La Russie est l’un des rares pays au monde qui peut croître et prospérer sans se prostituer à l’Occident.

Commentaire de Larry Johnson

29 décembre 2022par Larry Johnson

Extrait

Je ne dis pas que les États-Unis sont sur le point de s’effondrer comme ce qui est arrivé au Troisième Reich en mai 1945, mais je crois que l’ère des États-Unis envahissant d’autres pays à volonté et renversant des gouvernements ne voulant pas s’agenouiller sur l’autel de la puissance américaine est terminée. 

La guerre en Ukraine a mis à nu la faiblesse des États-Unis à contrôler l’arène internationale.

L’année 2022 sera enregistrée par les futurs historiens comme le moment décisif où la Russie a pris la pilule rouge et s’est réveillée de son illusion qu’elle pourrait être un partenaire de l’Occident. 

Depuis l’éclatement de l’ex-Union soviétique, les dirigeants russes – pas seulement Poutine – ont cru naïvement qu’ils pouvaient être acceptés comme partenaire dans l’ordre mondial contrôlé par les États-Unis. 

Vladimir Poutine, dans son discours du 21 décembre 2022 devant le collège du ministère de la Défense, s’est reproché d’avoir cru aux promesses occidentales et il a annoncé que la Russie compterait désormais sur elle-même et traiterait l’Occident comme une menace hostile. 

Je vous encourage à regarder la vidéo. 

Alors que l’Occident tente désespérément de dépeindre Poutine comme un fou, l’homme qui parle est calme, intelligent et cohérent. 

Quel contraste avec les nains politiques qui peuplent les États-Unis et l’Europe.

Les actions secrètes des États-Unis et de l’Europe pour tenter de déstabiliser la Russie ont échoué. L’année à venir, 2023, verra la fin du monde unipolaire dominé par le pétrodollar américain et l’intervention militaire américaine.

 Je suis souvent attaqué en tant que sycophante de Poutine. C’est un mensonge pernicieux. Je crois simplement que la Russie ne bluffe pas et reconnais que la Russie est l’un des rares pays au monde qui peut croître et prospérer sans se prostituer à l’Occident.

Les États-Unis ont connu une menace existentielle dans leur histoire : la guerre civile dans les années 1860. Ironiquement, la Russie a joué un rôle important en empêchant les Britanniques d’intervenir dans cette guerre pour aider le Sud. 

La Russie, en revanche, a fait face à des siècles de menaces existentielles et a toujours trouvé un moyen d’affronter et de vaincre ces menaces, comme l’invasion de Napoléon dans les années 1800 et l’invasion nazie en 1941.

À moins d’une guerre nucléaire, il n’y a rien que les États-Unis puissent faire. faire pour empêcher la Russie de sécuriser ses frontières. Les États-Unis découvriront en 2023 que leur armée de plusieurs dizaines de trillions de dollars est impuissante lorsqu’il s’agit de projeter sa puissance en Russie.

Poutine et son gouvernement comprennent que la guerre actuelle avec l’Occident ne se déroulera pas seulement dans les champs de l’Ukraine. C’est aussi une bataille politique et économique. 

À cette fin, la Russie noue des relations importantes avec la Chine, l’Inde et les anciennes colonies impériales d’Europe et des États-Unis. On ne trouve pas pareille compréhension de l’histoire etde la sutuation mondiale parmi les dirigeants politiques à Washington. Ils travaillent toujours dans l’illusion qu’ils peuvent intimider et menacer les pays les plus faibles pour qu’ils fassent ce qu’ils veulent. Joe Biden a récemment tenté ce pari avec l’Arabie saoudite et les cheikhs riches en pétrole lui ont dit, en fait, d’aller se faire voir .

Alors que je souhaite à tous ceux qui liront ceci une bonne et prospère nouvelle année, je crains que 2023 ne soit une période d’obscurité et de souffrance pour l’Occident. 

L’Europe est déjà ravagée par l’inflation et la contraction des économies. Si le double coup dur de l’inflation et de la déflation économique frappe l’Amérique, la crise sera exponentiellement pire que la débâcle de 2008. 

La malédiction chinoise apocryphe, « puissiez-vous vivre à une époque intéressante », nous interpelle .

 Je prie pour que nous survivions.

5 réflexions sur “La Russie est l’un des rares pays au monde qui peut croître et prospérer sans se prostituer à l’Occident.

  1. Bonjour à tous et meilleurs voeux pour 2023. Certes, cela risque d’être compliqué. Si le pessimiste est un optimiste réaliste, gardons nous du fatalisme et des prédictions auto-réalisatrices 🤨😃

    J’ai découvert votre blog en 2022 et suis désormais une lectrice assidue. Merci pour tous vos articles. (Peut-être aussi explorer ce qui pourrait être fait différemment 🤔).

    J’aime

  2. Aux USA,ce sera une stagflation.en Europe,une récession et une perte de valeur de l euro face au dollar …les investisseurs recherchent la sécurité et la performance pour leurs investissements. …. les effets boomerang de la spoliation des réserves de change d un autre pays (quelle idiotie),
    l augmentation des taux directeurs des banques centrales pour combattre l inflation et donc des coûts d empreint pour les particuliers comme pour les entreprises n augure rien de bon pour l Europe en 2023 …..(paniques vers 2025 et 2028 ….)
    Et pour aller dans le sens de l auteur ,Merkel qui avoue qu elle a menti sur les accords de Minsk pour permettre à l armée ukrainienne de se renforcer …
    Monsieur Bertez,pourriez vous expliquer les conséquences de la politique des taux bas depuis 2010 de Mr.Draghi sur le marché des bonds du trésor … Sommes nous aujourd’hui pièges collectivement sur le long terme? est ce la raison qui pousse à la création d un marché d empreint commun à l UE ? (Comme pour le plan de relance post COVID)
    est ce la voie ouverte pour obliger à la federalisation de l UE ? Merci

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s