Les classes supérieures mondiales, pour l’instant, veulent que la guerre se prolonge.

Ceci n’est pas une page d’information et d’ailleurs The Economist ne s’en cache pas, il précise qu’il n’a donné la parole qu’aux autorités Ukrainiennes.

Le journal sait que c’est de la manipulation de la part des leaders Ukrainiens dans le but non pas d’influencer les opinions publiques, -le peuple ne lit pas The Economist des Rothschild-, non c’est dans le but d’influencer les dirigeants occidentaux.

L’Ukraine veut plus d’armes et d’argent alors que L’Occident n’a plus assez d’armes et que l’argent est plus difficle à obtenir à cause des soupçons de corruption.

Il est fait allusion aux glissements de la position occidentale du mois de novembre:

« De nombreux dirigeants mondiaux pensent que les combats se dirigent vers une impasse et réfléchissent à la manière d’arriver à des pourparlers de paix ». 

Et cette page de propagande transmise par The Economist répond à cette position occidentale en inistant sur le fait que:

« s’installer maintenant pour la paix ne ferait qu’ouvrir la voie à plus de violence plus tard« .

Le fait que le Très Grand Capital transmette le message de Volodymyr Zelensky, du chef des forces armées, le général Valery Zaluzhny, et du chef des forces terrestres, le général Oleksandr Syrsky, ne signifie pas que la super élite dynastique mondiale soutient une position ou une autre.

La super élite à mon sens n’a pas encore choisi entre la poursuite de la guerre et la négociation: elle attend encore un peu.

Elle attend de voir la prochaine initiative des Russes et son résultat .

Elle attend également l’évolution de la situation diplomatique internationale.

Elle attend aussi se voir l’ampleur de la récession en cours et surtout de connaitre les modifications des opinions publiques. La super élite doit surveiller le reflux supposé du populisme qu’elle a détecté.

C’est après, plus tard que la super elite du Très Grand Pouvoir et du Très Grand Capital prendra position.

Pour l’instant elle est gagnant- gagnant quels que soient les résultats des paris, puisque ce sont les tiers qui paient et elle qui récolte.

L’Ukraine a dominé nos couvertures cette année. 

Depuis l’invasion de la Russie en février, nous avons rendu compte sans relâche de la guerre. 

Malgré tout, cette semaine est une première. 

Au cours d’une série d’exposés sans précédent qui ont eu lieu en Ukraine au cours des quinze derniers jours, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, le chef des forces armées, le général Valery Zaluzhny, et le chef des forces terrestres, le général Oleksandr Syrsky, nous ont donné leur évaluation franche des mois critiques à venir . 
 
La Russie rassemble une nouvelle armée, nous a dit le général Zaluzhny, utilisant les hommes mobilisés et les armes produites par l’industrie rééquipées pour l’effort de guerre. 

Dès janvier, mais plus probablement au printemps, elle pourrait lancer une grande contre-offensive depuis le Donbass à l’est, depuis le sud ou encore depuis la Biélorussie, qui est un État fantoche au nord de l’Ukraine. « Les Russes préparent quelque 200 000 nouveaux soldats », a-t-il déclaré. « Je ne doute pas qu’ils feront une autre tentative sur Kyiv. »
 
Notre couverture cette semaine expose comment le haut commandement ukrainien voit la guerre. 

De nombreux dirigeants mondiaux pensent que les combats se dirigent vers une impasse et réfléchissent à la manière d’arriver à des pourparlers de paix. 

En revanche, M. Zelensky fait valoir que s’installer maintenant pour la paix ne ferait qu’ouvrir la voie à plus de violence plus tard. 

Les généraux Zaluzhny et Syrsky décrivent comment ils voient la menace de la Russie et comment la contrer avec les ressources limitées dont ils disposent. 

Notre éditorial de couverture évalue leurs arguments et explique comment l’Occident devrait répondre.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s