Un vote de rejet avant tout, est ce bien sur? Macron le sauveur

S’il a recueilli 66,1% des suffrages, un sondage Harris Interactive publié  lundi matin montre que ses électeurs ont essentiellement rejeté la candidature de Marine Le Pen.

Un vote de rejet avant tout

Ceux qui ont choisi l’ancien ministre de l’Économie dans l’isoloir ont répondu à 59% avoir voté pour lui “avant tout parce qu'[ils] ne souhaitent pas que Marine Le Pen devienne Présidente de la République”, contre 41% en adhésion avec le leader d’En Marche!.

Chez Marine  Le Pen, on a semble-t-il davantage voté par conviction, puisque 60% d’entre eux choisissaient sa candidature, contre 40% qui rejetaient l’ancien banquier de chez Rothschild.

Cette façon de présenter les choses n’est ni vraie ni fausse: elle est ce qu’elle est, le sondeur pose une question et le sondé répond.  Cela laisse entière la question de savoir si la question est bonne pour mesurer ce que le sondeur prétendait mesurer.

Ici, il veut mesurer la véritable adhésion et ce qu’il recueille en fait, c’est la réponse réflexe, celle qui vient à l’esprit compte tenu du matraquage des médias qui répètent à l’envi: il faut voter contre Le Pen et donc voter Macron.

Je suis persuadé » que les enquêtes ultérieures montreront une adhésion plus forte à Macron et bien sur elles dépendront de la façon dont Macron va mettre en scène son action politique , son échéancier, pas sa campagne, celle ci est finie.

Il faut abandonner l’esprit de campagne, beaucoup vont avoir du mal à le faire car ils restent mobilisés sur les législatives, mais ils changeront de position après, avec un peu de retard.

J’ai tendance, mais je peux me tromper à ne pas attendre grand chose des législatives et à abandonner dès maintenant l’esprit de campagne.

En voici la raison:

La véritable majorité de Macron existe et c’est celle du groupe de gens, largement supérieur à 60%, qui veulent le maintien dans l’euro, presque à tout prix.

Il y a 35% de gens qui ont voté avec conviction pour Marine et ceux là sont contre l’Europe et l’euro car elle s’est positionnée clairement comme Madame Frexit.

Donc symétriquement, il y a près de 65% de gens qui ont l’opinion inverse. Ces chiffres ne sont pas éloignés de ceux que recueillent les grandes enquêtes du type Pew Research.

A Macron de savoir leur parler et à lui de présenter les coûts, les sacrifices pour rester dans l’euro et sauver l’Europe d’une façon acceptable.

On connaît déjà la couleur générale, elle combine perte de souveraineté, austérité, réformes et elle corrige le défaut français claironné par l’inénarrable Juncker: les Français dépensent trop. Il s’agit dans la conception imbécile germanique qui assimile un pays et les échanges internationaux à des « ménages », de faire en sorte que le « ménage Français » dépense moins et soit mis sous tutelle.

prendre le problème de l’adhésion à Macron par le bout de l’euro ne me parait pas très productif car on se heurte très vite à la peur panique des Français qui sont terrorisés à l’idée de perdre cette monnaie qu’ils ne méritent pas.

L’angle d’attaque du sauveur, me semble plus productif. Macron se présente,  on le présente comme le sauveur; et cela comporte une part de vérité.

Il me semble que cet angle est riche car il se décline tout de suite en cette question: sauveur de qui ? De la France? Des riches? Des entreprises? Du Medef? Des banques ? etc

C’est  le vrai point faible de Macron, ce n’est pas la France qu’il va sauver , mais une partie seulement de la France au détriment de l’autre. Les uns vont payer et les autres vont jouir. il va sauver ceux par qui et pour qui il a été élu.

Il faut selon moi, le crucifier sur la caractère partial,partisan, privé. Macron est l’homme d’une alliance de classes, d’une coalition contre une autre partie de la France et c’est cela qu’il faut analyser, décortiquer, faire apparaître.

Il  faut montrer que son courage c’est de s’attaquer aux faibles au profit des forts. Il faut faire prendre conscience du fait que ce courage se retourne en une lâcheté suprême. C’est la vérité et seule la vérité est efficace.

Macron a été comparé au sauveur, et cela comporte une part de vérité, on a dit qu’il marchait sur l’eau et cela, c’est faux: Macron marche… sur vous!

 

Publicités

4 réflexions sur “Un vote de rejet avant tout, est ce bien sur? Macron le sauveur

  1. Votre article est présenté comme si la politique de Macron allait réussir. J’ai un grand doute. Les divergences sont telles que je ne vois plus comment la France peut rattraper son retard face à l’Allemagne, 40 % de fonctionnaires en plus pour 1000 habitants n’est qu’un petit exemple.

    J'aime

    1. Le fait d’exposer que la terre est ronde n’implique nullment que cela me plaise.

      Je ne dis rien d’autre que ceci: voila sa ligne, voila ce sur quoi il va tenter d’obtenir un consensus le plus large possible et voici comment on peut l’attaquer de façon réaliste, efficace; en prenant appui non sur des mensonges, ou sur des déplacements des problèmes mais sur des vérités. Les attaques sur le communautarisme, la sécurité, la fiscalité ne serviront à rien , ce sont des paroles, et ces paroles n’accrocheront pas.

      Rien dans mon texte se suggère qu’il va réussir, en revanche je dis: voila son projet de sauveur et voila comment vous pouvez le critiquer efficacement: il est dissymétrique, injuste !

      Macron n’a aucune certitude de réussir et Merkel non plus. Pourquoi aurai je plus de certitude qu’eux, moi qui suis totalement sceptique et qui considère que tout cela repose sur des erreurs et des contresens imbéciles, moi qui pense que Mitterrand était un idiot, presque un criminel, comme Delors,et Kohl.

      Autrement dit je suggère d’arrêter de se masturber en ressassant les arguments qui ont perdu. Trouvez en de nouveaux, mettez vous au travail de façon adaptée à la nouvelle situation. Mais bien sur, chacun a le droit de continuer de penser à côté de la plaque et de mener le combat d’hier.

      Le vice du plan global de Macron (plan intérieur et plan européen) , c’est qu’il ne répartit pas les sacrifices de façon équilibrée, il sauve le très grand capital, le capital bancaire alors qu’il doit être dévalorisé à zero, il sauve les kleptos, les ploutos, les fonctionnaires européens , les marginaux qui ne foutent rien, les médiacrates, les faux rebelles en faisant payer la masse, les plus faibles, ceux qui trinquent depuis le début des années 70 et de façon redoublée depuis 2008.

      J'aime

  2. Un article du Guardian qui confirme ce que vous exposez depuis longtemps sur la stratégie orchestrée de longue date afin que MLP se retrouve au second tour mais perde afin de faire gagner le « système » :

    « I asked him if had there been a deliberate effort among intellectuals and mainstream politicians to engineer a run-off between Macron and the far-right Marine Le Pen in the second round of the presidential election. “Why, of course,” he laughed. “We’ve been at it for a year.” Considering how obvious the strategy had been, I cannot claim to have revealed much of a secret. Still, it’s nice to know I was not being paranoid ».

    https://www.theguardian.com/commentisfree/2017/may/01/emmanuel-macron-french-voters-marine-le-pen

    J'aime

  3. Vous avez raison, c’est le bon angle d’attaque. Je suis sceptique quant à la capacité d’Em d’avoir une majorité parlementaire, mais comme vous le dites élégamment « je peux me tromper ». Des alliances seront possibles (et souhaitables, il faut bien que le pays soit gouverné), mais ce sera pas simple.
    Il y a quand même une dimension qui ne doit pas être oublié et qui, à mon sens, relativise également le vrai soutien à la politique de Macron. Il faut revenir aux fondamentaux de ce que pensent les Français quand leur avis peut s’exprimer simplement sans les tromperies induites par des systèmes partisans et des débats factices. En 2005, ils ont rejeté le TCE à 55% et il est clair que ce chiffre serait bien supérieur aujourd’hui. Les sondages montrent qu’ils ne veulent pas de plus d’intégration fédérale (et c’est également le cas dans les autres pays européens). D’un autre côté, ils restent majoritairement attachés à l’€. C’est bien sûr contradictoire, mais compréhensible au regard du traitement médiatique de cette question.
    Cette contradiction est le point faible : sauver l’€ (non le faire durer un peu plus, il n’est pas sauvable) suppose des politiques que le corps social rejette (et que les population des autres pays européens refusent également, à commencer par les allemands !). Comme vous l’avez dit il y a longtemps dans une formule qui m’a frappé c’est la peur Le Pen qui a permis à Hollande d’éviter que l’UE nous saque trop, bref que le vote FN était une sorte de « vote utile ».
    Dans ces conditions, le gouvernement pourra être tenté par un autoritarisme de plus en plus fort. Le corps social français n’a pas montré quand même une grande docilité dans ces élections, même s’il ne dresse pas des barricades.

    Je ne vois pas comment nos gouvernants réussiraient maintenant e qu’ils n’ont pu faire dans les décennies 90 et 2000, lorsqu’ils disposaient de tous les leviers du pouvoirs, n’étaient pas contestés sérieusement sur le plan idéologique et électoral pouvaient se permettre en toute impunité de violer les résultats d’un référendum.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s