Du coté des candidats que j’appelle de conviction

Asselineau à obtenu 500 parrainages. Il peut ainsi participer au débat pour l’élection présidentielle.

Puisque personne ne le fait voici une synthèse désintéressée et non partisane de ce que je pense sur Asselimeau.

Pas plus que Marine ou Cheminade qui est un ami, Asselineau ne correspond à mes choix politiques: il est dirigiste. Son souverainisme est celui de la Nation, de la Patrie.

Mon souverainisme n’a rien à voir avec celui là: je suis souverainiste radical, sans intermédiaire! C’est à dire que je défends l’idée de la souveraineté des gens, des hommes, des femmes tels qu’ils sont dans la société civile, avant même qu’ils soient réduits à l’abstraction de citoyens. Je défends la souveraineté du peuple, du peuple réel, celui qui est ici « hic et nunc », celui qui vit, pas celui que l’on imagine, pas des abstractions qui servent à le baiser.

Asselineau a obtenu ses 500 signatures parce qu’il a mouillé sa chemise, sur le terrain, en province. Il a expliqué directement , patiemment son point de vue, fourni des explications et il en a convaincu certains, sinon beaucoup.

Son atout, ce n’est pas l’argent, son budget est de l’ordre de 800 000 euros, son atout c’est le rejet par la France profonde, provinciale, du parisianisme monopolistique. Le dégoût des bobos. Le rejet de tous ces prétentieux, de ceux qui prétendent tout savoir mieux que les autres et surtout l’imposer.

Asselineau est près du réel, accessible et très convaincant dans les dialogues et les réunions de taille humaine. C’est semble -t-il ce qui plaît à ses interlocuteurs.

Il n’hésite pas à passer des heures à expliquer, à démystifier et à prouver. Ce faisant il étonne ceux qui le recoivent par sa culture et sa connaissance de l’histoire. Sa connaissance de l’histoire concrète , proche, est telle qu’il en explique certains dessous et c ‘est ce qui donne à ses adversaires l’argument pour le taxer de complotiste. Ce qu’il n’est pas, bien sûr. Expliquer l’origine des situations, des évènements est devenu à notre époque interdit car cela révèle la turpitude de ceux qui prétendent nous servir, mais qui en réalité se servent d’abord. Comprendre et expliquer c’est être complotiste!

Personne parmi ceux qui le recoivent ne retrouve chez Asselineau l’image négative que lui ont tracé les médias officiels.

Les fameux micros trottoirs de tous ceux qui font la pute médiatique seraient bien surpris si ils avaient le courage et l’honnêteté d’interroger les participants aux réunions d’Asselineau à la sortie. Ils découvriraient un autre homme politique, radicalement original et différent de l’image véhiculée sur les ondes.

Asselineau ne pratique pas la Com, il ne sacrifie pas aux techniques de persuasion, il reste dans le « hard », dans la conviction. Il ne fait pas croire à ses auditeurs « qu’ils le valent bien », « que moi, c’est eux  » « qu’ils sont l’avenir de la France »; bref il parle en chef , en sujet qui dit ce qu’il sait à des gens qui en expriment la curiosité. Chez Asselineau la parole vient du haut et elle descend vers le bas. Elle ne remonte aps, comme dans le marketing d’un Macron. Donc chez Asselineau on va non pour communier, non pour être flatté, mais pour apprendre.

C’est ce que j’appelle un candidat de conviction par opposition aux professionnels de la politique. Il y a  eu des candidats de conviction célèbres en France les noms de Michel Debré , Michel Jobert ou encore celui de Chevènement me viennent à l’esprit.

Sortie de l’UE

Comme Marine Le Pen et Jacques Cheminade, François Asselineau défend l’idée d’une sortie de l’Euro. La Banque de France et la Direction du Trésor établiraient ensemble un objectif de taux de change externe de la monnaie pour garantir sa stabilité. Le candidat estime que cela entraînera une dévaluation de la nouvelle monnaie d’environ 10% par rapport à l’Euro, rendant les exportations plus compétitives. Avec environ « 30% de produits importés, la hausse des prix serait au maximum de 3% », peut-on lire dans le programme du candidat.

Pour réinstaurer une  » démocratie économique et sociale « , le candidat veut redonner à la Banque de France son pouvoir de financement de l’Etat et des collectivités. Avec la sortie de l’UE, il prône donc l’abrogation de l’article 123 du traité européen de Lisbonne, qui interdit aux Etats membres d’emprunter directement auprès de la BCE ou de leur banque centrale nationale.

Nationaliser les entreprises de service public

Il souhaite également « mettre un terme au pouvoir indu des agences de notation » et nationaliser les grandes entreprises de service public, telles que Veolia (eau), ou Vinci (autoroutes).

Comme Nicolas Dupont-Aignan ou Jacques Cheminade, François Asselineau est favorable à la stricte séparation entre banque de dépôt et banque d’investissement.

Hausse du Smic

Côté pouvoir d’achat, François Asselineau est favorable lui aussi, une hausse du Smic à 1.300 euros nets, contre 1.153 euros nets, soit une augmentation de 12%. Le surcoût pour les dirigeants de PME et TPE serait entièrement compensé par des baisses de charges. Sans préciser les détails, il veut par ailleurs « établir une retraite permettant à tous de profiter dignement et pleinement de la vie ».

Près de 80 milliards d’euros d’économies par an

Le programme du candidat permettrait de réaliser 78,7 milliards d’euros par an et donc de réduire les impôts et charges. Dans le détail, il escompte 20 milliards d’euros grâce au rétablissement du contrôle des mouvements de capitaux. La sortie de l’Euro rapporterait selon lui, 13,6 milliards d’euros alors que la simplification administrative représenterait une économie de 6,4 milliards d’euros par an.

Advertisements

2 réflexions sur “Du coté des candidats que j’appelle de conviction

    1. Jamais en tant que tel , simplement, comme ici en incidente. Mais bien sur tout cela transparait dans mes écrits, c’est ce qui leur donne leur cohérence ! Ce qui m’intéresse c’est de décrypter, de décoder, de donner un sens à l’actualité en fonction de ma logique. Exposer cette logique de façon abstraite serait me semble-t-il contreproductif. Comme le disait Leo Ferré: « le verbe aimer, moi je le fais »

      Trump proclame « America first » , cela permet de baiser les gens.

      Moi je ne proclame rien, mais je pars du principe que « le tout » est une escroquerie, une réification , enrobées d’idéologie pour assurer le pouvoir de certains groupes sur d’autres. Je ne connait que « l’unique » et la confrontation -pacifique, civilisée- « des uniques ».

      « le tout » est déjà porteur d’une idéologie.

      je vous remercie de votre intérêt.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s