L’invasion de l’Ukraine par la Russie a-t-elle condamné le dollar ?

La crise ukrainienne a plus ou moins renforcé la vision quasi globale selon laquelle le monde est mieux servi par la multipolarité et le multilatéralisme.

23 decembre 2022

par Robert G. Rabil Suivez @robertgrabil sur TwitterL

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a sans aucun doute mis fin à l’ère de l’après-guerre froide. Bien que de nombreux pays aient condamné l’invasion russe, la majorité d’entre eux n’ont pas sanctionné la Russie. Contrairement à la représentation occidentale de la crise ukrainienne comme une confrontation entre démocratie et autoritarisme, ces pays estiment que la crise va bien au-delà du binôme démocratie-autoritarisme, affectant potentiellement leur sécurité nationale ainsi que la durabilité et la paix mondiales. L’insécurité alimentaire, les déplacements internes et les réfugiés, la menace d’un débordement de la guerre et l’utilisation d’armes non conventionnelles mettent en danger les plus vulnérables de ces pays. Pourtant, la crise a remodelé l’ordre international et les réalignements mondiaux en offrant aux États la possibilité de poursuivre leurs propres intérêts sans s’aligner sur un camp politique.

Ces pays « neutres » agissent comme des variables politiques guidées par leur propre intérêt. Beaucoup d’entre eux sont des amis ou des alliés des États-Unis. Mais ils ne sont ni ennemis ni adversaires de la Russie et de la Chine en raison de la crise ukrainienne ou de leurs systèmes politiques autoritaires. Ils sont conscients du fait qu’à une époque de concurrence mondiale pour des ressources rares, ils ne peuvent ni sanctionner ni aller à l’encontre de la Russie, le plus grand pays du monde avec la plus grande quantité de ressources, et de la Chine, le pays avec la deuxième économie et plus grand détenteur de réserves de change au monde. Pourtant, ils ne peuvent pas non plus nuire à leur relation avec les États-Unis, le pays le plus puissant avec la plus grande économie du monde. Par conséquent, leurs politiques sont dictées par leur propre intérêt, sans le binaire idéologique de la guerre froide. En d’autres termes, leurs politiques ne chevauchent pas et ne chevaucheront pas nécessairement celles des États-Unis. Quoi d’autre explique le refus de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de l’Égypte, de l’Inde, du Brésil, de l’Afrique du Sud, de l’Argentine et de l’Indonésie, entre autres États, de suivre la ligne américaine et de sanctionner la Russie pour qu’elle se soumette ?

De manière significative, nombre de ces pays ont vu la fin de l’ère de l’après-guerre froide inaugurer une nouvelle période caractérisée par la multipolarité et le multilatéralisme. Ils s’inquiètent de la puissance unipolaire de l’Amérique depuis son invasion unilatérale de l’Irak en 2003. La crise ukrainienne et ses ramifications qui ont suivi pour diviser le monde, associées à la perception quasi universelle que la puissance américaine est en déclin suite à ses débâcles en Irak et en Afghanistan, seules a aiguisé la détermination de ces pays à tenter de freiner la puissance mondiale américaine en soutenant la multipolarité et le multilatéralisme. À cet égard, la Chine montre la voie en soutenant des organisations internationales telles que l’Organisation de coopération de Shanghai, la plus grande organisation politique, économique et de sécurité régionale au monde.— et les BRICS comme contrepoids à la puissance économique, politique et sécuritaire occidentale.

En effet, alors que l’OCS cherche à faire progresser un nouvel « ordre politique et économique international démocratique, juste et rationnel », les BRICS – acronyme de cinq principales économies émergentes : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud – favorisent une transition vers un monde multipolaire. Ils cherchent à fournir des alternatives au Fonds monétaire international et à la Banque mondiale dominés par l’Occident par le biais d’institutions telles que la Nouvelle Banque de développement. De manière significative, l’influence de ces organisations est renforcée par l’admission de nouveaux pays ; Par exemple, l’Algérie, l’Égypte, la Turquie, l’Arabie saoudite, l’Argentine et l’Iran ont soit soumis des demandes officielles, soit exprimé leur volonté de rejoindre les BRICS .

Au cœur de ces développements se trouve la tentative d’affaiblir le dollar américain en prélude à l’affaiblissement de la position globale des États-Unis. Fondamentalement, le dollar est le ventre des États-Unis. En examinant les modèles et les tendances économiques, il est clair que de nombreux pays, dont certains sont dirigés ou encouragés par la Chine (et la Russie), reconsidèrent l’utilisation du dollar comme principale monnaie commerciale.

Aujourd’hui, le dollar est la principale monnaie d’échange mondiale. Son hégémonie mondiale remonte à la conférence de Bretton Woods de 1944, lorsque quarante-quatre nations alliées se sont mises d’accord sur la mise en place d’un nouveau système monétaire international, arrimant leurs monnaies au dollar. Depuis lors, la plupart des transactions financières, de la dette internationale et des factures commerciales mondiales sont libellées en dollars et la plupart des réserves de change mondiales sont détenues en dollars.

Mais depuis 2000, la Chine tente d’internationaliser l’utilisation de sa monnaie, le yuan. Cet effort a récemment pris de l’ampleur alors que les pays de l’OTAN se sont ralliés à l’Ukraine, ont imposé des sanctions sans précédent contre la Russie et ont manifesté publiquement leur solidarité avec Taïwan. Les tensions dans les relations américano-chinoises ont augmenté de façon spectaculaire après la visite de la présidente de la Chambre des États-Unis, Nancy Pelosi, à Taiwan , anéantissant pratiquement toute bonne volonté ou confiance existant entre les deux puissances. Pendant ce temps, partageant le point de vue de la Chine selon lequel le monde traverse aujourd’hui une période de turbulence et de transformation, de nombreux pays ont exploré des moyens de réduire leur dépendance à l’égard du dollar américain en tant que principale monnaie mondiale de commerce et de réserve étrangère.

En juin 2022, lors du 14e sommet des BRICS, le groupement international a sondé le développement d’une nouvelle monnaie de réserve internationale. En mars 2022, l’Union économique eurasienne (composée de la Russie, de l’Arménie, du Kazakhstan, du Kirghizistan et de la Biélorussie) est parvenue à un accord sur la nécessité de développer une nouvelle monnaie internationale. La Russie a déjà fait du yuan chinois sa monnaie de réserve de facto . En août, l’Iran a déclaré qu’il avait commencé à utiliser sa monnaie , le rial, et les roubles russes pour le commerce avec la Russie. Les Émirats arabes unis, qui émettaient des obligations en dollars américains, ont commencé à émettre des obligations dans leur propre monnaie , le dirham. En août, l’Égypte a annoncéenvisage d’émettre pour plus de 500 millions de dollars d’obligations libellées en yuan chinois. De plus, l’Égypte a procédé à des échanges bilatéraux de devises avec la Chine. En avril 2022, la Banque d’Israël a ajouté quatre nouvelles devises (dollars canadiens, dollars australiens, yen japonais et yuan chinois) à ses avoirs. Les réserves de devises étrangères d’Israël, qui dépassent 200 milliards de dollars, sont traditionnellement composées de dollars, d’euros et de livres sterling.

Plus important encore, la Chine a élaboré une stratégie pour l’introduction de contrats à terme sur le pétrole brut libellés en yuan et le paiement du brut importé dans sa propre devise plutôt qu’en dollar américain. En fait, la Chine et l’Arabie saoudite sont engagées dans des discussions actives sur le fait que Riyad fixe le prix de certaines de ses ventes de pétrole à Pékin en yuans . Cela a été l’un des principaux objectifs de la récente visite du président Xi Jinping à Riyad au cours de la deuxième semaine de décembre. Accueilli avec des pétales de rose et des tapis rouges alignés avec des étalages monumentaux de fleurs, Xi a reçu une couverture médiatique élogieuse et un accueil respectueux et chaleureux de la part de la monarchie arabe. Il a participé à trois sommets : le premier sommet Chine-États arabes, le sommet Chine-Conseil de coopération du Golfe et le sommet Chine-Arabie saoudite.

Le message de Xi était clair. La crise ukrainienne a mis à nu un monde secoué par des turbulences et en pleine mutation. En tant que tel, il incombe à la Chine, aux États arabes et à de nombreux autres pays de façonner la nouvelle ère. Sa déclaration d’ouverture aux Arabes a souligné l’importance de faire avancer les relations sino-arabes fondées sur la solidarité et l’assistance mutuelle, l’égalité et les avantages mutuels, l’inclusion et l’apprentissage mutuel, et de construire conjointement une communauté sino-arabe de destin dans la nouvelle ère. .

Le message sous-jacent aux Saoudiens et aux autres Arabes était que la Chine, contrairement aux États-Unis, ne dictera, n’influencera ni ne compromettra les politiques et la prospérité arabes. La Chine et les États arabes développeront leurs relations sur la base du respect, de l’égalité, de la solidarité et de la non-ingérence dans les affaires intérieures de l’autre. Des dizaines d’accords valant des milliards de dollarsont été signés couvrant un large éventail de secteurs, y compris dans les « domaines de l’énergie verte, de l’hydrogène vert, de l’énergie photovoltaïque, des technologies de l’information, des services cloud, des transports, de la logistique, des industries médicales, du logement et des usines de construction ». L’un des objectifs de ces accords était de soutenir conjointement le plan Vision 2030 de l’Arabie saoudite visant à diversifier l’économie du royaume par le biais de l’initiative chinoise Belt and Road, qui investit dans de nombreux pays à l’échelle mondiale afin d’appuyer le leadership de Pékin dans les affaires mondiales.

Replié dans l’esprit et la lettre des accords, et pressé publiquement, Xi a appelé les dirigeants arabes du Golfe à vendre du pétrole et du gaz chinois en échange de yuans, ce qui établirait le yuan comme une monnaie internationale majeure et affaiblirait donc l’emprise du dollar américain sur le commerce mondial. Ce n’est un secret pour personne que le prince héritier Mohammad bin Salman s’est rapproché de ce nouvel accord avec la Chine. Pour un œil attentif, la grande réception de Xi par les Saoudiens avait toutes les caractéristiques d’accueillir le libérateur du Golfe arabe des menottes du diktat américain !

Il ne fait aucun doute que si l’Arabie saoudite commençait à négocier du pétrole en yuan, la domination du dollar américain sur le marché mondial du pétrole en souffrirait. Depuis que l’administration Nixon a fait flotter le dollar en suspendant sa convertibilité en or, les pétrodollars ont été un pilier de la force du dollar. Dans le même temps, on ne peut écarter les tentatives répétées de nombreux pays de reconsidérer l’utilisation du dollar. Prises individuellement, ces tentatives peuvent sembler inoffensives, mais prises ensemble, elles constituent de mauvais augure pour le dollar américain et, par extension, pour l’économie américaine.

Certes, l’attrait de l’utilisation internationale du dollar américain réside en partie dans la force de la géopolitique, de la puissance économique et de la viabilité américaines. Mais cet appel perd un peu de son lustre. D’un point de vue étranger, la dette nationale américaine a dépassé la somme stupéfiante de 31 000 milliards de dollars et la puissance mondiale américaine a diminué. Ce n’est pas un hasard si certains de nos alliés ou amis envisagent d’utiliser ou de détenir des devises différentes dans leur commerce et leurs réserves de change.

Historiquement, le monde a connu plusieurs transitions de devises majeures. Le Portugal a dominé les réserves mondiales jusqu’en 1530, lorsque l’Espagne est devenue la puissance mondiale la plus forte. Les monnaies néerlandaise et française ont dominé le commerce mondial pendant la majeure partie des XVIIe et XVIIIe siècles jusqu’à l’émergence de l’Empire britannique, après quoi la livre sterling est devenue la monnaie étalon-or dans le monde. Ensuite, le dollar américain a émergé alors que la puissance politique et économique américaine régnait en maître dans le monde.

Aujourd’hui, Washington mène sa politique étrangère pratiquement avec des œillères, ignorant volontairement les signes montrant que sa puissance mondiale décline lentement mais régulièrement. La crise ukrainienne, survenue au lendemain des guerres en Irak et en Afghanistan, a plus ou moins renforcé la vision quasi globale selon laquelle le monde est mieux servi par la multipolarité et le multilatéralisme. En divisant le monde en trois grands camps, la crise ukrainienne, poursuivie par l’OTAN, a rapproché le « camp neutre » de la Chine et de la Russie. Alors que Washington a fait du soutien à l’Ukraine contre l’agression russe une priorité fondamentale de la politique étrangère, de nombreux pays neutres et la Chine ont vu le monde d’un œil dans les yeux. Ils ont vu les coûts croissants de la guerre à tous les niveaux socio-économiques, politiques, militaires, énergétiques, populaires monter vers l’implosion mondiale. Alors que les dirigeants de l’Occident demandent justice contre Poutine et la Russie, quelle que soit l’opinion populaire, les dirigeants du monde non occidental recherchent la paix. Le problème est que la justice ne peut jamais être réalisée au détriment de la paix. C’est apparemment la leçon que Washington n’a jamais apprise de l’Irak et de l’Afghanistan : les plans de punition sont venus en premier ; le plan pour le lendemain est venu plus tard, s’il est jamais venu du tout. En conséquence, la paix était éphémère.

Plus important encore, en menant le camp de la recherche de justice quelles qu’en soient les conséquences, Washington ouvre la voie à son propre déclin en encourageant la multipolarité. À cet égard, il est plausible que le yuan devienne une alternative au dollar américain dans un monde « multipolaire » d’ici quelques années, et non des décennies ou des siècles. Cela portera un coup sévère à l’économie américaine et à la position mondiale dont Washington ne pourra peut-être pas se remettre.

Robert G. Rabil est professeur de sciences politiques à la Florida Atlantic University. Il peut être joint à @robertgrabil.

Publicité

13 réflexions sur “L’invasion de l’Ukraine par la Russie a-t-elle condamné le dollar ?

  1. Une énorme erreur a été de saisir les avoirs urbi et orbi , cela a exposé au monde leur façon de penser , il faudrait être envouté pour ne pas se dire que cela pourrait arriver à bien d autre pays . Très très mauvais signal , et pour un résultat très discutable ..
    Garder à l esprit le bon sens paysan , ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier .

    J’aime

  2. Les USA préparent la disparition du $ , Les QE de fou le print covid carnaval en sont bien la preuve , traire la bête un max avant de l’envoyer à l’abattoir Le crypto boom était workshop pour faire bosser les kids et obtenir les meilleurs codes SBF de ftx avec Almeda recherche était financé pour tester xrp , xlm etc . ISo 20023 cbdc devrait finir de vous convaincre. Surtout n’oublions pas que la Russie est le pays le plus riche du monde, sa population une des plus pauvre et cela n’est pas le fait de l’otan , des USA mais bien des elites Russe . nous ne somme spas obliger de choisir un camp ou l’autre car ce son les memes finalement. Ca me choque de voir les intellectuelles à 100% binaire , la presse alt est un tigre de papier , personne pour dire à l’otan aux USA aux Russes d’aller se faire enculé avec leur production hollywoodienne les morts sont réel mais les buts sont multiples et cachés , leur vieille guerre de tranché dégueu. Quel bande de salop .
    Joyeux noel Monsieur Bertez

    Aimé par 1 personne

  3. « Washington ouvre la voie à son propre déclin en encourageant la multipolarité. »
    En effet. Tous ces imbéciles dégénérés d’anglo-américains, qui se croient toujours si malins, si « exceptionnels », ne font jamais que creuser leur tombe. De la façon la plus indéniable (du moins pour ceux qui connaissent l’Histoire), l’Iran islamiste c’est eux, l’Arabie séoudite aussi, la « Turquie » aussi (en voie d’être balayée par la Russie et ses alliés à la fin du 19ème siècle), et l’énorme mastodonte économique chinois l’est aussi : c’est le foutu « globalisme » de ces crétins « pragmatiques » qui a fait de la Chine ce qu’elle est. Il y a environ 50 ans elle était au coude à coude avec l’économie espagnole.
    L’Occident n’est pas décadent. Il est décadence. L’unique projet de ce « ver dans la pomme » est de transformer la pomme en un trognon bon pour la poubelle. C’est exactement ce qui se passe sous nos yeux, en particulier depuis que l’Europe Occidentale est tombée sous la coupe de ces tarés de calvinistes américains et de royalistes anglais.
    L’infecte religion qui a créé ce concept d’Occident (schisme entre Empire Romain d’Orient et Empire Romain d’Occident, alors déjà moribond) avait dès le départ été inventée en vue de détruire la civilisation grecque. Elle a fonctionné à merveille. Nous en savourons les fruits pourris, jour après jour.

    J’aime

  4. Bonjour
    … ‘de la non ingérence dans les affaires internes de l’autre ‘ … comment ça ? … la Russie ou la Chine ne veulent pas ‘ imposer ‘ leurs visions du monde … leurs mœurs … leurs cultures …etc… franchement les ‘ dictatures ‘ sont vraiment pas bien … vilains Ruskoffs et Chintock …
    Heureusement que le camp du bien … l’occident est la … nous apportons la liberté … la workisme … la gay-pride … la démocratie quoi … m’enfin nous sommes la ‘ vérité ‘ … le vrai progrès …
    De plus saisir les avoir d’un pays et décréter unilatéralement des sanctions … pas sur que les pays voulant être ‘ neutres ‘ trouvent l’attitude ‘ occidentale ‘ très ‘ respectueuse …
    L’arrogance et l’orgueil de la part ‘ occidentale ‘ ne fait que creuser ça prope tombe …

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s