« La seule façon d’inverser le déclin accéléré de l’Amérique est la confrontation militaire ».

« Les Russes ont décidé qu’il n’y avait aucun moyen de négocier pour mettre fin à cela. Personne ne négociera de bonne foi; il faut donc écraser l’ennemi. Et c’est ce qui s’en vient. Colonel Douglas MacGregor (9 min 35 s)

« Strictement parlant, nous n’avons encore rien commencé. » Vladimir Poutine

La guerre en Ukraine ne se terminera pas par un règlement négocié. 

Les Russes ont déjà clairement indiqué qu’ils ne faisaient pas confiance aux États-Unis, ils ne vont donc pas perdre leur temps dans un bavardage inutile. Ce que les Russes vont faire, c’est poursuivre la seule option qui s’offre à eux : ils vont anéantir l’armée ukrainienne, réduire une grande partie du pays en ruines et forcer les dirigeants politiques à se conformer à leurs exigences de sécurité. C’est une ligne de conduite sanglante et inutile, mais il n’y a vraiment pas d’autre option. 

Poutine ne permettra pas à l’OTAN de placer son armée hostile et ses sites de missiles à la frontière russe. Il va défendre son pays du mieux qu’il peut en éliminant de manière proactive les menaces émergentes en Ukraine. 

C’est pourquoi Poutine a appelé 300 000 réservistes supplémentaires pour servir en Ukraine ; parce que les Russes sont déterminés à vaincre l’armée ukrainienne et à mettre fin rapidement à la guerre. 

Voici un bref récapitulatif du colonel Douglas MacGregor :

La guerre par procuration de Washington avec la Russie est le résultat d’un plan soigneusement élaboré pour embrouiller la Russie dans un conflit avec son voisin ukrainien. 

À partir du moment où le président Poutine a indiqué que son gouvernement ne tolérerait pas une présence militaire de l’OTAN aux portes de la Russie en Ukraine, Washington a cherché à accélérer le développement de l’Ukraine en une puissance militaire régionale hostile à la Russie. Le coup d’État de Maïdan a permis aux agents de Washington à Kiev d’installer un gouvernement qui coopérerait à ce projet. 

L’aveu récent de  Merkel selon lequel elle et ses collègues européens ont cherché à exploiter les accords de Minsk pour gagner du temps pour la reconstruction militaire de l’ Ukraine confirme la vérité tragique de cette affaire. (« Le colonel américain explique le rôle de l’Amérique dans la provocation du conflit russo-ukrainien », Lifesite)

Il s’agit d’un excellent résumé des événements qui ont mené à la situation présente même si nous devons consacrer un peu plus de temps aux commentaires d’Angela Merkel. 

Ce que Merkel a réellement dit dans son interview avec Die Zeit :

« L’accord de Minsk de 2014 était une tentative de gagner du temps pour l’Ukraine. L’Ukraine a utilisé ce temps pour devenir plus forte, comme vous pouvez le voir aujourd’hui. Selon l’ex-chancelière, « il était clair pour tout le monde » que le conflit était suspendu et que le problème n’était pas résolu, « mais c’est exactement ce qui a donné à l’Ukraine un temps inestimable ». (Agence de presse Tass)

Merkel a été vivement critiquée pour avoir admis qu’elle et les autres dirigeants occidentaux avaient délibérément trompé la Russie sur leurs véritables intentions vis-à-vis de Minsk. Le fait est qu’ils n’avaient aucune intention de faire pression sur l’Ukraine pour qu’elle respecte les termes du traité et ils le savaient depuis le tout début. Ce que nous savons avec certitude, c’est que ni Merkel ni ses alliés n’ont jamais été intéressés par la paix. 

Deuxièmement, nous savons maintenant qu’ils ont maintenu la fraude pendant 7 ans avant qu’elle ne lâche la mèche et n’admette ce qu’ils faisaient vraiment. 

Et enfin, nous savons maintenant par les commentaires de Merkel que l’objectif stratégique de Washington était à l’opposé de l’accord de Minsk.Le véritable objectif était de créer une Ukraine fortement militarisée qui poursuivrait la guerre par procuration de Washington contre la Russie. C’était l’objectif principal, la guerre contre la Russie.

Alors, pourquoi Poutine envisagerait-il même de négocier avec des gens si peu fiables ? des gens qui se sont contentés de lui mentir pendant 7 ans alors qu’ils inondaient le pays d’armes qui seraient utilisées pour tuer des militaires russes ?

Quel était l’objectif qui a poussé Merkel et ses collègues de Washington à mentir ?

Ils voulaient une guerre , c’est la même raison pour laquelle Boris Johnson a mis le holà à un accord que Zelensky avait négocié avec Moscou en mars. Johnson a saboté l’accord parce que Washington voulait une guerre. C’est simple.

Mais il y a un prix à payer pour mentir, et ce prix prend la forme de la méfiance, qui est l’érosion pernicieuse de la confiance, ce qui rend impossible la résolution des problèmes d’intérêt mutuel . 

Le vice-président russe du Conseil de sécurité nationale, Dmitri Medvedev, a exprimé son point de vue sur la question cette semaine dans les termes les plus amers. Il a dit:

Le comportement de Washington et d’autres cette année « est le dernier avertissement à toutes les nations : il ne peut y avoir de commerce avec le monde anglo-saxon [parce que] c’est un voleur, un escroc, un tricheur qui peut tout faire…. À partir de maintenant, nous nous passerons d’eux jusqu’à ce qu’une nouvelle génération de politiciens sensés arrive au pouvoir… Il n’y a personne en Occident avec qui nous pourrions traiter de quoi que ce soit pour quelque raison que ce soit. L’ex-président russe présente un calendrier pour la réconciliation avec l’Occident , RT)

L’Europe est le grand perdant

Bien sûr, les warhawks de Washington ne seront pas dérangés par la perspective d’une rupture des relations avec la Russie, en fait ils s’en réjouissent probablement. Mais on ne peut pas en dire autant de l’Europe. 

L’Europe va regretter de s’être attachée à l’enclume de Washington et de s’être jetée à la mer. Dans un avenir proche – lorsqu’ils réaliseront enfin que leur survie économique est inextricablement liée à l’accès à des combustibles fossiles bon marché – les dirigeants européens changeront de cap et mettront en œuvre une politique qui assure leur propre prospérité. Ils se retireront de la «guerre éternelle» de l’OTAN et rejoindront les rangs des nations civilisées à la recherche d’un avenir sûr et économiquement intégré. 

Nous nous attendons à ce que même NordStream, qui a été détruit lors du plus grand acte de sabotage industriel de l’ère moderne, soit reconnecté, établissant la principale artère énergétique qui relie la Russie à l’UE dans la plus grande zone de libre-échange du monde. Finalement, le bon sens l’emportera et l’Europe sortira du marasme provoqué par son alliance avec Washington.

Mais, d’abord, la conflagration entre la Russie et l’Occident doit se dérouler en Ukraine, et le « garant de la sécurité mondiale » doit être remplacé par la seule nation prête à combattre Goliath selon ses propres conditions dans un concours où le vainqueur remporte tout. 

L’Ukraine s’annonce comme la bataille décisive dans la guerre contre le « système fondé sur des règles », une guerre dans laquelle les États-Unis vont utiliser « toutes les astuces » pour maintenir leur emprise et leur pouvoir. 

Découvrez ce court texte de présentation de l’analyste politique John Mearsheimer qui explique les moyens par lesquels les États-Unis ont préservé leur rôle dominant dans l’ordre mondial :

« Vous ne pouvez pas sous-estimer à quel point les États-Unis sont impitoyables. Tout cela est dissimulé dans les manuels et les cours que nous suivons en grandissant parce que tout cela fait partie du nationalisme. Le nationalisme consiste à créer des mythes sur la beauté de votre pays. C’est l’Amérique qui a toujours raison ; nous ne faisons jamais rien de mal. (Mais) si vous regardez vraiment la façon dont les États-Unis ont fonctionné au fil du temps, c’est vraiment incroyable à quel point nous avons été impitoyables. Et les Britanniques, c’est aussi vrai pour eux, mais nous le cachons. Donc, je dis juste que si vous êtes l’Ukraine et que vous vivez à côté d’un État puissant comme la Russie ou que vous êtes Cuba et que vous vivez à côté d’un État puissant comme les États-Unis, vous devriez faire très, très attention carc’est comme dormir dans un lit avec un éléphant. Si cet éléphant roule sur vous, vous êtes mort. Vous devez être très prudent. Suis-je heureux du fait que c’est ainsi que le monde fonctionne ? Non, je ne suis pas. Mais c’est ainsi que le monde fonctionne pour le meilleur ou pour le pire. (John Mearsheimer, « How the World Works », You Tube ; 1 minute)

Conclusion : Les perspectives de paix en Ukraine sont nulles. 

L’establishment américain de la politique étrangère a décidé que la seule façon d’inverser le déclin accéléré de l’Amérique était la confrontation militaire directe. La guerre en Ukraine est la première manifestation de cette décision. 

D’autre part, la Russie n’accorde plus aucune importance aux négociations avec l’Occident, car on ne peut pas faire confiance aux dirigeants occidentaux pour honorer leurs engagements ou remplir leurs obligations conventionnelles. Les divergences irréconciliables entre les deux principaux partis rendent l’escalade inévitable . En l’absence d’un partenaire digne de confiance, Poutine n’a qu’une seule option pour résoudre le conflit : une force militaire écrasante.C’est pourquoi il a appelé 300 000 réservistes pour servir en Ukraine, et c’est pourquoi il en appellera 300 000 de plus si nécessaire. Poutine se rend compte que la seule voie à suivre est de renverser le courant et d’imposer sa propre force aux vaincus. 

C’est exactement ce que Mearsheimer avait prédit il y a quelques semaines quand il a dit ceci :

« Les Russes ne vont pas se retourner et faire le mort. En fait, ce que les Russes vont faire, c’est écraser les Ukrainiens. Ils vont sortir les gros canons. Ils vont transformer des endroits comme Kiev et d’autres villes d’Ukraine en décombres. Ils vont faire Falloujas, ils vont faire Mossoul, ils vont faire Groznys …. Quand une grande puissance se sent menacée… les Russes vont tout mettre en œuvre en Ukraine pour s’assurer qu’ils gagnent. … Vous devez comprendre que ce dont nous parlons ici, c’est de la provocation d’ une grande puissance dotée d’armes nucléaires – qui voit ce qui se passe comme une menace existentielle –  C’est vraiment dangereux. » ( John Mearsheimer, )

La politique de menace globale pratiquée par les Etats Unis avec leurs bases:

Donc, nous savons que la Russie va essayer de mettre fin à la guerre en battant l’armée ukrainienne. A quoi devons-nous nous attendre dans un avenir proche ?

C’est une question à laquelle ont répondu un certain nombre d’analystes qui ont suivi la guerre de près depuis le tout début. Nous fournirons quelques paragraphes de chacun d’eux dans une minute, mais d’abord, voici un récapitulatif des réunions qui ont eu lieu la semaine dernière qui suggèrent qu’une offensive russe majeure pourrait être dans quelques semaines. L’extrait est tiré d’un article publié dans Consortium News par Patrick Lawrence :

Alexander Mercouris… a récemment énuméré la série exceptionnelle de réunions que Poutine a tenues au cours des deux dernières semaines avec l’ensemble…. établissement militaire et de sécurité nationale . À Moscou, le dirigeant russe a rencontré tous ses principaux commandants militaires et responsables de la sécurité nationale (y compris) Sergei Surovikan, le général qu’il a chargé de l’opération ukrainienne….

Poutine s’est ensuite envolé pour Minsk avec le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le ministre de la Défense Sergueï Choïgou pour des échanges avec les dirigeants politiques et militaires biélorusses. Ensuite, il a rencontré les dirigeants des deux républiques, Donetsk et Lougansk, qui ont été intégrées par référendum à la Fédération de Russie l’automne dernier.

Il est impossible de ne pas conclure que ces réunions consécutives, à peine couvertes par la presse occidentale, laissent présager une nouvelle initiative militaire à court ou moyen terme en Ukraine. Comme l’a dit Mercouris, « quelque chose de très gros est en route ».

L’une des rencontres les plus intéressantes dans tout cela a eu lieu à Pékin la semaine dernière, lorsque Dmitri Medvedev, actuellement vice-président du Conseil de sécurité russe et longtemps proche de Poutine, a eu des entretiens avec Xi Jinping….

À un moment donné dans un avenir pas lointain, la guerre de la rhétorique creuse au nom de l’orgueil impérial s’affaiblira et dérivera vers l’effondrement. Ce degré de détachement surréaliste de la réalité ne peut tout simplement pas être maintenu indéfiniment – ​​pas face à une nouvelle initiative russe, quelle que soit la forme qu’elle prendra. ( PATRICK LAWRENCE : « A War of Rhetoric & Reality », Consortium News)

Est-ce que Lawrence dit vrai? Est-ce que « quelque chose de grand est en route ?

Cela y ressemble certainement. Dans l’espace ci-dessous, j’ai transcrit des citations de vidéos récentes avec le colonel MacGregor et Alexander Mercouris, deux des meilleurs et des plus fiables analystes de la guerre en Ukraine. Tous deux conviennent qu’une «offensive hivernale» russe aura lieu dans un avenir proche, et tous deux s’accordent sur les objectifs stratégiques de l’opération. 

Voici un extrait de MacGregor :

« Le peuple américain ne comprend pas vraiment que l’armée ukrainienne dans le Donbass est sur le point de s’effondrer. Ils ont des centaines de milliers de morts… (et) ils se rapprochent de cent cinquante mille morts. La 93e brigade de l’armée ukrainienne vient d’être retirée de Bahkmut – qui a été transformé en un bain de sang ukrainien par les Russes – et ils sont partis après avoir subi 70 % de pertes. Pour eux, cela signifie que sur 4 000 hommes… ils se sont retirés avec environ 1 200 hommes. C’est une catastrophe, mais c’est ce qui se passe réellement. Et quand les Russes lanceront enfin leur offensive, les Américains vont voir tout ce château de cartes s’effondrer . Ensuite, la seule question est de savoir si quelqu’un va enfin se lever et mettre fin à ce récit totalement faux. (« Colonel Douglas MacGregor » , Real America, Rumble ; 8h45)

Et voici plus de MacGregor :

Il semble de plus en plus que les Russes aimeraient terminer leur tâche dans le Donbass en premier. Ils veulent éliminer toutes les forces ukrainiennes qui sont dans le Donbass … Rappelez-vous, au début c’était un choix d’économie de force. Il a été conçu pour broyer autant d’Ukrainiens que possible au coût le plus bas possible pour les Russes. C’est ce qui se passe dans le sud de l’Ukraine (et) ça continue. Cela a fonctionné avec brio. Et Surovikin, le commandant du théâtre, a dit que cela continuerait jusqu’à ce qu’il soit prêt à lancer son offensive. 

Lorsque l’offensive sera lancée, ce sera une bataille très différente.Mais ce qui est intéressant, c’est que les Ukrainiens ont subi tant de pertes dans le Sud que nous commençons à entendre des informations selon lesquelles ils sont sur le point de s’effondrer. Et c’est pourquoi nous entendons parler d’adolescents de 14 ou 15 ans obligés de servir. … et nous recevons des vidéos de soldats ukrainiens disant : « Les habitants de Kiev feraient mieux d’espérer que les Russes les atteindront avant nous… parce que nous les tuerons. Ils parlent ainsi des gens du gouvernement, parce qu’ils ne voient aucune preuve que le gouvernement de Zelensky… se soucie d’eux. Ils manquent de nourriture et de vêtements ; ils gèlent, ils subissent de lourdes pertes et ils sont repoussés. ( « L’Ukraine aura-t-elle assez de puissance de feu? », Col MacGregor , Judging Freedom, You Tube; 17:35 min)

MacGregor et Mercouris semblent convenir que la stratégie russe consiste à « écraser » l’ennemi, (tuer autant de troupes ukrainiennes que possible) à consolider les gains russes tout en étendant leur contrôle sur les zones à l’est et le long de la mer Noire, et, finalement, partition de l’Ukraine en 2 entités distinctes ; un « État croupion dysfonctionnel » à l’ouest et un État industrialisé et prospère à l’est.

 Voici Alexander Mercouris d’une récente mise à jour sur You Tube :

Ma forte impression est que… l’offensive russe d’hiver – qui est en effet imminente – sera axée sur la fin de la bataille dans le Donbass, la rupture de la résistance ukrainienne dans le Donbass, le dégagement des forces ukrainiennes de la République populaire de Donetsk. Il ne me semble pas que les Russes planifient une grande avance sur Kiev ou sur l’ouest de l’Ukraine. Ce n’est pas ce que disent ces commentaires du général Gerasimov. … les Russes se concentrent sur Donetsk … C’est ‘faible risque’ mais c’est très efficace. Il écrase l’armée ukrainienne exactement comme l’a dit le général Surovikin. Il affaiblit la capacité future de l’Ukraine à poursuivre la guerre et, en même temps, il remplit la mission première de la Russie qui, depuis le début, a été la libération du Donbass.

Maintenant, ça ne va pas s’arrêter là. D’autres responsables russes ont dit qu’en 2023, nous devrions voir la reprise de la région de Kherson… et il y aura très certainement d’autres avancées russes ailleurs. Mais la bataille principale était et reste le Donbass. Une fois cette bataille gagnée, une fois la résistance ukrainienne brisée, l’armée ukrainienne sera mortellement affaiblie… ce qui signifie que l’Ukraine n’aura pas seulement perdu sa région la plus industrialisée et sa zone la plus fortifiée. Cela signifie également que les Russes auront un accès sans entrave jusqu’à la rive est du Dniepr. À ce moment-là, ils seront en mesure de couper l’Ukraine en deux. Cela me paraît logique et il me semble clairement que c’est le plan russe.Ils ne s’en cachent pas, mais ils font en sorte que les ukrainiens restent sur leurs gardes et ceci explique les troupes qui sont en Biélorussie. Mais je soupçonne que le but principal de ces forces est de coincer les soldats ukrainiens… autour de Kiev d’une éventuelle offensive russe là-bas, et de contrer la très forte accumulation de troupes polonaises. C’est donc ce que dit Gerasimov. ( « Alexandre Mercouris sur l’Ukraine », You Tube ; 31 min 35 s)

Bien que personne ne puisse prédire l’avenir avec une certitude absolue, il semble que MacGregor et Mercouris maîtrisent suffisamment les faits pour que leur scénario ne puisse être rejeté d’emblée. En fait, la trajectoire actuelle du conflit suggère que leurs prédictions sont probablement « exactes ». En tout cas, nous n’aurons pas à attendre longtemps pour le savoir. Les températures chutent rapidement dans toute l’Ukraine, ce qui permet le mouvement sans encombre des chars et des véhicules blindés. L’offensive d’hiver de la Russie n’est probablement qu’à quelques semaines.

← Tucker « Gets It » – Poutine ne veut pas…

Publicité

4 réflexions sur “« La seule façon d’inverser le déclin accéléré de l’Amérique est la confrontation militaire ».

  1. « L’Europe va regretter de s’être attachée à l’enclume de Washington et de s’être jetée à la mer. Dans un avenir proche – lorsqu’ils réaliseront enfin que leur survie économique est inextricablement liée à l’accès à des combustibles fossiles bon marché – les dirigeants européens changeront de cap et mettront en œuvre une politique qui assure leur propre prospérité. Ils se retireront de la «guerre éternelle» de l’OTAN et rejoindront les rangs des nations civilisées à la recherche d’un avenir sûr et économiquement intégré.  »
    Je ne crois pas un seul instant que les dirigeants actuels changeront quoique ce soit, parce qu’ils savent parfaitement maintenant que la survie économique de l’europe est lié à l’accès à l’énergie (qui reste pour longtemps, le pétrole, le gaz et l’électricité) et donc en grande partie à ce ue peu offrir la Russie. mais ils ont décidé de s’en passer quitte à faire sombrer notre pays, parce qu’ils dépendant tous, y compris à titre personnel de Washington.
    Sans renouvellement complet de toute la clique politique des dirigeants actuels rien ne changera, le dit renouvellement n’étant même pas la garantie que cela change.
    Nous sommes, trè,s très mal parti et je ne vois pas ce qui pourrait changer dans les mois, qui viennent.

    J’aime

  2. Le congrès US ne connaît pas sa propre histoire, le Canada devrait être en rouge, les US ont tenté de s’en emparer en 1812! Plus glorieux, la Belgique devrait l’être aussi, ce sont les troupes US qui ont subi le choc de l’offensive des Ardennes.

    Merkel partie en pleine gloire de la « femme la plus puissante du monde » se retrouve aujourd’hui avec l’étiquette infamante de celle qui a mis l’Allemagne dans les mains de Poutine avec le gaz. Elle essaie donc de se refaire une virginité en plaidant qu’elle l’a roulé dans la farine. Ce faisant elle sape toute confiance dans la diplomatie allemande et européenne, qui signera encore un accord avec de tels faux jetons? Elle devrait passer devant le tribunal pour haute trahison, les poubelles de l’histoire étant déjà prêtes à l’accueillir

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s