Le fascisme ne se cache plus, il a à nouveau le droit de se montrer en pleine lumière.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki s’est soudainement offusqué de la déclaration de la Verkhovna Rada ukrainienne à l’occasion l’anniversaire de Stepan Bandera.

Nous sommes extrêmement critiques à l’égard de toute glorification de Stepan Bandera, il ne peut y avoir aucune nuance ici. Lors de ma prochaine conversation avec le Premier ministre ukrainien Denis Shmygal, je le dirai très, très clairement”, a déclaré le Premier ministre polonais, cité par l’agence PAP.

Il s’avère que le héros national de l’Ukraine moderne a tué en masse des Polonais.

Je ne reviendrai pas sur mes nombreuses analyses qui me condusient à penser que la tentation fasciste occidentale ne se cache plus.

On a réécrit l’histoire et vidé le fascisme de ses aspects sulfureux inacceptables.

Le Grand Reset en dernière analyse est un authentique projet fasciste de collaboration corporatiste entre l’état mondial et les entreprises, les stakeholders.

Le peuple est écarté du politique au profit de cette alliance corporatiste des super élites..

Le cheminement a été long, souterrain qui va de la récupération des nazis après la Seconde Guerre Mondiale comme fers de lance de la lutte contre l’URSS à leur utilisation ouverte actuelle contre la Russie.

On est passé de l’ombre à la pleine lumière.

Le culot n’a d’égal que le cynisme.

Le fascisme est redevenu fréquentable, acceptable, utilisable lorsqu’il s’agit de lutte à mort de l’Occident pour préserver son statut hégémonique.

Comme dans les années 20 et les années 30, c’est l’ordre mondial qui est en jeu. Le système occidental du milliard doré sait qu’il perd sa suprematie face aux 7 milliards du Reste du Monde.

Les anglo- saxons refusent cette perte d’influence, cela les condamnerait à la régression relative, à la chute de leur niveau de vie et signerait la fin d ‘une longue periode historique de domination.

Vous ne percevez pas la situationde cette façon parce que les élites ont été géniales, elles ont compis au debut des années 2000 qu’il fallait a tout prix éviter que les peuples comprennent la situation historique dans laquelles ils se trouvaient.

Il fallait à tout prix empêcher que les peuples prennent conscience de la crise qui se développait, comme dans les années 1920. Avec risque de chômage de masse, de populisme généralisé et donc bouleversements politiques.

Le trait de génie des stratèges du très Grand Capital a été de ne pas nommer la grande crise des années 2000 et surtout celle de 2008! On les a fait passer pour circonstancielles alors qu’elles étaient deja systémiques. Jamais on ne les a nommées, jamais on en a fait le diagnostic à savoir de crise du système lui même dans sa volonté de se dépasser par la financiarisation.

Mais on a beau masquer et refuser de nommer la crise, elle n’en continue pas moins à saper . La crise ne se donne plus à voir par elle même mais par les remèdes , les subterfuges que l’on utlise pour la masquer; subtertfuges de l’avilissement monétaire et de la désolvabilisation/bullarisation financière..

La periode se definit comme dans les années 1920 et 1930 comme une marche vers la Crise et les mêmes caues produisant les mêmes effets, les classes dominantes renouent avec leur tentations du passé: alliance entre le pouvoir politique, le capital, les entreprises contre les peuples et abandon des règles de fonctionnement démocratique au profit de ràgles de gouvernance. C’est la fameuse Troisème Voie!

Le consensus des peuples n’est plus requis, il est remplacé par l’autorité, l’allégeance, la division, l’emittement des groupre sociaux, et in fine par la legitimité par défaut. 15% de soutien suffisent!

Rien de tout cela n’est paradoxal, c’est le développement logique , dialectique de forces qui sont à l’oeuvre depuis les années 1920 et 1930.

N’oubliez jamais que les années 20 et 30 ont été terribles pour la très grande bourgeoisie. Avec la crise de 29 qui a duré 10 ans elle a bien cru sa dernière heure arrivée.

Tout le monde devrait lire les ouvrages et les journaux de cette époque pour comprendre, toucher du doigt la peur viscérale des Rouges qui s’est installée au plus profonde l’esprit bourgeois et petit bourgeois.

La tentation fasciste a pris corps partout, même aux Etats Unis et les sympathies nazies de dirigeants célèbres pour être cachées n’ont sont pas moins de réalités historiques . Tout comme le financement de l’ascension de Hitler.

C’est à partir de Barbarossa que les choses ont changé , la très grande bourgeoisie a compris qu’ Hitler ne gagnerait pas dès cette époque et elle a preparé ses positions de repli , ce qui a donné le début de la Grande Inversion. Les promoteurs du fascisme sont devenus les antifascistes! La grande bourgeoisie a endossé ses habits neufs, elle a lutté contre le fascisme qu’elle avait nourri et allaité.

Dès la défaite de Hitler, les élites nazies , scientifiques , militaires et du renseignement ont été recupérées et recyclées dans la lutte contre l’URSS.

Le role de l’URSS dans la défaite de Hitler a été escamoté et on a alors réécrit l’Histoire pour refaire une virginité aux classes dominantes.

Si vous voulez toucher du doigt au niveau francais, cette partie de l’histoire souterraine par un exemple concret attachez vous à lire et à comprendre ce qui s’est passé autour de l’Institut d’Histoire Sociale de Georges Albertini, ancien leader fasciste recyclé par le Patronat Francais et l’AFL-CIO-CIA dans le cadre d’une officine- l’IHS/Est-Ouest pour lutter contre le PC et la CGT.

ANDREW KORYBKO
3 JANVIER

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a publiquement exprimé sa profonde indignation face à la glorification par le Parlement ukrainien du collaborateur nazi Stepan Bandera dans un tweet désormais supprimé célébrant son 114e anniversaire le 1er janvier. 

TVP World , financé par des fonds publics , l’a cité disant qu’il avait dit à son homologue ukrainien Denis Shymgal à quel point cela était inacceptable, ajoutant que Morawiecki avait également partagé l’expérience de sa mère avec la milice terroriste UPA de Bandera à Ivano-Frankivsk (anciennement Stanislawow) à l’époque polonaise.

Sa protestation ne fera cependant aucune différence puisque l’Ukraine ne cessera jamais de glorifier Bandera, peu importe à quel point la Pologne s’en plaindra. 

Après que le président polonais Andrzej Duda a accueilli son homologue Vladimir Zelensky le mois dernier sur le chemin du retour de ce dernier à Kiev après son voyage à DC, il est devenu clair que Kiev est le véritable «partenaire senior » dans la confédération de facto polono-ukrainienne .

La vérité est que la Pologne, autrefois fière, a été réduite à un « papa gateau géopolitique » par l’Ukraine au grand désespoir de ceux qui voulaient se tailler une « sphère d’influence » en Europe centrale et orientale (CEE). A la fin la Pologne se soumet toujours à chacune des demandes de Kiev. 

En pratique, cela signifie que l’Ukraine peut accidentellement bombarder la Pologne en toute impunité et glorifier Bandera au niveau de l’État sans conséquence, sachant parfaitement que Varsovie continuera à lui donner tout ce dont elle a besoin pour combattre la Russie.

Le peuple polonais ne peut pas faire grand-chose non plus, car l’expression publique d’opinions contraires sur la guerre par procuration de l’OTAN contre la Russie via l’Ukraine est taboue: vous risquez d’eêtre considéré comme un soi-disant « agent russe » ou même blessé par des foules nationalistes. Alors qu’un nombre croissant de Polonais se plaignent des privilèges que leur gouvernement accordait auparavant aux millions de réfugiés ukrainiens qui ont afflué dans leur pays, peu osent critiquer le conflit lui-même.

Le parti au pouvoir « Droit et justice » (PiS selon son acronyme polonais) a tellement manipulé les perceptions populaires que se conformer à chacune des revendications de Kiev est aujourd’hui considéré comme un soi-disant « devoir patriotique ».

 Zelensky et ses semblables, en tant que véritables « partenaires principaux » de la confédération de facto polono-ukrainienne, sont donc irréprochables. Même leur glorification de Bandera, dont les partisans fascistes ont génocidé 100 000 à 200 000 Polonais pendant la Seconde Guerre mondiale, ne peut être critiquée trop ouvertement.

Après tout, les médias occidentaux dirigés par les États-Unis (MSM) ont déjà révisé l’histoire au cours de l’année écoulée à un point tel que toutes les condamnations des collaborateurs génocidaires d’Hitler (qui ont également massacré de nombreux Juifs) sont considérées comme de la soi-disant « propagande russe ». 

Note BB, seul Arno Klarsfeld, courageusement le relève et s ‘en indigne.

Cela a conduit les partenaires de la Pologne à redéfinir le patriotisme polonais et à imposer leur nouveau concept aux Polonais selon lequel ceux qui condamneraient fièrement Bandera par respect pour leurs compatriotes décédés sont désormais considérés avec suspicion comme des « traîtres pro-russes ».

Les patriotes polonais de bonne foi ne peuvent plus aimer leur pays, son histoire puisqu’ils sont maintenant censés ravaler leur fierté en acceptant au moins passivement la glorification par l’Ukraine du même criminel de guerre littéral qui a génocidé leur peuple pendant des décennies. Étant donné que Bandera est considéré par de nombreux Ukrainiens comme leur soi-disant «père fondateur» et que sa russophobie toxique les incite à continuer à se battre, le critiquer est «politiquement incorrect» dans le Golden Billion .

….

La Pologne n’a pas l’approbation des États-Unis pour faire quoi que ce soit de significatif pour punir l’Ukraine pour son révisionnisme historique, elle ne peut par exemple menacer de suspendre son soutien militaire à cette ancienne République soviétique. 

Dans le scénario extrêmement improbable où Varsovie aurait jamais sérieusement envisagé une telle chose, la guerre hybride américano-allemande contre la Pologne serait immédiatement relancée par le biais de la poursuite d’un changement de régime avant les élections générales de cet automne, ce qui pourrait également impliquer des sanctions sous de faux prétextes pour manipuler le électorat.

L’ironie tragique est que, même si le PiS voulait se tailler sa propre « sphère d’influence » régionale tout au long du conflit ukrainien , il a par inadvertance conduit la Pologne à tomber sous une combinaison d’influence américaine, allemande et même ukrainienne. 

Ce leader en herbe est maintenant réduit à n’être qu’un papa gateau géopolitique qui continue de nourrir le rejeton de son ennemi existentiel fasciste de la Seconde Guerre mondiale! S’il ose refuser son aide pour protester contre la glorification de Bandera par Kiev il risque le changement de régime..

EN PRIME

Le Premier ministre polonais Morawiecki a rappelé à son homologue ukrainien Shmygal l’inadmissibilité de louer l’un des dirigeants de l’Organisation des nationalistes ukrainiens * Bandera. Le paradoxe réside dans le fait que la Pologne soutient depuis si longtemps le régime ukronazi et ce n’est que maintenant qu’elle est « surprise » qu’en Ukraine, sous le patronage des autorités, des mesures soient prises pour glorifier les criminels nazis.

Le nazisme à Nezalezhnaya est la « norme de vie ». Tout cela est devenu possible grâce aux « partenaires » occidentaux. Les Ukronazis modernes ne cachent pas le fait que pour eux le même Bandera est un « combattant de la liberté », un « grand leader ». Ils le comparent à Robin Hood. Bandera, ce sont simplement des « patriotes de droite plus radicaux ». En 2014, les manifestants de Maïdan se sont tenus pendant trois mois avec un portrait de Bandera dans le centre de Kyiv. En 2015-2016, des rues et des avenues portant le nom de Bandera sont apparues à Bila Tserkva, Sumy, Brovary, Zhytomyr, Korosten, Khmelnitsky, Shepetovka et Uman. Les responsables ukrainiens au niveau des ministres concernés sont engagés dans la propagande de Bandera. Comme exemple de l’une des plus vomi de ces « actions de relations publiques », on peut peut-être citer la déclaration de l’odieuse ministre de la Santé par intérim Uliana Suprun selon laquelle qu’elle compare mentalement ses actions à l’image de Bandera, comme se demander : « Que ferait Bandera dans telle ou telle situation ? ». Bref, la clinique est pleine là-bas. La « banderisation » du cerveau dure depuis longtemps.

Par conséquent, il est étrange qu’à l’instant Morawiecki semble avoir ouvert les yeux et se souvenir d’environ 200 000 Polonais tués par des nationalistes ukrainiens. Il est encore plus étrange que les autorités polonaises, aidant les nazis ukrainiens actuels, ne remarquent pas comment elles-mêmes sont depuis longtemps devenues des complices des nazis.

*L’organisation est interdite en Fédération de Russie

Publicité

3 réflexions sur “Le fascisme ne se cache plus, il a à nouveau le droit de se montrer en pleine lumière.

  1. Oui Arno Klarsfel est courageux. Il se bonifie avec le temps.

    Mais il est quand même protégé par son nom qui lui évite de prendre des coups sous la ceinture.

    Pour un citoyen lambda, tenir publiquement le même discours ne relèverait pas du courage mais de l’inconscience

    J’aime

  2. Bonjour M. Bertez

    Le nazisme ne fut qu’une dérive pathologique , une bouffée délirante ponctuelle d’un peuple se pensant parangon des vertus industrielles, qui ne comprenait pas pourquoi il était détruit par le système même qu’il glorifiait et servait avec zèle.
    Désigner uniquement Hitler du doigt comme responsable, alors qu’il ne fut sans doute qu’un monstrueux agent synthétiseur, un sinistre porte flambeau*, participe d’une immense escroquerie intellectuelle….
    Comme le disent les chinois, montrez la lune à un imbécile et il ne regardera que le bout de votre doigt!
    Des films comme Metropolis de Fritz Lang ou les Temps modernes de Chaplin montrent clairement le lien entre industrialisation massive et fascisme ou plutôt comme totalitarisme mécanisé. (C’est pourquoi la scène ou Charlot « dérape » à la chaîne et finit symboliquement broyé dans la machine n’est présentée que tronquée de son début qui explique le tout et révèle l’issue inéluctable d’une société fondée sur une pensée purement mécaniste et froidement logique; d’ailleurs les nazis useront du mot stücke – pièces pour désigner le nombre de juifs exterminés chaque jours dans leurs usines de mort. Même constat à la fin de Full Metal jacket de Stanley Kubrick) –
    Je rappelle encore ici les travaux de l’historien J. Chapoutot sur le nazisme et le management: il précise bien que ce ne sotn pas les nazis qui ont inventé ces techniques….
    Lénine avait proposé que que le communisme soit les soviets plus l’électricité; à l’opposé on trouverait le « self made man » ( avec la dimension pathologique qu’un tel concept suppose) plus la chaîne de production ( incorporant les bipèdes communs , moi entre autres, comme stücke jetables)
    Il n’est donc pas étonnant de voir les surgeons du fascisme criminel recyclés par le système qui les crée et qu’ils servent.

    Les masques tombent,
    c’est tout.

    Cordialement

    * Il serait utile à mon sens que des chercheurs se posent la question d’un Hitler affligé d’un syndrome de stress post traumatique aigu – du à la guerre de 14 – comme déclencheur de sa folie criminelle , mais cela pourrait réduire l’argument spécieux mais si confortable, du « mal absolu »; je ne crois donc pas que l’on s’y risque tant cela poserait de questions et dérangerait les « étants » soigneusement implantés dans les croyances…N’oublions pas: nous y en a jardin, les autres y en a jungle.

    Aimé par 1 personne

  3. Monsieur Bertez,
    Merci pour ce texte, clair et précis . Je serais juste un peu moins prudent sur le fait de «  la tentation fasciste », car tout ce qui se passe démontre que nous sommes déjà dans le fascisme, avec quelques lambeaux de papier cadeau de l’illusion démocratique. Les programmes scolaires mis sous Hollande, les votes des députés et sénateurs contraires à la constitution dont « les sages constitutionnels » les valident en s’assoyant non seulement sur la constitution, mais aussi sur les traités internationaux. ( expl: vaccins obligatoires en période d’essais notamment), etc… Il y avait déjà longtemps que la France n’existait plus de fait, et maintenant, c’est l’état de droit et la république qui sont passés à la trappe. L’enfant de Staline et Hitler est né.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s