DOCUMENT. Ils se préparent à la guerre, le grand réarmemement. Qui a voté pour cela?

11 12 2022

https://www.eeas.europa.eu/eeas/investing-more-together-europe%E2%80%99s-defence_en

Josep Borrell, Haut Représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité / Vice-président de la Commission européenne

Les Européens augmentent clairement leurs dépenses et leurs capacités de défense. C’est ce que dit le rapport de l’Agence européenne de défense: 

c’est nécessaire. Alors que nous continuons à soutenir l’Ukraine, nous devons investir davantage ensemble pour préparer les armées européennes à affronter un monde plus dangereux.

AED

Nos travaux sur la sécurité et la défense européennes commencent à porter leurs fruits. Cette semaine, nous avons eu la conférence annuelle de l’ Agence européenne de défense. L’AED est chargée d’aider les États membres de l’UE à développer leurs capacités militaires de manière plus coordonnée et de soutenir la recherche et l’industrie de défense. L’objectif global est d’obtenir plus de capacités de défense et un meilleur rapport qualité-prix.

Cette semaine l’EDA a publié deux documents importants : le rapport Defence Data 2020-2021et le numéro 2022 de la revue European Defence Matters. Ces deux documents sont d’une importance cruciale pour comprendre le paysage européen de la défense et la situation géopolitique actuelle leur a donné plus d’importance

Naturellement, le point de départ de notre discussion était la guerre de la Russie contre l’Ukraine, une attaque frontale contre un voisin pacifique. J’ai souligné l’importance de notre soutien à l’Ukraine, politiquement, économiquement et militairement, c’est-à-dire avec des armeset la formation , afin qu’ils puissent repousser l’envahisseur, tels qu’ils sont. Et nous devrions pouvoir le faire aussi longtemps que nécessaire, jusqu’à ce que l’Ukraine l’emporte.

Cette guerre a également été un signal d’alarme pour nous tous quant à nos capacités militaires. Nous avons donné des armes à l’Ukraine, mais ce faisant, nous avons réalisé que nos stocks militaires étaient épuisés. Avec le retour de la guerre conventionnelle au cœur de l’Europe, nous avons également réalisé que nous manquions de capacités de défense critiques, pour pouvoir nous protéger d’un niveau de menace plus élevé sur le continent européen lui-même.

Comme je l’ai dit dans mon discours , l’ Europe dépense plus pour la défense, et – dans une certaine mesure – aussi mieux. Comment savons nous? C’est grâce aux données de défense de l’UEmis en place par l’EDA. L’AED collecte des données sur la défense sur une base annuelle depuis 2006 et il s’agit de la meilleure vue d’ensemble disponible sur l’évolution des capacités des armées de l’UE.

Ces données méritent d’être analysées car elles nous en disent long sur ce que nous avons accompli mais aussi sur ce qu’il nous reste à faire.

1

Selon les données de l’ EDA , les dépenses de défense au sein de l’UE ont augmenté en 2021 pour atteindre 214 milliards d’euros. Il s’agit d’une augmentation de 6 % par rapport à 2020 – et du taux de croissance annuel le plus élevé depuis 2015. Mais nous sommes encore loin de la référence de 2 % de l’OTAN.

Et il existe de grandes différences entre les États membres Globalement, les États membres consacrent en moyenne 1,5 % de leur PIB à la défense. Cinq de nos États membres ont augmenté leurs dépenses de défense de 20 % ou plus l’an dernier ; et l’un d’eux a augmenté de 42 %.

2
3

L’argent compte, mais un chiffre seul ne suffit pas pour savoir ce que cela signifie en termes de capacités de défense disponibles. Il faut des ressources financières, mais on ne fait pas la guerre avec des billets de banque. Il y a un long chemin entre l’allocation d’argent et le développement des capacités opérationnelles physiques et humaines.

Il est bon que les rapports de l’AED montrent que l’année dernière, nous avons enregistré un niveau record d’ investissements dans le domaine de la défense : 52 milliards d’euros, soit 24 % des dépenses totales de défense. Pour la troisième année consécutive, nous avons collectivement atteint et dépassé le seuil convenu de 20 %. En effet, 19 États membres ont atteint cette référence, le nombre le plus élevé depuis que l’EDA a commencé à collecter des données et 5 pays de plus qu’en 2020.

4

En ce qui concerne les dépenses de recherche et technologie de défense, nous avons également de bonnes nouvelles, avec une augmentation à 3,6 milliards d’euros, soit une augmentation de 41 % par rapport à l’année dernière. Il a presque triplé par rapport au plus bas historique de 2016.

5

Mais il y a aussi un autre aspect, moins positif, quand on regarde la coopération de défense. L’achat collaboratif d’équipements de défense en 2021 s’est élevé à 7,9 milliards d’ euros , ce qui représente 18 % des dépenses totales d’achat d’équipements. Il s’agit d’une augmentation significative par rapport aux 11 % en 2020, mais nous sommes encore bien en deçà de la référence convenue de 35 %.

Acheter et investir plus ensemble

Donc, ces chiffres nous disent que nous faisons mieux, mais pas assez , surtout en matière de coopération. Comme toujours, la question est de savoir ce que nous pouvons faire à ce sujet.

Premièrement, nous devons répondre aux besoins à court terme en investissant et en achetant plus conjointement. En termes simples : acheter plus ensemble. Plus de 10 mois de guerre et de soutien à l’Ukraine ont révélé l’insuffisance de nos stocks et la fragilité de nos chaînes d’approvisionnement.

En mai, nous avons présenté une analyse des écarts d’investissement dans la défense. Depuis lors, le groupe de travail conjoint sur les achats (AED, SEAE et Commission) travaille avec les États membres pour regrouper leurs besoins et identifier des opportunités réalistes d’achats conjoints, tant pour les munitions que pour les équipements.

Maintenant, nous sommes dans la phase suivante. En collaboration avec le commissaire Breton, nous avons contacté l’ industrie de la défense , demandant aux entreprises concernées de fournir des informations sur leur capacité de production. Pour aider l’industrie européenne de la défense à augmenter sa capacité de production, la Commission a également proposé un nouvel instrument de l’UE – EDIRPA– faciliter et encourager les achats conjoints avec 500 millions d’euros pour 2022-24. Nous entendons dire que les États membres ont des intentions très concrètes de s’approvisionner conjointement. Mais ces intentions doivent se traduire en commandes d’acquisition, le plus tôt possible . Les belles paroles ne suffisent pas.

Deuxièmement, nous devons regarder vers l’avenir et faire face aux menaces futures. Nous l’avons dit à maintes reprises: l’Europe doit assumer davantage la responsabilité de sa propre sécurité. Pour y parvenir, nous devons coopérer davantage pour nous doter des capacités de défense dont nous avons besoin . Le rapport 2022 sur l’examen annuel coordonné de la défense (CARD)montre que moins de 20 % de tous les investissements dans les programmes de défense sont réalisés en coopération. Malheureusement, la coopération en matière de défense reste l’exception plutôt que la règle.

Pour éviter la fragmentation et améliorer la cohérence, les États membres devraient concevoir leurs plans nationaux dans une perspective européenne. Et ils doivent systématiquement planifier et développer des capacités en coopération . CARD peut aider, car il identifie des opportunités concrètes de collaboration . Plus de 100 ont été identifiées à ce jour, couvrant tous les domaines.

Le rapport CARD n’a pas reçu suffisamment d’attention dans le passé. Elle doit désormais être la boussole pour guider les nécessaires efforts de développement conjoints. Mais pour mettre en place ce type de coordination, nous avons besoin d’outils concrets et d’un financement communautaire, pour faciliter l’interaction entre la demande des États membres et l’offre industrielle.

Et nous les avons. Nous avons PESCOet le Fonds européen de la défense(FED) comme des initiatives clés importantes de l’UE pour favoriser la coopération en matière de défense. La Commission a alloué 1,2 milliard d’euros à un premier lot de 61 projets au titre du FED pour la recherche et le développement collaboratifs dans le domaine de la défense. Il s’agit par exemple de la prochaine génération d’avions de chasse, de véhicules blindés et de navires, ainsi que de technologies de défense critiques dans les domaines de l’espace, du cyber, du cloud militaire ou de l’intelligence artificielle. Il est important que les conclusions du CARD et l’allocation des ressources du FED aillent de pair.

Préparer l’avenir

J’ai déjà comparé les armées européennes aux bonsaïs japonais, pour souligner que depuis la crise financière de 2008, nous avons réduit nos forces à des versions miniatures, et nous l’avons fait sans aucune coordination. Nous ne pouvons pas nous permettre de répéter les erreurs du passé.

6

Si vous regardez le graphique ci-dessus, vous pouvez voir que nous sommes maintenant à un tournant. L’année prochaine, nous devrions atteindre le « point de récupération ». C’est alors que nous aurons compensé des années de sous-utilisation des fonds et que nous pourrons nous concentrer sur la réparation du passé pour commencer à gagner l’avenir.

Si toutes les augmentations de dépenses annoncées sont mises en œuvre, les dépenses totales de défense de l’UE augmenteront de 70 milliards d’euros supplémentaires d’ici 2025 . Il est important de dater tout effort annoncé sur les dépenses militaires. Combien n’a pas beaucoup de sens si vous ne dites pas quand cela va se produire. Cela est particulièrement vrai dans les temps troublés que nous vivons, lorsque nous avons un réel sentiment d’urgence.

Pourtant, ces plans sont une énorme opportunité. Mais pas si l’argent est dépensé de manière non coordonnée, ou si les décisions nationales se concentrent uniquement sur les besoins actuels en s’appuyant sur des « acquisitions prêtes à l’emploi ». Cela perpétuerait le paysage fragmenté des capacités de l’UE. Nous avons donc besoin d’un juste équilibre entre réparer les sous-utilisations du passé , répondre aux besoins du présent , mais aussi préparer l’ avenir .

Les conclusions générales sont claires et c’est le message que je transmettrai aux dirigeants européens lors du sommet de l’UE la semaine prochaine:

Les menaces auxquelles nous sommes confrontés sont réelles, proches et susceptibles de s’aggraver. En même temps, tout est en place pour faire un bond en avant dans la coopération de défense : nous avons les idées, l’argent, les cadres de l’UE et une organisation, l’ AED, spécifiquement créée comme un forum pour stimuler la coopération de défense. Nous avons besoin d’action et cela nécessite une impulsion politique du sommet, c’est-à-dire des présidents et des premiers ministres de l’UE.

Nous ne devrions pas seulement dépenser plus pour la défense, mais mieux. Et cela signifie coopérer davantage . Continuer à soutenir l’Ukraine ; répondre aux besoins actuels; et commencer à préparer l’avenir.

Publicité

6 réflexions sur “DOCUMENT. Ils se préparent à la guerre, le grand réarmemement. Qui a voté pour cela?

  1. Les bonnes vieilles recettes pour masquer l’énormité des fiascos financiers, sociaux, politiques, économiques, tout en stupéfiant la populace…L’occasion est trop belle.

    J’aime

  2. Bonjour M. Bertez

    Pour  » être obligé » de relancer l’industrie de l’armement il faut d’abord avoir vidé les arsenaux et avoir fabriqué un ennemi; chose faite, merci aux dizaines de dizaines de milliers cadavres ukrainiens !
    Cui bono? Nous avons une bonne piste avec le récent contrat allemand pour des F35 capables d’emporter des têtes nucléaires. Défense européenne? Rafales kaput, France kaput.

    Cordialement

    J’aime

  3. Si des choses se produisent c’est qu’on a pas assez gueulé, les grandes manifestations changent les choses malgré ce qu’on dit, le convoi de la liberté à changé la politique covid même si les politiques ne l’admettrons jamais, le début de révolte en Chine a conduit à l’assouplissement des mesures sanitaires même si le ppc ne l’admettra jamais, quand le gouvernement met le pied dans votre porte il faut lui défoncer le pied sinon il finira dans votre chambre à couché et y fera la loi, la guerre peut être évité (dans ses débuts en tous les cas) il suffit de gueuler massivement, ca à l’air con mais c’est mon opinion.

    J’aime

  4. L’UE nous a été vendue comme l’instrument de la Paix, l’instrument priviligié pour contrer la domination économique des Etats-Unis, l’Europe des peuples.
    Résultats…
    L’UE pousse plus que n’importe quel pays ou instiutions (mis à part l’OTAN) à la guerre sans limite. L’UE est complètement soumise par un coup de force qu’elle accepte et reprend à son compte pour s’agenouiller complètement devant ceux qui l’affament et la brisent, les USA. Les peuples ne sont consultés strictement pour RIEN et ne décident de RIEN.
    Voilà où nous en sommes et la politicaille française a applaudit debout le néo-nazi de Kiev.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s