Deux millions de personnes contre Macron. Il viole les règles non écrites de notre démocratie.

Je vous rappelle que Macron tire sa position de Président de sa promesse faite aux stakeholder de Davos, au Capital, à la City, aux dynasties, aux très grandes entreprises, aux Allemands etc de ne pas céder face à la Rue.

Macron a été choisi sur cette rupture de la pratique politique Française qui voulait que, dans le régime autoritaire de la Cinquième, et face à une représentaion nationale bidon, inexistante, godillot, les volontés populaires se manifestent dans la Rue. La Rue est un espace politique de démocratie directe que Macron a nié. il a triché avec le système implicite Français. L’importance de la Rue en France fait partie des régles démocratiques non écrites, certes, mais que tous avaient respectées avant lui.

Cette promesse faite devant les chefs du Patronat en 2016, – Fillon avait fait la même – est le fil conducteur qui permet de comprendre son comportement; c’est cette promesse qui lui donne ce qu’il considère comme sa légitimité. La légitimité supposée de Macron vient d’en haut, pas des gens d’en bas.

Moi je n’ai pas peur, j’irai jusqu’au bout. La Rue est un tigre de papier,

Ils ne sont pas contents, Et après?

Comme il l’a dit: Qu’ils viennent me chercher!

Alex Lantier et Anthony Torres

WSWS.ORG

Deux millions de personnes ont fait grève ou défilé hier à l’appel des fédérations syndicales contre les coupes dans les retraites du président Emmanuel Macron. 

Les sondages montrent qu’environ 80% de la population s’opposent aux coupes, ce qui augmenterait l’âge minimum de la retraite à 64 ans avec une période de cotisation minimale de 43 ans. 

Les appels à la grève ont été largement suivis par les cheminots et les transports en commun, le personnel scolaire et les travailleurs de l’électricité et des raffineries, et 200 marches de protestation ont eu lieu dans des villes à travers la France.

Les syndicats ont rapporté que 400 000 personnes ont défilé à Paris, 140 000 à Marseille, 38 000 à Lyon, 60 000 à Bordeaux, 50 000 à Toulouse et Lille, et 55 000 à Nantes, 35 000 à Strasbourg. De plus, de nombreuses petites villes ont connu une forte affluence qui a surpris les autorités policières. Ils étaient 25 000 à Orléans, 21 000 au Mans, 20 000 à Nice, 19 000 à Clermont-Ferrand, 15 000 à Tours, 13 000 à Pau, 10 000 à Chartres, 9 000 à Angoulême et 8 000 à Châteauroux.

Plus de 140 000 personnes ont défilé à Marseille contre les coupes dans les retraites de Macron. [Photo : WSWS]

Des affrontements ont éclaté entre policiers et manifestants à Lyon et à Paris, où 3 500 policiers anti-émeute étaient de garde et, comme lors des manifestations des « gilets jaunes » contre les inégalités sociales en 2018-2019, ont renforcé la garde policière des bâtiments gouvernementaux.

Les coupes de Macron sont massivement rejetées. 

Au milieu d’une vague de grèves à travers l’Europe et dans le monde contre l’austérité et l’inflation, une confrontation explosive se dessine entre la classe ouvrière et l’administration Macron. En effet, les responsables français sont allés à la télévision hier soir pour se vanter qu’ils allaient imposer les coupes de Macron malgré une opposition publique écrasante.

Le ministre de la Fonction publique, Stanislas Guérini, a déclaré à TF1 que Macron ne modifierait pas les coupes en réponse à la manifestation. « Il y avait beaucoup de monde aujourd’hui, il ne faut pas minimiser ce fait », a déclaré Guérini, mais il a ajouté que les coupes étaient « le produit du dialogue social » entre les bureaucraties syndicales et l’État. « La mobilisation ne change pas nos plans », a-t-il conclu.

Le « président des riches » vise à réduire de 13 milliards d’euros par an les retraites, alors que les États de l’Union européenne distribuent des centaines de millards d’euros aux banques et aux entreprises dans le cadre de renflouements massifs et dépensent des dizaines milliards pour envoyer des chars et d’autres armes en Ukraine pour la guerre avec la Russie.

Les manifestants qui ont parlé au WSWS ont également cité le récent rapport d’Oxfam sur les inégalités produites par le système capitaliste. Le rapport, qui a révélé que les deux tiers de la nouvelle richesse créée depuis 2020 sont allés au 1% le plus riche de la société, a également noté que les 10 premiers milliardaires français ont augmenté leur richesse de 189 milliards d’euros depuis 2020. La fortune du milliardaire français Bernard Arnault , actuellement l’homme le plus riche du monde, s’élève désormais à 213 milliards d’euros.

Une statistique expose les intérêts oligarchiques que sert Macron : les 13 milliards d’euros qu’il veut retirer du budget annuel des retraites de la France sont inférieurs au montant des bénéfices qu’Arnault a ajoutés à sa fortune personnelle chaque année depuis 2020, alors que sa fortune s’élevait à 79 milliards d’euros.

Priscillia, une aide-soignante, a expliqué aux journalistes du WSWS lors de la manifestation à Paris pourquoi elle rejette les coupes de Macron : « Avec la difficulté du travail, c’est impossible. Nous ne sommes pas des employés de bureau, nous ne sommes pas des ministres du gouvernement, nous sommes des travailleurs de la santé. On ne peut pas tenir jusqu’à 64 ans, ce n’est physiquement ni psychologiquement possible. J’utilise beaucoup mon corps pour soulever les gens, même s’il y a une assistance mécanique, on utilise notre force physique. Nous avons déjà de nombreux collègues en situation de handicap à cause de cela.

Elle a également souligné son « dégoût » face à la montée de l’inflation, qui appauvrit les travailleurs en France et à l’international. « Tout est cher et les salaires n’augmentent pas. Il faut faire très attention à ce qu’on mange, il faut supprimer les petits plaisirs comme les restaurants, les sorties, les vacances.

À propos de la décision imprudente de Macron d’envoyer des chars en Ukraine pour faire la guerre à la Russie, elle a déclaré : « Je m’inquiète de ce qui peut arriver entre la Russie et la France, et je m’inquiète aussi pour les Français ».

Priscillia a évoqué sa colère face au gouffre entre Arnault, engrangeant chaque année des dizaines de milliards d’euros, et des ouvriers qui peinent à s’en sortir : « C’est dégueulasse, c’est nous les pauvres qui allons payer pour des gens comme ça. Aujourd’hui, si les deux personnes d’un couple ne travaillent pas, il est impossible de joindre les deux bouts. En tant que travailleur du secteur public, il est extrêmement difficile de trouver un logement. Nous gagnons trop d’argent pour obtenir un logement social, mais nous sommes trop pauvres pour nous offrir un logement privé sur le marché.

Les journalistes du WSWS à Paris se sont également entretenus avec Ludovic, qui a déclaré : « Je suis pompier professionnel, j’ai un système de retraite, et maintenant j’apprends qu’ils vont me faire travailler deux ans de plus avant de pouvoir prendre ma retraite. C’est un travail physique, je suis sûr que je ne peux pas tenir jusqu’au bout. … Avec un travail de nuit et de jour, des quarts de travail de 24 ou 48 heures, les exigences physiques de ce métier font que nous avons une espérance de vie de sept ans inférieure à la moyenne française.

Ludovic a averti que les coupes dans les retraites de Macron visent à faire travailler les travailleurs jusqu’à leur mort. Il a déclaré : « Dans la caserne de pompiers où je travaille actuellement, je n’ai jamais vu de fête de départ à la retraite. Les deux derniers collègues partis, ils sont allés directement au cimetière avant de pouvoir se retirer. J’ai eu un collègue qui est décédé d’un grave accident vasculaire cérébral une semaine après avoir commencé à prendre sa retraite, un deuxième est décédé d’un cancer. Notre métier est connu pour être dangereux à cause de toute la fumée toxique que nous respirons lors de nos missions.

« J’ai commencé à travailler à 19 ans, je veux avoir du temps libre quand je prendrai ma retraite et pas juste mourir », a déclaré Ludovic, soulignant sa colère face à l’enrichissement obscène de l’oligarchie financière : « C’est malade qu’on nous demande d’abandonner les choses ». , que ce soit dans notre vie quotidienne ou dans nos retraites, alors que ces personnes ont des possibilités illimitées de s’enrichir.

Catherine, une assistante sociale, a déclaré aux journalistes du WSWS à Marseille qu’elle voulait lutter contre l’assaut systématique que l’establishment au pouvoir mène contre les droits sociaux des travailleurs. « Tout ce que les générations précédentes ont construit est attaqué », a-t-elle déclaré.

Des manifestants à Marseille tiennent une pancarte indiquant « Le règne de Macron = mensonges, corruption, racket et oppression » [Photo : WSWS]

Elle a ajouté : « Ils détruisent tous nos droits : l’assurance-chômage, les prestations sociales, les hôpitaux publics sont saccagés, maintenant les retraites. Cela doit cesser. Le gouvernement distribue des milliards aux super-riches et ne demande rien en échange, nous n’avons aucune idée de ce qu’ils font. … Je travaille avec des gens qui luttent, mangent dans des soupes populaires, ne chauffent pas leur maison et doivent mettre en gage le peu qu’ils ont encore. Ils sont tristes, inquiets pour leur avenir et celui de leurs enfants. Ils craignent de tomber malades. »

Catherine a également souligné la méfiance croissante de larges couches de travailleurs envers les négociations corrompues entre les bureaucraties syndicales et le gouvernement Macron : « Les syndicats ne représentent plus les travailleurs, ils se sont compromis. … Oui, les syndicats se réveillent, mais on ne peut plus simplement compter sur les syndicats, ce n’est plus possible. Nous sommes attaqués de toutes parts, nous devons tous nous révolter ensemble.

Les confédérations syndicales françaises dont la Confédération générale du travail (CGT) stalinienne, la Confédération française du travail démocratique (CFDT) social-démocrate et Force ouvrière (FO) se sont réunies hier soir et ont annoncé une nouvelle manifestation pour le 23 janvier. la classe ouvrière, les bureaucrates syndicaux cherchent désespérément à se présenter comme des opposants à Macron, même s’ils ont négocié les coupes avec lui.

Les travailleurs ne peuvent cependant accorder aucune confiance aux bureaucraties CGT, CFDT ou FO. Ils ont isolé la grève des chemins de fer de 2019-2020 contre ces coupes dans les retraites, ce qui a permis à Macron de passer les coupes en mars 2020. Il n’a retiré les coupes, alors que les grèves se multipliaient dans toute l’Europe contre l’inaction de l’UE face au COVID-19, par crainte d’une explosion sociale incontrôlable. . Maintenant, avec la complicité des bureaucraties syndicales, Macron revient pour tenter de faire passer à nouveau les coupes dans les retraites.

L’expérience amère montre que la façade de l’« unité » syndicale s’effondrera avec l’escalade de la lutte de classe entre l’oligarchie financière et la classe ouvrière, alors que les bureaucrates syndicaux tentent de soutenir la machine d’État capitaliste contre les travailleurs.

Les meilleurs alliés des travailleurs en France, qui luttent contre des problèmes mondiaux comme l’inflation, la guerre, la pandémie de COVID-19 et l’austérité sociale, sont leurs frères et sœurs de classe dans d’autres pays. Des grèves éclatent à l’échelle internationale. Une grève nationale des infirmières, accompagnée d’appels à la grève dans les transports et l’éducation, est en cours en Grande-Bretagne, tandis que les enseignants portugais sont en grève nationale. Alors que les grèves des infirmières et des enseignants se propagent aux États-Unis, les revendications des cheminots américains se multiplient pour une grève contre un contrat de concessions draconien imposé par l’administration Biden.

La voie à suivre pour les travailleurs est de retirer leurs luttes des mains des bureaucrates syndicaux, en construisant un puissant réseau de comités de base qui peuvent unifier les travailleurs au-delà des frontières nationales, dans une lutte pour faire tomber les gouvernements capitalistes corrompus comme celui de Macron et anéantir le pouvoir de l’oligarchie financière par une lutte pour le socialisme.Le 

World Socialist Web Site est la voix de la classe ouvrière et la direction du mouvement socialiste international. Nous comptons entièrement sur le soutien de nos lecteurs. Veuillez faire un don aujourd’hui !

Publicité

3 réflexions sur “Deux millions de personnes contre Macron. Il viole les règles non écrites de notre démocratie.

  1. Bonjour,
    Hélas, les syndicats n’échappent pas à la règle de l’argent. Il suffit de déterminer sa provenance. Comme toute organisation pyramidale, le narratif du sommet est aux antipodes de la base. Chacune des parties l’a très bien compris. Je ne sais pas où tout ceci amènera…
    Un article très intéressant de Thierry Meyssan, datant de 2010. Il suffit de changer les noms.
    Je ne suis pas là pour juger de la véracité de ses propos et c’est à chacun de se faire sa propre opinion. Fou ou génie?
    https://www.voltairenet.org/article166549.html

    J’aime

  2. Ne jamais oublier que les syndicats ont trahi les salariés qu’ils étaient censés représenter et défendre.
    Comme l’a signalé le Dr. Nicole Delépine, une vraie grève de 8 jours dans les hôpitaux en septembre 2021 aurait bloqué l’obligation vaccinale …

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s