Une analyse du rapprochement entre Israel et la Russie.

PAR 

MK BHADRAKUMAR

Lors de sa seconde venue en tant que Premier ministre d’Israël, Benjamin Netanyahu a démarré sur les chapeaux de roues. 

Le climat international dans lequel il a habilement opéré pendant près de 15 ans en deux mandats en tant que Premier ministre a changé au-delà de toute reconnaissance.

L’héritage de la politique étrangère de Netanyahu , principalement les accords d’Abraham et les relations extrêmement importantes d’Israël avec la Russie, avait eu un impact significatif dans les courants difficiles sur lesquels il avait réussi à naviguer dans les intérêts fondamentaux d’Israël. 

Bien sûr, insuffler une nouvelle vie aux deux vecteurs ci-dessus – les accords d’Abraham (relations israélo-saoudiennes) et les relations d’Israël avec la Russie – restera parmi les principales priorités de Netanyahu. 

Alors que les relations israélo-saoudiennes ont un impact sur la sécurité régionale, les relations d’Israël avec la Russie auront des conséquences considérables pour la sécurité d’Israël. 

Ceci pour trois raisons. 

Premièrement, Poutine est en guerre contre les États-Unis et le monde occidental qui sont les alliés traditionnels d’Israël. Mais Netanyahu est tout sauf un homme unidimensionnel. Faites-lui confiance pour transformer les défis en nouvelles opportunités. 

Deuxièmement, retrouver la verve dans la relation avec Moscou a une  grande importance collatérale.  La Russie est devenue aujourd’hui un acteur à part entière de l’Asie occidentale et constitue, sans doute, à certains égards, un partenaire régional plus efficace pour Israël que les États-Unis. Le repli des États-Unis est évident. Le déclin qui s’ensuit de leur capacité à tirer parti d’alliés tels que l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis ou l’Égypte touche les intérêts israéliens. 

Troisièmement, au cours de ces 18 mois d’absence de Netanyahu, la Russie et l’Iran ont radicalement transformé leur relation difficile en une quasi-alliance, grâce aux sanctions occidentales contre Moscou. Netanyahu sent que ‘l’Occident commet une folie en voulant « effacer » la Russie. 

Les médias discutent d’un éventuel accord entre Moscou et Téhéran sur les avions de chasse russes multi-rôles Su-35 Super Flanker de génération 4+. Ce qui donne une touche supplémentaire c’est que l’approfondissement des liens militaires coïncide avec l’intention de Téhéran d’étendre son programme d’enrichissement d’uranium. L’Iran aurait atteint 60 % d’enrichissement d’   uranium dans son usine d’enrichissement de Fordow et aurait informé l’AIEA qu’il avait commencé à enrichir de l’uranium à des niveaux plus élevés.

Ensuite, il y a le sous-complot syrien où Israël continue d’opérer dans l’espace aérien de ce pays, que la Russie contrôle, en grande partie en raison de l’accord secret entre Netanyahu et Poutine selon lequel Moscou a acquiescé aux activités israéliennes visant à contenir l’Iran et ses milices et à génerer ses tentatives de transformer la Syrie en un autre « front de résistance » comme le Liban ou Gaza. 

Cependant, la guerre en Ukraine a considérablement renforcé les liens stratégiques entre la Russie et l’Iran. Netanyahu se rend compte que la quasi-alliance russo-iranienne naissante peut être abordée si la dépendance russe à l’égard de la technologie militaire iranienne est réduite. 

Cela exige en fin de compte que la guerre en Ukraine prenne fin le plus tôt possible. Très certainement, la guerre ne devrait pas être autorisée à suivre son cours indéterminé actuel. C’est précisément là que l’on peut s’attendre à ce que Netanyahu concentre son formidable talent diplomatique. 

Les signes sont déjà là. Peu de temps après avoir pris ses fonctions de nouveau ministre des Affaires étrangères dans le cabinet de Netanyahu, Eli Cohen a déclaré lundi qu’il prévoyait d’avoir une conversation avec son homologue russe Sergueï Lavrov le 3 janvier. 

La manière dont Cohen a formulé cette proposition d’une simplicité désarmante lors de son discours inaugural (qui a été diffusé en direct par le service de presse du ministère israélien des Affaires étrangères) doit être soigneusement notée : « Demain, je suis censé parler avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et plus tard avec d’autres ministres européens. 

Plus tôt, dans un discours récent, Cohen a laissé entendre que sur la question de la Russie et de l’Ukraine, le gouvernement Netanyahu sera discret dans ses déclarations publiques, signalant ainsi une correction de cap majeure envers l’engagement de la   Russie. Le Premier ministre israélien sortant Yair Lapid avait publiquement condamné la Russie. Depuis le début de l’opération russe en Ukraine le 24 février, Lapid en tant que FM n’a jamais parlé avec Lavrov – ou avec Poutine, alors qu’il officiait en tant que Premier ministre par intérim. 

Cependant, même sous Lapid, la politique pro-Kiev d’Israël n’allait pas au-delà de la rhétorique. L’ambassadeur d’Israël à Kiev, Michael Brodsky, a récemment déclaré au Washington Post que les relations d’Israël avec la Russie créent « des limites qui ne peuvent être surmontées ». Brodsky a ajouté qu’Israël est conscient de la « frustration de certains Juifs ukrainiens », mais « Aucun gouvernement en Israël ne mettra en péril ses intérêt [avec la Russie] pour qui que ce soit d’autre, y compris les Ukrainiens ». Brodsky a également noté que la situation d’Israël est « fragile », car il ne fait pas partie de l’OTAN, et, par conséquent,   la plupart des Juifs ukrainiens comprennent qu’Israël est dans une « position difficile ».

Pour Israël, la Russie n’est pas n’importe quel pays. 

Les russophones constituent 15% de la population d’Israël. C’est une circonscription influente dans la politique intérieure israélienne et elle a des liens avec la population juive de Russie. L’investissement russe en Israël est plutôt substantiel et c’est un secret de polichinelle que les oligarques russes considéraient Israël comme une maison loin de chez eux. 

Les cordons ombilicaux qui lient les élites russes et israéliennes sont résilients. 

Pas plus tard que la semaine dernière, Moscou a réitéré sa demande de récupérer les actifs russes en Israël. L’ancien Premier ministre Sergueï Stepachine, qui s’occupe de la question, a annoncé à Moscou que la Russie soumettrait une réclamation à un tribunal israélien pour l’église de Marie-Madeleine, la chapelle de l’Ascension et l’église Viri Galilaei !

Poutine a également exigé la fin du contentieux empêchant le transfert de l’église Alexandre Nevski dans la Vieille Ville, après les engagements pris par Benjamin Netanyahu lors d’un précédent mandat de Premier ministre. Il est concevable que de telles exigences fassent également partie de la politique intérieure russe. 

Le Kremlin est ravi que Netanyahu soit de retour dans le circuit diplomatique. 

Ce qui est le plus gratifiant c’est que, contrairement à la configuration israélienne précédente, Netanyahu n’acceptera pas passivement un rôle subalterne dans le partenariat américano-israélien. 

Netanyahu a un réseau étendu avec les élites américaines et il n’hésitera pas à en tirer parti si les intérêts israéliens sont en jeu. Et, sans aucun doute, Israël est partie prenante dans la crise ukrainienne et les intérêts israéliens seraient bien servis si il était possible de créer un espace pour que les pourparlers de paix commencent entre Moscou et Kiev. 

Netanyahu a l ‘oreille de Poutine et peut également jouer un rôle auprès de l’administration Biden, comme aucun autre dirigeant occidental ne peut jouer aujourd’hui. 

D’un autre côté, le programme nucléaire de l’Iran se transforme en un volcan fumant et un point pourrait arriver très bientôt où Netanyahu sera contraint d’agir. Et cela pourrait se produire au cours de l’année électorale 2024, ce que l’administration Biden peut difficilement accepter de voir se produire. Qu’il suffise de dire que le conflit ukrainien et la bombe iranienne sont liés par les hanches, pour ainsi dire. 

Poutine a déclaré jeudi dans un message à Netanyahu : « En Russie, nous apprécions grandement votre contribution personnelle et de longue date au renforcement des relations amicales entre nos pays ».  Le ministère russe des Affaires étrangères s’est dit « prêt à une coopération constructive » avec Israël pour « éclaircir le climat au Moyen-Orient et la scène internationale en général ».

Le 22 décembre, Poutine a appelé Netanyahu pour le féliciter de sa victoire électorale et de la mise en place d’un nouveau gouvernement, tandis que le bureau de Netanyahu a révélé dans un communiqué que la conversation tournait principalement autour du conflit en Ukraine. Netanyahu a déclaré à Poutine qu’il espérait qu’une résolution pour mettre fin aux hostilités serait trouvée dès que possible, et arreter les souffrances qui en résultent.

Netanyahu a également déclaré à Poutine qu’il était déterminé à empêcher l’Iran d’obtenir des armes nucléaires et à freiner les tentatives de Téhéran d’établir une présence militaire au Liban et en Syrie le long de la frontière nord d’Israël. 

Poutine est tout ouïe pour écouter Netanyahu. Le fait est que Moscou gagne si la diplomatie réapparaît sur le terrain . 

La Russie ne profite pas de la destruction de l’Ukraine ou des chagrins du peuple frère. 

Publicité

Une réflexion sur “Une analyse du rapprochement entre Israel et la Russie.

  1. Bonsoir M. Bertez

    En raison des relations Iran/ Israel, Iran/ Russie et de l’importance des juifs russes en Israel, Netanyahu ne peut pas se permettre de négliger Vladimir Poutine. Surtout après les récentes évolutions entre la Turquie et la Syrie arbitrées par Moscou.
    De Gaulle parlait de l’Orient compliqué, la chorégraphie qui s’y met en place se pèse au trébuchet! La France n’ayant plus d idées simples n’y a plus sa place:
    « Nous y en a jardin, vous y en a jungle! » ne relève pas de l’idée simple contrairement aux apparences, mais de l’hébéphrénie…

    Cordialement

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s