L’aveu par Merkel qu’elle a trompé Poutine garantit que le conflit avec l’Occident va durer longtemps…

ANDREW KORYBKO
8 DÉCEMBRE

Les critiques pourraient prétendre que la nouvelle perspective comprehension de la situation par le président Poutine est arrivée huit ans trop tard. Mais tard vaut toujours mieux que jamais. 

Merkel l’a manipulé pendant des années avant de finalement révéler sa trahison, ce qui a enseigné au dirigeant russe la douloureuse leçon qu’il ne pourra plus jamais faire confiance à aucun de ses pairs occidentaux. 

Au lieu de cela, il embrasse maintenant avec enthousiasme ses homologues des grandes puissances du Sud, en particulier le Premier ministre indien Modi, qui partage sa grande vision stratégique d’un avenir multipolaire.

L’ancien chancelier s’exprime enfin

Personne ne peut prétendre en toute confiance savoir comment la dernière phase du conflit ukrainien ,se terminera finalement. Après tout, les rebondissements jusqu’à présent ont pris tout le monde au dépourvu, de la réunification de Novorossiya avec la Russie aux deux frappes de drones de Kiev plus tôt cette semaine dans l’arrière-pays de son voisin.

Cela dit, on peut prédire avec confiance que le conflit durera presque certainement prolongé pendant des années, cette prévision étant basée sur l’aveu sincère de l’ancienne chancelière allemande Merkel selon laquelle le processus de paix de Minsk n’était qu’une ruse pour renforcer les capacités militaires offensives de Kiev. Ses paroles faisaient écho à celles de l’ancien président ukrainien Porochenko qui avait dit exactement la même chose plus tôt cette année, mais la différence est qu’il n’a jamais été considéré comme l’ami du président Poutine, contrairement à Merkel.

L’opération de manipulation de la perception de Merkel contre Poutine

Ils parlent chacun couramment la langue de l’autre, ont passé leurs années professionnelles de formation dans l’ancienne Allemagne de l’Est, président de grandes puissances historiques, et leurs économies respectives sont clairement complémentaires, c’est pourquoi ils ont étroitement coopéré sur un large éventail de questions. Au fil du temps, le président Poutine a commencé à se projeter lui-même et sa grande vision stratégique d’une « Europe de Lisbonne à Vladivostok » sur Merkel; elle a joué le jeu afin d’alimenter son biais de confirmation.

Pendant tout ce temps, il s’est avéré qu’elle ne faisait que le duper en disant au dirigeant russe tout ce qu’il voulait entendre. Son soutien superficiel au processus de paix de Minsk étant la quintessence de son approche manipulatrice du président Poutine. Elle a évalué avec précision à quel point il souhaitait passionnément que la paix prévale en Ukraine afin de débloquer le rôle géostratégique prometteur de ce pays en tant que pont entre son Union économique eurasienne (EAEU) et son UE, conformément à sa vision à long terme susmentionnée.

Néanmoins, elle n’avait aucune envie de concretiser’ puisque la propre grande vision stratégique de Merkel était d’ achever le complot centenaire de l’Allemagne pour prendre le contrôle de l’Europe sans coup férir. À cette fin, elle a dû apaiser la Russie en manipulant les perceptions de son chef afin qu’il la considère à tort comme le chef d’un État ami et ne fasse donc pas pression sur le bloc d’une manière qui pourrait entraver son objectif d’étendre l’influence allemande sur l’Est.

Psychanalyse de Poutine

Depuis que Merkel a si magistralement su jouer des attentes du président Poutine en se présentant comme la même visionnaire pragmatique et économique qu’il était au lieu de l’idéologue à somme nulle qu’elle était vraiment, il a été dupé avec succès dans sa confiance. Le résultat final a été que le dirigeant russe a patiemment retenu sa Grande Puissance pendant près de huit ans malgré d’innombrables provocations contre sa co-éthique dans l’ancienne Ukraine orientale.

Son état d’esprit était que « la fin justifie les moyens », ce qui, dans ce contexte, faisait référence à son calcul coûts-avantages selon lequel les coûts payés par le peuple russe du Donbass en valaient finalement la peine… Avec le recul, le problème était que le président Poutine était le seul dirigeant qui voulait vraiment cela.

Il a été induit en erreur pendant près de huit ans par Merkel. Il s’est étroitement lié avec elle au cours de ses nombreuses années de mandat en raison de leurs similitudes personnelles. Elle a manipulé ses perceptions en lui faisant croire à tort qu’elle partageait sa grande vision stratégique, comme expliqué précédemment. . En tant qu’homme d’État de bonne foi , il supposait que ses pairs – en particulier ceux qui représentaient les grandes puissances comme Merkel l’étaient – étaient du même calibre professionnel, d’où la raison pour laquelle il tenait pour acquis qu’ils étaient tous des acteurs rationnels.

Le recul est de 20/20

La réalité était cependant tout à fait différente puisque le président Poutine s’est avéré être le dernier véritable homme d’État occidental, ce qui signifie qu’il était le seul à fonctionner sur une base rationnelle alors que tous les autres avançaient des objectifs idéologiques. 

Sa mascarade prolongée en prétendant partager sa grande vision stratégique était suffisamment convaincante pour que le président Poutine baisse sa garde, prenne ses paroles pour acquises et suppose qu’elle veillerait à ce que l’Allemagne finisse par amener Kiev à mettre pleinement en œuvre les accords de Minsk. . S’il l’avait soupçonnée de malhonnêteté, il aurait certainement abandonné cette approche beaucoup plus tôt.

Cela explique pourquoi il a attendu si longtemps avant d’ordonner l’opération spéciale car il lui faisait sincèrement confiance pour partager sa grande vision stratégique d’une «Europe de Lisbonne à Vladivostok» qui nécessitait une paix durable en Ukraine pour se concrétiser. Au lieu de cela, Merkel cherchait impitoyablement à mener à bien le complot centenaire de l’Allemagne visant à prendre le contrôle de l’Europe sans coup férir, ce que son successeur Scholz a presque admis qu’il s’efforçait de faire dans le manifeste qu’il vient de publier dans le magazine Foreign Affairs.

Ce n’est pas une coïncidence si Merkel a révélé peu de temps après ses véritables intentions de truquer le processus de paix de Minsk, car il n’y avait plus aucune raison de rester timide à leur sujet. Scholz a vendu la mèche en se vantant du programme hégémonique de l’Allemagne qu’il a ouvertement décrit comme étant motivé par le désir de répondre aux menaces qui, selon lui, viennent « le plus immédiatement » de la Russie. N’ayant rien à perdre, Merkel a enlevé son masque et elle a finalement montré au président Poutine son vrai visage.

Il ne fait aucun doute qu’il s’est rendu compte quelque temps avant le début de l’opération spéciale de son pays qu’elle l’avait dupé pendant des années, d’où la raison pour laquelle il a entrepris cette étape fatidique fin février, mais maintenant, le monde entier peut également le voir. Merkel était le seul politicien occidental en qui le président Poutine avait sincèrement confiance, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles il a retardé l’ordre de l’opération susmentionnée pendant près de huit ans en raison de son espoir finalement faux qu’elle contribuerait à assurer la paix en Ukraine.

L’impact psychologique de la trahison de Merkel

Avec elle qui admet si effrontément avoir trahi sa confiance en s’en vantant , il est peu probable que le dirigeant russe fasse à nouveau confiance à quiconque en Occident. Cette perspicacité psychologique lui ajoute un contexte crucial en déclarant par coïncidence , le même jour que son interview, que le conflit ukrainien « pourrait être un long processus ».

De toute évidence, Poutine est maintenant conscient du fait qu’il s’agit vraiment d’une lutte prolongée sur l’avenir de la transition systémique mondiale , même si il est encore possible que  la Russie puisse gagner stratégiquement même dans le scénario d’une impasse militaire en Ukraine. En effet, ce résultat conduirait à la poursuite de la prolifération des processus multipolaires dirigés par les Indiens et, par conséquent, à un changement irréversible du cours des relations internationales. À ce stade de la nouvelle guerre froide , la Russie mène un conflit défensif , mais le temps est en fait de son côté pour une fois.

Le président Poutine sait désormais que toute accalmie dans les combats ne sera qu’une occasion pour les deux camps de se regrouper, de se réarmer et de reprendre inévitablement des opérations offensives, ce qui signifie que le terrain de jeu stratégique est désormais égalisé puisqu’il opère enfin dans le même état d’esprit que ses adversaires. . Cela renforcera sa détermination à continuer à faire tout son possible pour accélérer les processus multipolaires, ce qui nécessite avant tout de maintenir la ligne de contrôle (LOC).

La nouvelle grande vision stratégique de Poutine

Dans la poursuite de cet objectif le plus immédiat, la Russie reprendrait en effet sa participation au processus de paix précédemment saboté tant que certaines conditions seraient au moins superficiellement remplies, mais personne ne devrait interpréter ce développement potentiel comme le signal d’une faiblesse stratégique de sa part contrairement au passé. 

La différence entre hier et aujourd’hui, c’est que le président Poutine a appris de nombreuses leçons douloureuses, il ne fera donc plus de gestes de bonne volonté.

Alors que le processus de paix de Minsk n’était, rétrospectivement, qu’un moyen de manipuler les perceptions du président Poutine pour gagner du temps pour que Kiev se prépare à une offensive finale dans le Donbass, quel que soit le processus qui lui succèdera il ne sera qu’un moyen pour le dirigeant russe de gagner du temps. Gagner du temps pour que les processus multipolaires continuent de se developper aux dépens du milliard d’or de l’Occident dirigé par les États-Unis et de leurs intérêts hégémoniques unipolaires.

Le grand objectif stratégique du président Poutine n’est plus une « Europe de Lisbonne à Vladivostok », mais de réformer les relations internationales en partenariat avec les pays du Sud global dirigé conjointement par les BRICS et l’ OCS , dont la Russie fait partie, afin que l’ordre mondial devienne plus démocratique, plus égalitaire et plus juste. Cela correspond à la vision qu’il a présentée dans le Manifeste révolutionnaire mondial sur lequel il s’est appuyé au cours des deux dernières saisons.

Pensées finales

Les critiques pourraient prétendre que la nouvelle perspective du président Poutine est arrivée huit ans trop tard, mais tard vaut toujours mieux que jamais. Merkel l’a manipulé pendant des années avant de finalement révéler sa trahison, ce qui a enseigné au dirigeant russe la douloureuse leçon qu’il ne pourra plus jamais faire confiance à aucun de ses pairs occidentaux. Au lieu de cela, il embrasse maintenant avec enthousiasme ses homologues des grandes puissances du Sud, en particulier le Premier ministre indien Modi , qui partage sa grande vision stratégique d’un avenir multipolaire.

La transition systémique mondiale suit actuellement cette voie, mais elle a encore besoin de temps pour devenir irréversible, ce qui nécessite à son tour que la Russie maintienne sa ligne . Que ce soit par des moyens militaires, politiques ou une combinaison de ces deux moyens susmentionnés, le président Poutine devrait faire tout ce qui est en son pouvoir pour gagner du temps pour que ces processus multipolaires dirigés par l’Inde continuent de proliférer à cette fin, ce qui garantit que le conflit ukrainien restera prolongé quoi que l’on dise .

Publicité

12 réflexions sur “L’aveu par Merkel qu’elle a trompé Poutine garantit que le conflit avec l’Occident va durer longtemps…

  1. Je crois moi aussi que c’est leur incompétence en politique et surtout leur indifférence au bien public qui ont été la condition requise à l’accession au pouvoir de la quasi totalité des dirigeants occidentaux. Ils sont en quelque sorte des chargés de mission au service d’intérêts qui ne sont pas ceux du peuple . Ils ne sont pas là pour durer politiquement mais pour administrer la liquidation des nations au profit d’une UE soumise aux intérêts américains. H.Kohl a reconnu dhez A. Merkel ces qualitès de  » bon petit soldat  » dûmemt formè en RDA et l’ envoyèe suivre une formation ä Davos. Je crois que K. Schwab a pris le relais de H. Kohl ,vieux et malade,
    et qu’elle s’est d’une certaine manière laissé téleguider. Avec Blair et Sarkozy, elle a fait partie de la première vague des « Young Global Leaders » et on se souvient qu’en 2008 elle était complètement dépassée par la crise financière et celle de Géorgie et qu’elle s’en est sortie grâce à N.Sarkozy qui en Europe a su prendre la tête du mouvement. Ce qui ne l’a pas empêchée de le dénigrer par la suite. Sa conduite envers Poutine a donc des antécédents. Du point de vue du « timing « , ses confidences au journal die Zeit surprennent un peu et on se demande qui , exactement , est censé retirer un avantage de ce soudain accès de franchise, l’Otan, V.Poutine ou elle-même.

    J’aime

  2. Cet article accorde beaucoup trop d’intelligence à des gouvernants de l’ouest qui ne sont plus que les ombres médiocres des dirigeants d’après-guerre.

    Ils vivent à la minute médiatique, un sujet chassant l’autre et ne gouvernent pas vraiment, tout au plus réagissent ils, le plus souvent très mal et avec incompétence.

    Un complot bien ourdi vous dépose parfaitement préparé aux portes d’un conflit et pas cul nus sans armée et sans énergie comme l’Allemagne actuelle.

    Dans cette tempête de médiocrité, Poutine est le seul dirigeant à l’ancienne qui a une vision globale exposée dans de nombreux discours depuis 10 ans et qui a préparé du mieux qu’il a pu son pays à ce qui arrive maintenant. Indépendance alimentaire, économique, technologie militaire etc.

    Aucun plan ne résiste à la réalité, cette guerre n’était qu’une des très nombreuses voies qu’aurait pu prendre le monde, on pourrait lui reprocher de ne pas avoir fait plus, mais ça aurait précipité le conflit et il y avait d’autre voies possibles qui ont toutes été tentées par lui.

    8 mois plus tard, ce sont les 550 millions d’habitants de l’Europe qui souffrent le plus et sont coupés des ressources et du reste du monde, l’Ukraine qui est détruite et les USA qui semblent gagnants sur le court terme qui ne sont pas en interne et sur la scène mondiale en …très grande forme.

    La petite Russie de 144 millions d’habitants souffre bien un peu, mais au vu de la disproportion des forces, le résultat est positivement étonnant pour quelqu’un qui se serait fait « abuser ».

    J’aime

    1. « Un complot bien ourdi vous dépose parfaitement préparé aux portes d’un conflit et pas cul nus sans armée et sans énergie comme l’Allemagne actuelle. »

      Pas faux.
      Pourquoi Merkel dirait la vérité aujourd’hui ? Elle pourrait tout aussi bien « réécrire » l’histoire comme les dirigeants en retraite le font à la rédaction de leurs mémoires. Et comment explique-t-elle NS2 ou l’arrêt des centrales nucléaires pour le gaz russe ? Pas crédible vu la situation allemande actuelle. L’OTAN aujourd’hui n’a pas pu mieux aider qu’elle l’aurait fait en 2015 : 8ans plus tard, ou sont leurs industries d’armement ?
      De même, je ne crois pas aux confessions de Poutine. Il parlait devant des mères : son discours était convenu. Il y a 8ans, il savait que l’économie russe devait se renforcer, sans compter l’armée russe pouvoir dissuader l’OTAN (ou la Chine).

      Merkel (et Hollande) ont fait les accords de Minsk pour la paix. Comme en 2003, les 3 pays n’ont pas voulu suivre les USA. Aujourd’hui, ce que dit Merkel, c’est de la politique.

      J’aime

      1. Clair, pour moi et d’autres analystes elle couvre simplement son c… parce que les gauchistes sont re-devenus totalement fous depuis une décennie.

        Les bonnes relations de Merkel avec Poutine lui sont reprochés et elle a sortis cette histoire stupide.

        J’aime

  3. Je ne pense pas que Poutine se soit fait rouler dans la farine. Je pense qu’il a lui aussi profiter de ces 8 années pour se ré-armer afin d’être près a temps pour lancer son opération spéciale, de longue durée.

    Mais je comprends mieux « l’empire du mensonge »

    J’aime

  4. Que Poutine ai été trompé ou trahi par Merkel n’a pas d’importance. Il n’est pas un homme émotionnel. Sur le plan stratégique les USA veulent détacher la Russie de l »UE, la stratégie de Poutine sera donc de perpétuellement retisser des liens avec l’UE. C’est un bras de fer qui se joue sur le long terme. Ceux qui analyse cela en thermes de bienveillance ou bonté n’ont rien compris.

    J’aime

  5. Je me demande pourquoi Merkel fait cet aveu et pourquoi aujourd’hui.

    Quel intérêt à-t-elle a révéler sa duplicité ?

    C’est très mauvais pour son image et celle de son pays y compris dans le camp occidental.

    C’est tellement grave que je suis obligé de me poser une question :

    Merkel n’aurait-elle pas été trompée par les américains ?

    N’est-ce pas ça le vrai message ?

    Si on lit bien son interview, elle reconnait avoir voulu faire gagner du temps aux ukrainiens ce qui constitue une tromperie vis-à vis des russes mais elle ne savait pas forcément que ce temps serait utilisé pour les armer.

    J’aime

  6. Bonjour M. Bertez

    Que François Hollande, lui aussi signataire des accords de Minsk ne soit pas cité par A. Korybko laisse deux options: ou lui aussi a été dupé par A. Merkel ou il a été complice de cette duperie. Quelle que soit la réponse, la France ne sort pas grandie de cette affaire!
    Quant à supposer que V. Poutine ait été dupe aussi longtemps, c’est un peu hasardeux: cela supposerait que ni lui ni les responsables russes n’aient pris la peine de lire et d’étudier le texte du Pacte germano américain pour le 21ème siècle. Et sa réponse tardive peut tout simplement s’expliquer par la nécessité d’atteindre à une supériorité des systèmes d’armes russes pour pouvoir passer à l’offensive, faute de quoi l’opération spéciale eût été plus qu’hasardeuse!
    Le fait d’avoir développé leurs nouveaux missiles hypersoniques et le reste tendrait à monter, à mon sens, que les russes ont compris depuis un bon moment ce qui se passait et définitivement en 2014 ! Eus aussi ont eu besoin de temps pour se renforcer et se préparer.
    Il est vrai que tous les dirigeants sont susceptibles de se tromper: il n’est que de se remémorer les rodomontades des nôtres lorsque leur « sanctions » devaient détruire l’économie russe en quelques semaines…..
    Oui, le conflit est loin d’être terminé ; et la probabilité d’un recours aux armes nucléaires tactiques croîtra en fonction de sa durée.

    Cher Emmanuel, cher Bruno, chère – trop chère- Ursula, vous seriez bien inspirés de ne pas prendre à la lettre le trait d’esprit de Winston Churchill:  » Le succès c’est d’être capable d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme! »

    Cordialement.

    J’aime

  7. Soit Poutine a été trompé et manipulé par Merkel, auquel cas sa réaction actuelle reste toujours très mesurée, soit il est toujours dans la même logique, de croire que l’occident va finir par comprendre où son ses intérêts, et au fur et à mesure que le temps passe et que ce début de lucidité n’apparait pas, il fait monter la pression, le seuil de la douleur, palier par palier. L’avenir nous dira si c’est une bonne stratégie, compte tenu qu’il s’agit d’une lutte existentielle entre deux vision du monde, il faudrait pas que cela laisse le temps à ses adversaires de monter en puissance pour enfermer la Russie.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s