Davos, en route vers la fascisation. Mussolini prend un coup de jeune. C’est écrit!

Le coeur du fascisme ce n’est pas le racisme ou le nationalisme, non c’est le corporatisme. Le corporatisme cest la liaison directe, incestueuse entre le gouvernement et les entreprises afin de court-circuiter le peuple, le marché qui exprime les préférences des peuples, ses désirs, ses volontés stupides.

Le peuple a toujours tort, c’est l’empêcheur de gérer à l’optimum, , c’est le boulet. Il faut sortir du politique qui est l’art du possible et rentrer de plain-pied dans la gouvernance. Gouvernance de ceux qui ne savent pas par ceux qui savent ou qui y ont des billes, des capitaux. J’ai nommé les fameux Stakeholders dont les avions se dirigent par milliers vers Davos et ses plaisirs chèrement tarifés …!

Citation:

 « Pour s’attaquer aux causes profondes de cette érosion de la confiance, nous devons renforcer la coopération entre le gouvernement et les secteurs des entreprises, en créant les conditions d’une reprise forte et durable. » 

C’est le corporatisme c’est à dire la doctrine de la coopération franche, non dissimulée, institutionnalisée entre les gouvernements et les entreprises .

jusqu’a présent le système consistait à piller l’état, à lui faire prendre en charge tout ce qui pouvait concourrir a l’amélioration des profits, subventions, fiscalité , assurances, péréquations, répression sociale, mais il faut aller plus loin. L’Etat doit aller plus loin, il doit certes continuer d’offrir au capital les béquilles dont il a besoin, , mais il faut passer à une étape supérieure symbiotique de coopération public-privé.

On lira avec profit

Et surtout cet ouvrage remarquable:

C. S. Maier, Recasting bourgeois Europe : stabilization in France, Germany, and Italy in the decade after World War I, Princeton, Princeton University Press, 1975.

Voici un extrait que vous pourrez trouver sur Cairn

Dans un livre de 1975, Charles Maier a mis en lumière la façon dont les nations les plus importantes de l’Europe continentale ont commencé, après la première guerre mondiale, à expérimenter de nouveaux dispositifs institutionnels et de nouveaux mécanismes de prise de décision politique.

L’organisation de l’État et les mécanismes de la représentation adoptèrent en fait un dispositif que Maier définit comme « corporatiste » : avec le renforcement du pouvoir des grandes organisations privées représentant les groupes d’intérêt (les syndicats de travailleurs, les associations de chefs d’entreprise et de professionnels), la recherche du consensus ne passait plus seulement par le parlement élu mais aussi, et de plus en plus, par une négociation directe entre le gouvernement et ces organisations. Des organismes représentant des intérêts privés participaient donc à la formulation des orientations politiques, en matière économique et sociale, sans être obligés de passer par la discussion parlementaire ni la médiation des partis[1][1]C. S. Maier, Recasting bourgeois Europe : stabilization in….

Cette coopération a pour but de lutter contre la fragmentation qui découlerait des désirs des peuples, de l’inefficacité des marchés et de leur courte vue. Elle permettrait surtout de faire comme aux USA ou le privé fait ses profits les plus juteux sur le pillage des fonds publics gràce au militaire et à la technologie.

Mussolini prend un coup de jeune, il en frémit dans sa tombe, il se refait une virginité grace à une italienne qui est devenue la coqueluche des stakeholders mondaux: Mariana Mazzucato.

Comme en matière de Covid elle appelle à la généralisation du business model des grandes entreprises : l’état finance , prend les risques, les fait supporter à son peuple, mais c’est l’entreprises , un Pfizer quelconque, qui empoche les superprofits. Mariana Mazzucato est le chantre du Covid Capitalism qui a si bien enrichi les monopoles grace aux fonds publics pour la recherche, aux prix surévalués et grace à la terreur instillée aux peuples.

« Fondée sur le rôle clé de l’innovation dans la croissance, une réflexion sur l’action de l’Etat dans le dynamisme économique. L’auteure montre l’apport des investissements publics dans la recherche fondamentale et le développement de nouvelles technologies. Elle appelle à repenser la coopération entre les acteurs publics et privés afin de mieux partager et réinvestir les richesses ainsi créées. »

6 experts à Davos partagent ce qui se profile à l’horizon 2023

  • Les meilleurs experts participant à la réunion annuelle 2023 du Forum économique mondial partagent des analyses prospectives de leur domaine d’expertise.
  • Le thème de la 53e réunion annuelle est « La coopération dans un monde fragmenté », réunissant 2 700 dirigeants de 130 pays, dont 52 chefs d’État/de gouvernement.
  • Le programme de la 53e réunion annuelle se concentre sur les solutions et la coopération public-privé pour relever les défis mondiaux les plus urgents.

Les crises multiples approfondissent les divisions et fragmentent le paysage géopolitique. Les dirigeants doivent répondre aux besoins immédiats et critiques des personnes tout en jetant les bases d’un monde plus durable et résilient d’ici la fin de la décennie.

« Nous voyons les multiples forces politiques, économiques et sociales créer une fragmentation accrue aux niveaux mondial et national

. Pour s’attaquer aux causes profondes de cette érosion de la confiance, nous devons renforcer la coopération entre le gouvernement et les secteurs des entreprises, en créant les conditions d’une reprise forte et durable. 

Dans le même temps, il faut reconnaître que le développement économique doit être rendu plus résilient, plus durable et que personne ne doit être laissé pour compte », a déclaré Klaus Schwab , fondateur et président exécutif du Forum économique mondial.

Le programme de la 53e réunion annuelle se concentre sur les solutions et la coopération public-privé pour relever les défis mondiaux les plus urgents. Il encourage les dirigeants mondiaux à travailler ensemble sur les questions interconnectées de l’énergie, du climat et de la nature ; investissement, commerce et infrastructure; les technologies de pointe et la résilience de l’industrie ; emplois, compétences, mobilité sociale et santé ; et la coopération géopolitique dans un monde multipolaire.

Nous avons interrogé des experts de premier plan venant à Davos sur les défis et les opportunités dans leur domaine d’expertise, et pour partager leur vision des perturbations à venir et des tendances émergentes transformant leur monde sous la forme d’analyses prospectives à l’aide de la plateforme d’intelligence stratégique du Forum économique mondial . 

Ces experts approfondiront ces analyses d’ horizon lors de briefings dédiés à la 53e réunion annuelle qui sont disponibles sur le programme virtuel .

Azeem Azhar, PDG, Exponential View

Alors que les marchés ajustent leur appétit pour le risque, 2023 sera une année d’incertitude et de variabilité stupéfiante

« L’année à venir exigera un secteur privé adroit et un secteur public habile, et des estomacs solides tout autour. Les technologies révolutionnaires, comme l’intelligence artificielle, l’électrification renouvelable et la technologie profonde offriront des opportunités de recherche et développement, d’innovation et de déploiement à grande échelle. , ainsi que des avantages à grande échelle pour la productivité, la baisse des prix et la décarbonation.

Tous ces domaines sont confrontés à des risques importants, dont beaucoup se recoupent avec les frictions géopolitiques et la volatilité macroéconomique qui constituent la toile de fond. Les nations trouveront que les définitions d’allié, de partenaire, de concurrent et de rival deviennent confuses, alors qu’elles recherchent une autonomie stratégique et un avantage concurrentiel, en particulier dans les secteurs riches en technologie.

Les gouvernements deviendront plus actifs dans la direction de leurs économies et favoriseront de nouvelles alliances. Cela pourrait leur permettre de renouer avec leurs citoyens, mais tout cela nécessitera la chorégraphie de nouvelles capacités, une plus grande réceptivité et des investissements supplémentaires. La morosité d’un resserrement de l’offre de capitaux, une tolérance plus faible au risque et des nouvelles économiques pâles ou négatives seront la ligne de fond sombre qui accompagnera cette performance. »

Amy Webb, PDG, Future Today Institute

Le jour où les ordinateurs quantiques briseront notre technologie actuelle approche.

« La bio-ingénierie est la prochaine « technologie à usage général ». Comme la machine à vapeur et Internet avant elle, la bio-ingénierie a le potentiel d’influencer toute une économie et de modifier la société à travers les structures politiques, économiques et sociales.

La confiance dans les institutions traditionnelles continue de s’éroder et le secteur financier ne fait pas exception. Les entreprises et les consommateurs regardent de plus en plus au-delà des acteurs traditionnels vers les startups, les marchés privés et la finance décentralisée (Defi) pour des solutions que les acteurs traditionnels n’ont pas encore fournies. Dans le même temps, l’implosion cryptographique de l’année dernière a attisé les craintes des consommateurs et amené les investisseurs à s’interroger sur la viabilité à long terme des systèmes financiers alternatifs.

Les ordinateurs quantiques transformeront les affaires, permettant des simulations financières et de risques en temps réel, de nouvelles stratégies d’investissement et de meilleures informations. En science, les ordinateurs quantiques permettront la découverte rapide de médicaments et permettront aux chercheurs de relever des défis de longue date. Au gouvernement, ils représentent à la fois une grande opportunité et un risque énorme en matière de sécurité nationale. »

Oleksandra Matviichuk, lauréate du prix Nobel de la paix 2022

Nous devons cesser de prétendre que les menaces militaires différées sont des « compromis politiques ».

« Les survivants de la Seconde Guerre mondiale ne sont plus là. Et les nouvelles générations ont commencé à tenir les droits et les libertés pour acquis. Même dans les démocraties développées, les forces remettant en question les principes de la Déclaration universelle des droits de l’homme sont en augmentation. Mais les droits de l’homme ne peuvent une fois pour toutes, les valeurs de la civilisation moderne doivent être protégées.

La paix, le progrès et les droits de l’homme sont inextricablement liés. Un État qui tue des journalistes, emprisonne des militants ou disperse des manifestations pacifiques ne constitue pas seulement une menace pour ses citoyens. Un tel État constitue une menace pour toute la région et la paix dans le monde dans son ensemble. Par conséquent, le monde doit répondre de manière adéquate aux violations systémiques. Dans la prise de décision politique, les droits de l’homme doivent être aussi importants que les avantages économiques ou la sécurité. Cette approche devrait également être appliquée en politique étrangère. »

Johan Rockström, directeur, Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK)

Nous avons un besoin urgent d’objectifs scientifiques pour toutes les frontières planétaires afin d’éviter les impacts en cascade des éléments de basculement interconnectés.

« Dans l’état actuel des choses, les émissions mondiales continuent d’augmenter d’année en année et la somme des engagements de tous les pays à réduire les émissions de gaz à effet de serre place le monde sur une trajectoire catastrophique vers un réchauffement de plus de 2,5°C en l’an 2100 (voir Climate Action Tracker ). Ce qui aurait été une tâche imposante, mais réalisable, lors de la première mise en place par la communauté internationale à Paris en 2015, est maintenant devenu presque insurmontable.

Il y a peu de place pour la compensation. Nous sommes entrés dans le domaine de l’additionnalité, où tout doit (1) évoluer rapidement et souvent être exponentiel et (2) se produire simultanément ; sortir des combustibles fossiles, transformer l’agriculture de la source au puits, protéger les puits de carbone dans la nature et mettre à l’échelle les technologies d’élimination du dioxyde de carbone. »

Magdalena Skipper, rédactrice en chef, Nature

La science en tant qu’entreprise est plus efficace lorsqu’elle est autorisée à s’élever au-dessus des contraintes géopolitiques ; il en est de même pour le secteur des entreprises.

« Dans un monde de plus en plus divisé, l’accent est mis à nouveau sur le rôle de la science dans la diplomatie. La science a si bien joué ce rôle au milieu du XXe siècle, bien sûr. La science en tant qu’entreprise est plus efficace lorsqu’elle est autorisée à s’élever au-dessus des contraintes géopolitiques ; Il en va de même pour le secteur des entreprises.Avec les tensions politiques croissantes à travers le monde, la communauté des sciences et de l’innovation a l’opportunité de s’associer au monde des affaires pour trouver des moyens de combler les divisions politiques.

Avec une quantité et une complexité sans cesse croissantes d’informations et de données, le monde se tourne vers des approches d’IA pour aider à comprendre, synthétiser et hiérarchiser les problèmes et les solutions dans pratiquement tous les secteurs de la vie. L’IA devenant omniprésente, les chefs d’entreprise et les dirigeants politiques ne doivent pas manquer l’occasion de se connecter avec les leaders de la recherche et de l’innovation ainsi qu’avec la société au sens large pour s’entendre sur les principes éthiques, la responsabilité et la responsabilité des solutions assistées et pilotées par l’IA. Les leçons du secteur biomédical sont particulièrement pertinentes ici – ce n’est pas parce que quelque chose est techniquement faisable qu’il faut nécessairement le poursuivre. »

Jim Leape, codirecteur, Stanford Center for Ocean Solutions

L’accord international dans le cadre de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), pour protéger 30% de l’océan, donne un nouvel élan puissant à l’action.

« Pendant la majeure partie de l’histoire humaine, les océans ont été un mystère – nous avions très peu d’informations sur ce qui se trouvait sous l’eau ou même à la surface. La prolifération des satellites et des capteurs dans l’eau, pour ne prendre que deux exemples, a transformé notre capacité à comprendre les océans et à surveiller et gérer les conditions océaniques – telles que les vagues de chaleur et les marées rouges – et les activités humaines, telles que la navigation et la pêche.

Les océans sont donc devenus le centre d’intérêt d’une communauté mondiale dynamique d’innovateurs. Capitalisant sur l’explosion des données océaniques, ils génèrent de nouvelles façons d’exploiter l’explosion des données des satellites et des capteurs océaniques, d’exploiter la puissance de la technologie ADN et de développer de nouveaux outils pour permettre aux entreprises de lutter contre la pêche illégale et l’esclavage dans leurs chaînes d’approvisionnement. , pour permettre aux communautés de petits pêcheurs de bâtir des économies florissantes, de mesurer et de vendre du carbone bleu. »

À PROPOS DE NOUS
Publicité

4 réflexions sur “Davos, en route vers la fascisation. Mussolini prend un coup de jeune. C’est écrit!

  1. Davos nous surprendra toujours par leur betise et leur arrogance.

    D’un coté c’est bon signe en ce qui concerne leurs possibilités de succès.
    Ils se croient le centre du monde.
    Leur pensée scientifique et économique est digne de celle d’un enfant de douze ans.
    La complexité technologique commence déja a gripper les sociétés les plus avancées.
    Essayez de refaire un passeport ou une carte grise en France,et vous comprendrez….

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s