EDITORIAL: La Fed quoi qu’elle en dise ferait une erreur si elle n’accélerait pas le pivot.

La Fed a commencé à amorcer son pivot lorsque la grosse baleine systémique constituée par la finance britannique a commencé à donner des signes inquétants d’asphyxie avec les crises simultanées sur les fonds de pension, les Gilts et la Livre Sterling.

Elle a parfaitement travaillé et eu le discernement de réagir .

Je pense que deux nouveaux signaux sont en train d ‘être donnés et si je ne me trompe pas, les autorités monétaires feraient bien de les prendre en considération.

Elles ne sont pas maitresses des horloges ne l’oubliez jamais, le réel existe et le temps des événements dans la Sphère Réelle n’est pas forcément celui des événements de la Sphère Financière.

Si je ne me trompe pas, la gestion des perceptions va devoir être rudement habile ces prochaines semaines.

Les conditions financières concrètes, vraies, effectives, se dégradent et il convient d ‘y prêter attention.

12 décembre – Wall Street Journal :

« Les hauts dirigeants de Blackstone Inc. se sont déclarés déconcertés par le fait que tant d’investisseurs particuliers veulent récupérer leur argent de son fonds immobilier privé géant, compte tenu de ses solides performances. Ils ne devraient pas être surpris. La conception même du fonds encourage les investisseurs à se retirer lorsqu’ils voient d’autres le faire. 

Mon inquiétude est que ces mêmes incitations pourraient toucher d’autres parties du système financier alors que les banques centrales se retirent de tout ce qui a été gonflé par l’argent facile…

Les plus touchés seront ceux qui se sont entassés dans des actifs privés sans penser à la quantité d’argent dont ils pourraient avoir besoin. 

Le principe de base du Blackstone Real Estate Income Trust, ou BREIT, est qu’il a accepté 46 milliards de dollars en provenance des investisseurs ordinaires, a ajouté de la dette et a acheté un tas de propriétés, principalement des logements et des entrepôts Sunbelt. C’était bon, ou peut-être chanceux, et la valeur du fonds a beaucoup augmenté, il était donc très populaire. 

Cette année, les taux hypothécaires ont grimpé en flèche et les craintes de récession ont augmenté, et les prix de l’immobilier ont commencé à baisser. Ils n’ont baissé qu’un peu jusqu’à présent, et pas partout, mais suffisamment pour qu’il soit moins évident pour les investisseurs qu’ils devraient continuer à empiler de l’argent dans un pari à gros effet de levier sur les prix de l’immobilier.

Les points d’inflexion du jeu financier sont généralement marqués par une inversion des flux spéculatifs. Ils sortent d’une classe d’actifs et se ruent vers la porte. Et la nature humaine est ainsi faite qu’elle imite , elle est moutonnière, pas besoin d’être René Girard , le grand spécialiste du désir mimétique, pour le savoir.

Après avoir été emporté par les flux venus du ciel pendant la pandémie ce secteur doit replier les voiles; le boom du « Crédit privé » est soudainement mis en péril par les demandes de rachat . 

C’est l’un des points de vulnérabilité du système financier; le mismatch de durée. On investit dans le long terme avec des fonds courts qui sont intrinsèquement spéculatifs.

Blackstone et d’autres limitant maintenant les rachats, les détenteurs restants craindront de se retrouver avec le Mistigri . Les sorties de ce type de fonds nécessitent des liquidations d’actifs , c’est-à-dire des liquidations d’immeubles commerciaux et de prêts aux entreprises, ce qui revient à resserrer les conditions de crédit et les conditions financières. 

J’attire votre attention sur cette réalité que j’ai mise en avant dès 2006; l’immobilier est le point d’achoppement du système, c’est là ou se fait la Réconciliation entre la Sphère Financière et la Sphère du Réel.

La Sphère Financiere c’est de l’imaginaire, du vent, du désir, tandis que l’immobilier c’est du lourd, du pesant, de l’usage , et cet usage ne ressort pas de la magie ou de l’illusion, il ressort de toute une chaine qui est, in fine, la chaîne des besoins et du vrai pouvoir d’achat.

Une fois que le levier ne peut plus masquer la réalité, la chaine du bonheur se rompt. On peut « trader » sur des pantalons à une jambe, façon Ponzi, mais si le pouvoir d’achat des nouveaux arrivants sur le marché s’évapore, alors les pantalons à une jambe sont bons pour la poubelle.

La Chine vient de confirmer la justesse de cette remarque fondamentale que j’ai faite il y a plusieurs décennies, c’est au niveau de l’immobilier que la Chine a dû accepter d’atterrir , qu’elle a du se conformer aux lois de la pesanteur.

Tenez donc compte du resserrement implicite des normes de prêt bancaire, et il y a des raisons de craindre une accélération de la baisse à la fois de la bulle immobilière et du boom des prêts aux entreprises.

11 décembre – Wall Street Journal :

« Les dépenses de consommation aux États-Unis vont bon train. Les prêts à la consommation, pas tellement. La pression financière qui a commencé il y a environ six mois pour les entreprises qui prêtent aux Américains ordinaires s’aggrave, contrastant fortement avec les récentes hausses des actions et des obligations d’entreprises. 

La raison principale : ces sociétés de financement ont perdu l’accès à l’argent facile. L’incertitude économique généralisée a rendu les investisseurs obligataires moins enclins à acheter les obligations émises par ces prêteurs non traditionnels

… Aujourd’hui, ces sociétés de financement paient jusqu’à quatre fois ce qu’elles ont payé en janvier pour emprunter sur les marchés obligataires l’argent qu’elles prêtent aux clients… les sociétés de crédit à la consommation telles que Pagaya Technologies sont passées du profit à la perte. 

Certaines petites officines ferment complètement. Bon nombre des prêteurs non traditionnels ont été lancés au cours de la dernière décennie, ce qui signifie qu’ils n’ont jamais eu l’expérience d’une période prolongée de taux d’intérêt élevés. « Toutes ces entreprises de technologie financière parlent de leurs capacités en science des données et en apprentissage automatique, mais la vérité est que leurs modèles n’ont pas encore été testés au cours d’une récession », a déclaré Reggie Smith, JPMorgan… analyste principal des actions fintech.

J’ai le sentiment que nous avons touché le bout du subertfuge de la Fed: elle a resserré les conditions financières de type Wall Street sachant que le crédit traditionnel était disponible, voire boomait ce qui compensait le resserrement de type Wall Street. Mais maintenant le tarissement de l’aisance de type Wall Street se fait sentir en aval chez les prêteurs et le boom du crédit privé s’estompe.

Si la Fed ne redouble pas d’attention et de prudence, les carrioles de pommes que constituent l’immobilier et les crédits aux ménages vont se renverser.

14 décembre – Bloomberg :

« Les impayés sur les cartes de crédit et les prêts personnels aux États-Unis devraient augmenter en 2023 pour atteindre leur niveau le plus élevé depuis une douzaine d’années, les prêteurs réduisant les prêts alors qu’une récession potentielle se profile. 

Les impayés graves sur cartes devraient grimper à 2,6 % à la fin de l’année prochaine, contre 2,1 % à la fin de 2022, selon une prévision… de la société d’évaluation du crédit TransUnion. 

Les taux de défaillance des prêts personnels non garantis devraient également augmenter, passant de 4,1 % à 4,3 %. « Les liquidités dont disposaient les gens s’en vont », a déclaré Michele Raneri, vice-présidente de la recherche et du conseil aux États-Unis chez… l’entreprise… « L’inflation est un contributeur énorme. »

16 décembre – Bloomberg :

« Moody’s… a relevé ses prévisions de défaillances d’entreprises de qualité spéculative en 2023, avertissant qu’elles pourraient plus que quadrupler dans son scénario le plus pessimiste. L’agence prévoit que le taux de défaut grimpera à 4,9 % d’ici novembre de l’année prochaine dans son scénario de référence, contre une prévision de 2,9 % pour la fin de 2022. La projection du mois dernier était de 4,5 % ».

Cela a pris du temps. Le retournement du cycle du crédit s’est accéléré. Il est amplement justifié de rejoindre Moody’s en envisageant le « scénario le plus pessimiste ».  Les pertes sur les les transactions spéculatives continuent d’augmenter, alors que les ménages et les entreprises vont bientot finir de brûler leurs réserves de liquidités constituées lors de la relance pandémique. 

La toile de fond à mon sens s’assombrit , le système americain et occidental en genral ce n’est pas seulement la Bourse, le marché financier, non c’est aussi tout ce que j’évoque ci dessus, l’immobilier, le crédit privé, les cartes de crédit .. et de ce coté les forces négatives s’accumulent.

La Fed quoi qu’elle en dise ferait une erreur si elle n’accélerait pas le pivot, c’est une course contre la montre, une course entre le vrai maître des horloges et les démiurges qui croient qu’ils peuvent se mesurer avec lui.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s