheter des obligations… si vous ne l’achetez pas dans un compte de retraite, vous devez
payer des impôts sur les intérêts que vous recevez. Cela, encore une fois, réduit la valeur que vous obtenez. L’un
des avantages de l’or est que l’or conserve sa valeur inflationniste, mais vous ne payez pas d’impôt sur son augmentation.


C’est aussi l’un des avantages de posséder des actions, parce que les entreprises, bien qu’il y ait une
double imposition, malheureusement, les entreprises paient des impôts et vous payez des impôts sur le revenu, mais vous ne
payez pas d’impôt sur le gain en capital jusqu’à ce que vous vendiez les actions. Bien sûr, certains sénateurs sont
totalement analphabètes en économie, comme le sénateur Warren, qui propose d’imposer les gains en capital non
réalisés. Je veux dire, elle a dit: « Prenons juste deux centimes. » Ce n’est pas deux centimes, croyez-moi. Personne
dans le monde réel ne possède d’actions et ne paie deux centimes. C’est deux cents sur chaque tranche de 100 $
que vous possédez, ce qui est une taxation très, très, très, très répressive. Et encore une fois, il y a trop d’
analphabètes économiques au sein du gouvernement, et vous ne pouvez tout simplement pas faire cela.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s