Editorial, du cygne noir au gros rhinocéros gris.

La façon dont on désigne les évènements fait partie de la propagande.

Il s’agit d’une propagande fine, évoluée, complexe dont le but est radical. Radical au sens radical c’est dire qui va aux racines.

La désignation , surtout par des nouveaux mots ou par des mots anciens détournés, des évènements constitue une tentative de structurer votre pensée. Structurer votre pensée, c’est ce que fait la société depuis toujours, mais en ces temps dits modernes, elle le fait de façon vicieuse, idéologoqie, fausse et subreptice. Elle y est aidée par la toute puissance des médias.

Au passage je signale que dans les médias j’inclus l’école, l’école est le premier média, celui qui est censé faire le pont entre le passé et le présent, entre le monde réel et le monde de la connaissance; ce média a été detourné pour être le pont entre la classe dominante et vous. Il a été détourné pour faire de vous des sujets qui facilitent la reproduction du système. Je ferme la parenthèse.

J’ai analysé ces derniers jours la tentative d’implantation du concept de polycrise par les mercenaires-du-centre-gauche-keynésiens-boucliers-du -système-du-Financial Times.

Je vous invite à lire ce texte car il va très loin. Il éclaire l’une des techniques des intellectuels organiques de la classe dominante: le découpage du réel en tranches.

Vous avez un poignet, sur ce poignet s’articule une main et sur cette main s’articulent des doigts. Vous pourriez croire avec ces intellectuels que les doigts sont autonomes, determinés par des forces différentes n’est-ce pas ? Mais vous auriez tort car ces doigts sont reliés au poignet et in fine c’est ce poignet qui détermine les grands mouvements des doigts dans l’espace. Et on peut bien sur remonter plus loin, au bras, au corps si on veut comprendre vraiment tous les mouvements.

Avec la polycrise c’est la même chose: vous avez une crise unique fondamentale, endogène, mais ses symptômes sont multiples , complexes plus ou moins indépendants au niveau des apparences et les mercenaires des ploutocrates chargés de vous dicter leur lecture du réel, vous invitent à les considérer commes indépendants ! Cela permet de masquer les causes réelles, de diviser la population, de tracer des romans rhétoriques, d’empêcher les vrais remèdes, bref de tromper.

Il n’y a qu’une crise et c ‘est la crise du système dans lequel nous vivons, il a touché ses limites. Il n’y a de verité que du tout et quand vous croyez porter un remède d’un côté alors, la crise se manifeste ailleurs autrement car tout est lié.

Vous croyez aider le capital à se rentabiliser en créant du crédit et de la dette mais au bout de dix ans ce crédit et cette dette s’étant suraccumulés produisent de la hausse des prix, des pénuries, qui elles même déclenchent la hausse des salaires et des taux d’intérêt qui eux menacent tout l’édifice, toute la pyramide qui a été construite!

Et je vous invite a lire ou relire également celui-ci.

Les mercenaires du système ont fait leur boulot en 2008, ils ont balayé toute interprétation sérieuse de la crise du refinancement de gros des banques, de l’eurodollar, du leverage et des fausses assurances et ont collé dessus l’étiquette définitive: cygne noir!

En gros c’est le hasard, la faute à pas de chance, c’est la faute aux probabilités! Circulez il n’y a rien à voir, rien à réformer! Aucune analyse sur la chaine de causalités qui conduit à la création de crédit, de monnaie, de dettes spéculatives, de financements subprimes. C’est un cygne noir.

De même la préoccupation légitime des Russes à vivre en sécurité, à protester contre l’implantation de l’arsenal de l’OTAN tout autour de leurs frontières, à produire une colossale russophobie, etc, tout cela n’existe pas, c’est escamoté, planqué derrière un cache; la guerre c’est le revanchisme de la Russie! C’est un « cygne noir »!

L’économiste Steve Keen après Minsky a démontré que dans le système actuel, les crises financières sont inéluctables, endogènes … peu importe, on continue de proclamer que ce sont des cygnes noirs, la faute à pas de chance; c’est le hasard.

Les stratèges américains les plus avisés, comme Kennan ou  Mearsheimer ont démontré et expliqué implacablement que l’extension de l’OTAN aux portes de la Russie conduisait nécessairement à la guerre, le mot important est « nécessairement« , mais on s’obstine à vouloir vous faire croire que c’est le hasard, c’est Poutine et sa folie qui ont produit le conflit. C’est un cygne noir!

La vérité est que tous ces évènemenst sont déterminés par une chaine de causalités, ils sont contenus dans la situation, -comme le champ de blé est contenu dans les grains que l’on sème,- et cette situation évolue de façon inéluctable vers un état critique à partir duquel n’importe quel évènement , du au hasard , peut déclencher la crise.

Ces fameux et célèbres cygnes noirs sont en fait des « rhinocéros gris ».

« Un rhinocéros gris est cette grosse chose effrayante qui vous tombe dessus », a déclaré Michele Wucker , qui a écrit un livre dessus.

(« Le rhinocéros gris : comment reconnaître et agir sur les dangers évidents que nous ignorons »).

Michele Wucker est analyste économique, spécialiste de l’anticipation des risques et auteure de la théorie du Gray Rhino (2016). Celle-ci se définit comme un risque particulièrement grave et impactant pour nos sociétés, perceptible en amont par de très nombreux signaux faibles, mais pourtant très largement négligé. Si la théorie de Michele Wucker a obtenu une large reconnaissance depuis 2016, il semble que la crise du Covid-19 soit la première manifestation très concrète de celle-ci. À la question : comment considérer un événement qui s’est déjà produit de nombreuses fois au cours de notre histoire, et face auquel des pays comme Singapour était parfaitement préparés ? On répond à ceux qui pensent qu’il s’agit d’un parfait imprévu : le Covid-19 est un Rhino Gris !

Wucker, fondateur et PDG de la société de conseil Grey Rhino and Company, explique qu’un événement de rhinocéros gris est différent d’un cygne noir.

Le cygne noir se définit comme une « chose improbable et inimaginable que vous ne pouvez voir que avec le recul. Et le cygne noir est censé nous aider à reconnaître à quel point il y a de l’incertitude dans le monde.

Le rhinocéros gris est tourné vers l’avenir, c’est un défi pour les gens qui prennent des décisions, d’être brutalement honnêtes sur la façon dont ils réagissent ou non à la grande chose évidente devant eux, et d’être parmi les personnes qui réagissent et agissent de manière appropriée au lieu de celles qui se laissent simplement piétiner. »

Le rhinocéros gris est évident, il est énorme , mais tout est fait dans le système pour l’invisibilier, pour qu’on ne le voit pas, pour qu’on ne s’y prépare pas et surtout pour que l’on ne raisonne pas dessus. Il doit demeurer inintelligible.

Les trois rhinocéros gris prêts à nous piétiner, selon Michèle Wucker sont :

-« La fragilité financière devant nous » (taux d’intérêt, menace de récession, explosion de bulles d’actifs, pressions budgétaires nationales et sous-investissement dans l’éducation et la santé, a-t-elle cité). 

-La crise climatique est la définition même d’un rhinocéros gris.

-Le réchauffement géopolitique de la planète avec les guerres , résultat de «changements mondiaux tectoniques» – en particulier entre les États-Unis et la Chine. Bref l’histoire qui se remet en marche.

Michèle Wucker a deja compris quelque chose , encore un effort et elle comprendra que ces trois rhinocéros gris ne sont que les enfants du vrai gros rhinocéros gris: l’épuisement des bienfaits du système dans lequel nous vivons; son historicité.

Le rhinoceros gris c’est la limite interne du capitalisme financier avec sa suraccumulation de capital, son insuffisance de profit et sa lutte féroce pour s’accaperr là plus value mondiale.

EN PRIME

« Pangloss disait quelquefois à Candide :


’’Tous les événements sont enchaînés dans le meilleur des mondes possibles ; car enfin si vous n’aviez pas été chassé d’un beau château à grands coups de pied dans le derrière pour l’amour de mademoiselle Cunégonde, si vous n’aviez pas été mis à l’Inquisition, si vous n’aviez pas couru l’Amérique à pied, si vous n’aviez pas donné un bon coup d’épée au baron, si vous n’aviez pas perdu tous vos moutons du bon pays d’Eldorado, vous ne mangeriez pas ici des cédrats confits et des pistaches.’’ »Voltaire, Candide.

Publicité

4 réflexions sur “Editorial, du cygne noir au gros rhinocéros gris.

  1. Il y a un rhinocéros gris structurel qui me semble aussi avoir une énorme importance. C’est celui de de la structure décisionnelle occidentale.
    Les postes de commandement sont de plus en plus le remplacement des anciennes élites par leurs progénitures. Progénitures qui malheureusement ne sont pas a la hauteur des compétences qui c’est postes de commandement exige.
    On peut le voir dans les médias dans la culture mais aussi a la direction de l’état comme dans les entreprises.
    L’ascenseur sociale indispensable au renouvellement des élites ne fonctionne plus depuis longtemps. Les chaines de décision on été étiré pour absorber les descendants et en augmenter l’incompétence au profit de la prestance, la forme.
    Un société avec un tel taux d’incompétence ne peut a terme que péricliter.
    L’excellence et la compétence on été remplacer par le copinage afin de proposer aux enfants les places hautement rémunératrice.
    La preuve de la démonstration est plutôt simple. Lorsque vous avez un ministre de l’économie professeur de français et une directrice de banque centrale professeur d’anglais et accessoirement juriste américaine. Il est facile de se rendre compte que la compétence et l’excellence n’est plus la norme de notre société.
    Et il en va de même au seins des administrations et des entreprises.
    sans parler de notre président qui lors de sa première élection défendait le fait que faire produire nos médicaments a l’étranger était un excellent moyen de faire baisser leurs couts. On as vue ou cela nous a mené.
    Il y a une expression que j’aime bien « la forme de l’intention ». C’est le réchauffement climatique dans la forme, mais l’intention c’est de contrôler toute nos consommations en vue des pénuries de matière première a venir.
    Incompétence et idéologie! c’est l’oxydant qui attaque nos société depuis plus 30 ans. Je reprendrais les mots de Trump sur notre président « tout se qu’il touche se transforme en merde »

    J’aime

    1. Je pense que c’est un aspect essentiel que vous soulevez: la corruption intellectuelle passe aussi par la consanguinité idéologique et de classe… le pognon c’est la carotte qui est tenue au bout d’une perche qui est le statut social d’une communauté prédatrice… Prédatrice en son sein mais aussi projetée à l’extérieur puisque c’est le peuple qui morfle. La corruption n’est pas seulement un produit de la collusion et des guerres intestines mais elle un marqueur essentiel des mutations systémiques qui penchent de plus en plus vers l’entropisation des esprits puisque le gouvernail du pays a un commandant sociopathe et que l’équipage ne connait pas le bateau et ne sait pas que ce bateau coule avec eux à bord… Il se pensent maitre à bord alors que ce sont déjà des naufragés en sursis.

      J’aime

  2. Cher monsieur,
    C’est limpide!
    Et merci au passage pour la citation de Voltaire, un grand déçu de la géopolitique, dont il a pourtant amplement profité…
    Cordialement,

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s